Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Class Actions : Taubira remonte dans mon estime ! | Page d'accueil | Eh oui : les promesses socialistes comme les feuilles d'automne... »

dimanche, 24 juin 2012

Meurtre d'un collégien à Rennes : pourquoi mentir systématiquement ?

La presse s'est faite l'écho de la mort dramatique d'un collégien survenue à Rennes. Je ne me prononce évidemment pas sur le fond des faits et je laisse cela aux juges, même si l'autopsie conclut bien à un meurtre et non à une violence sans intention de la donner.

Ce qui m'exaspère, c'est la propension de la presse et bien entendu, en amont, de l'Éducation Nationale, à présenter l'auteur de l'homicide comme un collégien sans histoire.

Ce n'est pas vrai. C'est un garçon qui a fait l'objet d'un rappel à l'ordre de la part de la police par le passé. 

Alors évidemment, cela semble devenu peut-être la norme dans l'esprit d'une intelligentsia bien-pensante, mais pas dans le mien.

Ceci explique cela, de quelque manière que l'on tente de tortiller la vérité.

19:03 Publié dans Education, Société | Lien permanent | Commentaires (74) | Tags : rennes, collégien, homicide | |  Facebook | | | |

Commentaires

J'ai lu l' héré, me suis battue sur ce thème...
Ne comptez pas sur moi, pour aider Normal 1er, déteste son phrasé et sa relation envers ses femmes...
@Sylvain,
Tu as la méthode à présent...Sache t'en servir et la diffuser dans ton milieu, mais à bon escient seulement, je compte sur toi.

Écrit par : Martine | dimanche, 24 juin 2012

Dslée l'héré, vous me semblez soutenir à légiférer com d'hab...
Quand il est possible de faire autrement.
Aussi, sur certains thèmes développés antan par NS and co, ai été en total désaccord, tout comme pour la nouvelle majorité avec UDI? Sa récente affidée qui avance masquée...J'ai du trop visiter Venise^^^.

Écrit par : Martine | dimanche, 24 juin 2012

Oups, ai oublié. AC a été financée par le "MooDem",quand bien meme^^^ aussi quand FB a dit JA, "pas toi!" certainement avait-il de très bonnes raisons...
Raisons pour lesquelles, je n'apprécie pas ce personnage, quand bien meme il se croit autorisé soudainement à intervenir sur le volet européen, sachant qu'il n'y représente rien...Son égo, p'tre?

Écrit par : Martine | dimanche, 24 juin 2012

Martine
Vos commentaires ne sont pas sur le bon sujet, je pense...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 24 juin 2012

Sissi, au contraire!
Après, vous etes libre de penser ce que bon vous semble...

Écrit par : Martine | dimanche, 24 juin 2012

L'Héré, c'est Martine toute entière qui n'est pas sur le bon sujet. Et ça ne date pas d'hier, hélas !

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 25 juin 2012

De toute façon, qu'il aie ou pas des antécédents, le crime reste un meurtre et pour ça, la loi existe: c'est la prison.

Je reste convaincu qu'on peu éduquer les jeunes et les reprendre à la façon "Hollande", pour la plupart des délits. Mais une fois la limite franchie.... Rappelons que le chef d'inculpation est homicide volontaire. Volontaire.

Écrit par : Homer | lundi, 25 juin 2012

Ouille, je vois un cas qui s'aggrave... si elle s'en prend au taulier, il sera bien obligé de la virer.
J'avoue que j'hésite entre "bon débarras" d'un côté et de l'autre, je vais regretter les bonnes rigolades qu'on se prenait avec...

Écrit par : luciolebrune | lundi, 25 juin 2012

@Homer
Je pense qu'il ne va pas y couper. Il n'y a sans doute pas de préméditation, mais pour avoir étranglé le plus jeune, il faut avoir serré un certain temps...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 25 juin 2012

Tout cela paraît il pour "un regard". Pourtant tout le monde devrait savoir qu'il ne faut jamais regarder un chien droit dans les yeux !...

Écrit par : airlane | lundi, 25 juin 2012

En contribution au débat sur le thème "Mon Dieu, mon Dieu, mais d'où leur vient donc toute cette violence ?", je dépose ci-dessous un extrait de la description sur Wikipédia du jeu "Grand Theft Auto", l'un des giga-best sellers du jeu vidéo depuis une quinzaine d'années :

"Les missions, variées et multiples, sont données par des commanditaires que le joueur doit aller rejoindre dans toute la ville. Elle doivent être complétées pour progresser dans le scénario. Assassinats, vols de voitures, déstabilisation d'un gang adverse, et autres crimes plus importants sont de la partie (comme la préparation en plusieurs phases du braquage d'un casino). Le joueur est souvent amené a conduire des véhicules, à provoquer une fusillade, ou à faire des courses de rue.

