Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Réfugiés : et si la France écoutait Marielle de Sarnez ? | Page d'accueil | Lanceur d'alerte, vraiment ? »

lundi, 18 avril 2016

Les intentions de Bayrou

Je parcours de temps à autre le blog du CREC (Centre de Recherche et d'Étude sur le Centrisme) mais je le trouve la plupart du temps décevant. Alexandre Vatimbella a une dent contre Bayrou pour une raison que j'ignore et il lui prête systématiquement des calculs politiques et des arrière-pensées. J'avoue que c'est assez pénible : le nom du blog invite à croire qu'on est sur un site sérieux, pas un espace d'aigreur et de règlements de compte. Il n'y a pas d'ailleurs, d'analyse objective là où il y a de l'aigreur.

C'est sidérant de vouloir à tout prix que Bayrou attende la chute de Juppé pour se lancer. Bayrou est un homme honnête, avec une éthique et des principes, chose devenue rare en politique. S'il dit qu'il est prêt à soutenir Juppé et souhaite sa victoire, il est sincère.

Les soupçons n'entachent que ceux qui les formulent.

Ce n'est pas très malin de la part de Fillon d'avoir assuré que Bayrou le soutiendrait s'il était vainqueur. En réalité, nul ne le sait. Quand Bayrou prend une décision, il cherche l'intérêt général, et, par-dessus tout, celui du pays qui lui est cher : la France.

Lui supposer des calculs politiciens ne repose sur aucun élément avéré. Seulement une légende que des imbéciles ont construite de toutes pièces à propos de l'élection présidentielle.

Bayrou représente un courant de pensée en France qu'absolument personne d'autre n'incarne. Il est le visage d'un centrisme à la fois tribunicien et modéré, une synthèse en principe impossible mais qu'il a réussi à effectuer. 

Pas de mollesse de sa part, pas d'idées délavées et sans épaisseur mais au contraire, une pensée riche, profonde, originale, des intuitions lumineuses que personne d'autre n'a.

Et puis surtout, le courage. Bayrou ne cherche jamais à saisir le sens du vent. Jamais de populisme facile, chez lui. Même si une idée, une pensée, est impopulaire, mais qu'il la pense juste, il la porte et la soutient. Et il ne tombe jamais dans la facilité de désigner des coupables et des bouc-émissaires, ce que fait à peu près tout le reste de la sphère politique. Rien que pour cela, c'est un homme estimable, et, par les temps qui courent, quand je considère les divisions qui nous menacent, c'est un homme précieux.

Le CREC devrait y réfléchir, de temps en temps...

22:57 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

Tout à fait vrai ! Le CREC n'en est d'ailleurs pas à sa 1ère vérité déformée. Il y a a quelques temps, le CREC expliquait que Bayrou avait appelé à voter François Hollande en 2012. Pour ceux qui écoutent Bayrou avec attention, cette information était plutôt surprenante ! Le CREC est donc le Centre de Recherche et d'Étude sur le Centrisme, mais quand même, il n'hésite pas à reprendre la propagande de l'UMP/LR de temps en temps. Dommage !

Écrit par : MaxF | lundi, 18 avril 2016

Salut Max,

Oui, il raconte vraiment n'importe quoi parfois.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 19 avril 2016

Entièrement d'accord avec toi.
François Bayrou est un responsable politique équilibré et visionnaire.
Il espère sincèrement, de tout cœur, qu'Alain Juppé gagnera les primaires de droite.
Car il sait qu'il parviendra ensuite à le convaincre d'améliorer son programme sur certains sujets : la moralité de la politique, le pluralisme, la proportionnelle et la réduction de la dette.
Et surtout, dans le domaine de l'éducation qui est le combat de toute sa vie, celui de beaucoup d'entre nous aussi d'ailleurs... Il est encore temps de rattraper les énormes bêtises de la ministre actuelle.

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 19 avril 2016

J'ai pu lire un article similaire de Denis Jeambar

http://www.challenges.fr/politique/20160418.CHA7995/bayrou-en-embuscade-parie-sur-l-echec-d-alain-juppe.html

Écrit par : Nicolas | mardi, 19 avril 2016

Bayrou est en effet honnête et sincère. Il a été très clair sur ce sujet ; mais parfois la clarté est obscure chez les gens politiquement bornés.

Concernant le CREC, j'y ai parfois fait des tours moi aussi. J'avais très vite compris quelle était l'orientation et c'est dommage. Bon, je suis plus agacé par la manière assez unilatérale de parler du centre et de son histoire que peuvent avoir des gens de l'UDI, par exemple, qui ont, hum, un lectorat et un auditoire plus vastes.
Le rêve de certains est que Bayrou s'excuse d'avoir manifesté le courage qu'ils n'ont pas eu, de s'être présenté à la présidentielle de 2012 alors que pour une part ils soutenaient Sarkozy, d'avoir critiqué la majorité entre 2007 et 2012 alors qu'ils reconnaissent aujourd'hui que Bayrou avait raison et qu'eux-mêmes n'ont pas assez pesé... Bref.

En ce qui concerne Juppé, je ne suis pas aussi optimiste que Françoise Boulanger. Je pense que Juppé a compris quelle a été l'erreur de Chirac en 2002 (qu'on pourrait résumer en disant : ne pas avoir écouté Bayrou qui prônait un rassemblement large pour réagir au score du 21 avril). Mais au-delà... Je ne sais pas.
Puisque vous évoquez la proportionnelle, une petite recherche peut montrer que Juppé a changé d'avis plusieurs fois à son sujet cette dernière décennie et je crois que sa position actuelle est celle du refus.

Puisque nous n'avons pas de proportionnelle, comment s'incarnerait une majorité un peu différente qui soutiendrait un Juppé élu à la présidence ? Je pose la question. Que nous finissions par être présents à la présidentielle ou pas, la question des législatives est primordiale.

Écrit par : Ascagne | mardi, 19 avril 2016

Merci ! Ils se font rares ceux qui affirment aussi clairement leur (haute) considération pour François Bayrou dont peu de monde a vraiment compris la justesse de sa démarche. Pourtant lorsqu'on voit que Macron créé un mouvement qu'il veut ni de Droite ni de Gauche, on se dit que Bayrou a peut-être eu le tort... d'avoir raison trop tôt.
Je suis également persuadé de sa sincérité dans son soutien à Alain Juppé dont il me semble intellectuellement assez proche.

Écrit par : Nicolas007 | mardi, 19 avril 2016

françois mérou?
mouais.....
c'est le mec qui a supplié pour que l'ump ne lui oppose personne à Pau
les mecs ont laissé filer, pas rancuniers, voyez...
le type est tant tellement ancré dans son délire logique ( cf cyrulnik) de centriste qu'il ne se rend même pas compte que plus personne ne l'écoute
les zentristes sont un peu les héritiers des rad-socs , les radicaux cassoulets , comme disait mon père, le zentrisme ça va lorsque tout va bien mais lorsque le pays devient hystérique ( la faute à qui ? sarközy a lâché l'affaire depuis , quoi, 4 ans ? bon, à qui on va pouvoir imputer ça , hein?)mais lorsque ça va mal ....

Écrit par : kobus van cleef | samedi, 30 avril 2016

Les commentaires sont fermés.