Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Interdire les concours de mini-miss, c'est du constructivisme ??? | Page d'accueil | Sur l'école, il y a aussi Bayrou qui dit des choses sensées »

dimanche, 06 octobre 2013

Même sur l'école, la classe politique offre un boulevard au FN

Je finis de lire l'un des derniers billets du Merle Moqueur analysant les causes du succès de Marine Le pen à gauche. Jegoun le citait dans son dernier billet, s'inquiétant de la stratégie de la gauche pour endiguer la montée du FN.

Ben il n'y a pas qu'à gauche qu'on s'inquiète. Je suis atterré de constater que la seule à réagir de manière sensée sur la question des rythmes scolaires, c'est Marine Le pen. Et quand je dis atterré, c'est vraiment atterré. Évidemment, je n'avalise pas tout le discours de Marine Le pen sur la verticalité de la transmission. Je tends à penser qu'au contraire la connaissance se transmet d'autant mieux qu'elle se communique par empathie. Or, la verticalité ne permet en aucune manière une quelconque forme d'empathie et, sans empathie, on ne peut montrer à son interlocuteur que ce que l'on veut lui apprendre lui appartient en réalité autant à lui qu'à soi. Mais de renvoyer cette question à sa réalité, c'est à dire un leurre inutile, je ne peux lui donner tort.

Mais qu'ils se réveillent, les hommes et les femmes de gauche, du centre et de droite, bon sang ! Suzanne est une Républicaine, Jegoun un Social-démocrate et moi, un libéral à sensibilité démocrate-chrétienne. Trois sensibilités politiques très différentes. Et pourtant, nous disons à peu près les mêmes choses sur le Front National, dressant les mêmes constats. Et je ne parle même pas des blogues de droite : j'ai connu un temps où Corto était juste un mec de droite, parfois même modéré. Mais ça, c'était avant. Corto, aujourd'hui, il fait partie de cet ancien électorat UMP qui a basculé du côté obscur, et depuis un moment déjà. EDIT : manifestement, j'ai pris au pied de la lettre ce qu'écrit Corto depuis plusieurs années. Il assure qu'il ne se reconnaît pas dans les valeurs du FN mais, en revanche, se désespère du vide abyssal qui caractérise les propositions des autres formations politiques.

C'est affligeant de voir les différents partis politiques se copier les uns les autres, sur l'école, faisant semblant de polémiquer sur des mesures qu'ils partagent pourtant. Les rythmes scolaires en sont un exemple mais ce n'est pas le seul. Les principaux partis partagent sur le fond les mêmes vues dans le domaine de la pédagogie, divergeant à la marge sur l'apprentissage. Il n'y a pas non plus de différence sur le supérieur, tous visent les mêmes objectifs au nom de leur sacro-sainte démocratisation de l'école, dont le principe et le concept n'ont jamais été remis en question. Même rejet de l'excellence, et même hypocrisie de ces élites qui s'empressent d'en emprunter les chemins d'initiés.

Comme l'observe finement Suzanne, ce n'est pas un hasard si Bayrou a réalisé un vrai carton auprès des enseignants en 2007. Le programme de l'UDF et les idées défendues par Bayrou détonaient alors dans le paysage éducatif. Quand 2012 est venu, il n'en est plus rien resté tant les commissions du MoDem et leurs "spécialistes ès éducation" avaient fait du MoDem une annexe de la pensée unique au même titre que l'UMP et le PS. Et les quelques saillies de Bayrou n'y ont rien changé.

Mais, trêve d'école (j'en parle trop souvent sur ce blogue) le prochain sujet, c'est l'Europe et là encore, je suis très inquiet. Je ne vois pas comment des gens qui ont eu l'hypocrisie de voter la nuit ce qu'ils dénonçaient le jour pourraient avoir une quelconque crédibilité auprès du peuple français. La campagne européenne va être très dure parce que le FN va mener la danse et aura beau jeu de renvoyer les autres partis dans leurs cordes s'ils en viennent à critiquer l'Europe. Or, cette critique de l'Europe, je suis persuadé qu'elle sera un passage obligé, même pour les fédéralistes, s'ils veulent défendre cette très grande idée. Ce n'est pas l'Europe qui cause tant de maux, mais l'absence de transparence et, il faudra le faire admettre, ce sera difficile, son absence de pouvoir face aux nations et à leurs représentants. Il faudra avouer sur la place publique ce que de nombreux pro-européens se sont gardés de dire depuis fort longtemps : les pays européens n'ont pas tous le même projet économique et social, et cela, il faut en parler. Mais il faudra aussi défendre l'esprit de négociation qui a toujours permis de surmonter les blocages. Seulement, ces négociations, elles ne peuvent plus se dérouler dans un couloir, mais elles doivent apparaître sur la place publique et faire l'objet d'un débat démocratique. 

