Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Najat Vallaud Belkacem doit démissionner. | Page d'accueil | Errare humanum est, sed persevare Diabolicum, Najat ! »

samedi, 09 mai 2015

Quousque tandem abutere patientia nostra, Najat ?

Cela ne doit plus être au programme, de nos jours, d'étudier les Catalinaires, et c'est bien dommage, mais le début de la première catilinaire a quelques chances de pouvoir être reconnu par les plus anciens tant le discours de Cicéron contre l'infâme Catilina est devenu célèbre. Traduite en français cela donne : jusques à quand abuseras-tu de notre patience Najat ?

Certes, elle est mignonne mais alors pour le reste...bornée, de mauvaise foi et incompétente. Elle a réussi le tour de force de se mettre à dos les intellectuels, les éditorialistes, la droite (ça, c'est normal), le centre, le front de gauche et quelques fortes personnalités du PS (Gérard Collomb, Julien Dray et Jack Lang entre autres). Et ce n'est pas tout : elle a rendu furieux les professeurs, leurs associations et leurs syndicats les plus représentatifs (SNES, SNALC).

Elle se moque carrément du monde en affirmant que les petits Français vont pouvoir commencer l'allemand en CP. Ah oui ? Et qui va l'enseigner ? On n'y arrive déjà pas avec les CM2 et il devient difficile de recruter des enseignants pour le collège dans cette discipline.

Le latin et le grec, proposés à tous ? Le mot "grec ancien" a purement et simplement disparu des documents officiels dans leur nouvelle version et telles que les choses sont présentées, aucun cadre contraignant pour en assurer l'enseignement. Si elle était honnête, elle rendrait obligatoire l'enseignement du grec et du latin à tous les élèves de France avec des horaires définis. Voilà qui mettrait fin aux prétendus calculs des prétendus privilégiés qu'elle s'est empressée de dénoncer avec un populisme et une malhonnêteté digne des grands procès de Moscou et autres purges staliniennes des années trente.

Je la cite quand même, cela vaut son pesant de cacahuètes : 

Je soutiendrai cette réforme du collège jusqu'au bout (...) et de toutes mes forces sans jamais faillir face à ceux qui ne proposent rien, et qui voudraient qu'on reste sur le statu quo actuel.

Ça mérite un clap clap de fin.

Ce qui risque surtout de t'arriver, ma jolie, c'est de te faire déboulonner, et plus vite que tu ne le penses, d'autant que le mou de l'Élysée et l'excité de Matignon ont commis l'erreur fatale d'engager leur responsabilité derrière ta réforme minable.

Commentaires

En effet, Matignon comme l'Élysée commet une erreur d'appréciation sur cette réforme, critiquable sur de nombreux aspects. Il semble que le flair politique en matière d'éducation soit tout à fait perdu de leur côté.
L'opinion va-t-elle être captivée par la tentative de détournement effectuée par François Hollande à travers le grand plan sur le numérique ? Étant donné (pour reprendre une formule) que le solutionnisme technologique, pour ainsi dire, a certains attraits, peut-être ; mais ceux qui estiment que le milliard annoncé pourrait être tellement plus utile et efficace si on lui attribuait une autre destination, se feront entendre...

Tu fais bien, L'Hérétique, d'indiquer que le grec ancien disparaît presque complètement des radars, ce qui est terrible (certes, c'est un jeune agrégé de lettres classiques [mais enseignant à l'université] qui s'exprime). Que l'enseignement public de la République française propose, en troisième, une initiation au grec ancien, c'est un trésor ; au lieu de raconter n'importe quoi (en détorquant peut-être la pensée de Bourdieu lui-même, au passage) à propos des héritiers, le rôle du ministre de l'éducation devrait être de s'assurer que, sur le terrain, le latin et le grec rencontrent moins d'embûches, par exemple dans la composition des emplois du temps !

Que tous les autres collégiens puissent analyser l'étymologie des mots français, être initiés (en lien avec le cours d'histoire, ce qui suppose une coordination effective des programmes avec ceux de français, pour les années concernées) aux grands mythes, aux grandes facettes de la culture antique, et soient encouragés à choisir le latin, c'est normal, dans le cadre d'un cours de français qui disposerait lui-même de l'horaire adéquat.
Or la France n'est pas au rendez-vous des besoins de ses élèves en ce qui concerne la maîtrise du français, et tout ce qu'impliquent les défaillances en cette matière. C'est avec tristesse que je corrige un nombre considérable de copies d'étudiants - en lettres ! - de licence, présentant des failles orthographiques, expressives, conceptuelles, en partie dues, je pense, aux problèmes "systémiques" du secondaire et à la baisse des exigences (tant dans le sens de ce que l'on doit attendre d'un élève médian à tel niveau, que dans le sens de ce que l'Éducation nationale elle-même doit fournir à chaque élève). Malheureusement, cela se règle difficilement (voire cela ne se règle pas) une fois l'étape adéquate passée...

Attention, ne nous laissons pas leurrer par la droite qui essaie de faire oublier ses échecs et ses erreurs passés : un Juppé (qui a soutenu Bayrou lorsqu'il était ministre de l'EN, même lorsque l'Élysée s'opposait à ses propositions), un Le Maire, sont sincères, bien sûr, mais il est assez plaisant de voir Nicolas Sarkozy, par exemple, entrer dans le débat...

