Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les clubs de foot sont aussi des PME pour Marielle de Sarnez | Page d'accueil | Que penser du ralliement d'un conseiller MoDem à Anne Hidalgo ? »

mercredi, 30 octobre 2013

Racisme : les digues sautent de partout

J'avoue avoir été stupéfié par les attaques racistes dont Taubira a fait l'objet cette dernière semaine. N'en déplaise à la réacosphère qui ne voit pas le mal, "guenon" est une insulte spécifique pour les femmes noires (surtout quand on agite une peau de banane en même temps). Je n'ai d'ailleurs jamais entendu (ou alors de manière anecdotique) une femme blanche se faire traiter de guenon.

Il y avait un cortège d'excités issus de la manif pour tout qui attendait Taubira et avait dressé sa progéniture à l'insulte raciste. Sans doute la frange extrémiste qui se pique d'intégrisme et défile le 1er mai dans le cortège du Front National.

Ce que je regrette c'est que les professionnels de l'indignation en profitent pour associer ce qu'ils appellent islamophobie et racisme. Cela n'a rien à voir. Je vois plein de raisons objectives de détester l'Islam de notre époque et aucune valable de s'en prendre à quelqu'un pour la couleur de sa peau. Ces professionnels de la confiscation du sens m'énervent à systématiquement semer la confusion.

Le racisme se déverse malheureusement comme un poison dans notre corps social. Dans les cités, il prend la forme de l'antisémitisme et irrigue l'immigration africaine principalement (arabe et noire), ailleurs, chez les "petits blancs", il prend la forme d'une détestation ordinaire qui ciblera toujours les individus vulnérables ou symboliques (personne n'ira traiter de singes en face une bande ethnique de banlieue, par exemple...).

Il y en a qui rêvent évidemment de réunir les "SA" des deux rives, skins ou FAF d'un côté, racaille de l'autre : au premier chef les Soral et Dieudonné qui voudraient unir tout cela contre l'Ennemi commun, le Juif Süss, en somme.

La principe difficulté , à vouloir lutter contre le racisme, c'est de devoir affronter d'un côté les néo-réactionnaires et leurs circonvolutions et de l'autre les professionnels de l'antiracisme.

Le racisme, au fond, c'est très simple : c'est refuser de s'en prendre à un individu pour ce qu'il est, ce qui ne'empêche pas de le contester pour ce qu'il professe. 

On devrait en rester à cette seule définition et récuser tout le reste (notamment tous les discours qui associent race et culture).

10:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : racisme |  Facebook | | |

Commentaires

Etes-vous sûr que ce ne sont pas ces "professionnels de l'antiracisme" qui inventent une grande part des insultes racistes ? Qui a entendu parler de banane et de guenon à Angers pendant leur manifestation, à part une seule personne qui l'a publié ?

Écrit par : Christine | mercredi, 30 octobre 2013

Peut-être serait il intéressant de se poser la question de la responsabilité des acteurs politiques de tous bords dans la manipulation de l'opinion publique et ce depuis Plus de 40 ans, et aussi de leur alliance objective avec les médias.
A qui profite le crime en quelque sorte? Et le corollaire, la société dans son ensemble est-elle mieux armée intellectuellement pour digérer l'information et ensuite dispose-t-elle de la formation nécessaire au libre-arbitre?

Écrit par : michel | jeudi, 31 octobre 2013

A propos de digues qui sautent, pas de commentairesur le ralliement de JF Martins à la liste PS d'Anne Hidalgo ?

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 01 novembre 2013

@Christian
Rien d'étonnant, je ferai un billet à ce sujet.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 novembre 2013

Les commentaires sont fermés.