Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le mauvais conseil de Philippe Bilger à François Bayrou | Page d'accueil | Résolution : ce sera Bayrou ou rien (MAJ) »

mercredi, 28 décembre 2016

Le coût de la santé devient insupportable pour les foyers

La réforme des contrats dits responsables est une belle bêtise du gouvernement. Le coût des soins explose parce que les dépassements atteignent des sommets. Les complémentaires de santé sont certes une cautère sur une jambe de bois, mais elles ont le mérite de mutualiser les dépenses de santé même si leur coût va grandissant lui aussi. En limitant leur possibilité de remboursement des soins par la loi, le gouvernement empêche les citoyens qui veulent investir dans leur santé de disposer d'un garde-fou en cas de coup dur.

Encore une atteinte à la liberté de chacun de se protéger comme il l'entend.

On ne peut arbitrairement faire baisser le montant des consultations. Les numerus clausus imbéciles mis en place dans les universités de médecine pendant des décennies, les charges grandissantes pour les personnels de santé indépendants (logements, assurances) font qu'il n'y a pas de marge de manoeuvre. Les études de médecine sont très longues, donc coûteuses : il faut bien que ceux qui choisissent cette voie rentrent dans leurs frais d'une manière ou d'une autre.

Pour autant, on ne peut laisser des Français de plus en plus nombreux privés de soins de base. Il faut essayer de progresser sur des solutions alternatives :

- favoriser l'automédication assistée via des plate-formes de conseils en ligne, comme cette plate-forme d'urgence pédiatrique de Strasbourg qui offre une alternative intéressante et contribue à désengorger les urgences : http://www.pediatre-online.fr/ On peut y disposer d'une consultation à raison de trois euros par minute ou ouvrir un chat pour un montant de 15 euros. 

- autoriser les pharmaciens à donner des conseils et aiguiller vers une consultation quand ils le pensent nécessaire, même si chaque Français doit rester libre d'aller consulter un médecine

- faire un effort, dans les villes les plus coûteuses, pour offrir des locaux aux professions médicales et leur permettre de se regrouper dans des maisons médicales.

- favoriser le maintien du grand âge à domicile et faire de la recherche dans les maladies gériatriques afin d'améliorer les solutions médicales. Pour cela, il faut assouplir le principe de précaution de manière à permettre des expérimentations plus rapides. Récemment, une brève d'actualité a indiqué que l'immunothérapie permet de restaurer les fonctions cognitives défaillantes d'une souris atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mais dans le même temps, il est indiqué qu'il faudra dix ans pour espérer une solution médicale sur le marché. C'est beaucoup trop long. Il faut raccourcir considérablement les délais et donner ainsi de l'espoir à ceux qui n'en ont plus.

- Instaurer des services médicaux de proximité (Urgences, maternité, soins ambulatoires), en amont des plateaux techniques des hôpitaux, pour lutter contre les « déserts médicaux » et garantir les soins à tous les malades et à tous les territoires. (proposition du MoDem et de François Bayrou en 2012, mais l'idée reste d'actualité)

Cette liste n'est pas exhaustive. J'espère que François Bayrou se penchera sur cette question et je lui fais confiance pour ouvrir des pistes intéressantes.

J'espère aussi que la sphère journalistique fera un jour le travail que l'on attend d'elle, c'est à dire parler des idées des candidats et de leurs propositions, mais là, je sais que c'est un voeu pieux...

Commentaires

http://desmotsgrattent.blogspot.be/2016/12/jacqueline-sauvage-ete-enfin-liberee.html

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 28 décembre 2016

@l' héré,
Le diagnostic étant mal posé, les soluces seront inadéquates.
Vous suggère: Face aux déremboursements de la ss, les mutuelles ont mis en place des réseaux de praticiens obligatoires pour limiter les couts.
Ensuite les sur mutuelles existent et ce,depuis au moins dix ans...
Une véritable escalade avec le précipice à la clef!

Écrit par : Martine | vendredi, 30 décembre 2016

@l' héré,
Voyez? Suis incorrigible et à mon âge peu de chance que je puisse changer...Le droit au but, ce qui m'anime.
Dslée

Écrit par : Martine | vendredi, 30 décembre 2016

Il ne manquerait plus qu'un Hubert de la médecine!
Allons! Un peu de sérieux quand il s'agit de capital santé!

Écrit par : Martine | vendredi, 30 décembre 2016

Je partage votre constat, mais l'automédication ?! C'est une fausse bonne idée. Et transformer des soignants en aide téléphonique n'est pas une bonne solution. Ils ont déjà assez à faire.
La culture de l'automédication, c'est la vente de médicaments en grande surface, la sur-médication et une mauvaise santé garantie pour tous.

Par contre oui, il faut décentraliser l'hôpital, rouvrir des établissements publics de type dispensaire, proche des gens.
Il faut aussi faire en sorte de restaurer la capacité de la sécurité sociale ...
Il est absolument fou que les mutuelles (privées et loin du modèle mutualiste) prennent le relais. De plus, avec la bonne idée de plafonner les remboursements des mutuelles d'entreprise, le gouvernement actuel a achevé d'aggraver les inégalités au niveau médical...
Encore un viol de notre modèle social.

Écrit par : Simon | mardi, 03 janvier 2017

Je partage votre constat, mais l'automédication ?! C'est une fausse bonne idée. Et transformer des soignants en aide téléphonique n'est pas une bonne solution. Ils ont déjà assez à faire.
La culture de l'automédication, c'est la vente de médicaments en grande surface, la sur-médication et une mauvaise santé garantie pour tous.

Par contre oui, il faut décentraliser l'hôpital, rouvrir des établissements publics de type dispensaire, proche des gens.
Il faut aussi faire en sorte de restaurer la capacité de la sécurité sociale ...
Il est absolument fou que les mutuelles (privées et loin du modèle mutualiste) prennent le relais. De plus, avec la bonne idée de plafonner les remboursements des mutuelles d'entreprise, le gouvernement actuel a achevé d'aggraver les inégalités au niveau médical...
Encore un viol de notre modèle social.

Écrit par : Simon | mardi, 03 janvier 2017

Je partage votre constat, mais l'automédication ?! C'est une fausse bonne idée. Et transformer des soignants en aide téléphonique n'est pas une bonne solution. Ils ont déjà assez à faire.
La culture de l'automédication, c'est la vente de médicaments en grande surface, la sur-médication et une mauvaise santé garantie pour tous.

Par contre oui, il faut décentraliser l'hôpital, rouvrir des établissements publics de type dispensaire, proche des gens.
Il faut aussi faire en sorte de restaurer la capacité de la sécurité sociale ...
Il est absolument fou que les mutuelles (privées et loin du modèle mutualiste) prennent le relais. De plus, avec la bonne idée de plafonner les remboursements des mutuelles d'entreprise, le gouvernement actuel a achevé d'aggraver les inégalités au niveau médical...
Encore un viol de notre modèle social.

Écrit par : Simon | mardi, 03 janvier 2017

Bonjour Simon,

Je pense que les antibiotiques doivent faire systématiquement l'objet d'une prescription mais pour une série d'autres, je trouve que c'est une dépense inutile.
L'aide téléphonique est un pis aller, je vous le concède, mais le temps que nous formions de nouvelles générations de médecins en nombre suffisant, une roue de secours à laquelle il faut s'intéresser.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 03 janvier 2017

Désolé pour le triplon ^^

Écrit par : Simon | mardi, 03 janvier 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.