Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La morale, elle commence dans les cours d'école... | Page d'accueil | Le latin, langue de l'Église ? »

mercredi, 05 septembre 2012

Déconfiture socialiste

Les cotes de popularité des Socialistes commencent à chuter. Ce n'est que le début. D'un côté, c'est bien fait pour eux, parce que cela leur apprendra à promettre des choses qu'ils savaient très bien ne pas pouvoir tenir, mais de l'autre, cela m'attriste parce que leurs ennuis sont d'abord liés à la crise économique et ça, les Français vont la payer cash.

Les Socialistes seront contraints d'augmenter CSG et TVA. Ils étudient déjà la piste de la première et la seconde va venir. Comme dit Marianno Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, quand il y a le mur de la réalité, on aimerait pouvoir faire une autre politique, mais on n'a pas le choix. C'est ce qui va arriver aux Socialistes. Ils ne créeront pas leurs 60 000 postes dans l'Éducation Nationale car ils ne pourront pas le faire. Au mieux, 20 000, c'est à dire ce que prévoyait Bayrou, et encore, ce seront surtout des postes d'assistants d'éducation car ce sont les moins coûteux bien que très utiles. Ils feront un tour de passe-passe pour comptabiliser leurs emplois avenir pour les jeunes dans le tas, ce qui permettra de faire d'une pierre deux limitations de dépenses.

L'État n'a plus la puissance de relever une économie à lui seul, les Socialistes doivent le comprendre et agir en conséquence. En revanche, il peut encore espérer établir un environnement propice au développement économique avec des lois, des infrastructures et du lobbying dans les grandes organisations politiques et commerciales (OMC, UE, FMI) et utiliser son soft-power culturel dans les autres pays, ce que la France semble avoir délaissé.

Il faut faciliter les choix des consommateurs, faciliter le développement des entreprises sur notre sol. Cela suppose de ne plus faire reposer sur les seuls salariés et entreprises toute notre protection sociale. Cela suppose aussi d'imaginer un contrat de travail à droits progressifs avec en même temps de vrais filets de sécurité. En somme ce que Bayrou a proposé aussi bien en 2007 qu'en 2012, ce que fait le Danmark et ce qu'a mis en place l'Autriche. Des pays avec des taux de chômage des jeunes deux fois moindres que les nôtres...Est-ce un hasard ?

On sait que les Français sont sensibles à leurs propres productions, c'est le fameux argument du Made in France qu'avait développé Bayrou pendant la campagne présidentielle. C'est une piste totalement abandonnée par la gauche, gauche qui délaisse d'ailleurs toute promotion de la qualité française alors même que le luxe, le made in France avec ses gages de qualité et la culture francophone devraient participer d'un triptyque gagnant que nous devrions avoir vocation à porter partout dans le monde.

Tout commence par la culture écrivait Bayrou en 2007 dans son Projet d'Espoir. Cette pensée forte est plus que jamais d'actualité. La culture ne se limite pas aux savoirs savants, elle s'exprime dans quelque chose de beaucoup plus large qui imprègne également la société et son économie.

Au final, je suis navré de l'impuissance socialiste. En fait de programme, on peut voir que leur principale mesure économique, puisqu'ils admettent tout de même que l'équilibrage du budget et des déficits est nécessaire, cela va être le matraquage fiscal. Je ne nie pas que des hausses d'impôts sont nécessaires, ou, tout du moins, une répartition différente de l'impôt, mais ce ne devrait pas être l'unique horizon d'une politique économique. Or, je crois qu'on en est à peu près là chez les Socialistes en dépit des rodomondades de Monsieur Montebourg...

01:17 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : socialiste, crise |  Facebook | | |

Commentaires

Globalement d'accord, sauf que...

1) beaucoup de ceux qui ont voté Hollande l'ont fait tout en sachant très bien qu'il ne pourrait pas tenir ses promesses et qu'il y aurait des mesures drastiques à prendre. Simplement, ils préféraient les voir prendre par lui plutôt que par Sarko.

2) C'est "triptyque", avec le "y" en second. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 05 septembre 2012

Pardon :

3) et c'est "rodomontades", avec un "D". C'est bien comme allitération : "les rodomontades de monsieur Montebourg"...

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 05 septembre 2012

Il est content, il a fait son papier wde critique politique. Au lieu d'être critique et négatif que ce soit de droite ou de gauche, le français devrait mieux soutenir le gouvernement qu'il a élu et regarder qu'il est bien loti au chaud dans sa petite France douillette. Quand à toi bafouilleur, remonte le moral des français au lieu de le saper.