(...) Le joueur est impliqué dans un scénario, et au gré des évènements qui se déroulent en ville, les missions du joueur feront avancer le scénario. Ces missions lui apporteront également des récompenses, comme le déblocage de zones de la ville, des nouvelles armes données par les commanditaires ou de l'argent, qui permet de multiples possibilités, comme acheter de nouvelles propriétés."


Et si vous êtes sage, la prochaine fois, je vous parlerai de "Call of Duty", un giga-hyper-génial blockbuster du même acabit. Là c'est plus soft : il faut égorger des sentinelles au couteau avec un maximum de discrétion. Il paraît que le bruitage des flots de sang y est d'une grand réalisme.

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 25 juin 2012

@ Ch. Romain :

Et le principe de catharsis ?
On accuse pas Shakespeare de pousser les couples au suicide ...

C'est juste deux mômes qui se sont battus. Un geste malheureux et voilà. C'est triste mais c'est la vie. Accuser d'homicide volontaire ne rime à rien.

Écrit par : skunker | mardi, 26 juin 2012

@ Skunker

Oui, c'est un débat aussi classique qu'ancien : d'un côté, ceux qui disent que ce genre de jeu habitue à la violence, de l'autre ceux - comme vous - qui veulent au contraire y voir un dérivatif éventuellement cathartique.

Je vous ferai seulement observer quatre choses :
1) les spectateurs de Shakespeare ne sont pas acteurs de ce qu'ils voient ;
2) on n'accuse pas Shakespeare de pousser les couples au suicide, mais il semble établi que, par exemple, le "Werther" de Goethe a provoqué une épidémie de suicide, au point que le mot est passé dans le langage sociologique sous le nom "d'effet Werther" ;
3) l'exemple récent du "découpeur du Québec" illustre à l'évidence la capacité de la violence filmique ("American psycho", "Basic instinct"...) à inspirer certains esprits faibles ;
4) s'il y avait effectivement un effet cathartique, la montée de la violence imaginaire dans notre société (cinéma, jeux vidéo, chansons...) devrait s'accompagner d'une baisse de la violence réelle. Or, on assiste plutôt au phénomène inverse.

Quant à dire que "accuser d'homicide volontaire ne sert à rien", il me semble que c'est à la police et à la justice d'établir les circonstances précises de la chose. Le fait que, pour parler comme vous, "c'est juste un môme de treize ans qui est mort, tué par un môme de seize ans". Façon bien facile de balayer l'affaire d'un revers de main sans se poser de question ("C'est triste mais c'est la vie" dites-vous avec un beau détachement philosophique) et surtout sans se demander s'il n'y aurait pas par hasard des choses à faire pour éviter que ça se reproduise.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 26 juin 2012

Rappel à l'ordre pour quoi ? Avoir volé des bonbons ou tabassé le fils du voisin ?

Ch. Romain : vous oubliez le jazz, dans les années 30, qui poussait également à la violence, le rock un peu plus tard, le hard rock ensuite, ou Baudelaire, les échecs (bah quoi, le but est de tuer le roi adverse, en sacrifiant si besoin est ses "pions") etc...

Écrit par : melianos | mardi, 26 juin 2012

D'ailleurs, ce genre de choses n'a jamais existé avant les jeux vidéos, n'est-ce pas ?

Quand est-ce qu'on interdit "Sa Majesté des Mouches" ?

Écrit par : melianos | mardi, 26 juin 2012

Tiens donc, notre tout frais ministre de l'éducation veut créer une nouvelle fontion: assitant de prévention et sécurité, kesaco? Traduction sioux plait?
Les remèdes pourraient etre si simples, mais mieux de copier/coller une terminologie usitée ailleurs sans savoir ce qu'elle regroupe, bref je crains une nouvelle usine à gaz.
Il ferait mieux de veiller dans un premier temps à fournir une formation auprès des urgentistes avec remise à niveau annuelle, aux surveillants en soins de premiers secours, avec diplome à la clef et donc protection juridique.
DSA dans les établissements scolaires? Je dis bien DSA et non pas la nouvelle génération de ce type d'appareils.

