« Droit des femmes, le retour de la réaction la plus vile | Page d'accueil | L'étonnant rassemblement de François Bayrou à Pau »

mardi, 21 janvier 2014

Mais où Hollande compte-t-il économiser pour financer ses mesures ?

Difficile de ne pas se poser la question : 30 milliards de charges en moins pour les entreprises, baisse des prélèvements sur les ménages, compte-tenu des sommets atteints par le budget de l'État, impossible à réaliser sans une réelle stabilisation des dépenses de l'État en euros courants (en euros constants, cela revient à une diminution). C'était d'ailleurs une des principales mesures de Bayrou en 2012.

Je ne suis évidemment pas le seul à poser la question et certainement pas le plus compétent pour imaginer des pistes. Je peux en revanche commencer ce que disent la presse et les experts.

Ce qui est certain c'est que j'abonde sur un point dans le sens de la Cour des Comptes : des coupes à l'aveugle vont mettre à mal le service public. Ce sont donc des réformes structurelles qui sont nécessaires.

Ce qui risque d'être douloureux c'est que 50% de nos dépenses proviennent de la sphère sociale. Soit on réduit les avantages sociaux pour tout le monde uniformément, soit on les rend plus difficiles d'accès. On peut aussi combiner les deux. Il va falloir faire un tri et tenter déjà d'en finir avec les abus, même si je doute que cela soit le principal gisement d'économies.

On peut espérer une réforme de l'État, mais, comme jusqu'ici elle n'a consisté qu'à donner des objectifs de réduction de frais, je ne crois guère à des miracles de ce côté-là. 

Je voudrais faire une remarque sur la réduction du mille-feuille administratif : ce n'est pas tant la suppression d'une fonction ou d'un échelon local (par exemple le département) qui génère en soi des réductions de la dépense que la disparition des individus qui en inventent ! Moins d'élus = moins de promesses, tout simplement. Moins d'échelons = moins d'avantages à distribuer aux clientèles électorales de toutes sortes, moins de marchés truqués et faisandés. Mais, dans le même temps, pour éviter la constitution de véritables féodalités, il est impératif de reprendre la réforme des territoires en instaurant partout le suffrage proportionnel intégral avec quelques seuils afin d'exclure les effets d'aubaine des lobbies de toutes allégeances.

Le chemin risque d'être long et la majorité de François Hollande de renâcler. C'est pour cette raison qu'il a intérêt à tenter des gros packs de réformes par la voie royale par excellence : le référendum.

19:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hollande, réforme, état | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonsoir,
sur la réduction du mille-feuille : pas d'accord. La suppression d'un échelon est souhaitable. A défaut, la suppression du principe constitutionnel de non-tutelle d'un échelon sur un autre. Pour pouvoir enfin simplifier et rationaliser les financements croisés.
S'il ne fallait retenir qu'une seule raison qui justifierait à elle seule la suppression de l'administration départementale (et non la suppression d'un territoire, comme tentent de nous le faire croire la palanquée de petits baronnets locaux parasitaires), ce serait qu'alors les politiques publiques seraient enfin articulées entre elles (transport ferroviaire/par bus départemental, insertion/formation des demandeurs d'emploi, collèges/lycées, etc.). A la clé, des articulations renforcées, des effets leviers multipliés par concentration des financements, etc. Et ne disons rien des économies de fonctionnement.
Les arguments que vous déployiez fleurent un peu trop le "tous pourris" à mon goût.

Écrit par : Manuel | mardi, 21 janvier 2014

@L' héré,
Je crois qu'il faut sur ce thème dissocier le traitement des métropoles et de la "province" ou campagne.
Si métropole il y a , ben faut sacrifier et départements et cantons.
Pour la province ou campgne, exit les cantons...Enfin à mon humble avis.

