Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 octobre 2011

Jeux sociaux...

J'écris moins depuis un moment. Je le sais. Je ne regarde même plus mes courbes. Enfin, si, un peu de temps en temps, tout de même : on ne se refait pas. J'écris moins mais je joue plus.

C'est amusant les jeux sociaux : quand je vois toutes les alertes et les invitations que je reçois sur facebook pour participer à un jeu social, j'ai l'impression que la France entière y consacre la majeure partie de son temps.

Au début, je me suis inscrit à plusieurs jeux, mais l'activité concernée est si chronophage que je me suis assez rapidement résolu à faire des arbitrages.

Pour moi, cela a été Dragons of Atlantis, le jeu de guerre et de stratégie de Kabam. Ce qui est étonnant, c'est la diversité des profils de joueurs qui se livrent à la noble tache de tenter d'anéantir les armées virtuelles de son prochain. Il y a vraiment de tout : employés de bureau, cadres, retraités, chômeurs, étudiants, femmes au foyer, entrepreneurs, développeurs, techniciens, gendarmes, impressionnant, cette diversité.

Pourquoi ce jeu marche plus qu'un autre ? Je ne sais pas. En termes de moteur de jeu, il n'est pas différent de tant d'autres dont on voit la signalétique sur sa page facebook. C'est très certainement le graphisme qui doit attirer l'attention.

Il existe plusieurs royaumes de jeu : personnellement, je ne fréquente qu'Alexandrite et, occasionnellement, Bollaert (tiens au fait, celui-là, il doit son nom à un supporter du racing-club de Lens qui ferait partie de l'équipe des développeurs ?).

Le principe du jeu, c'est de taper sur un voisin en s'alliant, si possible, avec un autre voisin. On appelle cela, une alliance, et certaines deviennent particulièrement redoutables et redoutées. Sur Alexandrite, ce sont les Dogs of Atlantis qui tiennent le haut du pavé, même si la mienne, les Seigneurs du règne du feu se défend plutôt bien.

Certaines alliances répondent à noms aussi folkloriques que sarcastiquement calculés. Ainsi, sur Bollaert, la Soupe au Choux et son (sa) leader, le Grand Seigneur Patate, sème la terreur parmi ses voisins. You're next ou encore "jJe viens dîner chez toi ce soir" sont encore d'autres invitations au pillage...

Mais ce qui est marquant par dessus tout ce sont les liens qui se nouent entre alliés, entre seigneurs et vassaux liges. On bavarde, on échange des noms puis des adresses, on s'invite même à prendre un pot autour duquel on devisera de la prochaine embuscade à tendre à l'ennemi juré...

C'est tout un petit monde qui fourmille de concentrés de haines ponctuelles, chacune appelant son châtiment, mais ce sont aussi des amitiés qui se forgent dans la lutte commmune contre l'ennemi.

La grande affaire, c'est la Carte Bleue : elle divise les puristes, qui assurent qu'elle n'est pas nécessaire, et les pragmatiques, prêts à de menus achats d'add-on pour s'assurer la suprématie. In fine, dans chaque alliance, on trouve des joueurs qui l'utilisent et d'autres qui s'en passent. Evidemment, pour Kabam, l'intérêt est d'amener le joueur à la dépense...

Qui dit jeu dit triche, bien entendu : des développeurs malins ont mis au point des scripts qui permettent pillages, recherches de nourriture et développement des bâtiments dans les cités automatiques. Kabam leur mène une guerre éternelle en modifiant sa plate-forme de manière à bloquer les scripts, mais les spécialistes du hacking que sont ces développeurs s'empressent de trouver la parade et mettent en ligne de nouvelles versions toujours plus sophistiquées de leurs add-on (pas officiels, ceux-là...).

Kabam est face à eux dans une position difficile : ceux qui utilisent massivement les scripts sont les mêmes qui assurent ses revenus en réalisant de menus achats à intervalles réguliers. Il faut donc à la fois réfréner leur consommation effrénée de ressources sur les serveurs de l'entreprise, et de l'autre, ne pas décourager ces précieux clients.

C'est finalement tout un petit monde qui s'agite et qui bourdonne, et moi, je m'y plais beaucoup. Alors j'y consacre du temps, et, du coup, je délaisse mon blogue...

lundi, 21 mars 2011

Dragons of Atlantis, compassion pour le Japon

A mes heures perdues, je me livre à un vice commun sur la Toile : le jeu. Pas un jeu d'argent, mais un vulgaire jeu de stratégie, de gestion et de guerre, assez peu sophistiqué, au demeurant. Comme il est possible d'y constituer des alliances, l'esprit de camaraderie, le goût partagé pour son caractère ludique, compensent son absence de développement et de possibilités. Dragons of Atlantis fait partie de ces nombreux applets qui foisonnnent sur facebook.

L'équipe de développement a néanmoins eu une idée originale, tout récemment, en réaction au séisme et à la catastrophe nucléaire qui frappe le Japon. En temps normal, on peut acheter tout une série d'articles servant à implémenter le jeu en payant en "rubis", pierres virtuelles que l'on achète à prix d'or en faisant chauffer sa carte bleue.

Or, parmi les articles en question, j'en ai découvert un d'un nouveau genre : le Coffre de Compassion. Il donne droit à quelques tickets de loterie ainsi qu'à quelques menus dispositifs de jeu, mais surtout, l'argent versé pour son achat est intégralement reversé à la Croix Rouge pour le Japon. Bref, une invitation à joindre l'utile à l'agréable. Je trouve le principe intelligent et bien pensé.

Je signale sinon que la Croix-Rouge française dresse un état des lieux de la catastrophe au Japon et a mis un formulaire de don en ligne. C'est peut-être mieux que ce que j'ai fait lundi dernier, parce qu'en donnant directement à la croix-rouge japonaise, je pense que je me suis grillé pour la réduction d'impôt.