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

@ Melianos

J'aime bien débattre, mais il y faut le minimum d'écoute, ce clarté d'idées et d'honnêteté intellectuelle dont vous ne semblez pas vouloir faire montre en l'occurrence. Essayez encore. ;-)

PS : Quant à "Sa majesté des mouches", vous devriez le relire pour essayer de comprendre ce qui, justement, fait l'objet de ce roman.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 26 juin 2012

Oh, non, la barjot qui prône plutôt que la prévention de la violence les secours... (ce qui est utile bien sûr) mais EN PLUS, et s'il n'y a pas des dispositions déjà prises en secourisme (dans mon pays, il y a un M. Sécurité par école, un enseignant qui a suivi un cursus).

Pourquoi pas un corbillard stationné dans l'école pour résoudre les problèmes de violence en zappant les éducateurs spécialisés et la formation des personnels à cette problématique tant qu'on y est ?

Écrit par : luciolebrune | mardi, 26 juin 2012

Tu perds ton temps, tu ne sauras rien du tout, et puis c'est tout. :p

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

@Ch.Romain : Justement, ce qui fait le jeu vidéo, c'est l'accomplissement, les méthodes (on entasse des caisses comme dans Tetris ou on tue des gens dans GTA) sont secondaires.

Dans votre exemple (GTA), vous confondez le moyen et le but, exactement comme je confond le moyen et le but dans "Sa Majesté des Mouches".
J'aurais pu prendre un autre exemple, un livre français dont je n'ai plus le nom où les parents abandonnent le village aux enfants qui doivent se débrouiller et recréer une organisation sociale, mais il n'y a pas de mort dans celui là (comme dans Tetris).

Écrit par : melianos | mardi, 26 juin 2012

Désolé, mais si vous voulez me soutenir que la violence (visuelle, auditive, narrative et essentielle à l'action) qui est requise du joueur dans "GTA" est comparable à l'attention requise pour l'empilement des caisses de "Tetris", à la narration de "Sa majesté des mouches" ou au spleen baudelairien, je ne peux tout simplement pas vous prendre au sérieux. Ça n'a juste rien à voir. Du reste, si ce que vous dites était vrai, pourquoi y aurait-il une telle prolifération de jeux vidéo fondés sur le "boum-boum-pan-pan-je-te-tue" avec raffinement chaque jour accru dans le détail réaliste, alors qu'un Tetris ferait tout aussi bien l'affaire ?

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 26 juin 2012

@Melianos,
Très joli commentaire :)
Votre contradicteur et accolytes ayant fait ses/leurs preuves ici meme sur ce blog, en termes de violence "verbale" (visuelle, auditive et narrative)...CQFD.

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

Être l'accolyte du contradicteur vaut mieux que d'être la colique du blogueur.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 26 juin 2012

ET qu'un C à acolyte me fait faire des fautes de copie en plus... contagieuse ???? En quarantaine !!!

Écrit par : luciolebrune | mardi, 26 juin 2012

Tiens, la décérébrée qui essaie de se hausser du col en mettant son grain de sel dans une conversation de grandes personnes ? C'est jour de sortie, aujourd'hui, chez les foldingos ?

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 26 juin 2012

Au passage,, vous avez noté la première intervention de la simplette, tout en haut du fil de commentaires ? Elle nous prévient de ne pas compter sur elle pour aider le Président de la République ! Mince alors ! Ils vont être drôlement embêtés à l'Elysée, eux qui comptaient sur elle pour sauver le monde avant la fin de l'année...

Quand je vous dis qu'elle est très, très gravement atteinte...

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 26 juin 2012

Les 3 premiers commentaires de Dinguette sont une page d'anthologie... on devrait faire une compil pour la donner à Yann Barthès, qu'on rigole...
Je vois ça d'ici : "Nous avons trouvé la responsable du programme MoDem de l'éducation" mouaaarffff !!!
Pardon, l'irresponsable ptdr !!!

Écrit par : luciolebrune | mardi, 26 juin 2012

A chacun son tour de bien rire. :ODDD

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

@Luciole,
Bonne idée, Yann va m'adorer. :) Suis aussi urticante ou poil à gratter qu'il peut l'etre, such a good idea we coulld meet! De plus sommes assez souvent d'accord sans le savoir l'un l'autre...
Réfléchissez y bien! :o)))

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

"De plus sommes assez souvent d'accord SANS LE SAVOIR l'un l'autre"
- si vous le dites, c'est que vous le savez. Forcément.
- il faut bien que l'un des deux soit forcément au courant, et c'est forcément celui qui le dit, c'est forcément celui qui entend l'autre parler, et, jusqu'à preuve du contraire, ce serait plutôt vous que Yann Barthès qui regarde l'autre à la TV.

Mais rassurez-vous : il se peut que ça change bientôt quand il vous aura trouvée, en effet. Je ne pense pas qu'il passe à côté d'un tel phénomène !!!

