Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un néo-stoïcisme pour le MoDem ? | Page d'accueil | Billet annulé. »

dimanche, 10 janvier 2016

Il faut cesser de jouer aux bisounours avec les migrants récalcitrants aux droits des femmes

Ce qui s'est passé en Allemagne m'a quand même scié. Une police débordée par des racailles nourries, logées et accueillies avec trop de bonté s'en prenant aux femmes européennes.

Mais s'ils menaçaient la police et les femmes, fallait tirer, bon sang. Avec des Tasers si la police allemande en disposait, à balles réelles à défaut et en cas de danger.

Ensuite, il faut cesser de faire le bisounours avec les réfugiés. Les familles (qui se tiennent tranquilles), on peut comprendre que c'est humain de les accueillir. Mais les hommes célibataires qui montrent la moindre marque d'irrespect pour les femmes, il faut les renvoyer illico presto chez eux, pays en guerre ou non. 

Plus généralement, le respect des femmes dans les pays d'origine devrait être un marqueur pour tolérer ou non un migrant sur le sol européen. Un Égyptien, un Pakistanais, un Afghan, on peut avoir d'emblée un a priori et le soumettre à un interrogatoire serré sur ses convictions. Partout où la pratique religieuse justifie un traitement indigne avec les femmes, et cela vaut pour l'Islam partout où il est très réactionnaire, nous, Européens, sommes fondés à avoir des a priori. Je note que cela vaut aussi pour les pays d'Amérique du Sud où c'est l'Église catholique qui oppresse les femmes. Même tarif pour les Indiens bien que je ne voie pas clairement le rapport entre l'hindouisme et la misogynie.

Il ne s'agit pas de jouer au gentil bwana éducateur mais de prévenir le migrant qu'au premier incident avec une femme, c'est dehors tout de suite et bien leur rappeler qu'eux, considèrent les Européennes comme des prostituées, mais que nous, les considérons comme des violeurs et agirons en conséquence.

Plus généralement, dehors tous ceux qui causent des incidents et agressent sous quelque forme que ce soit. Il faut cesser de faire l'humaniste imbécile et ne tendre la main qu'aux méritants.

00:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : migrants, violence, viols |  Facebook | | |

Commentaires

C'est affolant combien tu perds tout sens de la mesure face à ce type d'événement. "Tirer à balles réelles" et "les renvoyer illico presto chez eux, pays en guerre ou non" : mais bien sûr, yakafokon.

"Dehors tous ceux qui causent des incidents et agressent sous quelque forme que ce soit" ? Ah oui, vraiment ? Tiens, tant qu'on y est, tu peux dresser la liste précise des délits ou crimes qui justifient l'expulsion d'un réfugié ? Respect des conventions internationales, toussa...

Écrit par : Yann Le Du | dimanche, 10 janvier 2016

@Yann le du
Non, pas tout sens commun : dans la description faite des événements, une policière a été victime d'une agression sexuelle. Il faut laisser faire ?
L'agresseur était couvert par une horde menaçante. Il faut laisser faire ?
Tirer est parfaitement légitime dans ces conditions.
En ce qui concerne les crimes et les délits, c'est simple : tous. Il faut évidemment modifier la loi. Aucune convention internationale ne s'y oppose, naturellement.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 10 janvier 2016

"Il faut laisser faire" : mais oui, bien sûr, c'est EXACTEMENT ce que je dis ! Non mais sérieusement...

Je n'ai pas parlé de "sens commun" (on y met ce qu'on veut), mais de "sens de la mesure". Principe fondamental de droit : la peine est proportionnelle à la gravité de l'infraction. On s'efforce d'éviter les "châtiments additionnels".

Or, l'esprit du statut de réfugié, c'est que si on le renvoie dans son pays, on lui fait risquer la persécution voire la mort.

Et toi, tu veux renvoyer un réfugié dans son pays pour n'importe quel délit ? Un vol, par exemple ? Une diffamation ?

"Il faut évidemment modifier la loi. Aucune convention internationale ne s'y oppose, naturellement" : du grand n'importe quoi.

La convention de 1951 (dite "Convention de Genève") ne permet l'expulsion d'un réfugié "que pour des raisons de sécurité nationale ou d’ordre public". Même dans le cas des agresseurs en Allemagne, il va falloir prouver qu'ils entrent dans cette catégorie. Alors, des "petits" délinquants... Bon courage avec la CJUE pour "modifier la loi".

Écrit par : Yann Le Du | dimanche, 10 janvier 2016

- Des raisons d'ordre public, cela me semble clair, non ?
- un réfugié est tenu de se comporter correctement dans le pays où il est accueilli.
Si on garde un réfugié délinquant on fait risquer quoi à ses victimes ?
Je ne comprends pas ton dangereux laxisme envers des délinquants. Aucun pays d'Europe n'a vocation à devenir une terre d'accueil pour eux fussent-ils en danger ailleurs.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 10 janvier 2016

@Yann
Je pense que tu te berces d'illusions. Face à ce qui se passe en Allemagne, je pense que je fais partie des plus modérés. D'autres centristes n'y vont plus par quatre chemins :
http://leparisienliberal.blogspot.fr/2016/01/agressions-sexuelles-cologne-allemagne.html

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 10 janvier 2016

Je ne vois pas où est l'argument dans le fait que certains "centristes" prennent effectivement des positions de plus en plus radicales en ce moment, sous le coup de l'émotion. S'il suffisait d'une étiquette pour être dans le juste, ça se saurait.

Je t'avance des arguments de droit, tu me rétorques des généralités. Et maintenant, après le "bisounours", le bon vieux point "dangereux laxisme". Pitié...