Écrit par : Martine | mardi, 21 janvier 2014

""Le chemin risque d'être long et la majorité de François Hollande de renâcler. C'est pour cette raison qu'il a intérêt à tenter des gros packs de réformes par la voie royale par excellence : le référendum.""

Et voilà ! On en revient tous aux propositions de... François Bayrou !

Tout le monde a été roulé par François Hollande finalement, puisqu'il va (peut-être) réussir à récupérer les idées du centre et de la droite modérée. Et bien sûr sans en avoir averti ceux qui l'ont élu pour ses idées de gauche. Donc froidement récolter des lauriers qu'il ne mérite pas, puisqu’il pille sans vergogne les idées des autres pour se rattraper de ses bêtises personnelles.

Tel n’aurait pas été mon sentiment s’il avait fait appel au centre pour faire le nouveau "gouvernement de transition" dont parle Fabius entre autre ; ou s’il avait publiquement rendu hommage à la droite ou au centre. Tout ceci est bien déloyal…

Et c'est François Bayrou qu'on veut faire passer pour traître ?!

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 22 janvier 2014

http://www.sudouest.fr/2014/01/22/accord-ump-bayrou-pour-les-elections-municipales-a-pau-cope-se-dedouane-1437549-635.php

Henri IV a dit que Paris valait bien une messe.
En ce concerne Pau ,Son hagiographe , voit la messe "légèrement" perturbée.
A suivre.....
Paul

Écrit par : paulo40 | mercredi, 22 janvier 2014

certainement pas un référendum, surtout sur un sujet aussi sensible...il n'y a qu'a voir les referendums organisés par Sarko en Corse ( quand il était ministre de l'intérieur) et dans l'est de la france sur la possibilité de fusion de 2 départements...

les français répondent généralement a coté ou contre (par provocation?)sur un projet intelligent par référendum malheureusement.....

Écrit par : Europium | mercredi, 22 janvier 2014

En France, il nous faut 577 députés et 348 sénateurs pour "gérer" les affaires du pays alors qu'aux USA 435 élus pour constituer le Congrès suffissent. Au regard du budget que représente le parlement (revenus des élus, frais de mandat, Avantages et autres par cumul de mandats).
Ne pourrait-on pas revoir et corriger ces excès ?

Écrit par : Christophe | mercredi, 29 janvier 2014

@L' héré,
Question que se posent bon nombre d'économistes tant chez nous qu'en Europe. ;)
Comment que c'est- y qu'il va trouver trouver les pépettes faisant défaut Normal premier? Ensuite de grande chance que cela soit insuffisant...Et les alertes pollution pour remplir les caisses de l'état et non pas pour aider la santé publique vraiment, soient grandement insuffisantes...De grandes chances que cela mette en danger de grands pans de l'économie déjà pas en tip-top forme si cela perdure.
Si l'état et certains politiques pouvaient essayer de cesser les mesures coercitives toujours à l'encontre des memes "c..." qui ne sont plus dupes pour essayer de remplir les caisses à puit sans fond, cela serait un grand pas vers l'humanité.
Pasque, les plus pollueurs resteront libres de circuler à Paris et petite couronne et pour ceux qui ont plusieurs véhicules à leur disposition cela ne changera rien à leur vie ni à la pollution, par contre en ce qui concerne le réseau des transports en commun, ils n'étaient déjà pas supers en temps "normal" mais alors là...Vont etre ou submergés demain ou alors l'état a tablé sur s'engraisser en contraventions (et retrait de points) culpibilisatrices sans régler le problème santé pour autant.

Écrit par : Martine | dimanche, 16 mars 2014

Et je n'aborde meme pas la problématique pour ceux qui ont fait l'effort d'avoir des véhicules propres et avec un fort ratio en terme de pourcentage de fabriqué en France mais qui devront les laisser au garage...
Très franchement, le foutage de gueule^^^ je peux très bien comprendre un certain ras le bol.

Écrit par : Martine | dimanche, 16 mars 2014

Écrire un commentaire