« Les contradictions européennes éclatent avec la Crimée | Page d'accueil | Soutenir Santini à Issy ou pas ? »

mercredi, 19 mars 2014

L'Europe pourrait imposer des normes anti-pollution au reste du monde

On se rend compte avec les derniers pics de pollution que le trafic automobile intra-muros à Paris n'est qu'un petit aspect du problème. Il est bien plus global. 70% de la pollution atmosphérique nous parvient de l'extérieur et même de l'étranger.

Il suffit de considérer les émissions chinoises au Japon ou encore celles qui nous viennent d'une partie de l'Europe orientale pour avoir une vision claire du phénomène.

 En ce sens, ce qui serait cohérent de la part de l'Europe, ce serait d'exiger que tous les produits vendus en Europe soient conformes à une norme environnementale non seulement dans leur conception, mais aussi dans leur production.

Tout produit dont des composants contribueraient à la pollution globale mondiale, et particulièrement à celle qui sévit en Europe se verrait interdit de vente sur notre territoire. Facile de produire à bas coût quand on fait payer à autrui les conséquences sanitaires et environnementales de sa production.

Bayrou, dès 2008, et il l'a encore rappelé en 2012, faisait observer que trop de règles et de normes européennes s'appliquaient aux entreprises européennes ; il exigeait alors que la règle européenne soit la loi commune pour la totalité des produits vendus en Europe, conçus ou non en Europe.

Je crois qu'il faut faire de cet aspect un élément essentiel de la campagne centriste en juin prochain. Les Européens se demandent ce que l'Europe leur apporte. Il est grand temps de voter des mesures qui protègent nos emplois et notre environnement.

Bien sûr, l'application de ces mesures ne se fera pas simplement et tout devra aussi être négocié au niveau de l'OMC. Marielle de Sarnez fait souvent remarquer que c'est l'un des premiers lieux où doivent s'exercer diplomatie et pressions. Et elle a raison. Elle exigeait d'ailleurs en septembre 2012 une refonte des règles de l'OMC et une réciprocité totale dans les accords commerciaux. Nous sommes assez loin du compte et ce, pour une raison qu'il faudra aussi évoquer : plusieurs pays européens se comportent en cheval de Troie d'autres nations extérieures à l'Europe. La France n'en fait justement pas partie.

Comme le disait très justement le 04 février dernier au Parlement Européen Marielle de Sarnez,

Au fond, je ne vois pas pourquoi, au nom de quelle idéologie, au nom de quel dogme, l'Europe devrait être ouverte à tous les dumpings. L'Europe, elle doit évidemment agir en faveur de ses entreprises, en faveur de sa production. Nous ne pouvons pas nous permettre, dans le monde d'aujourd'hui, d'être naïfs et de moins bien défendre nos intérêts que d'autres le font. Je pense en particulier aux États-Unis. Nous devons avoir une vraie stratégie commerciale, qui nous mette à l'abri des pratiques déloyales.

Pour la campagne européenne, il est donc vital que notre programme ne soit pas national mais européen.

C'est pour cela que j'accorde une telle importance à une plate-forme programmatique PDE-ADLE lors des prochaines échéances électorales.

19:08 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : normes, sarnez, bayroucommerce mondial, pollution | |  Facebook | | | |

Commentaires

Complètement d'accord.
Pourriez vous expliciter "plusieurs pays européens se comportent en cheval de Troie d'autres nations extérieures à l'Europe. La France n'en fait justement pas partie."
Merci

Écrit par : Benjy | mercredi, 19 mars 2014

@Benjy
Ce ne sont pas toujours les mêmes car cela varie d'un sujet à l'autre, mais globalement, on peut dire que dans le domaine commercial, les pays du nord lâchent tout aux Chinois et aux Américains.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 19 mars 2014

Merci pour vos précisions. Le PE a t-il un quelconque pouvoir pour imposer ces exigences ou les Etats décident entre eux?

Écrit par : Benjy | mercredi, 19 mars 2014

Merci pour vos précisions. Le PE a t-il un quelconque pouvoir pour imposer ces exigences ou les Etats décident entre eux?

Écrit par : Benjy | mercredi, 19 mars 2014

Malheureusement, Benjy, pour l'instant, le Parlement fait encore beaucoup de figuration parce que les États s'entendent par dessus la tête des institutions démocratiques européennes.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 19 mars 2014

Écrire un commentaire