On pourra même lui fourguer votre copine de l'autre commission, celle qui fait 3 fautes d'orthographe à chaque mot, et qui agresse ses interlocuteurs...

Vous n'auriez pas un membre de votre famille qui se prénommerait Christine, par hasard ? Vous avez pas mal de points communs. Elle est un peu moins flinguée du cerveau, mais tout aussi mauvaise que vous. Mauvaise dans les deux sens, naturellement.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 26 juin 2012

Oups, Luciole, ton projet baptisé Wolfgang: me fais bien rire, pas le projet en lui-meme, qui tient en 14 pages sans réponse pragmatique à l'ensemble de la problématique: insertion des handicaps dans notre société, mais le prénom choisi m'a beaucoup fait rire. :o)) Ne dois pas etre la seule à ricaner ainsi.
Suis dslée, mais mieux serait que tu me laches la grappe^^^Tu passes ton temps à me poursuivre sur xxx blogs, pour m'y insulter copieusement sans contribuer aucunement aux débats ou pour ton "lobbying".
Vais-je t'alimenter encore? Certainement pas, dslée n'ai jamais eu vocation à jouer les mères Inuits, cela ne devrait pas etre une surprise, l'ai toujours dit. :)))

Écrit par : Martine | mardi, 26 juin 2012

Sinon,
vous pouvez toujours prendre conseil auprès de Miss Marple alias Francoise Boulanger, très prompte à trainer dans la boue Jean L (et autres)quand le fidèle des plus fidèles! Mais aussi le plus successful!
@FLN,
:ppp

Écrit par : Martine | mercredi, 27 juin 2012

Pauvre femme, c'est un résumé que tu as eu entre les mains (17 pages, tu ne sais pas compter ?) - le projet en lui-même fait plusieurs tomes...

Et tu n'as même pas su le lire, car il y avait l'explication du choix du nom du projet :

"Pourquoi le choix du prénom du petit Mozart, le symbole de l’enfant surdoué, pour ce projet concernant la scolarité des enfants en situation de handicap ? Pour que nous gardions tous à l’esprit de ne plus ignorer les dons et les talents de TOUS nos enfants. Car tous nos enfants peuvent apprendre, c’est le principe de l’éducabilité."

Il est évident que sans l'enfant qui l'a inspiré, ce projet n'aurait jamais vu le jour, c'est donc logiquement l'autre raison du choix de son nom qui te fait bien ricaner, au moins mon enfant il existe, pas comme les tiens qui existent uniquement dans ton imagination de pauvre cinglée.

Vu que tu ne sais pas bien lire, je ne vais pas t'envoyer les tomes qui abordent plus en profondeur l'aspect pratique (bien qu'il soit résumé dans le projet, ce que tu n'as pas su lire non plus apparemment);

Tu as le culot de venir polluer ce blog et parfois très rarement un ou deux autres que je commente souvent parce que leurs billets sont intéressants, et tu en déduis que je te poursuis ? T'es parano en plus du reste ? Ne te donne donc pas tant d'importance...

comme si les idées sorties de ton cerveau dérangé pouvaient m'inspirer ! tu ne sais pas toi-même de quoi tu parles 90 % du temps !

Mais surtout reste ici : tu me fais bien trop marrer.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 27 juin 2012

Ah j'oubliais : dans ton com suivant c'est normal que tu défendes J. Lassalle, après tout c'est ton cousin...
Sauf qu'il ne te connaît pas
Encore ton imagination qui te joue des tours !
Mouarrrrfffff !!!

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 27 juin 2012

@Ch.Romain : Vous oubliez qu'il s'agit de pixels, pas de vrai sang, de vraies personnes. Le seul problème vient des personnes qui ont du mal à séparer fiction et réalité, et là, qu'on parle d'un jeu vidéo, d'un film, du 20H ou d'un livre, la différence est très mince. Sinon, pourquoi une prolifération de ces jeux vidéos ? Principalement pour une performance technique légèrement supérieure (si on peut avoir une image plus détaillée, pourquoi ne pas le faire ?), quelques vagues améliorations de gameplay, de même que pour les jeux de foot (et pour Call of Duty, c'est plus rentable pour l'industrie de vous vendre un jeu 60€ tous les deux ans qu'un patch à 10€ tous les ans).

Ensuite, d'un point de vue développement, ces jeux sont plus simple à coder que d'autres, car justement une bonne partie du travail est déjà faite. On parle d'un développement d'un an, ou deux, là où les autres jeux en sont plus à 4 ou 5 ans de développement. Je vous ferais également remarquer qu'il ne s'agit pas des jeux les plus vendus. Pour les jeux les plus vendus, regardez plutôt du côté des Sims, ou des puzzle-game sur consoles Nintendo (Tetris-like, donc).

