Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Fillon ? Ah non ! | Page d'accueil | Volatilité »

samedi, 19 novembre 2016

Bon, eh bien je vais voter pour Juppé, du coup...

Comme beaucoup, je ne m'attendais absolument pas à la remontée surprise de François Fillon dans les dernières semaines de la campagne de la primaire de la droite.

Je suis un peu embêté parce que j'aurais bien voté pour NKM, parce qu'elle a une vraie compétence, parce que c'est une femme et parce qu'elle est modérée sur la plupart des sujets sociétaux. Côté réformes économiques, en revanche...pas de pitié pour les canards boiteux...

Sur cet aspect, je pense que Juppé est le moins violent et brutal de tous les candidats de cette primaire.

Bref, je suis obligé de jouer la sécurité, je vais donc voter pour lui. De toutes façons, bien considéré, son programme n'est pas si mal et on peut discuter avec lui. Il est Bayrou-compatible ce qui est essentiel à mes yeux (NKM aussi, mais est-elle hérético-compatible, ça, c'est moins sûr ; sur une ville, OK, pour gouverner, c'est une autre histoire).

J'ai été un peu sec avec Fillon hier, car l'homme a tout de même quelques mérites, mais je n'ai pas aimé du tout une série de prises de position de sa part à l'international.

Si jamais il l'emportait, je ne sais pas trop ce que ferait Bayrou. Les deux hommes ont plutôt de bons rapports, et, sur la dette, il y avait de bonnes convergences entre eux. Mais cela n'induit rien pour la suite.

Dans beaucoup de domaines, Alain Juppé est un homme droit et honnête qui ne transige pas sur les principes. C'est un aspect important à mes yeux. Lui, on sait qu'il n'ira pas dérouler le tapis rouge à tous les dictateurs de la planète, pas plus qu'il ne s'alignera sur la diplomatie américaine (quand elle ne le mérite pas, du moins). Il ne nous réorientera pas vers les pays émergents ni la Chine ou la Russie, comme le veulent Fillon et le FN, ce que je ne souhaite absolument pas.

Objectif n°1, se débarrasser de l'agité du bocal, objectif n°2 favoriser Juppé plutôt que Fillon, mais ne pas être non plus désespéré si c'est Fillon qui gagne (il ne fera pas n'importe quoi, contrairement à l'agité du bocal).

17:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bayrou, fillon, juppé, sarkozy |  Facebook | | |

Commentaires

A ma grande surprise je suis obligé de reconnaître que les débats à la télé ont été intéressants et plutôt dignes

je vais donc prendre position mais mon choix n'est arrêté.....

j'hésitais entre Juppé et Le maire. ce dernier a trop scolaire pendant les débats et il s'est fait bouffer par Fillon qui a eu l'intelligence de répondre de façon pragmatique sur des points essentiels pour moi: l'international, le nucléaire et l'UE.

Un nouveau traité de l'UE ferait perdre du temps et serait un vrai bordel à négocier a 27, il suffit juste comme l'a proposé Fillon de donner plus de poids à la zone euro pour gouverner à 15 et non a 27, en + les britanniques qui bloquaient pas mal de chose au niveau du conseil européen se barrent.... .

Écrit par : Europium | samedi, 19 novembre 2016

Pas de vote pour ma part.
Le principe de la primaire ne me va pas. Ni sur la forme: Elle fait voler en éclat la gratuité (fût-ce 2€), le secret du vote et la morale (que l'on demanderait aux politiques mais pas à soi-même puisque la majorité de celles et ceux qui iront voter le feront par pure tactique). Quant aux valeurs de la droite et du centre ou de la gauche, cela reste des notions assez subjectives.
Ni sur le fond: Comment vont cohabiter tous ces candidats qui ont des idées souvent opposées sur tel ou tel sujet (éducation, organisation de l'Etat)?
Je n'ai jamais pensé que Juppé tiendrait le coup sur la longueur. Certaines analyses au printemps disaient que son score s'effondrerait aux premières attaques. Nous y sommes presque.
Nous avons à coup sûr un problème d'institutions car l'ambition unique de chacun(e) est d'accéder à la fonction suprême et, primaires ou pas, une cinquantaine de candidats jouent des coudes pour être sur la ligne de départ.

Écrit par : Régis L. | dimanche, 20 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.