Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 mai 2007

UMP et PSLE : un bel exemple de magouille...

Lu dans le Monde du 20 mai 2007 :

Les anciens UDF se présentant dans le cadre de la majorité présidentielle ont quant à eux été enregistrés sous l'étiquette Parti social libéral européen (PSLE). Plusieurs candidats provenant de l'UMP ont également été enregistrés sous ce nom afin d'atteindre le seuil de 50 candidatures permettant de bénéficier du financement public.

Est-ce nécessaire que je commente ? Nicolas Sarkozy et les centristes, cela me fait penser à ce que François Bayrou disait à propos du renard qui se couvre de plumes pour s'introduire dans le poulailler.

Bon, là, c'est frappant. Mais...attentions, amis centristes : ce n'est pas parce que le renard se couvre de plumes qu'il est une poule... 

 

14:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UMP, PSLE, renard, poule, Sarkozy, Bayrou |  Facebook | | |

jeudi, 15 février 2007

Le volatile

Eh, volatile, heureusement que tu es là pour égayer les jours sombres de cette campagne présidentielle. A vrai dire, à te lire, je me paie pour une somme modique une franche tranche de rire chaque semaine.

Je vais même te faire une confidence, l'emplumé, tu me fais tellement rigoler que je t'achète volontairement au numéro, parce que je crois que cela te rapporte plus que l'abonnement. 

Alors tu mérites bien que je te fasse de la réclame, comme on dit en vieux françois, celui des années 60. 

 

Tiens, pour ceux qui veulent te lire, voilà une adresse où ils peuvent s'abonner :

http://www.lecanardenchaine.fr/abonnes.html 

 Coin, coin et attention aux renards, j'ai entendu dire qu'il y en avait qui tentaient de se déguiser en volatiles, ces derniers temps...

lundi, 05 février 2007

Proverbe béarnais...

« Ce n'est pas parce que le renard se couvre de plumes qu'on va le prendre pour une poule.»

 

Nouveau proverbe béarnais conçu et imaginé par François Bayrou, en réaction au discours de Nicolas Sarkozy s'adressant aux travailleurs...