Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Racisme : les digues sautent de partout | Page d'accueil | Ce que proposent Marielle de Sarnez et le MoDem contre la pollution »

samedi, 02 novembre 2013

Que penser du ralliement d'un conseiller MoDem à Anne Hidalgo ?

Jean-François, le représentant du MoDem au Conseil de Paris (Marielle de Sarnez lui avait cédé sa place, jugeant ne pas pouvoir cumuler efficacement eurodéputation et mandature municipale) a décidé de soutenir Anne Hidalgo au municipales de 2014.

Je voudrais avant toutes choses récuser toute forme d'anathème. Ce n'est pas une trahison ni un marchandage, en tout cas, pas à mes yeux, mais la suite logique des positions et des votes exprimés par Jean-François pendant 5 ans. Je le respecte beaucoup pour sa droiture, et, d'une certaine manière, je me réjouis s'il prend, sur la liste socialiste, la place de quelqu'un de moins investi et de plus sectaire, mais je ne cache pas que nous nous sommes opposés à de multiples reprises ces 5 dernières années (amicalement, je le précise).

Jean-François le dit lui-même : il a voté un peu plus de 50% des délibérations socialistes qui faisaient débat pendant la mandature municipale parisienne. 50% ! Faut-il s'étonner, dans ces conditions, qu'il finisse par rejoindre une majorité dont il est si proche ?

Sur les voies sur berge, sur le tramway, sur les rythmes scolaires, sur la répartition du logement social, il est d'accord avec la gauche. Personnellement, sur tous ces points, je suis contre, absolument contre ce que propose la gauche. Et j'ai râlé de voir notre élu soutenir des aménagements que je jugeais nocifs ou mal pensés. J'ai bien observé, en revanche, que l'UMP s'y est en partie opposée, de même que le centre-droit (Nouveau Centre). Et quand je considère les premières idées émises par NKM je les juge vraiment proche de ce que je pense. Que Jean-François leur reproche-t-il, au fait ?

Il est vrai que l'UMP représente une droite conservatrice : c'est ce que dit Jean-François, et il a raison. Mais avec à sa tête NKM, on peut espérer une modération. Il est vrai aussi qu'il y a des barons UMP qu'à titre personnel je ne soutiendrais jamais. Tiberi et son clan ne peuvent pas être soutenus dans le 5ème arrondissement. Je ne me verrais pas voter pour une liste sur laquelle figurerait un Tibéri (Père, épouse ou fils). Mais, à vrai dire, pas plus pour une liste où il y aurait Cohen-Solal, figure socialiste de la FCPE, pas moins compromise, dans un genre différent, que Tibéri. Je pense que cela m'arracherait la gueule de soutenir Goasguen dans le 16ème ou Lebel dans le 8ème. C'est vrai. Mais au moins autant de soutenir Pascal Cherki pour évoquer l'un des socialistes les plus sectaires dans la majorité municipale. Et je ne parle même pas des Fronts de Gauche...

Bref, des pas fréquentables, on peut en trouver des deux côtés. Dans ces conditions, c'est le projet global qu'il faut considérer. Que le MoDem s'allie avec l'UMP est une possibilité, pas une certitude, loin de là. C'est la place faite à notre projet qui déterminera notre alliance finale.

Jean-François assure qu'Anne Hidalgo est plus proche de Marielle de Sarnez que NKM sur le logement : où a-t-il vu que les Socialistes favoriseraient le retour des investisseurs institutionnels dans le logement parisien ? Quelle mesure socialiste existerait visant à favoriser le logement social pour les classes moyennes ? Non, comme d'habitude, la pensée socialiste, c'est d'utiliser le logement social pour nuire aux arrondissements de droite et pour cela, au lieu de rendre le logement social accessible au mérite, compter  y loger les cas sociaux, comme les Socialistes l'ont fait par exemple dans le 15ème. La proposition hypocrite et démagogique de Ian Brossat (futur ami de Jean-François ?) d'installer une aire pour Roms dans le Bois de Boulogne procède de la même logique bouffonne et grotesque.

Jean-François s'inquiète à juste titre de la tempête budgétaire qui risque de s'abattre sur Paris : imagine-t-il un seul instant Anne Hidalgo avec ses promesses de fastes mirifiques parvenir à réduire les dépenses ? Ou alors Jean-François s'est il converti à l'usage de la matraque fiscale socialiste ?

