Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Limiter les paiements en espèces ? Débile ! | Page d'accueil | Seconde vie »

mercredi, 13 février 2013

Une Académie de quoi ? Des sciences ? Vraiment ?

Pendant longtemps j'ai eu une haute opinion de l'Académie des Sciences, mais depuis trois-quatre années je commence à me poser de sérieuses questions sur la pertinence de certains rapports.

Puisqu'on est en plein débat sur les rythmes scolaires, je ne manque pas de préciser que leur étude sur le sujet ne m'avait pas convaincu, mais en la circonstance, c'en est une autre que j'ai dans le collimateur.

Elle consiste ni plus ni moins à faire l'éloge des écrans de toutes sortes pour les enfants y compris les tout-petits avec les tablettes tactiles.

Vanter l'acuité intellectuelle que développerait les tablettes en question pour nos enfants, on dirait du pur pédagogol dans le texte.

Je commence à soupçonner d'étranges convergences.

Grâce au Ciel, il existe tout de même quelques individus sérieux au sein de la communauté scientifique qui ont réagi au tissu de contre-vérités et d'absurdités par omission publiés par nos nouveaux savants.

Grand merci à Michel Desmurget, directeur de recherches en neurosciences à l'INSERM, Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale et Bruno Harlé, pédopsychiatre qui pointent dans une tribune libre du quotidien Le Monde toutes les failles de l'étude originelle. A lire, bien évidemment. Ah : pas moins de 64 experts en psychologie et neurologie ont tout de même co-signé cette tribune...

00:10 Publié dans Education, Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : écrans, enfance, addiction | |  Facebook | | | |

Commentaires

Merci d'avoir abordé ce sujet.
Oui, vous n'êtes pas le seul à avoir ce sentiment étrange et pas uniquement pour ce rapport ou cette académie.
Le social-clientélisme est souvent mis en avant comme moteur des dérives budgétaires et in fine de la dette. Mais on voit que cet argent sans cesse disponible a servi et sert même de plus en plus à corrompre le débat public sous toutes ses formes, y compris au sein des institutions les plus essentielles. Et quand ce n'est pas suffisant, on en créé sur mesure.
Si on ajoute à cela les dérives liberticides concernant les médias, ainsi qu'on a pu le lire dans le rapport de l'UE*, qui voudraient que seuls certains journalistes accrédités puissent aborder certains thèmes littéralement, les médias s'entendant au sens large, internet et blogs compris donc, cela devient très préoccupant.
* http://ec.europa.eu/information_society/media_taskforce/doc/pluralism/hlg/hlg_final_report.pdf

Écrit par : simple citoyen | dimanche, 17 février 2013

Quand le virtuel remplace l'éprouvé du corps.

Écrit par : pedro | vendredi, 22 février 2013

Écrire un commentaire