Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Duflot et l'Église : la démago... | Page d'accueil | A Cahuzac de jouer »

mercredi, 05 décembre 2012

Entre Cahuzac et Mediapart, l'un des deux est mort.

J'ai énormément de mal à imaginer que Cahuzac puisse être impliqué dans de la fraude fiscale. Si jamais les accusations de Mediapart devaient être avérées, je tomberais des nues tant Cahuzac me paraissait jusqu'ici être une version de gauche de l'honnête homme.

En tout cas, il va y avoir une victime dans cette histoire. 

Soit Mediapart a vraiment levé un lièvre et dans ce cas, ce magazine électronique va rentrer dans l'histoire de l'information, soit, au contraire, il a jeté un pavé dans la marre sans vérifier sérieusement ses sources, fût-il de bonne foi, et dans ce cas, il est mort.

Au moins aura-t-il réussi sur un point : je vais temporairement m'abonner à Mediapart pour savoir de quoi il retourne. Je viens de prendre un abonnement de 12 mois.

Cette affaire m'inquiète autant qu'elle m'intéresse. Transparency International vient de pointer les frasques de la France. Si jamais la corruption et le clientélisme devaient à ce point gangréner notre classe politique, les conséquences en seraient vraiment graves.

Plus que jamais, la moralisation de la vie publique tant portée par François Bayrou prend vraiment un caractère urgent.

15:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : cahuzac, mediapart |  Facebook | | |

Commentaires

bonjour,
Je pense que l'argent en question était celui de son activité passée de chirurgien en implants capillaires, activité que je veux bien croire très rentable; il aurait clôturé son compte quand il a eu des responsabilités accrues à l'Assemblée; ce qui me choque, c'est que cet argent aurait disparu dans un compte off shore à Singapour, çà, çà serait impardonnable vis à vis des français.

Écrit par : louis | mercredi, 05 décembre 2012

Et bien moi, j ai fait aujourd'hui tout un billet pour soutenir ce " journal " et bien, ingrats, ils m'ont même pas abonné gratos, les vilains.

Encore une boule puante parfumée Plenel qui finira en eau de boudin. Comme quasiment toutes celles qu'il a lancé depuis 5 ans !

Écrit par : corto74 | mercredi, 05 décembre 2012

Je ne sais pas s'il y aura un mort entre le ministre et le journal
Je comprend juste que Médiapart a gagné de nouveaux lecteurs, même sur une période temporaire ... de 12 mois (?).

Écrit par : David Burlot | mercredi, 05 décembre 2012

Bonjour,

Je n'ai aucune sympathie pour Cahuzak et l'idéologie qu'il représente. Pour autant, cela n'autorise en aucun cas de salir son nom avec des accusations gratuites et infondées. Soit l'officine de Plenel dispose des preuves de ce qu'elle avance, auquel cas il est préférable qu'elle les produise rapidement afin de confondre la malhonnête. Soit, elle se livre, une fois de plus, au jeu national de nombreux médias français qui consiste à lancer des affirmations douteuses, jamais étayées par des preuves incontestables (calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose) pour faire du buz et, dans ce cas, elle accentue le discrédit qui entoure les journaleux. Malheureusement, les faits passés plaisent plutôt en la faveur de la deuxième solution. C'est triste mais c'est ainsi. Quant à la moralisation de la vie politique, le nombre d'élus condamnés ou en passent de l'être la réclame ardemment sinon, comme le dit Phillipe Bilger sur son blog: "Combien de temps faut-il pour un naufrage en démocratie ?" (http://www.philippebilger.com/blog/2012/12/la-politique-prend-leau.html)

Bonne soirée

Écrit par : H. | mercredi, 05 décembre 2012

Mediapart a dévoilé plusieurs fois des affaires. Comme le note le site Arrêt sur image, de nombreuses zones d'ombre existent dans cette affaire. Il va falloir attendre les preuves...

Écrit par : David Guillerm | mercredi, 05 décembre 2012

@H,
???
Cela va surtout nuire au web à mon humble avis...

