Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 décembre 2007

Paris 16ème : une terre conquise qui vote mal...

On dit souvent le seizième un arrondissement de Paris tranquille, voire atone. Il faut reconnaître qu'il y a dans ce quartier peu de vitalité, alors qu'il dispose d'atouts considérables.

Son principal handicap, il est d'ordre politique. D'un côté une mairie avec une majorité locale, en dépit d'un maire  sympathique,  sans créativité ni dynamisme , de l'autre, une majorité municipale qui considère le 16ème comme perdue pour elle, et pénalise cet arrondissement. Tout juste le considère-t-elle bon à conclure de juteuxaccords avec Arnaud Lagardère pour remplacer le Stade Jean Bouin par un grand centre commercial avec quelques équipements sportifs.

Delanoë and co favorisent de manière outrancière et systématique les arrondissements "populaires" : pour un socialiste, est dit populaire tout arrondissement qui vote socialiste. Un véritable système clientéliste s'est donc mis en place, et le 16ème arrondissement ne risque pas d'en faire partie un jour. Le 16èmearrondissement n'est électoralement pas rentable pour la majorité municipale, et pour la majorité locale, il rapporte sans investissement : c'est donc une précieuse poule aux oeufs d'or...

Comme l'un et l'autre se déinstéressent de cet arrondissement, ils ignorent évidemment qu'il existe des familles en difficulté. Mais c'est une idée évidemment à laquelle un élu PS est totalement imperméable : pensez-vous ma bonne dame ? une famille en difficulté dans le 16ème ! Ridicule, voyons, ma bonne dame ! On voit bien que les élus PS n'ont jamais mis les pieds dans les chambres de bonne du 16ème, sous les toits...

Edifiant : voici la liste des ateliers culturels pour enfants de la ville de Paris. Observez bien le document : combien d'ateliers dans le 16ème arrondissement ? 1. Un seul.Pire : en fait, un unique centre avec une une unique activité alors qu'il en existe plus d'une centaine dans Paris.

En fait, s'il y a bien une espèce qui est particulièrement sacrifiée, dans cet arrondissement, c'est bien les enfants : c'est tout de même le comble pour un arrondissement qui regorge de grands appartements et donc est propice aux familles. D'autant qu'au regard de l'évolution des prix de l'immobilier à Paris, de nombreuses zones du 16ème ne sont pas plus chères qu'ailleurs dans Paris, désormais, et, de surcroît, en bien meilleur état.

Mais bon, c'est évidemment plus simple de se reposer sur ses lauriers d'élus, et à la mairie de Paris, on doit penser que les femmes du 16ème ont de toutes façons le temps de s'occuper de leurs enfants...Ben oui, on le sait, depuis François Hollandfe, le PS n'aime pas les riches. Et dans le 16ème, il n'y a que des riches, c'est bien connu...Avec de semblables clichés, autant dire que cet arrondissement n'a rien à attendre de l'actuelle majorité. Hélas, il faut bien se dire que la majorité locale ne pense pas fondamentalement différemment : à quoi bon se fouler, en effet, à favoriser l'émergence d'ateliers pour les enfants, puisqu'il y a des femmes à la maison dans le 16ème ? Et puis allons, au pire, ces braves familles du 16ème engageront des bonnes, non ?

Quant aux députés de cet arrondissement, on ne les a jamais entendu plaider de quelque manière que ce soit pour leur circonscription à chacune de leur mandature. Autant dire qu'ils sont inexistants, et pour cause : pourquoi feraient-ils le moindre effort ? Ils se considèrent en terre conquise...

Et pourtant, il y a tout de même un certain nombre de problèmes dans le 16ème, à commencer par les écoles maternelles saturées, à 30 élèves par classe, qui ne peuvent accueillir tout le monde. Mais cela n'a pas l'air d'émouvoir outre mesure nos deux députés, Messieurs Debré et Goasguen...

La Défense se trouve à deux pas, et le portail de la mairie du 16ème est une misère dans le domaine économique. Pourtant, s'i l'on parvenait à faire de la Défense une place financière de grande envergure, comme le propose Valérie Sachs, mais idée que l'on trouve aussi dans le programme de Marielle de Sarnez, le 16ème s'y retrouverait immanquablement associé : il y aurait donc de nouvelles perpsectives pour les commerces et les services dans ce quartier, au lieu de le réduire à une enfilade d'ambassades.

Quant à la création culturelle, elle est inexistante : pourtant, avec le Bois de Boulogne attenant, on pourrait imaginer de favoriser l'émergence de festivals, par exemple du théâtre de rue, des concerts de musique classique en plein air, et cetera... Ces festivals pourraient être à thèmes. En faisant converger culture et finance, des partenariats fructueux sont possibles : Il faudrait chiffrer ce que cela coûterait, mais pourquoi pas un subventionnement par des entreprises du 16ème qui pourraient ainsi se faire beaucoup de publicité ? Comme il n'existe que le théâtre du Ranelagh dans le 16ème, il y a de la marge.  Les commerces et les entreprises du 16ème pourraient participer au financement de manifestations culturelles d'envergure.

Pour ma part, de véritables propositions, pour ce quartier, je n'en trouve qu'à l'UDF-Mouvement Démocrate. C'est pour cela que je pense que le Seizième ne sortira de sa léthargie que lorsqu'il y aura un véritablement renouvellement politique. Or, il ne peut se faire ni avec le Parti Socialiste ou ses satellites, ni avec l'UMP, l'un en raison du mépris et de la détestation qu'il porte à un arrondissement qu'il juge connoté, et l'autre parce qu'il estime être chez lui et ne voit donc pas la nécessité de produire le moindre effort.

La seule alternative, c'est donc le MoDem, et c'est le MoDem encore qui a un programme ambitieux pour cet arrondissement. Un programme économique, culturel et sociétal. J'y reviendrai au fil du temps, mais j'ouvre déjà les premières pistes.