Écrit par : Frederic | mercredi, 05 septembre 2012

@Christian
Merci. C'est corrigé.
@Frederic
Désolé, je n'ai pas élu ce gouvernement.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 05 septembre 2012

Complètement d'accord avec l'Hérétique.
Hollande savait qu'il faisait de fausses promesses, il avait même dit à ses proches "On ne conduit pas un enfant chez le dentiste en commençant à lui dire qu'il va avoir mal". C'est la différence avec Bayrou qui tenait à dire la vérité aux Français et faisait appel à leur conscience et à leur responsabilité. Bayrou prônait des efforts avec plus de justice sociale et fiscale sans oublier l'économie, les entreprises, la stratégie industrielle par filière, pour vraiment créer des emplois. Les socialistes veulent créer des emplois subventionnés alors qu'il faut "créer" de l'activité productive nouvelle, ils promettent des postes dans l'éducation alors même que le CAPES n'arrive pas à pourvoir aujourd'hui tous les postes (1000 manquent faute de candidats à niveau). Bayrou avait émis des propositions intéressantes et approuvées par la population, notamment pour booster le "produire en France", dont le gouvernement ferait bien de s'inspirer.

Bayrou est toujours "en avance", il a une bonne vision, il est aussi pragmatique, compare la France aux autres pays pour trouver les meilleurs pratiques, il prend différents avis, vérifie les chiffres et les sources. Il cherche à élever le niveau des gens, pas à faire appel aux bas instincts et à la démagogie.

Il faudra encore du recul pour que les gens s'en rendent compte ... Et en attendant la France s'enfonce encore.

Écrit par : Marie-Anne Kraft | mercredi, 05 septembre 2012

Entièrement d'accord avec toi Marie-Anne ! La grande différence des militants du MoDem finalement avec les partisans de le droite exclusive ou ceux de la gauche exclusive c'est que nous voulons chercher le meilleur de chacun pour en faire profiter tout le monde. Rien de plus.
Donc pas de fausses promesses, juste voir la réalité en face... La meilleure leçon de morale c'est l'exemplarité. Jusqu'à ce jour je n'en connais qu'un seul qui ait osé la revendiquer, puisque se sachant incorructible : François Bayrou.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 05 septembre 2012

En plus des savoirs savants, la société et son économie, la culture n'est-elle pas aussi la transmission du travail bien fait, en un mot, l'artisanat.
Parmi les plus jeunes à qui l'on enseigne la morale, certains poursuivront des études universitaires, et d'autres choisiront des formations professionnalisantes (BEP, CAP...) .
Nous pouvons souhaiter à chacun d'être un artisan, non un imbécile instruit.

Écrit par : pierre | mercredi, 05 septembre 2012

A supposer que les sondages disent vrais (ce dont n'importe quel être raisonnable peu douté très fortement), il faudrait savoir qui lâche la politique socialiste.
Quelles catégories sociales ne soutiendraient plus Hollande ? Quels électeurs du 1er tour feraient de même ?

Vous ne voyez que les citoyens des classes moyennes diplômées votant Bayrou au 1er tour. En gros, vous ne voyez que vous-même.

Moi je pense qu'il s'agit des citoyens de l'autre gauche, des citoyens des classes populaires frappés par la précarité, le chômage, les début de mois difficile, etc...
Et comme preuve tangible, la CGT proteste si fort qu'elle intime au 1er ministre de choisir entre les propositions syndicales et patronales. FO est lui aussi très remonté sur la signature du traité européen instaurant la curée austéritaire.
Comme le gouvernement en fait rien contre les licenciements (alors que le Front de Gauche a fait sa voté une loi au Sénat...), la CGT organise une manifestation.

Je pense que les opposants de gauche à la rigueur ne suivent plus le gouvernement ; expliquant ainsi sa relative chute dans les sondages.

Vous proposez que le gouvernement prenne des décisions néolibérales (réduction du nombre de fonctionnaire, précarisation du contrat de travail, fléxibilité). L'ennui pour Hollande est que ce sont ces options là que son propre camp social refuse (cf. actions de la CGT).

Écrit par : MetalKing | mercredi, 05 septembre 2012

Je ne comprends pas pourquoi ce blog s'appelle "l'hérétique" car il est absolument conforme à la mono-pensée libérale diffusée et rediffusée partout dans les médias (télé, journaux, internet..), les instances politiques et l'enseignement?
PS: je ne comprends pas cet anti-socialisme primaire, vous supportez Bayrou, François Hollande devrait donc parfaitement vous convenir il est très centriste...