Et que fera-t-il, que dira-t-il quand ses nouveaux amis entameront l'édification des tours triangle ? Ne s'y est-il pas opposé avec force ? Se souvient-il que l'exécutif actuel a tenté de le museler sur ce sujet ? Et en ce qui concerne les Serres d'Auteuil, même si Jean-François semblait juger que le projet socialiste ne leur était pas si nocif (à l'inverse du MoDem du 16ème), il avait fini par se laisser convaincre que la couverture du périphérique pouvait constituer une alternative intéressante : or, que constate-t-il ? Le PS se contrefiche bien de tous les projets alternatifs et essaie de passer en force ! Il l'écrit lui-même sur son blog

Il va être instrumentalisé évidemment par la gauche qui va essayer de démontrer qu'Anne Hidalgo est capable de rassembler. Moi, je crois que la seule voix que cela amènera à Anne Hidalgo, c'est celle de Jean-François et aucune autre. Il était facile de convaincre quelqu'un qui était déjà convaincu et qui espérait de longue date voir une alliance MoDem-Gauche (celle-là même que je rejette avec la dernière des énergies). Mais les tours de passe-passe d'Hidalgo ne tromperont personne.

Que fera Jean-François s'il a face à lui un candidat du MoDem (au hasard, si c'est par exemple Marielle de Sarnez qui en avait fait son numéro 2) ? Il soutiendra un ayatollah vert-rose du genre Baupin (qui vient de le saluer très amicalement sur twitter) ? des potes socialistes copains comme cochons avec Unibail ? Christophe Girard qui a foutu en l'air une partie du Jardin d'Acclimatation afin de la donner à la fondation Vuitton alors qu'il  était lui-même un haut responsable de LVMH ?  Pascal Cherki qui insulte une organisation patronale et se réclame d'Hugo Chavez et de l'anticapitalisme ? Le même Pascal Cherki sera le porte-parole d'Anne Hidalgo ! Était-ce la peine d'avoir été un représentant important de la FAGE pour se retrouver finalement à copiner avec Bruno Julliard, qui ne doit son chemin au PS qu'à son parcours à l'UNEF ? Ce même syndicat étudiant dont Jean-François n'aura pourtant cessé de dénoncer les dérives tout au long de ses propres mandats syndicaux à l'Université ?

Il compte faire quoi, Jean-François, pour assumer toutes les nouvelles contradictions auxquelles il va devoir faire face ? 

02:38 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook | | |

Commentaires

ca fait plaisir de lire ce post. Très déçu par Martins sur ce coup la, vraiment. il parachève de valider la dérive gauchiste que l'on constate chez une partie de nos amis du Modem depuis quelques années.

Écrit par : Le Parisien Libéral | samedi, 02 novembre 2013

Je compatis, j'ai un problème semblable sur Malakoff

Écrit par : Phil | samedi, 02 novembre 2013

@Parisien
Cette dérive est en fait consubstantielle de la fondation de ce parti. J'ai toujours dit qu'il était au centre-gauche. Aujourd'hui il se recentre mais une fois encore cela va se faire avec des dégâts.
Je pense que JF ne veut pas risquer de se trouver associé avec l'UMP d'une quelconque manière. C'est la raison principale de son ralliement, mais il n'y a pas que ça : il se retrouve aussi sur les grandes lignes du projet de Delanoë.
Bonne chance à lui avec ses nouveaux alliés et surtout leurs amis...
@Phil
Il est clair que notre recentrage va nous coûter encore pas mal d'élus et de départs. On va vraiment se retrouver peu nombreux, au MoDem...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 novembre 2013

Il est évident que si ce "recentrage" doit conduire à exclure toute entente avec la gauche, la quasi-totalité des adhérents partiront : ceux qui étaient favorable à une telle option "toujours à droite" sont partis à l'UDI depuis longtemps.

Mais je note bien que le cas de Jean-François Martins est différent, puisqu'il fait là un choix individuel indépendamment de celui que fera le parti dans son ensemble ; ce que je trouve pour le moins regrettable pour un adhérent, qui de plus, doit au parti son mandat (ce n'était pas une élection individuelle et il n'était pas tête de liste). N'étant pas parisien, je peux bien sûr en ignorer certaines raisons, et ne me pencherai pas sur les projets respectifs de Mmes Hidalgo et Kosciusko-Morizet.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 02 novembre 2013

Franchement, à quoi vous vous attendiez avec ce choix vers lequel semble se diriger MdS de se fondre dans une liste commune avec l'UMP dès le premier tour ?

