Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et les impôts locaux ? | Page d'accueil | Olympe de Gouges au Panthéon ? »

lundi, 11 mars 2013

Au nom de la démocratie

S'il y a une chose que je supporte de moins en moins dans l'Europe que nous formons avec d'autres nations, c'est qu'une commission obscure décide pour mon pays et pour moi ce que contient ou pas mon assiette ainsi que les informations auxquelles j'ai droit ou non quand j'achète les aliments de la dite assiette.

Il y a une verticalité dans le fonctionnement de l'Union européenne qui devient insupportable.

Ce devraient être les euro-députés qui fixent les règles qui régissent nos échanges, après qu'il y eût un débat que les opinions en soient saisies.

Ce n'est nullement le cas. Le ramassis de crétins que sont les commissaires, pour reprendre l'expression fleurie d'un de mes commentateurs (il se retrouvera), se comportent en valets idiots mais utiles des oligarchies et groupes d'intérêt de tout calibre.

Dans Mouvement Démocrate, il y a démocrate. J'aimerais que mon parti, par ailleurs profondément européen, prenne la tête d'une fronde sans concessions. Bayrou invitait à étiqueter nos produits alimentaires sans prendre l'avis de Bruxelles, tout récemment ; je suggère de ne plus demander son avis à cette commission quand il y va de notre santé et de notre bien-être.

Il n'existe aucune forme de transparence dans les directives aussi obscures que technocratiques qui redescendent de l'indigeste ventre mou administratif qui sert d'organe central à notre Europe. Pas de transparence, pas de vote, pas de démocratie. Pourquoi devrions-nous lui obéir ?

Je propose pour ma part que nous nous engagions désormais à ne respecter que les décisions qui émanent directement d'un vote du Parlement européen, seule autorité légitime pour décider de notre destin commun, nous autres Européens.

Cet engagement révolutionnaire, véritable coup de force démocratique, pourrait figurer dans le programme du MoDem pour 2014. 

Je pense profondément qu'on n'obtiendra rien sans véritable épreuve de force avec les technostructures nationales et européennes. La transparence a un prix et ce prix sera l'objet d'une lutte sans merci.

12:14 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : transparence, démocratie, europe | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'espère que ce "coup de force démocratique figurera dans le programme du MoDem. Il y en a vraiment marre de la Commission, l'Europe a acquis une dimension technocratique et bureaucratique absolument détestable et qui la dessert d'autant.

Écrit par : TASHZ | lundi, 11 mars 2013

@Tashz
Oui : en fait, nous devenons juste un espace commercial et les règles tatillonnes qui s'y appliquent n'en font pas même une zone de libre-échange.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 mars 2013

Rhaaa depuis le temps que je dis qu'il faut se barrer de cette Europe et de l'Euro :)

Écrit par : Vlad | mardi, 12 mars 2013

Je me permets de compléter prolonger billet.

http://philippegibault.wordpress.com/2013/03/12/pour-etre-acceptee-leurope-doit-devenir-plus-democratique/

Écrit par : Phil | mardi, 12 mars 2013

Salut Vlad
Défaire l'Europe non, mais faire sauter ses structures antidémocratique, oui.
Bonjour Phil
J'ai lu votre billet. Le TCE était une (petite) avancée pour le Parlement. Je vous rejoins sur l'ensemble de vos observations.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 12 mars 2013

En général, je suis plutôt spécialisé politique locale/nationale.
Comme quoi, grâce à l'Hérétique, je n'ai jamais parlé autant de l'Europe.

Je prolonge la réflexion sur un sujet qu'il faudra bien aborder un jour ou l'autre: le scrutin européen:

http://philippegibault.wordpress.com/2013/03/12/pour-rendre-leurope-visible-et-plus-democratique-en-france-revenons-a-une-circonscription-unique/

Écrit par : Phil | mardi, 12 mars 2013

Si les ministres français pouvaient être désignés au moins aussi démocratiquement que le sont les commissaires, nous pourrions nous attaquer à leur légitimité démocratique.

En attendant,....

Écrit par : Teo Toriatte | dimanche, 17 mars 2013

Écrire un commentaire