Écrit par : vbd | lundi, 10 septembre 2012

@vdb
Ah ? En quoi il est conforme à la pensée néo-libérale ?
Sinon, en effet, il faut admettre que Hollande n'est pas un furieux. De là à le dire centriste, faut pas pousser non plus...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 10 septembre 2012

Exactement conforme même, exemple:
"Les Socialistes seront contraints d'augmenter CSG et TVA. Ils étudient déjà la piste de la première et la seconde va venir. Comme dit Marianno Rajoy, le chef du gouvernement espagnol, quand il y a le mur de la réalité, on aimerait pouvoir faire une autre politique, mais on n'a pas le choix"
Alors économiquement dire : ils seront contraints est ridicule, pourquoi obliger?
Non c'est faux il y a bien d'autres moyens de mettre un terme au déficit publique, ces leviers sont juste les plus faciles ET les plus faciles à faire passer dans une pensée libérale car il est dur de penser à augmenter les impôts pour les libéraux. La première solution pour eux, c'est de diminuer la taille de l'Etat, l'heure est donc grave pour que les droites européennes augmentent les impôts de cette façon.
En plus arriver à prendre une citation de Rajoy qui est un des pires en économie du continent il faut le faire, ses supers plans d'austérité ont permis a l'Espagne de passer d'une croissance annoncée de 1,5% à -1,5% (les autres plans d'austérité européens n'aident pas d'accord mais quand même bravo Rajoy).
Ah et "le mur de réalité" c'est comme le mot "réforme", il y a pas plus emprunt de libéralisme que ça,c'est le fameux "on aimerait faire mieux pour le peuple mais bon on a pas le choix", mais alors il ne faut surtout pas essayer d'autres techniques économiques qui elles ont faites leurs preuves comme : prendre exemple sur certaines décisions américaines qui sont bonnes ou alors sud américaines ou asiatiques qui elles marchent très bien , c'est prouvé. Tout comme il est prouvé que les techniques libérales : d'augmentation d’impôts qui brise la consommation, de baisse de salaire et de dépense publique qui baisse la consommation et l'investissement (donc 100% de la croissance car la croissance est égale à consommation plus investissement ndlr).

Et alors le "L'État n'a plus la puissance de relever une économie à lui seul" d'où cela sort? Soyons sérieux vous voulez compter sur qui? Le secteur privé? Jusqu’à preuve du contraire dans un système capitaliste et en plus libéral ce n'est pas son rôle, il le fera avec quoi, comment?
C'est une des principales différences entre le privé et le public, le public doit se charger de ça, pour rappel, le privé ne peut pas se charger de tâches non bénéficiaires sinon l'entreprise ne fonctionne pas et meurt, l'Etat lui possède l’impôt. Ce qui lui permet de prendre ces missions en charge...

Et l'Etat peut très bien le faire, il suffit d'avoir l'envie et de ne pas être borné aux dogmes habituels qui empêchent l'Etat d'avoir assez de recette et qui le prive de son système d'Etat providence(si il n’arrête pas ce rôle d'Etat providence il y a des déficits énormes, c'est le cas actuel. Il ne reste donc que deux choix à l'Etat : soit arrêter l'Etat providence soit percevoir assez de recettes pour l'assurer).

Donc oui ce blog est une superbe représentation de la mono-pensée libérale.

Écrit par : vdb | jeudi, 13 septembre 2012

ps: je ne comprend pas le rapport entre furieux et centriste.
Hollande est "libérale-démocrate" ou "social libérale" ce qui veux dire qu'il n'est pas de gauche, le libéralisme est marqué a droite et le social a gauche. On peux le classer en centre gauche a cause du culturel mais vraiment pas plus.
Quand a Sarkozy il est bien sur a droite mais avec un libéralisme accompagné d'une mauvaise gestion, on pourrait dire "libéralisme je m’en foutisme" très dangereux.
Mais le plus "furieux"(au niveau économie, le plus libéral) dans la campagne présidentiel c'était Bayrou qui lui prônait un libéralisme dur,50M de nouveaux impôts et surtout 50M de dépense en moins. Dont augmentation TVA et toutes les autres techniques dangereuses qui provoquent:
baisse de l'investissement (ici très fort 50M, ça fait plus de 2points de PIB) et grosse baisse de la consommation (la consommation représente 70% de la croissance dans une économie comme la France). Et ce n'est pas le produire en France qui aurait changer grand chose, même si c'est une bonne mesure, elle ne marche entièrement que dans une théorie libérale avec la concurrence pure et parfaite qui n'existe qu'en théorie.

Donc le plus furieux c'est bien Bayrou même s'il n'y parait pas...

Écrit par : vdb | vendredi, 14 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.