Désolé de devoir mettre les points sur les i, mais l'immense majorité des délits ne constituent pas des troubles à l'ordre public permettant l'expulsion d'un réfugié. Ça n'empêche que ces délits doivent être punis de manière appropriée... comme pour n'importe quel citoyen. Et si les délinquants sont dangereux pour leurs victimes, on peut prononcer des peines de prison... comme pour n'importe quel citoyen. Car, oui, un réfugié est tenu de se comporter correctement... comme n'importe quel citoyen. Je continue d'enfoncer des portes ouvertes, ou on s'arrête là ?

Quand tu dis qu'aucun pays d'Europe (pourquoi juste l'Europe, d'ailleurs ?) n'a vocation à devenir une terre d'accueil pour des délinquants, c'est très révélateur du biais de raisonnement... Lorsque tu dois accorder le statut de réfugié à quelqu'un, comment fais-tu pour deviner qu'il va commettre un délit ? Avec des précogs à la Minority Report ?

Au passage, tu te rends compte que ton raisonnement "expulser tout réfugié qui a commis un délit" peut s'appliquer à tout immigré ?

Écrit par : Yann Le Du | dimanche, 10 janvier 2016

@Yann
Les points de droit que tu avances sont certainement justes mais il doit bien y avoir dans l'arsenal juridique un moyen de passer outre ou bien d'interpréter autrement. Au pire, il faut changer la loi.
Il y a eu 600 plaintes pour agressions sexuelles en Allemagne impliquant à chaque fois des groupes et cela n'a l'air de te faire ni chaud ni froid.
Je crois qu'on n'a pas la même approche de la délinquance. Je pense qu'il ne faut faire aucune concession à la délinquance et la pire de toutes, c'est la délinquance sexuelle. Il faut être impitoyable avec.
Je comprends bien ton raisonnement sur l'équidistance du réfugié et des nationaux par rapport à la délinquance, mais déjà que pas mal de pays occidentaux saturent avec leurs propres délinquants, ce n'est peut-être pas non plus la peine d'en importer en plus, non ? D'autant qu'ils portent un tort considérable aux vrais réfugiés et plus généralement à tous ceux qui se tiennent tranquilles.

Je maintiens qu'il ne faut pas confondre migrant et réfugié. Et j'ajoute que immigré n'est pas non plus équivalent à migrant et réfugié. Ta comparaison me paraît donc non avenue.

Il n'y a pas de biais à mon raisonnement. Ceux qui sont en danger et persécutés sont les bienvenue. Les autres peuvent certainement trouver leur place quand c'est économiquement et socialement possible. Mais les délinquants, non merci, ils peuvent rentrer chez eux.

On ne peut pas savoir ce que pensent et vont faire tel ou tel réfugié mais on peut prévoir un programme d'accueil qui mette les points sur les i particulièrement quand les migrants viennent d'un pays où les femmes sont menacées et considérées comme inférieures.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 janvier 2016

Ne fais fonc pas de l'ad hominem en prétendant que ça ne me fait ni chaud ni froid. Ce sont des délits et des crimes qu'il faut juger et punir, quels qu'en soient les auteurs, point. Pourquoi insinues-tu que je serais tendre avec les délinquants sexuels ?

Tu tombes dans le piège de la passion parce que dans ce cas précis ce sont des réfugiés. Scoop : il y a des délinquants dans tous les pays. Wahou, quelle surprise.

Je ne confonds pas réfugiés, migrants, et immigrés. Je dis juste que si tu commences à appliquer ton raisonnement "dehors pour tout délit", pourquoi ne s'appliquerait-il qu'aux réfugiés, et pas à tous les immigrés à qui on fait "la bonté de les accueillir" (car j'ai l'impression que c'est un peu ça le discours sous-jacent) ? Parce que les réfugiés actuels ne viennent pas d'un pays "convenable", où les droits des femmes sont au niveau de la France ? Eh bien, dans ce cas, on ne va plus accueillir grand monde... C'est ballot pour ceux qui tentent d'être progressistes au sein de leur pays.

Sinon, répéter "Il faut changer la loi" ne change rien au fait que la loi doit respecter les traités et conventions.

Écrit par : Yann Le Du | lundi, 11 janvier 2016

Salut Yann
Bon, je reconnais qu'effectivement, je ne devrais pas te répondre par des arguments ad hominem, en effet, ils ne valent rien.
Ok pour toute la suite de ton raisonnement. Comme je viens de l'écrire sur twitter, j'admets avoir été déraisonnable, et bien sûr, d'un point de vue logique, c'est ton raisonnement qui se tient.
En fait, je sors de mes gonds chaque fois que des femmes sont agressées. Je trouve que leur respect est quelque chose de fondateur, fondamental, plus que toute autre crime ou délit. Pour moi, c'est le début de tout et je pense franchement qu'il y a une corrélation très forte entre le délitement d'une société, sa criminalité et la manière dont les femmes sont traitées.
Je crois vraiment que tous les pays européens devraient être bien plus sévères qu'ils ne le sont dans ce domaine .
Je pense que les pouvoirs publics qui régulent les migrations devraient se pencher sur ce problème, à mon sens bien plus important que de savoir si des migrants disposent d'un revenu ou non pour subsister quand ils arrivent.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 janvier 2016

Nos pays ont sans doute encore beaucoup de progrès à faire sur ce point, à commencer par la prévention par l'éducation des consciences.

Merci pour cet échange, et désolé de m'être acharné et d'avoir été un peu désagréable. C'est parce que j'apprécie de te lire le reste du temps que ça m'a fait réagir.

Écrit par : Yann Le Du | lundi, 11 janvier 2016

@Yann
Merci à toi d'avoir eu la patience de poursuivre l'échange.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 janvier 2016

Les commentaires sont fermés.