Écrit par : Martine | mercredi, 05 décembre 2012

@ Martine

Je ne vois pas le rapport entre le Web et la "qualité" de l'information dispensée par Médiapart. Notre hôte est totalement libre de financer cette officine mais, en ce qui me concerne, je vis très bien sans. J'ai cessé d'acheter et de lire la presse traditionnelle compte tenu de sa médiocrité grandissante et de ses trop nombreuses erreurs, volontaires ou non. Ne comptez pas sur moi pour entretenir un quelconque site internet qui perpétue des comportements identiques. Maintenant, si l'avenir me donne tort, je ferai mon mea-culpa.

Bonne soirée

Écrit par : H. | mercredi, 05 décembre 2012

Mediapart a perdu toute crédibilité depuis longtemps déjà, mais ce n'est pas grave, tout le monde s'en fiche. Et visiblement, il suffit de balancer des accusations sans preuve pour vendre des abonnements, donc tout va bien pour eux !

Écrit par : xerbias | mercredi, 05 décembre 2012

@xerbias
Eh bien j'attends de voir. Ils ont l'air très sûrs d'eux, alors on va voir une bonne fois pour toutes si ce sont des journalistes ou des sycophantes.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 décembre 2012

@xerbias
comme je viens de m'abonner à Mediapart, je viens du coup d'écouter les extraits du répondeur téléphonique de Cahuzac.
Il va falloir qu'il s'explique sur ses propos.
Fouks a pris contact avec le journaliste de Mediapart : pourquoi ?

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 décembre 2012

La Suisse ne s'opposera pas à la communication du numéro de compte de Cahuzac, mais... il n'existe pas et Médiatpart ne peut s'en sortir qu'en donnant son informateur mal intentionné et là... ça devient passionnant!

Écrit par : Baillergeau | mercredi, 05 décembre 2012

Rhooo, nouvel écran de fumée en perspective (il est vrai que l'ump et ses variantes sont calmes) donc une nouvelle série de sortie? Pour amuser la galerie?
Un remade de série passée p'tre?

Écrit par : Martine | mercredi, 05 décembre 2012

Mercredi 5 décembre 2012 :

Après une journée de farouches démentis de Jérôme Cahuzac, le site d’information Médiapart passe la seconde en rendant public un enregistrement sonore datant de 2000, dans lequel l’actuel ministre du Budget s’inquiète d’un compte qu’il aurait ouvert dans la banque suisse UBS. «Un compte non-déclaré», ouvert «entre 1988 et 1991» selon Médiapart, qui a révélé l’affaire mardi.

La conversation aurait été enregistrée en 2000 de manière complètement fortuite par un interlocuteur de Cahuzac, qui dit porter ce «poids» depuis douze ans. Après s'être entretenu au téléphone avec son interlocuteur, Jérôme Cahuzac, alors député socialiste du Lot-et-Garonne, raccroche. Il commence à discuter, dans la pièce où il se trouve, avec un chargé d’affaires. Sans se douter qu’il vient de rappeler, par mégarde, son précédent interlocuteur. C’est le répondeur téléphonique de ce dernier qui enregistre la conversation, selon Médiapart.

Durant un peu plus de trois minutes, on entend une voix que Médiapart identifie comme étant celle de Jérôme Cahuzac, inquiète. «Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS, mais il n’y plus rien là-bas, non? La seule façon de le fermer, c’est d’y aller ? (...) Il faut ma signature (…) C’est extrêmement chiant. Il faut y aller, moi je ne peux pas y aller, je vois pas comment faire.»

Il poursuit : «Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, l’UBS c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques (...). Surtout qu’il n’est pas exclu que je devienne maire au mois de mars, donc je ne tiens vraiment pas du tout à ce qu’il y ait la moindre ambiguïté.»

Conformément à ses habitudes, Médiapart semble décidé à feuilletonner ses révélations. Le site affirme par ailleurs avoir recueilli des éléments démontrant que Jérôme Cahuzac s’est bien rendu à Genève début 2010 pour fermer son compte, quelques jours avant de devenir président de la commission des finances à l’Assemblée.

«Les avoirs cachés auraient été tranférés vers un autre paradis fiscal, à Singapour, via un complexe montage offshore, selon des sources informées de l’opération», écrit le site d'information, qui assure connaître l'identité d'«un des correspondants de Jérôme Cahuzac à l’UBS».

http://www.liberation.fr/politiques/2012/12/05/affaire-cahuzac-mediapart-publie-un-enregistrement_865386

Écrit par : BA | mercredi, 05 décembre 2012

Mercredi 5 décembre 2012 :

Cahuzac : l'aveu enregistré.

