Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'erreur stratégique de Marine Le pen | Page d'accueil | Les accusations délirantes de Corinne Lepage »

lundi, 08 mai 2017

En marche...sur des oeufs !

Macron est donc président. Je m'en réjouis tout en l'invitant à mener une politique vraiment différente de celle des Socialistes et pas seulement dans le domaine économique : je pense aussi à la culture et à l'éducation.

Chaque étape va être difficile. La nomination du Premier Ministre est à haut risque et doit être parfaitement calibrée. Une large partie de l'électorat de Macron, près de deux tiers, je dirais, vient de la gauche modérée (je me base sur le premier tour). Le tiers restant vient du centre et du centre-droit. 

Qu'il nomme un premier ministre à droite ou, tout du moins, ne faisant pas consensus dans la gauche modérée et il perd une partie de cet électorat. 

S'il nomme un ancien Socialiste il sera vu comme le successeur de Hollande et perdra l'électorat de centre-droit.

Un vrai casse-tête. Il faut aussi que cela soit quelqu'un qui ait de la bouteille sinon il sera difficile de s'imposer et de diriger l'équipe.

On pourrait penser à Borloo mais ce dernier l'a soutenu très tardivement, une fois la qualification de Macron assurée et les échanges qui avaient précédé ne s'étaient pas bien passé. Borloo passe bien auprès de l'électorat de Macron mais est-il fiable pour Macron ?

Des femmes centristes comme Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez ou Anne-Marie Idrac pourraient être une alternative mais elles auront un déficit de notoriété qu'il sera difficile de combler. Marielle de Sarnez a l'avantage d'avoir une véritable connaissance des arcanes de la politique.

On va me dire que je suis partisan, mais il faut admettre que François Bayrou a l'avantage d'être à peu près équidistant de tout le monde. Il a de l'expérience, on peut dire que Macron n'aurait pas passé le premier tour sans lui, il est apprécié au centre et dans la gauche modérée et pas détesté ailleurs bien que la droite ait encore de la rancoeur pour son vote en faveur de Hollande.

Une étape difficile pour Emmanuel Macron. Un premier ministre ne peut pas être seulement un techno, il lui faut aussi un poids politique.

 L'autre étape, ça va être les législatives. Pas de faux pas, surtout, et ça commence par la nomination du gouvernement, justement...Tout le monde veut la peau d'En marche, la droite républicaine peut-être un peu moins que les autres.

Il faut donc être premier et se montrer capable de remporter des duels, des triangulaires et des quadrangulaires. Cela pourrait sérieusement se gâter s'il y a des triangulaires avec la France insoumise car cette dernière peut bénéficier d'une réserve de voix au sein du PS de Hamon devenu peu ou prou celui des frondeurs. Il y a des circonscriptions où Mélenchon est arrivé en tête et pas mal d'autres où Marine Le pen était en tête au premier et au second tour. Il est quasi acté que cette fois, le FN aura un petit groupe de députés.

Une deuxième campagne commence...

Commentaires

Je parie sur Anne-Marie Idrac, une femme de centre droit compétente et discrète. Si Macron met un ex PS comme Ferrand ou le Drian comme 1er ministre il avoue être l'héritier de Hollande. Avec quelqu'un de droite comme Le Maire Philippe ou c.Lagarde il avoue avoir trompé la gauche. Goulard est trop européo européenne. Borloo trop hors jeu, Bayrou braquerait la droite. Delevoye trop vieux. Pisani trop technicien.Collomb pas à la hauteur.
Par contre pour les législatives j'ai cru m'étrangler en parcourant la liste des 428 1ers candidats. C'est un cocufiage en règle du Modem !!! Je suis consterné. L'udi aura 90 candidats et 20 élus sans doute, 24 PS sont reconduits et le Modem là il ne peut envisager que 12 élus grand maximum!

Écrit par : zapataz | jeudi, 11 mai 2017

pour l'instant je ne recense qu'une quinzaine de Modem sur 428. Je pense que le modem peut revendiquer légitimement 1/6 des candidatures : 1/3 de la moitié de candidats non issus de la société civile pour le centre soit autant que pour ceux de droite ou de gauche. Et puis dans le score de 24% de Macron je pense que 4 points au moins (FB était à 5/6 en février)ont pu être apportés par FB. ON devrait voir environ 90 candidats modem au final soit 70 d'ors et déjà. On en est très très très loin là même si j'ai l'impression que les circonscriptions sans candidats pourraient être pour une bonne partie des circos où un modem était pressenti. Ca sent le gros bras de fer mais avec peu de muscles modem à part le poids de Bayrou !!!

Écrit par : zapataz | jeudi, 11 mai 2017

Regarde bien le parcours de Richard Ferrand l'Hérétique : il n'est sorti du PS que tout récemment et n'a fait que multiplier les mandats. Son idée était bien -depuis le début- de devenir, lui, le fameux Premier Ministre "plein d'expérience" capable de tenir une équipe !

Peut-être a-t-il su (ou deviné) que le nouveau Président de la République avait en tête un autre nom que lui et il s'est donc contenté de se mettre sur la liste du Finistère. Et voilà sans doute pourquoi il n'a pas consulté François Bayrou pour la validation de la liste des investis aux législatives et encore moins Emmanuel Macron lui-même... Avait-il le dessein de créer un clash entre FB et EM ?... ça je n'ose pas l'affirmer mais c'est possible. Il faut reconnaître que c'est un homme très habile et qui sait s'exprimer (était conseil en communication...).

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 12 mai 2017

Pourquoi cette liste n'a pas attendu l'approbation du MoDem ?
Je rejoint l'avis de Françoise à ce sujet.
Perso après avoir voté pour Macron et si aucune explication valable n'est donnée je voterai contre la liste REM et pour celui qui a le plus de chance de gagner (FN FI PS LR et autres)

Écrit par : jacques Berthe | vendredi, 12 mai 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.