« PS, UMP et scores serrés | Page d'accueil | Et la racaille recommencera... »

dimanche, 25 novembre 2012

L'incroyable tolérance dont bénéficient les violeurs

S'il y a bien un crime qui mérite dix fois la mort pour moi, c'est bien le viol. A défaut, on pourrait au moins enfermer dans un cachot les auteurs des viols car ils ne méritent ni compassion ni rédemption.

Je ne puis que souscrire à l'appel des 313, bien évidemment, et féliciter ces femmes pour leur courage.

Je suis frappé de la légèreté avec laquelle on condamne les auteurs d'agressions sexuelles en France, sans parler des autres pays (en Égypte, au Pakistan, en Afghanistan, par exemple, ce n'est même pas un crime mais une pratique ordinaire encouragée par de larges parts de la population).

L'affaire de la jeune Chloé est une brique supplémentaire dans le mur. On savait que Kamel B. faisait partie de ces dégénérés dont on ne devrait pas même tolérer l'existence et pourtant, l'individu gambadait en toute liberté dans la nature sans être inquiété davantage.

Les violeurs ne sont pas punis comme ils devraient l'être en France et leurs crimes sont prescriptibles alors qu'ils ne devraient pas l'être.

Taubira s'est montrée très pressée de criminaliser les clients de la prostitution mais dans le même temps a délivré un message largement laxiste aux criminels. Entre son féminisme et le laxisme ordinaire qu'elle professe au nom d'un humanisme aussi dégoûlinant qu'exaspérant elle a choisi le second. 

Le gouvernement pourrait légiférer sur ce sujet mais se contente de bonnes paroles parce qu'à gauche, la répression, cela demeure le mal. La fibre libertaire garde de la vigueur.

Comment voulez-vous qu'un individu admette qu'il est l'auteur d'un viol s'il n'est pas couvert d'opprobe à la mesure de son acte ? Que fait la diplomatie française auprès de la justice égyptienne alors qu'une de ses ressortissantes a été sexuellement agressées au vu et au su de tous ? 

Je suis toujours frappé par la faiblesse des peines finalement  prononcées. Je crois qu'il y a toute une série de mesures à prendre pour lutter contre le viol :

- former les forces de police de manière à ce que les dépositions soient les moins douloureuses possibles.

- investir dans des moyens humains afin de suivre les victimes mais aussi leurs auteurs.

- garantir aux violeurs qu'ils paieront très cher leur crime et faire en sorte que cette promesse soit effective.

- éduquer très tôt notre jeunesse, non avec des discours de béni-oui-oui, dont tous se moquent, mais par des mesures concrètes dans le système éducatif à commencer par une révision de l'échelle de sanctions quand des discours et des insultes ouvertement sexistes sont proférés.

23:38 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : viol | |  Facebook | | | |

Commentaires

Dslée L'héré, ne comptez pas sur moi pour alimenter et ce billet et les AC/UDI/FN sur ce thème ni meme le magasine Elle que je ne lis plus depuis fort longtemps,suite troooop de pub, et articles consternants la plupart du temps.
Soo sorry...:o)))

Écrit par : Martine | lundi, 26 novembre 2012

Le manifeste des 313 est une bonne initiative. Je voudrais simplement qu'on me dise comment on a pu scientifiquement déterminer qu'en France, il y avait un viol toutes les 8 minutes. C'est la 1ère phrase de ce manifeste et elle est déjà problématique.

http://gabale.fr/?p=1185

Écrit par : Gabale | lundi, 26 novembre 2012

@Gabale
C'est calculé statistiquement : 10 femmes sur 100 portent plainte seulement en moyenne. Il n'y a plus qu'à faire une multiplication. Il suffit de regarder combien l'ont fait parmi celles qui signent pour avoir une idée de l'ampleur de la déliquescence dans laquelle baigne la société française. 75000 viols = 75 000 violeurs si j'excepte les quelques cas de violeurs en série.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 novembre 2012

Lorsqu'on parlait -il y a peu encore- de "devoir conjugal"... se rend-on compte que la loi a toujours été faite par des hommes pour des hommes ?! Parce qu'évidemment c'était une injonction adressée aux femmes. Femmes qui n'ont eu le droit de vote en France que tout récemment. Et qui ne l'ont toujours pas dans de nombreux pays. Une femme considérée comme "une mineure" !
Comment ne pas comprendre du coup (jeu de mot volontaire !) que pour certains hommes, une femme ne serait là que pour obtempérer à ses moindres désirs...

D'accord avec toi, l'Hérétique, les violeurs et principalement les violeurs d'enfants, devraient avoir des peines exemplaires. Il ne faut absolument pas le voir comme une vengeance, c'est juste incontournable lorsque l'éducation a été défaillante. Ce qui n'emmpêche pas d'éduquer dans le même temps pour faire évoluer les mentalités.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 26 novembre 2012

@Françoise
les deux vont de paire.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 novembre 2012

@françoise

Vous me faites toujours rire, même sur un sujet tragique. Merci...

Écrit par : Pas convaincu | lundi, 26 novembre 2012

"C'est calculé statistiquement : 10 femmes sur 100 portent plainte seulement en moyenne."
C'est déjà en soit une estimation (celle que je connais est de 4 sur 100, pas 10/100). Pas que je la pense fausse ou juste, mais je la prend avec des pincettes.

"garantir aux violeurs qu'ils paieront très cher leur crime et faire en sorte que cette promesse soit effective."
Oui la société doit punir ceux qui ne suivent pas la loi, mais la peur du gendarme n'a jamais montré son efficacité. Pourquoi les peines aujourd'hui sont-elles juste ou injuste ?

Je suis d'accord avec vos autres points, en particulier le dernier qui me paraît primordial.

Écrit par : melianos | lundi, 26 novembre 2012

Un peu en hors-sujet, sur la pénalisation de la prostitution, si vous voulez vous faire peur vous pouvez chercher comment sont calculés les chiffres sur la prostitution. (et c'est Najat Vallaud Belkacem qui s'est occupé du dossier, je ne crois pas que Taubira en ait parlé)

Écrit par : melianos | lundi, 26 novembre 2012

Et les violeurs ne passent pas forcément en cour d'assises. La raison invoquée, c'est la rapidité de la procédure...Mais c'est aussi une manière de minimiser le crime. Parole contre parole, et "elle l'avait provoqué", sans doute de par sa seule existence comme femme.
Les noms et coordonnées des victimes et témoins sont donnés en pâture à l'auditoire, dont certains éléments sont susceptibles de les menacer. Pourquoi ne pas autoriser l'anonymat ? J'ai lu un compte-rendu de procès où les amis des violeurs se permettaient d'insulter et menacer la victime et sa mère en plein auditoire.
J'ai l'impression que nous connaissons une régression en France quant le respect des femmes. Cela concerne la lutte contre les violences, mais aussi l'égalité des chances sur le plan professionnel et la représentation dans nos instances politiques.
Les tendances religieuses traditionalistes ont la haine des femmes ("la maman ou la putain"), comme certains en ont donné la preuve contre les militantes féministes des Femen.
Dans certains quartiers, sortir seule fait de vous une proie. C'est inacceptable dans notre pays (et dans d'autres).
Et les femmes soumises à "l'ordre moral" sont souvent les moins charitables envers les victimes de violences.
Comme pour la démocratie, le combat pour le droit des femmes est encore et encore à renouveler.

Écrit par : Mia | lundi, 26 novembre 2012

Écrire un commentaire