Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'armée, variable d'ajustement jusqu'au jour où... | Page d'accueil | Bayrou ne dit pas non à Borloo »

dimanche, 23 septembre 2012

Hollande et Ayrault ? A rebours des sondages...

Je crois que je fais jamais les choses comme tout le monde. Le dernier sondage IFOP fait état d'une chute sans précédent des cotes du couple exécutif. Hollande a perdu 20 points dans l'opinion en 3 mois et Ayrault 15.

Pour ma part, je suis passé de la catégorie "mécontent" à "plutôt satisfait". Je m'attendais à du socialisme et de l'idéologie de gauche pure de dure et, au final, je crois l'avoir déjà dit, c'est un gouvernement social-démocrate qui s'est installé en mai dernier.

Compte-tenu du contexte difficile, toutefois, je pense que la gauche devrait se garder d'agiter le chiffon rouge : le vote des étrangers, par exemple. 

Pour ma part, le seul vote des étrangers qui est acceptable, c'est celui qui est réciproque, et pour autant que l'on en reste à des élections municipales. Je rejette fermement toute autre solution, même si au fond, la mesure, une fois appliquée, ne concernerait que quelques milliers de personnes seulement.

Le PS n'a pas intérêt à insister sur ce point et on peut espérer que le projet sera assez vite abandonné.

Au fond, ce sont les reniements du candidat Hollande qui finissent par me rendre son action sympathique. 

Le plus drôle, c'est évidemment l'éducation : Peillon a affirmé embaucher 40 000 enseignants à la rentrée prochaine. Trop drôle : en fait, il y en a 22 000 qui partent à la retraite, ce qui ne fait plus que 18 000. Le problème, c'est que les concours de recrutement se sont effondrés : personne ne veut consacrer 5 années d'études pour exercer un métier en voie de dévalorisation rapide, aux conditions dégradées et au salaire peu en rapport avec les efforts consentis.

Si ce ministre avait pour un sou de bon sens il devrait commencer par revenir immédiatement sur la masterisation. Quel mot idiot, d'ailleurs, tout droit venu de la doxa européïste qui chercher à aligner tous les systèmes éducatifs. Bref, il faut revenir d'urgence à bac+3 pour espérer décongestionner le recrutement. Je ne suis pas sûr que cela suffise : dans l'ancien système, il fallait une licence, préparer une année le concours puis faire une année de stage pour devenir titulaire, soit...bac+5 au final ! S'il faut six années pour devenir médecin généraliste (on en manque d'ailleurs de plus en plus et le résultat des courses c'est que l'on va finir par se retrouver avec des praticiens roumains aux diplômes incertains en guise de toubibs...) quel est l'intérêt d'étudier 5 années pour devenir prof ? Comparons les salaires, c'est tout vu. Je me demande ce que cet incapable de Châtel aurait d'ailleurs fait si Sarkozy était resté au pouvoir face à une situation qui aurait été davantage dégradée encore...

Côté justice on va voir comment les juges vont interpréter les déclarations laxistes de Taubira, mais je crains le pire. Le Syndicat de la Magistrature va pouvoir continuer à condamner lourdement les petits excès de vitesse et libérer les mineurs violeurs récidivistes au nom des grandes politiques généreuses de "réinsertion". Vivement qu'on puisse coller un procès aux juges pour leur décision : cela deviendrait drôle bien que juste.

Côté économie, j'ai une proposition : renommons l'actuel Ministre de l'Économie et des finances Ministre des impôts. Je n'entends jamais Moscovici parler d'autre chose que d'impôts nouveaux... En fait, le seul cap qui est fixé, mais je l'agrée, c'est la réduction du déficit budgétaire. Pour le reste, contrairement à ce qu'affirme Mosco, le gouvernement cherche son chemin.

Les autres ministres sont quasiment transparents sauf lorsqu'ils font des bourdes, spécialité de Duflot. Je propose d'ailleurs de supprimer le Ministère du Logement qui ne sert à rien et n'a jamais servi à rien. Ce sera toujours cela d'économisé. Malheureusement, aujourd'hui, nous n'avons plus le choix qu'entre l'étalement urbain et la concentration urbaine. Sans révolution dans l'organisation du travail, je ne vois pas comment les gens peuvent faire autre chose que d'affluer vers les grandes villes.

S'il existait des transports ultra-rapides qui reliaient toutes les grandes et moyennes villes en France, avec des transports en commun non moins rapides au sein de chacune, maillant parfaitement leur territoire, on pourrait peut-être envisager un sérieux relâchement de la pression immobilière car les travailleurs pourraient passer très facilement d'une ville à une autre. On est loin du compte et c'est une politique de très longue haleine (au moins une décennie voire deux).

Voilà, la représentation que je me faisais du gouvernement socialiste s'est améliorée par rapport au mois de juin dernier, mais cela ne m'empêche pas de conserver un oil critique...

10:19 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : peillon, ayrault, hollande | |  Facebook | | | |

Commentaires

Il faut bien entendu conserver un œil critique, mais comme toi, je suis plutôt satisfait. Il est évident que l'ultra gauche décroche et que la droite est plus que jamais dans l'opposition et par conséquent la cote de Hollande va continuer de décroître. Mais c'était prévu, toute politique courageuse de réduction du déficit de l'état ne peut que faire des mécontents.

Écrit par : RPH | dimanche, 23 septembre 2012

@RPH
Oui, c'est évident. En fait, ce que j'attends de lui, c'est une action pour les entreprises d'un côté, et de l'autre, un effort sur la transparence en économie.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 23 septembre 2012

Pareil, moi aussi, je suis plutôt satisfait. Vu la galère dans laquelle se trouvent Hollande et Ayrault, il ne faut pas attendre de miracles immédiats de leur part. Ils évitent autant que possible des effets d'annonce sans lendemain et ils ont l'air de bosser sérieusement. C'est ce qu'on attend d'eux, non ? De l'action raisonnée et pas de précipitation irréfléchie.

Écrit par : MaxF | dimanche, 23 septembre 2012

M'est d'avis que vu la conjoncture, n'importe quel président fraîchement élu serait aujourd'hui dans la même situation que Hollande.

Je suis également, pour l'instant, plutôt satisfait de la façon dont se présentent les choses.

Écrit par : Didier | lundi, 24 septembre 2012

@Falcon:
"Tout ce qui est excessif est insignifiant" Talleyrand
Copie de mon com:
Une des premières mesures prises dans un établissement pour lutter contre la violence fut la signature d'une charte par les représenatnts des parents d'élèves doublé de la signature obligatoire du règlement intérieur par les parents et élèves.
J'y ajoute Ou de la responsabilisation des différents acteurs^^^.

Écrit par : Martine | samedi, 29 septembre 2012

Écrire un commentaire