Si on est incapable, de présenter une liste centriste/démocrate autonome, y compris avec nos futurs partenaires (hummm...) de l'udi, sur une ville aussi symbolique que Paris, c'est comme si ce courant n'existait pas...

L'alliance avec le grand bloc de droite ou le grand bloc de gauche, s'il peut être payant en terme de sièges, va aussi effacer tout le travail d'autonomisation du MoDem et le faire imploser.

Il y a peut être certaines villes en France où il est possible de faire ce type d'alliances du fait de la personnalité du maire sortant mais à Paris, nous n'avons aucune raison objective de nous allier avec NKM ou AH dès le premier tour.

Avant même qu'il soit officialisé, on voit les limites et les dangers du futur rapprochement avec l'UDI qui n'est un parti centriste/démocrate que dans les mots et pas dans la réalité.

Ce que je remarque aussi, c'est que autant ce Jean François que vous même , cher hérétique, en êtes revenus aux bons vieux reflexes droite contre gauche...

La solution n'est ni à droite, ni à gauche, elle est au centre (je préfère dire personnellement qu'elle est démocrate), même si le chemin est étroit et difficile...

Écrit par : serge92 | samedi, 02 novembre 2013

@FrédéricLN et l'hérétique:

D'un point de vue politique, ce que vous appelez recentrage est plutôt un décentrage ;)

Écrit par : serge92 | samedi, 02 novembre 2013

Salut Fred
Les alliances avec la gauche vont en effet se faire rares...
@serge
Il est possible qu'il y ait finalement une liste indépendante à Paris mais il est vrai que je n'y crois pas beaucoup, pour être franc. A vrai dire, si le MoDem a un potentiel de voix intéressant, je pense qu'il n'a plus assez de militants pour pouvoir se présenter à Paris, d'autant qu'il y a la contrainte de la parité et qu'à mon souvenir, en 2008, notre base militante était aux 2/3 masculine.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 novembre 2013

@L'hérétique:
J'ai conscience que sur Paris, il aurait été difficile de partir seuls mais il aurait été possible d'envisager une liste modem/udi au 1er tour, pour le coup...

Je n'ai pas une grande affection (mais alors pas du tout) pour l'udi mais s'ils avaient le courage de constituer une liste indépendante de l'ump avec nous au 1er tour, ca marquerait un début de volonté d'autonomisation de leur part...
Après si on ne peut se maintenir à l'issue du 1er tour, chacun se positionnerait en conscience au 2ème...

Mais là je crois que je rêve...

Écrit par : serge92 | samedi, 02 novembre 2013

Le départ de Martins c'est sans doute l'un des derniers clous sur la boite en bois du Modem. L'UDF s'est reconstituée. Il ne restera rien de 2007. Le Modem n'a plus d'élus, plus d'argent, plus d'électeurs et quasi plus de cadres ou de jeunes pousses. La liste des partants depuis des années fait penser à la retraite de Russie. Demain on "fusillera" politiquement Martins avec Richir Dufour Condemine et Benhamias. Et tout ça pour quoi? La mairie de Pau?? Il n'y aura aucune liste autonome à PLM ni même dans la moindre capitale régionale ! Et du coté de l'UDI ce n'est qu'à peine plus reluisant. Tout ça pour ça? Pour retourner avec l'UMP dès le 1er tour comme avant 2004? Pour éviter qu'à chaque alliance à droite ou à gauche la moitié de l'équipage ne déserte il fallait des fondations : des décisions collectives d'investiture avec un respect de la décision collective qui s'imposerait de lui même, un programme affiché qui s'appuie sur un fondement idéologique moins creux que l'humanisme. Rien de tout ça n'a existé. Le Modem est resté un club de supporters idéalistes. Il fallait bien recentrer l'UDF en 2007 mais de là à s'afficher avec Hue, à se retrouver avec le PCF dans des majorités locales, à tendre la main sans garder le glaive ou une bouée dans l'autre...FB a sans doute trop tapé sur Sarkozy, ce qui a fait partir les plus à droite et amené au Modem des gens incapables d'accepter de travailler avec la droite. La mayonnaise du ni de droite ni de gauche n'a jamais pris. Maintenant Bayrou va se retrouver à l'ile d'Elbe de l'UDI mais je ne suis pas sur qu'il y ait beaucoup de volontaires pour aller l'y chercher un jour. On pouvait imaginer un pacte respectueux de chacun avec l'UDI indiquant qu'il n'y avait pas "d'ennemi au centre" de part et d'autre, que sauf concurrence on soutiendrait toujours le centriste s'il y en avait un en piste, qu'on accepterait les désaccords de second tour s'il y en avait mais qu'il y aurait au moins des candidats au 1er tour à chaque élection et même qu'en cas de 2nd tour un peu illusoire certes mais si symbolique ump udi-modem le centriste se maintiendrait. Rien de tout ça aujourd'hui et ça fait mal...un reddition sans conditions...

