Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 avril 2013

Quel beau salaud !

Qu'y-a-t-il de pire que l'enfoiré qui vous fout dans la merde après vous avoir menti comme un arracheur de dents ?

Cahuzac vient de plomber ses amis politiques, son président et son premier ministre qui lui avaient tous fait confiance.

Cet individu s'est permis de jouer la plus sinistre des comédies en jurant ses grands dieux qu'il était victime d'un complot. Et tout ça devant l'Assemblée Nationale. Enfoiré.

Mais le pire n'est pas encore là. Le pire, c'est d'avoir fait de la fraude fiscale son cheval de bataille tout en étant lui-même un fraudeur. Enfoiré.

Il plombe avec lui toute la classe politique, tout du moins, toute celle qui se tient éloigné des extrêmes.

De la vérité en politique, dixit Bayrou. Eh bien il va pouvoir écrire la suite parce qu'il y a du boulot, c'est clair.

En tout cas, ceux qui ont gagné leurs galons de journalisme, c'est Médiapart. Je saurais désormais que lorsqu'ils balancent une information explosive, ils s'appuient sur du dur. Classés dans mes sources journalistiques fiables. J'ai bien fait de prendre un abonnement. Si la crise ne passe pas trop durement chez moi, je le renouvellerai.

Je scrute le spectre politique et j'ai quoi ? Des petits arrangements entre amis à droite et à gauche, des individus qui rêvent de Terreur à l'extrême-gauche (l'idéal politique de Mélenchon), des admirateurs de régimes forts à la chinoise et à la russe à l'extrême-droite (Marine Le pen rêve de réorienter la diplomatie française pour faire copain-copain avec l'oligarchie maffieuse russe et les communistes corrompus et féodaux chinois).

Il me reste quoi ? Ben, y'a Bayrou. Un type modéré,  pas idéologue pour un sou (c'est un des rares en France à ne pas avoir de parti pris idéologique mais à raisonner sur des idées), et surtout honnête. Pas le genre à planquer du fric tout en faisant la leçon aux autres. En fait, pas le genre non plus à en gagner beaucoup de toutes façons...Le fric, ça ne l'intéresse pas.

Le pire n'est peut-être pas encore tombé pour Cahuzac : d'après le Canard de demain, il se pourrait que le million d'euros que Cahuzac avait mis de côté vienne de laboratoires auxquels il aurait rendu des «services» à l'époque où il figurait dans la cabinet de Claude Évin, alors Ministre des Affaires sociales. Enfoiré.

Il y a un dernier point : si comme l'affirme également le Canard, Hollande a laissé pourrir la situation alors qu'il savait depuis fin décembre que Cahuzac mentait, il ne mérite qu'une chose : être viré définitivement en 2017. J'ai encore en mémoire son "Moi j'aime pas les riches de 2007" et son "Nous arrivons" en guise d'avertissement aux «riches» en septembre 2012.

La crise de régime que Bayrou pressent depuis un moment risque bien de se produire plus vite que prévu...

samedi, 08 décembre 2012

A Cahuzac de jouer

En règle générale, je n'aime pas pas trop les injonctions publiques lorsqu'elles sentent la chasse aux sorcières. En temps normal, je n'aurais donc pas agréé celle de Rue89 invitant Cahuzac à se manifester auprès d'UBS pour lever un éventuel secret bancaire.

Au passage, les gens de gauche récoltent ce qu'ils ont semé et c'est bien fait pour eux : à conspuer sans cesse le "riche" et jurer de le faire payer la gauche a créé une atmosphère nauséabonde autour de l'argent.

En ce qui concerne Cahuzac je n'aurai toutefois pas d'états d'âme : il est ministre du budget, en charge de la lutte contre la fraude fiscale. Il doit être blanc comme neige dans cette histoire. 

Ce qui est triste dans cette histoire c'est que Cahuzac est l'un des plus raisonnables à gauche. Il avait été d'ailleurs fort surpris la fameuse taxe à 75% de Hollande lors de la campagne présidentielle.

Il serait mieux pour la France qu'il ne soit pas coupable de ce dont on l'accuse. 

17:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cahuzac |  Facebook | | |

mercredi, 05 décembre 2012

Entre Cahuzac et Mediapart, l'un des deux est mort.

J'ai énormément de mal à imaginer que Cahuzac puisse être impliqué dans de la fraude fiscale. Si jamais les accusations de Mediapart devaient être avérées, je tomberais des nues tant Cahuzac me paraissait jusqu'ici être une version de gauche de l'honnête homme.

En tout cas, il va y avoir une victime dans cette histoire. 

Soit Mediapart a vraiment levé un lièvre et dans ce cas, ce magazine électronique va rentrer dans l'histoire de l'information, soit, au contraire, il a jeté un pavé dans la marre sans vérifier sérieusement ses sources, fût-il de bonne foi, et dans ce cas, il est mort.

Au moins aura-t-il réussi sur un point : je vais temporairement m'abonner à Mediapart pour savoir de quoi il retourne. Je viens de prendre un abonnement de 12 mois.

Cette affaire m'inquiète autant qu'elle m'intéresse. Transparency International vient de pointer les frasques de la France. Si jamais la corruption et le clientélisme devaient à ce point gangréner notre classe politique, les conséquences en seraient vraiment graves.

Plus que jamais, la moralisation de la vie publique tant portée par François Bayrou prend vraiment un caractère urgent.

15:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : cahuzac, mediapart |  Facebook | | |