Face aux démentis répétés du ministre du budget après nos révélations sur son compte suisse, Mediapart dévoile un enregistrement datant de la fin de l'année 2000 dans lequel Jérôme Cahuzac, alors député, évoque avec un chargé d'affaires son compte caché. « Moi, ce qui m’embête, c’est que j’ai toujours un compte ouvert à l’UBS », affirme le futur ministre du budget.

http://www.mediapart.fr/journal/france/051212/cahuzac-laveu-enregistre

Écrit par : BA | mercredi, 05 décembre 2012

Mediapart a des défauts mais pour l'instant il gagne les procès qui lui sont intentés.
Woerth a du démissionné malgrè le soutien de Fillon et il est actuellement sur le coup de plusieurs accusations.
Lagarde, Tapis, Sarkozy et beaucoup d'autres ont annoncé vouloir porté plainte contre Mediapart , aucun n'a été jusqu'au bout! Pourquoi ?
Quoi qu'il en soit force est de constater que beaucoup de ceux qui nous gouvernent n'ont pas les mains propres et c'est rageant; tout parti confondu !
Par contre quand vous êtes petit on vous tape dessus. J'ai pour exemple mon cas personnel.
Une histoire qui a débuté en 1997 et qui s'est terminé en 2011 par un abus administratif ecoeurant. En fait j'ai fait ma déclaration fiscale dans le pays dans lequel je vivais et j'aurais dû la faire en France.
J'ai payé à l'époque environ 400€ en Belgique la même déclaration en France m'aurait valu environ 0€. Sur ce un inspecteur est venu contrôlé ma situation et a considéré que n'ayant pas fait ma déclaration en France je cherchais tout simplement à me soustraire à l'impôts. Fournissant la preuve de ma bonne fois j'ai prouvé à cette inspecteur que je ne me soustrayais pas à l'impôt puisque j'avais payé plus en Belgique que je n'aurais payé en France. il n'a rien voulu savoir et il m'a imposé de 4000€, le quart de ce que j'avais gagné en 2 ans. En 2002 le tribunal m'a donné raison en ordonnant une nouvelle enquête.
Malgré tout, tous les trois ans j'ai eu droit à un rappel que j'ai réussi à stopper, mais l'année dernière sans prévenir ils ont prélevé cette somme sur mon compte.
Je perds pas espoir d'avoir gain de cause. Qui sait peut-être aurais-je droit à 50 millions de préjudice moral !

Écrit par : Jacques Berthe | jeudi, 06 décembre 2012

La voix est inaudible et les meilleurs spécialistes affirment qu'il est impossible de l'invoquer en preuve certaine. Mediapart est certainement de bonne foi, mais de mon point de vue, ce site n'a rien prouvé.

Écrit par : Hervé Torchet | jeudi, 06 décembre 2012

Jeudi 6 décembre 2012 :

Enregistrement clandestin : Jérôme Cahuzac pris dans la tourmente.

«Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, l’UBS c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques (...). Surtout qu’il n’est pas exclu que je devienne maire au mois de mars, donc je ne tiens vraiment pas du tout à ce qu’il y ait la moindre ambiguïté.»

Se pose naturellement la question de l'authenticité et de l'origine de cette bande-son. Celui qui la détient a toujours confié depuis des années à son proche entourage et quelques amis sûrs qu'elle résultait d'un incroyable scénario.

Les propos attribués à tort ou a raison à Jérôme Cahuzac remonteraient à l'époque où le ministre s'apprêtait à briguer avec succès la mairie de Villeneuve-sur-Lot, vers la fin de l'année 2000. Jérôme Cahuzac, alors qu'il était semble-t-il dans les locaux de l'Assemblée nationale, aurait eu une conversation avec une personnalité du Lot-et-Garonne.

Après avoir raccroché, il aurait fait une fausse manœuvre et rappelé son interlocuteur sans s'en apercevoir et sans que ce dernier ne s'en rende compte. C'est un peu plus tard que son correspondant aurait découvert en écoutant son répondeur les fameux propos que Jérôme Cahuzac aurait tenu à une personne présente à ses côtés.

