Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 septembre 2012

La Corrida une tradition ? Quelle blague !

Les amateurs de corrida essaient de défendre sa pratique en faisant valoir que c'est une tradition ancienne. Rien n'est plus faux. La mise à mort de l'animal est très récente.

Affronter un taureau dans une arène est un jeu qui remonte à la plus haute antiquité. Pour s'en persuader il suffit de faire un petit tour à Cnossos, l'ancienne capitale de la Crète au temps du légendaire roi Minos, et de regarder les fresques qui ont survécu dans les ruines du palais minoen qui se trouve là-bas.

On voit des jeunes gens qui se livrent à de périlleuses acrobaties par-dessus des taureaux mais aucune représentation de mise à mort.

Les héritiers du roi Minos, ce sont désormais les Landais avec leurs courses fameuses. Divertissement aux origines ancetrales la course landaise met en scène des jeunes gens qui essaient eux aussi d'éviter des vaches voire des taureaux dressés à faire joujou avec leurs cibles :-)

Les vaches landaises n'ont d'ailleurs rien à voir avec les vaches de ferme : elles ne produisent pas de lait, ne se consomment pas et acquièrent de l'expérience à force de jouer puisqu'on ne les met pas à mort, elles...Elles descendent d'une variété de vaches sauvages d'origine hispanique.

Au moins, on sait rigoler chez les Gascons d'autant que les petites bêtes pèsent en général aux environs de 300 kilos...

C'est une chose qui m'étonne chez les défenseurs de la corrida, leur goût immodéré pour le sang. On pourrait très bien laisser en place le principe de la corrida mais sans mise à mort ni blessures à l'animal.

Où serait le problème ?

11:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : corrida |  Facebook | | |

lundi, 02 août 2010

La corrida, oui, mais sans cruauté !

Knossos_bull.jpgLes combats contre les taureaux existent depuis quasiment l'âge de la civilisation. L'histoire de Thésée, luttant contre le Minotaure, en est une trace évidente ; les Athéniens, à l'origine du mythe, se sont certainement représentés ainsi les jeux taurins qui avaient lieu en Crète sous le règne du roi (des rois ?) Minos. En Crète, les jeunes hommes montraient leur adresse en évitant des taureaux qui les chargeaient. Ils n'étaient pas armés, et, si jamais il y avait mort du taureau à l'issue des jeux, c'était à des fins religieuses. Nous trouvons en France un avatar moderne et fort sympathique, voire comique, de ces jeux taurins avec les facétieuses vachettes d'Intervilles, l'émission télévisée. Ces jeunes bovins aux cornes neutralisées s'entendent généralement à faire culbuter les concurrents.


Intervilles - Encornade
envoyé par Bowox. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

J'agrée bien volontiers les arguments des défenseurs de la corrida quand ils mettent en exergue la beauté du geste des toreros, le goût du danger, l'esthétique de cette danse dangereuse, mais je ne comprends pas pourquoi Diable, tiennent-ils à ce point à faire couler le sang du taureau et à harceler ce dernier de blessures.

Je suis favorable au maintien de la corrida, pas de problèmes, mais contre le traitement cruel infligé aux bêtes qui y participent. Je soutiens donc les députées Muriel Marland-Militello (UMP) et Geneviève Gaillard (PS) qui ont déposé le 13 juillet dernier une proposition de texte de loi en ce sens.

00:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : corrida |  Facebook | | |

vendredi, 10 avril 2009

Thésée aimait-il la corrida ?

taureaucrete.jpgLa Corrida, avec la réouverture de la saison tauromachique va faire à nouveau débat. Quand je considère les toreadors, je pense souvent à Thésée et à ce qui se pratiquait historiquement en Crète. Si Thésée mit à mort le Minotaure, mais parce que ce dernier était un monstre qui était prêt à dévorer les jeunes Athéniens et Athéniennes, les fresques retrouvées à Cnossos ont permis d'établir que les Crétois se livraient à des jeux  périlleux dans les arènes, sans pour autant que l'on puisse parler de tauromachie : en effet, les fresques montrent que le but n'était pas de tuer les taureaux mais de les éviter. Une sorte d'inter-ville, en somme, en un peu plus risqué tout de même, la 1/2 tonne de muscles d'un taureau étant sensiblement plus impressionnante que les 100 kilogrammes des sympathiques vachettes du jeu télévisé.

Moi, je ne comprends pas : les partisans de la corrida disent que ce sont les émotions fortes qui les attirent dans ces spectacles-là. Eh bien, soit, mais quel besoin de piquer à mort ces pauvres taureaux. Pourquoi les pouvoirs publics ne prennent-ils pas une bonne fois pour toutes le taureau par les cornes, c'est le cas de le dire, non en supprimant  les corridas mais simplement en interdisant de mettre à mort ou de faire souffrir l'animal. Voilà qui règlerait une bonne fois pour toutes la chose et qui permettrait un retour au source de ce qu'était la tauromachie des origines : un jeu ritualisé.

Comme le dit Cabrel...

J'ai prié pour que tout s'arrête
Andalousie, je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je pensais pas qu'on puisse autant
S'amuser autour d'une tombe
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Est-ce que ce monde est sérieux ?
Si, si hombre, hombre
Baila, baila

Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar...
Y mataremos otros...

Pas mieux pour ce qui me concerne...