Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 mars 2009

Que pensent Franciliens et Parisiens de Marielle de Sarnez ?

Une denrée rare : si on trouve pas mal de sondages impliquant François Bayrou, c'est autrement plus rare quand il s'agit d'autres personnalités du MoDem. Or, il se trouve que le JDD, en partenariat avec l'IFOP, en a publié un sur la popularité des leaders politiques d'île de France. Et Marielle de Sarnez y figure.

C'est un coup de pot, parce que le sondage est bien détaillé. Quelques remarques préalables : sans surprise, on y apprend que le souci principal des Franciliens, c'est les déplacements et très précisément, l'amélioration des transports en commun. A Paris, compte-tenu de ses moyens réduits, Delanoë va devoir tailler dans certains budgets. A mon avis, il n'a pas intérêt à faire passer en dernier le prolongement du  tramway...

La lutte contre l'insécurité est la seconde priorité des Franciliens, avec une très forte inquiétude à droite. Je fais partie de ceux qui jugent que cet aspect est plus que largement négligé par les pouvoirs politiques mais aussi par l'opposition, MoDem compris. On ferait bien, dans la sphère démocratique, de s'en inquiéter, faute de quoi, on pourrait avoir une très mauvaise surprise avec une possible résurgence du Front National, voire pire...Et Attention, parce que ceux qui se considèrent sans préférence partisane sont presqu'aussi nombreux que les sympathisants de droite...

Sans surprise, c'est l'emploi qui occupe les esprits franciliens en 3ème position.

Venons-en à Marielle : son problème principal, c'est la notoriété : c'est la moins connue des figures testées ! 37% des personnes interrogées seulement, connaissent ne serait-ce que son nom. Il y a donc un effort de communication à faire impérativement, et je pense que la blogosphère pourrait avoir un rôle d'importance à jouer sur ce sujet. Le comble, c'est que même parmi les sympathisants MoDem, 56% seulement des personnes interrogées la connaissent. Et pour le reste, ceux qui viennent en second, c'est improbable, mais pourtant, c'est vrai, c'est...les sympathisants du NPA !

Mais, pour ceux qui la connaissent, ils sont 64% à avoir une bonne opinion d'elle ! autant qu'Huchon (sauf qu'Huchon est connu de 82% des personnes interrogées. Étonnant, d'ailleurs, je ne m'y serais pas attendu). Et pour ceux qui la connaissent parmi les symathisants MoDem, elle fait un carton : 97% de bonnes opinions !!!

Elle est, parmi ceux qui la connaissent, particulièrement populaire chez les jeunes (71% chez les moins de 35 ans) et les chômeurs (80% de bonnes opinions et même 31% de TRÈS bonnes opinions dans cette catégorie !) Mais pas seulement : chez les sympathisants socialistes également, avec 83% de bonnes opinions ! et toujours dans l'électorat qui la connaît, 95% de ceux qui ont voté Bayrou aux présidentielles l'apprécient. Intéressant de savoir aussi que 85% des électeurs des listes radicaux de gauche-verts-socialistes aux régionales de 2004, toujours dans cette même base, ont une bonne opinion d'elle.

Dis Marielle, tu ne penses pas que tu devrais te présenter aux Régionales, plutôt ? Sérieusement : ce sondage a été utilisé pour des Régionales. Mais comme il sonde l'électorat qui correspond aussi à la zone île de France pour les Européennes, il est prometteur. C'est quoi l'objectif, en fait, désormais ? Eh bien il faut faire connaître Marielle et ses propositions. Elle est populaire mais pas assez connue. Faisons-la connaître, car nous avons manifestement, avec elle, une très bonne tête de liste du MoDem pour les prochaines Européennes. D'ailleurs, ce qui est intéressant, c'est qu'elle est aussi populaire chez les Nonistes (66%)  que chez les Ouistes (68%) du TCE de 2005. Elle est également bien vu par les abstentionnistes (62%) et les électeurs de Royal (70%) à l'élection présidentielle.

 

mercredi, 02 janvier 2008

Elections internes au MoDem

D'ici trois semaines, des élections internes vont avoir lieu, au sein du MoDem, afin de désigner des conseillers nationaux pour chaque région. J'ai décidé d'apporter mon soutien à l'une d'entre-elles en île de France. J'apprécie le pragmatisme de bon aloi qui caractérise la profession de foi de la liste, et la volonté de se retrousser les manches plutôt que de pousser un lamento sur son sort. Et j'apprécie également que la première mission que cette liste se donne, ce soit de se tourner vers l'exérieur, plutôt que de mirer la face, à l'instar du mythe fameux de Narcisse et Echo. J'apprécie enfin que soit enfin donnée une priorité aux élus. Bref, simple mais efficace, voilà qui me convient. J'appelle donc tous mes lecteurs franciliens qui seraient adhérents du MoDem à soutenir cette liste de jeunes gens. Et pour donner l'exemple, j'ai accepté de figurer (à une place non-éligible) sur cette liste.