Selon nos informations, après les avoir fait extraire de son répondeur par un expert, son interlocuteur les aurait fait déposer chez un notaire. Selon toute vraisemblance, l'original de la fameuse bande-son se trouve aujourd'hui en Lot-et-Garonne. L'utilisation de cette conversation piratée ne va pas sans poser des difficultés juridiques.

Raison pour laquelle son détenteur, honorablement connu, refuse toujours de dévoiler son identité. Mais pourra-t-il résister longtemps à la pression médiatique et à la nécessité de vérifier si cette bande-son est authentique ou pas ?

http://www.sudouest.fr/2012/12/06/cahuzac-pris-dans-la-tourmente-900578-647.php

Écrit par : BA | jeudi, 06 décembre 2012

@ L'Héré

Si je puis me permettre, "s'avérer vraies" est un pléonasme. C'est "s'avérer", ou "être avéré" ou " se révéler vrai". ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 06 décembre 2012

Ai lu deci delà,
Hummm, M.Médiamachin qui a vécu en Martinique, n'y a-t-il donc jamais entendu parlé du sort dévolu aux caraibes?
Dans mes souvenirs d'enfant là-bas, n'ai pas entendu de telles fariboles ;o))
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cara%C3%AFbes_(peuple)
La "légende" prétend qu'ils ont préféré sauter à la mer, du style: suicide collectif.

Écrit par : Martine | jeudi, 06 décembre 2012

Compte suisse : Cahuzac aurait un moyen simple d’écarter les soupçons.

Mediapart accuse Jérôme Cahuzac d’avoir eu un compte en Suisse, dans la banque UBS. Le ministre du Budget, estimant son honneur atteint, a indiqué qu’il allait poursuivre notre confrère en justice. Avec des mots très forts :

« Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger. »

Il y aurait un moyen assez simple pour le ministre de pulvériser les soupçons : délier l’UBS du secret bancaire.

C’est ce qu’avait fait l’essayiste Alain Minc en 2004. A l’époque, dans le cadre de l’affaire Clearstream, un corbeau avait publié une liste de personnalités ayant prétendument touché de l’argent de façon illégale. Il y figurait (la liste se révèlera bidon). Le 9 juillet, Alain Minc avait écrit au juge Van Ruymbeke pour affirmer qu’il autorisait :

« Tous établissements bancaires suisses, luxembourgeois, ou sis dans un autre Etat étranger à fournir toutes informations et tous documents sur le ou les compte(s) prétendument ouverts auprès d’eux. »

Si Jérôme Cahuzac est soupçonné à tort, une telle déclaration permettrait d’éloigner les soupçons avec bien plus d’efficacité que tous les démentis outragés. Pas besoin d’un juge pour cela : il lui suffit d’une lettre recommandée à la banque suisse concernée, en l’occurrence l’UBS.

L’UBS refuse de commenter publiquement l’affaire, jugée sensible. Mais un banquier suisse me confirme la règle :

« La loi nous interdit de dire si une personne est cliente ou bien n’est pas cliente chez nous. La seule possibilité dans laquelle nous sommes autorisés à le faire, c’est le cas où cette personne nous délie explicitement de cette obligation. Si Jules Tartempion nous autorise à dire à un média qu’il a chez nous un compte, ou bien qu’il n’a pas de compte, nous pouvons le faire sans déroger à la loi. »

A vous de jouer M. Cahuzac...

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/12/06/cahuzac-aurait-un-moyen-tres-simple-decarter-les-soupcons-237616

Écrit par : BA | jeudi, 06 décembre 2012

C'est rigolo, mon com avec lien quand aux caraibes, cause le grand-chef de médiamachin, me semble avoir quelques problèmes de mémoire ou pas? Pas passé...:o))

Écrit par : Martine | jeudi, 06 décembre 2012

Ah being si finalement..

Écrit par : Martine | jeudi, 06 décembre 2012

Il me fait bien rire avec sa "créolitude", à la mode melmachin, après avoir été un fidèle soutien de la marmotte Galouzeau.
Après tout, nous ne sommes plus à une incohérence près^^^.
M'étonnai aussi, qu'ils soient si calmes tous en période de grande tempète...Mouarf! :o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 06 décembre 2012

Que J. Cahuzac ait eu un compte en Suisse, je n'en sais rien, comme tout le monde. On le saura peut-être bientôt...

