« Delanoë, les PV plutôt que la sécurité. | Page d'accueil | Réforme carcérale : il y aurait un principe pourtant simple »

mardi, 19 février 2013

L'étrange beauté des institutrices

Quand j'ai l'occasion de croiser des institutrices je suis toujours surpris d'apprendre leur âge véritable : je leur donne à chaque coup 10 à 15 ans de moins.

Elles sont souvent belles, les institutrices, et elles dégagent une aura de vitalité et de jeunesse incomparable.

Comment font-elles pour rester si belles ? Eh bien je crois qu'elles sont imprégnées en permanence de la jouvence que représentent les petits êtres qui gambadouillent et crapahutent autour d'elles.

Le contact quotidien avec de jeunes enfants, voilà la fontaine de jouvence, le secret de l'éternelle jouvence.

Bien des femmes dépensent des fortunes en soins de beauté, lifting, remises en forme et autres stratagèmes pour effacer aussi longtemps que faire se peut les ravages du temps ; sans doute n'est-ce pas inutile et il existe des procédés dont les effets sont spectaculaires mais rien ne peut égaler une immersion continue dans une classe de petits.

Comme elles sont belles nos institutrices !

18:07 Publié dans Education, Insolite | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : beauté, institutrice | |  Facebook | | | |

Commentaires

A chacun ses fantasmes, en ce qui me concerne, n'ai jamais rien vécu de tel, que ce soit avec les instits ou profs, quand à ceux de langues anciennes^^^Jamais!
Dslée.
Vous souhaite bon courage pour "de la démocratie gnagnagna", nouvellement sorti...Pas très original comme titre.

Écrit par : Martine | mardi, 19 février 2013

Oups, ai oublié les 'tits profs d'histoires-riettes dans le lot!
Eh voui, Mira m'a appris au moins une chose: il faut etre exigeant-e dans la vie...Surtout quand on est "jolie".
Salut!

Écrit par : Martine | mardi, 19 février 2013

Ouh c pas beau la jalousie !
Je dois dire aussi que mon fils a été gâté : la plupart de ses institutrices sont aussi jolies.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 février 2013

Ou alors c'est les 4 mois de congés annuels, va savoir ...

Écrit par : gogo | mardi, 19 février 2013

@gogo
tss, c'est pas bien d'être mesquin. On peut penser ce qu'on veut des instits, mais au moins, quand ils sont face à leur classe, on sait qu'ils ne sont pas à la machine à café ou en train de surfer l'air de rien sur des sites au boulot...mmmhhh ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 19 février 2013

lol !!!

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 février 2013

Bien essayé, l'Héré, bien essayé... Mais je ne crois pas que ça suffira pour faire naître des vocations. Même sous forme de spot publicitaire largement diffusé aux heures de plus grande audience...

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 19 février 2013

Mes amis d'EgaliTED en ont trouvé une bonne aussi :
http://www.egalited.org/attachments/Image/AmbitionEnseigner_auxAutistes.jpg

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 février 2013

J'ai eu une amie / compagne instit: je confirme, il y avait chez elle un état d'esprit plus jeune que ses artères... Le contact permanent avec des enfants doit sans doute en effet expliquer cela.

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 20 février 2013

lol, c'est quoi ce post ;-)

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 20 février 2013

au Parisien Libéral
ben quoi ? :-)

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 20 février 2013

Cette jeunesse, je la confirme chez celles que je connais. Malheureusement, la maturité et la sagesse s'alignent également sur les niveaux de leur classe.

Écrit par : Julien | mercredi, 20 février 2013

@Julien
Oui, c'est vrai, mais en même temps, l'énergie est un atout pour s'occuper de jeunes enfants.
C'est très vrai pour le primaire ce que vous dites : les maîtresses d'expérience sont impressionnantes d'efficacité.
C'est vraiment un beau métier.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 20 février 2013

@ Le Parisien Libéral

Vous n'êtes jamais sorti avec une institutrice? Dommage pour vous, ce sont des personnes très dynamiques et curieuses, en général d'une grande générosité et d'une humanité sans faille.

Écrit par : JF le démocrate | jeudi, 21 février 2013

Écrire un commentaire