Le Mouvement démocrate gagnera à travailler plus profondément son projet d'éducation pour la prochaine grande échéance nationale, le couple présidentielle/législatives. Peut-être était-il moins précis, moins engageant, en 2012 qu'en 2007 ; mais aujourd'hui, alors que l'on peut lire de plus en plus de témoignages de professeurs anciens électeurs du PS clamant "Plus jamais !", la voix du centre peut se faire davantage entendre en matière d'éducation.

Écrit par : Ascagne | samedi, 09 mai 2015

Voilà la réponse que je ferais à NVB, qui à mon avis fait preuve d'arrogance et ne sait absolument pas ce qu'est l'humilité :
« Errare humanum est, perseverare diabolicum »*

Comment une jeune femme n'ayant aucune expérience dans tous ces domaines peut-elle se permettre de bouleverser les principes fondamentaux de notre langue de notre culture et de notre éducation ?!!
C'est terrifiant.

* Avec ces précisions de Wikipédia :
« La nature humaine n'étant pas parfaite, le propre de l'homme est de commettre des erreurs, car il n'est pas omniscient. Cependant, d'après la maxime, cela ne doit pas excuser la négligence, l'erreur est une occasion à saisir pour essayer de s'améliorer, car nous sommes des êtres perfectibles, elle devient alors un outil intéressant de perfectionnement de soi. La deuxième partie nous prévient : celui qui s'entête dans ses erreurs, sans essayer de se corriger est par contre inexcusable ; ça peut l'entraîner sur la voie du péché ou d'encore plus d'erreurs. La faute morale étant dans le fait de ne pas apprendre de ses erreurs, plus que dans l'erreur initiale elle-même. »

[La citation est parfois attribuée improprement à Sénèque, bien que l'auteur de cette maxime latine soit en réalité saint Augustin dans l'un de ses sermons, Sermons (164, 14). La citation complète est : "L'erreur est humaine, mais persister dans l’erreur par arrogance, c’est diabolique."
Elle existait déjà sous la plume de Ménandre, auteur grec du IVe siècle av. JC : "peccare idem bis, haud viri sapientis est" : "Commettre deux fois la même faute, ce n’est pas le fait d’un homme sage."]
http://fr.wikipedia.org/wiki/Errare_humanum_est,_perseverare_diabolicum

Écrit par : Françoise Boulanger | dimanche, 10 mai 2015

Tu viens de me donner une idée pour mon prochain billet, Françoise !
Bises
César

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 mai 2015

Boudiou... Erreur fatale...C'est beurk, beurk beurk!

Écrit par : Martine | lundi, 11 mai 2015

@L'héré ou l'illuminée du 40:
C'est clair et net pour moi, j'ai bien vu les pétitions initiées ou récup par l'ump.
Je sais très bien pour quelles raisons je me suis refusée à les signer...Non pas parce que j'adhére au "clan d'en face" mais tout simplement parce que je suis dotée de mémoire, et p'tre certaines personnes s'imaginent, comme la Francoise (qui savait), que je vais prendre mon tel...Ben j'ai déjà dit que c'est NON.

Écrit par : Martine | lundi, 11 mai 2015

Assumez donc vos comportements passés etc!

Écrit par : Martine | lundi, 11 mai 2015

"Quod erat demonstrandum" !!!
QED a une équivalence en français : CQFD...
Autrement dit, "Ce qu'il fallait démontrer".

A chaque fois que j'écris sur ton blog, César (une grosse bise à toi aussi), j'attire invariablement des réponses incorrectes !

En tout cas, bien contente de savoir que je vais inspirer ton prochain billet.

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 12 mai 2015

Bravo ! De fait, s'il y avait une once de sincérité dans le discours de la ministre et de son "adjointe", la logique voudrait que le latin au moins soit inscrit au rond commun des collégiens. C'est ce que défend l'APLettres, qui a lancé un appel à Flamby, que maints pseudo-S-intellectuels ont, dans leur aveuglement, déjà signé : http://www.aplettres.org/pdf/Appel%20latin%20grec.pdf

Écrit par : Juvénal | mardi, 12 mai 2015

@L'héré,
Faut-il que je fouille vos archives et les miennes, pour démontrer que le commentaire de "caliméro" n'a pas lieu d'etre?
Car en termes de réponses incorrectes, j'ai eu droit à peu près tout, de cette bande.
Ai volontairement utilisé le terme d'illuminée, le préféré du Thierry P figurant sur le blog de la concernée, et aux grandes manoeuvres lors de l'épisode "abeilles".
Je ne les aiderai plus dans l'ombre, la "rigolade (qui n'a jamais amusée qu'eux) est terminée en ce qui me concerne.
Basta!

Écrit par : Martine | mercredi, 13 mai 2015

@L'héré,
Vous savez que j'avais lu et pas réagi, un commentaire non argumenté noyé dans des liens wikipédia.
Z'auriez du vous taire, car si je sens que l'on essaie de faire pression sur moi, je "baffe" et à juste titre.

Écrit par : Martine | mercredi, 13 mai 2015

Les commentaires sont fermés.