Au-delà, et au travers de tes derniers billets l'Hérétique (plus bien sûr BFM/TV, I-Tele et la presse écrite...), je pense qu'il y a plusieurs ministres qui ne sont pas à leur place et qui pourtant occupent des places d'importance dans le gouvernement:

- J. Cahuzac, trop brutal, notamment à l'Assemblée Nationale, ça fout une ambiance pourrie... Quand le Cahuzac sera mis sous Lexomil, peut-être pourra t-on en reparler.

- A. Montebourg, aujourd'hui en fâcheuse posture sur un conflit qu'il a mené trop loin. Je reprends les propos de J. Attali: "il y a eu 45.000 chômeurs de plus en octobre, ce qui est en cause à Florange, ce n'est que 500 postes". C'est approximativement ce qu'a déclaré J. Attali, et il a raison! Sinon le gouvernement va faire un focus sur tout... Ce qui est impossible. A. Montebourg, qui ne semble pas connaître l'industrie, est clairement à un poste qui ne lui convient pas... Il ne suffit pas d'accuser façon avocat général, voire d'insulter, pour arriver à ses fins. Un L. Gallois sur ce poste serait je n'en doute pas infiniment plus constructif...

- C. Taubira, dont les idées ne sont pas forcément mauvaises, mais dont le niveau de communication n'est pas celui d'un ou une ministre, tellement elle nous arrose de charabia incompréhensible.

Voilà quelques idées pour un remaniement...

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 07 décembre 2012

Il faut quand même espérer que Bayrou joue plus finement pour l'élection de 2017 car cette année ça a été plus que compliqué pour lui avec des propos qui l'ont rendu plutôt seul...

UDI aussi comment à prendre de l'ampleur, quelle place pour le Modem aujourd'hui sur l'échiquier politique.

Écrit par : Dirt3-fr.eu | vendredi, 07 décembre 2012

@JF,
Z'ètes sympa, z'avez oublié M'me Duflot...Car les anecdotes que j'ai évoqué, sur un précédent fil: le 94^^^, élue régionale catalpultée ou parachutée? Enfin bon bref, manifestement elle ne maitrise aucunement son sujet( nous le savions, depuis son fuck fuck fukushima dans l'hémisphère sud^^^), si l'on veut vraiment aider son prochain dans la rue, "on" n'attend pas le mois de décembre pour "s'énervouiller" dans les médias quand on est ministre en charge de ce sujet...

Écrit par : Martine | vendredi, 07 décembre 2012

Le ministre Cahuzac pourrait mettre fin à cette polémique en seulement deux minutes.

Je dis bien : deux minutes.

Le ministre Cahuzac envoie une lettre à la banque suisse UBS : il autorise la banque UBS à dire si, OUI OU NON, il a eu un compte dans cette banque.

Cette lettre mettrait fin immédiatement à la polémique :

1- Première possibilité : la banque répond que le ministre Cahuzac avait un compte chez elle. Conséquence : le ministre est mort. François Hollande nomme un nouveau ministre pour lui succéder. Fin de la polémique.

2- Seconde possibilité : la banque répond que le ministre Cahuzac n'a jamais eu un compte chez elle. Conséquence : le site de Mediapart est mort. Mediapart fait faillite. Fin de la polémique.

Écrit par : BA | vendredi, 07 décembre 2012

@BA
Et de quel droit la réponse d'USB serait celle de la vérité !

Écrit par : Jacques Berthe | vendredi, 07 décembre 2012

@ Martine
Vous avez raison, j'ai effectivement oublié C. Duflot...

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 07 décembre 2012

Aujourd'hui encore, vous pensez qu'il s'agit toujours d'un "honnête homme" ?

Écrit par : Denis | lundi, 17 décembre 2012

@Denis
Je ne sais pas parce que j'attends des éléments plus probants de la part de Médiapart.
S'il a un compte en Suisse, c'est un bel enfoiré.
Si tout cela n'est que du vent, je me demande qui a bien pu vouloir avoir sa peau.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 décembre 2012

Adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré...

Écrit par : GUi | mercredi, 03 avril 2013

Les commentaires sont fermés.