Je vais égratigner mes amis du MoDem, mais franchement, ils m'énervent tellement que c'est bien fait : je suis exaspéré de les lire disserter sur le centre, l'UDI, le MoDem, les valeurs du centre, la compatibilité UDI/MoDem, les états d'âme des uns et des autres qui ont tout de suite de grands mots pour parler de trahison de l'esprit de 2007 (ah oui ? Lequel ?) au moment où notre pays est divisé et a grand besoin que l'on se penche sur ses souffrances. Franchement, on a peut-être autre chose à faire qu'à se regarder le nombril ou à débattre de théories fumeuses, non ? 

00:05 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : école, fn, modem | |  Facebook | | | |

Commentaires

En ce qui me concerne, tu ne m'énerves pas :-)

Simplement, je suis désolé de voir que tu prends pour des états d'âme ce qui ne l'est pas. Il y a, à mon avis, un vrai problème politique de fond. Et on est en train de sacrifier les élections européennes en vue de dynamiques purement nationales.

Écrit par : Claudio Pirrone | dimanche, 06 octobre 2013

@Claudio
Et c'est quoi exactement, le problème de fond, Claudio ?

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 06 octobre 2013

De mon point de vue, simplement cette alliance va à l'encontre de ce qui est bien pour la France, l'Europe, et les citoyens. Elle marque un repli, comme j'ai dit ailleurs, "centristo-identitaire" qui nous rend complètement inutiles. Comme je l'ai écrit depuis 3 ans (et je le pense depuis toujours) le centrisme est une étape à dépasser, un socle sur lequel s'appuyer pour restructurer l'offre politique et inventer les clés de lecture qui permettent d'affronter les défis du futur (puisque le présent n'existe pas). Tu en as un exemple avec l'Europe. Tu sais bien à quel point je suis pro-européen, mais l'Europe est dans l'impasse. Face à cela, que proposons nous ? Dans la substance ? More of the same. Je suis d'accord que la création de l'Europe est une réussite historique dont les centristes peuvent être fiers. Mais ce n'est pas en regardant les succès du passé de manière béate, ce n'est pas en faisant semblant que le 53% qui ont voté non au TCE sont tous des idiots, xénophobes, égoistes et j'en passe, qu'on s'en sortira. Pour moi, peut-être je me trompe, le mythe de la réunification du centre porte tout cela. C'est un problème politique majeur, il me semble.

Et d'ailleurs, c'est un problème électoral également : j'avais cru comprendre que nombre de ces nouveaux alliés avaient soutenu Bayrou en 2012. Il me semble que cette campagne n'a pas été un franc succès dans l'opinion.

Si on vise les 10% on fait certes des élus (euh ... non, des parlementaires, des adjoints ... cela oui) mais on se condamne à être supplétifs. Alors, pourquoi avoir fait tout ça ?

Le MoDem n'a pas de sens s'il ne vise pas grand. Et là, c'est tout petit, car tous ceux qui ne font pas partie de la minorité centriste de ce pays n'ont même pas le droit au respect de leur différence. D'ailleurs j'ai remarqué que les centro-centristes ont l'insulte et la dénigration de l'autre assez aisé ...

Oui, je pense qu'il y a un vrai problème politique. Sérieux.

Écrit par : Claudio Pirrone | dimanche, 06 octobre 2013

du coté obscur ? comme tu y vas ! Il me semble que tu ne perçois pas vraiment le sens et l'ironie parfois de mes billets; je ne te ferai pas l affront de te demander si tu les as vraiment lu. Ce n'est pas grave.

Le FN, c'est un peu comme le fond de la marre, faudra-t-il qu'on touche le fond pour que nos politiciens "classiques " pensent enfin à rebondir ?

Voilà en gros ce que j essaie de dire ou de montrer. Visiblement maladroitement pour que tu m associes à ces gens la

Écrit par : corto74 | lundi, 07 octobre 2013

Salut Corto
Bon, ben désolé, j'ai pris tout ce que tu disais au 1er degré alors. Et pour le reste, je lis 90% de tes billets et une quantité non négligeable de tes tweets :-)

Écrit par : l'hérétique | lundi, 07 octobre 2013

c'est toute la difficulté du blogage, etre sur d'être bien compris même quand on fait du second dégré grossier.

Les blogueurs de gouvernement eux se plantent a chaque fois, alors merci de faire un effort pour ne pas te mettre a leur niveau :)

surtout que "Je l'ai lu. Sur le fond, je suis en accord avec toi. Le FN se nourrit aussi de l'absence de propositions des autres partis. " re- :)

Écrit par : corto74 | lundi, 07 octobre 2013

@corto
Va falloir que je publie un correctif dans mon billet.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 07 octobre 2013

Ce correctif me convient parfaitement. Merci
cordialement

Écrit par : corto74 | lundi, 07 octobre 2013

Écrire un commentaire