Profession de foi de la liste « Jeunes actifs franciliens »

Le Mouvement Démocrate est à construire. Nous sommes heureux d’avoir été acteurs de la première étape qui nous a conduit au Congrès fondateur, fruit du projet que des milliers d’adhérents et de sympathisants suivaient avec espoir depuis plus de cinq mois. Mais le Congrès n’est qu’un départ : à nous désormais de faire vivre notre mouvement : il sera ce que nous en ferons.

Jeunes adhérents issus de toute l’Ile-de-France et représentatifs du mouvement dans sa diversité, nous sommes réunis par la conviction qu’il est de notre responsabilité commune de veiller à ce que le Mouvement Démocrate réponde pleinement aux exigences et aux objectifs qu’il s’est fixés. La création du mouvement n’est pas seulement un acte fondateur : c’est un acte d’engagement, qui implique chacun de nous envers tous ceux qui croient au projet. Nous avons affirmé que nous étions un mouvement différent, porteur d’un projet nouveau et défendant une vision moderne de la politique. À nous désormais de le faire exister !

Nous voulons un mouvement organisé et efficace

Un mouvement politique n’est rien sans ses militants, véritables relais locaux. L’accueil et la formation des adhérents doivent être une priorité. Nous proposons que les régions organisent, plusieurs fois par an, des séminaires de formation, afin que nos adhérents aient entre les mains toutes les cartes pour gagner les élections, faire grandir les talents de chacun, favoriser la reconnaissance des compétences présentes sur tous les territoires. Nous proposons, à l’échelle de chaque fédération, la création d’une cellule de support méthodologique et logistique pour favoriser la vie dynamique des sections.

Nous voulons un mouvement capable de confier les responsabilités à une génération nouvelle.

De tous les partis politiques, seul le Mouvement Démocrate peut contribuer à porter une génération nouvelle. Mais, à nous jeunes adhérents, cela ne donne pas de droit à exiger quoi que ce soit, cela nous donne au contraire des devoirs. Nous devons prendre toute notre place au sein du Mouvement et de ses instances. Nous devons insuffler une vision moderne par des prises de position audacieuses. Nous devons défendre notre projet sur le terrain et porter nos couleurs lors des élections locales. Nous refusons d’être ceux qui demandent : nous devons être ceux qui proposent et agissent. Nous refusons l’attente et la passivité : nous devons être des moteurs incontournables. 

Nous voulons un mouvement implanté sur le terrain

Nous construisons un mouvement politique. Pas un club rompu aux discussions en interne mais incapable d’agir au service de la collectivité. Pas non plus une organisation éphémère constituée simplement en prévision des échéances de 2012. Nous construisons un mouvement rassemblant des femmes et des hommes autour de valeurs communes, avec pour but de construire un projet, de le défendre sur le terrain et d’accéder aux responsabilités pour le mettre en pratique.

C’est pourquoi, nous avons besoin d’une implantation dans chaque ville, dans chaque quartier. Construire un réseau d’élus locaux est une priorité absolue. Présenter des candidats dans les grandes villes est important, mais en susciter des candidatures dans les petites communes l’est tout autant. Être actifs sur Internet est important, mais être capables de rencontrer nos concitoyens dans les lieux de vie est tout simplement indispensable. Nous ne devons sacrifier aucune élection locale. Nous devons savoir repérer les profils, de les encourager et de mettre en avant des équipes, car on ne gagne aucune élection sans élus locaux et sans relais sur le terrain.

Nous voulons un mouvement porteur d’un projet concret de société

Aujourd’hui, nous portons des valeurs humanistes, durables, européennes, et une vision claire pour la société française. Nous souhaitons traduire cette vision en des mesures concrètes et applicables, les faire porter et médiatiser par des Secrétaires Nationaux thématiques, chacun entouré d’une équipe de travail. Nous proposons d’organiser dans toute la France, des conventions thématiques pour nourrir ce travail de fond à l’aide des contributions de chaque adhérent.

Demain, ainsi organisés, nous deviendrons pour les Français une force de gouvernement crédible.

Arriver au pouvoir n’est pas une fin mais un moyen : celui de pouvoir agir. Agir concrètement au service de la collectivité, de nos territoires. Agir humblement, en équipe au sein de notre famille politique. Pour cela nous avons besoin de votre confiance pour faire de nous les conseillers nationaux de l’Ile de France.