Écrit par : zapataz | samedi, 02 novembre 2013

@zapataz
Il y a une part de vrai dans ce que vous dites mais il faut bien s'atteler à la reconstruction. Je ne pense pas que Bayrou y ira à Pau et donc, votre raisonnement (et votre accusation) n'est pas valide.
@serge
c'est moi aussi la solution que j'aurais préférée, et de loin.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 novembre 2013

Encore un revirement symboliquement nocif.
Je vois l'affaire de loin, je ne suis pas parisien, mais ça fait très "j'ai un siège, je veux le garder, je ne vais pas risquer ma place en faisant la campagne avec le Modem, donc autant profiter des rumeurs d'une hypothétique alliance future avec l'UMP, que je n'accepte pas, pour aller directement avec le PS". Cela aurait pu passer à la rigueur, si une telle alliance avec l'UMP était officielle (mais Paris n'est pas Bordeaux), etc. Mais là...

Je ne connais pas Martins, personnellement son choix est peut-être pas excessivement incohérent, mais sa protestation d'amitié par rapport à Marielle de Sarnez ou Bayrou me fait sourire. Encore une défection qui endommage le parti et son image, d'autant plus qu'il était le dernier conseiller Modem restant à Paris.

Écrit par : Mairon | samedi, 02 novembre 2013

Rien que sur les Serres d'Auteuil et la A13, Martins est en désaccord avec Hidalgo.

Écrit par : Le Parisien Libéral | samedi, 02 novembre 2013

@Serge92 :

l'UDI A le courage de constituer une liste indépendante de l'ump au 1er tour.

Relisez toutes les déclarations de Christian Saint-Etienne à ce sujet.

Écrit par : Le Parisien Libéral | samedi, 02 novembre 2013

J'avoue ne pas avoir lu tous les commentaires mais je me pose une question qui me dérange. Si les "élection locales" sont locales, pourquoi on n'écoute pas tous ses élus ? Pour dire, près de chez moi je devrais soutenir un maire nullissime parce qu'il est dans le même groupe au conseil général que le responsable udi du département ? Ce dangereux sentiment de deux poids et deux mesures est mortifère.

Et je vous passe ce que je reçois des militants qui me savent opposé à ce rapprochement ...

Écrit par : Claudio Pirrone | samedi, 02 novembre 2013

Un peu comme FrédéricLN l'exprime, je pense que ceux qui ne sont pas parisiens n'ont pas forcément tout le contexte...
Malgré tout je me permets de vous confier mes impressions personnelles concernant Jean-François Martins.

Il m'a été donné de le rencontrer "de loin" à la Maison de la Chimie, lors du lancement des Régionales. Et je vais vous expliquer pourquoi je n'ai "pas pu" l'approcher :
Sans savoir que c'était lui j'ai vu plusieurs fois cet homme me regarder d'une drôle de manière.
En réalité, c'est lui qui me connaissait, m'ayant identifiée comme celle qui avait fait des interviews sur "Fréquence Orange" ! J'avais en effet réussi à faire -entièrement à mes frais- des interviews de Corinne Lepage pour Cap21 et une autre de Robert Rochefort (tous deux devenus Députés européens) ; ainsi que de Gilles Artigues.
Jean-François Martins, étant responsable à la Com', a tout fait pour m'empêcher de continuer. Ce qui m'a étonnée mais qui est finalement révélateur de son caractère, c'est qu'il ait envoyé une amie à moi pour me faire dire "que je ne pourrai pas escompter avoir une interview des cadres" à cause de Fréquence Orange où se trouvait une autre personne qu'il n'aimait pas.

Ayant entendu cela, je me suis débrouillée pour voir Bayrou et vérifier par moi-même le prétendu désastre : c'est à dire que je me suis mise dans son passage lorsqu'il quittait la salle sous les caméras. Il m'a visiblement reconnue et m'a fait un grand sourire tout en me demandant comment ça allait. Ensuite même chose avec Marielle qui m'a fait la bise, m'a tutoyée pour la première fois puis certifié qu'elle était bien sûr toujours prête pour une interview. Ne parlons pas de Jean Lassalle qui m'a appelé carrément "ma chérie" mais ça... venant de lui, rien d'étonnant.
Et ce qui m'a encore plus choquée quelques instants après, c'est l'attitude du journaliste Philippe Lapousterle, grand ami pourtant de FB, qui lui m'a carrément envoyé balader d'une manière irrespectueuse, en m'écartant d'un revers de la main ! Pour qui m'a-t-on fait passer pour qu'un tel journaliste que je n'avais jamais rencontré me déteste déjà ?!

Parce qu'il faut savoir que j'ai également réalisé une interview filmée de Jean Lassalle pendant ces Régionales qui m'a été confisquée puisque l'enregistrement ne m'a jamais été restitué. Ordre de "Jean-François Martins" encore ?!!

Tout ça pour dire que ce genre d'opérations tordues de Com' peuvent très bien être faites à l'insu des responsables eux-mêmes !
D'un côté Marielle de Sarnez qui se tient prête pour une interview et de l'autre Jean-François Martins qui m'évince sans ménagement.

Alors au risque d'essuyer encore des remarques de mon amie Isabelle, je redis haut et fort que François Bayrou et Marielle de Sarnez ont bel et bien été trahis par ce genre de personnage. La preuve maintenant. Ils ont eu le grand tort toutefois de ne pas s'être aperçus à temps du caractère peu loyal de certains. C'est pourquoi, pour ma part, j'approuve la réaction de Yann Wehrling...

Écrit par : Françoise Boulanger | dimanche, 03 novembre 2013

@Le Parisien Libéral

J'ai suivi votre conseil et j'ai trouvé ceci:

http://paris-ile-de-france.france3.fr/2013/10/28/l-udi-paris-souffle-le-chaud-et-le-froid-sur-l-alliance-centriste-347569.html

J'ai retenu ce lien en particulier car c'est l'article le plus récent que j'ai trouvé (28/10/2013)

Je ne retiens pas les articles plus anciens car nous avons vu, il n y a pas si longtemps, des politiques éminents rouler des mécaniques pour finalement rentrer dans le rang...
Je pense que vous trouverez tout seul des exemples à l'appui de mon propos ( j'en ai un de bien précis à l'esprit)...

Donc contrairement à ce que vous affirmez, l'UDI n'a le courage de rien du tout...
Alors peut être que la tête de liste potentielle de l'udi avait des ambitions mais l'udi en tant que mouvement est bien parti pour rester bien à l'abri de tonton UMP...
Apparemment je ne suis pas le seul à me faire des films même si ce ne sont pas les mêmes genre de films...

Écrit par : serge92 | dimanche, 03 novembre 2013

"Je ne pense pas que Bayrou y ira à Pau et donc, votre raisonnement (et votre accusation) n'est pas valide."
je n'"accuse" pas mais c'est validé

Écrit par : zapataz | jeudi, 07 novembre 2013

Lorsque j'ai entendu les premiers sons de cloche sur l'alliance...l'union..ou autres noms avec l'UDI,je me suis dit ,tiens..tiens FBayrou va t-il baisser son pantalon pour pouvoir avoir la mairie de Pau? ensuite lorsque j'ai vu,entendu qu'il ne manquait aucunes occasions pour taper sur FHollande et le gouvernement,je me suis dit ,là il donne des gages a l'UDI et par la même occasion a l'UMP,puisqu'il compte bien avoir leurs soutiens pour obtenir sa mairie.A mon avis il ne sera pas élu,mais s'il l'est il n'aura pas d'autre choix que d'appeler a voter pour le candidat quel-qu’il soit de l'UMP en 2017! Dans les deux cas le FBayrou qui avait placé tant d'espoirs dans "faire de la politique autrement,au dessus des partis et indépendance" cet homme là ne sera plus!

Écrit par : Coralie | vendredi, 15 novembre 2013

merci pour cet article très interessant

Écrit par : devis pose fenetre alu | jeudi, 11 septembre 2014

Laisse béton, la mère Francoise a toujours eu besoin de soins que je ne saurais apporter.

Écrit par : Martine | dimanche, 14 septembre 2014

@L'héré,
Vouus savez très bien mes liens d'apparentés y compris avec JL...
Sinon, un de mes cousins germains a été élu maire lors des dernières municipales.
Sinon, elle me fait rire la Francoise, com d'hab.

Écrit par : Martine | dimanche, 14 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.