Écrit par : melianos | mercredi, 27 juin 2012

Je rajouterais que la prolifération des jeux vidéos violents ces 15 dernières années dans le monde ne semble pas s'être suivie d'une flambée de violence et de meurtres. La première cause de mortalité chez les jeunes reste le suicide des homos.

Écrit par : melianos | mercredi, 27 juin 2012

Que ce soit des pixels ou non, il s'agit bien de jeux dans lesquels le recours à la violence, non pas symbolique et ritualisée (comme aux échecs)mais rendue aussi crue et réaliste que possible se trouve valorisée, gratifiée et récompensée : dans GTA, plus on vole de voitures, plus on écrase de gens, plus on tue,, plus on gagne d'argent et meilleur on est ; dans COD, plus on descend d'ennemis, plus on égorge de sentinelles et plus on accumule de points.

Concernant les ventes de jeux, le magazine "Forbes" a établi en 2008 un classement des jeux qui s'étaient le mieux vendus aux USA sur les 15 dernières années (donc, compte non tenu des effets de mode). Premier : GTA San Andreas (assassinats et vols de voiture - 9,4 millions d'exemplaires), second : Guitar Hero (jeu musical rock - 8,2 millions), troisième : Madden 07 (simulation de football américain - 7,7 millions), quatrième : GTA Vice City (idem premier - 7,3 millions), cinquième : Madden 06 (idem troisième - 6,6 millions), sixième : Halo 2 (super-soldat super-armé boum-boum-pan-pan - 6,6 millions), septième : Call of Duty Modern Warfare (idem "Halo" mais contemporain - 6,2 millions), huitième : GTA 3 (idem premier - 6,2 millions)... Je n'ai pas trouvé de classement équivalent plus récent ou fait sur l'Europe et encore moins sur la France, mais si vous en avez ça m'intéresse. Clairement, les "Pan-pan-je-te-tue" tiennent le haut du pavé.

Quant à dire qu'il n'y a pas de montée de la violence dans notre société depuis une quinzaine d'années, c'est une affirmation dont je vous laisse toute la responsabilité - y compris celle de le démontrer. Pour ma part, je crois constater au contraire une montée non négligeable de la violence et de ce qu'on appelle pudiquement "les incivilités", en particulier chez les jeunes.

Par parethèse, je trouve amusant notre société où des gamins prennent des bains de sang virtuel par la grâce de jeu vidéo largement distribués tandis que, dans le même temps, on met en place d'urgence une cellule d'assistance psychologique sitôt qu'un chat se fait écraser devant une école dans la grande rue d'un village. Mais bref...

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

http://www.afjv.com/news.php?id=280&title=etude_jeu_video_france
350 millions de Angry Birds :)

Vous comparez les incivilités avec le meurtre, j'en reste sur le cul là O_o

http://fr.wikipedia.org/wiki/Homicide#Statistiques_en_France

Lien plus sérieux :
http://www.cesdip.fr/spip.php?article350

Pour ma part, je crois constater une grogne générale en France, et un certain clivage entre "catégories" de Français qu'on a cherché à monter les uns contre les autres, et sans passer par les jeux vidéos. Et une crise économique.

les jeux vidéos ont bon dos.

Écrit par : melianos | mercredi, 27 juin 2012

Vous confondez allègrement le jeu sur smartphone (type AngryBirds) et le jeu sur PC ou console. Je pense que vous savez très bien que c'est une assimilation abusive en termes de prix et en termes d'usage.

Je ne compare pas incivilités et meurtre : depuis le début de notre échange je parle de "violence". Et je ne fais pas l'erreur de confondre "montée de la violence" et "montée des homicides". D'où le fait que je n'ai pas pris en compte, plus haut, votre remarque sur les causes de mortalité chez les jeunes : votre affirmation était exacte mais hors de propos. La même remarque vaut pour votre dernier lien.

Qu'il y ait une montée de la grogne et des clivages en France, ainsi qu'une crise économique, je vous l'accorde volontiers ; mais je ne vois pas en quoi cela est contradictoire avec la moindre de mes affirmations depuis le début de notre échange.

Enfin, votre dernière phrase exprime une opinion (ce qui est pleinement votre droit), mais ne constitue pas un argument. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

@ Ch. Romain :

Le joueur est-il vraiment acteur ? Il suit seulement le fil narratif et l'expérience est la même pour chacun. D'autant que les personnages ne sont pas de chaire et de sang contrairement au théâtre.

Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait que la violence augmente d'une façon générale.
Mais pour moi c'est parce que la société est de plus en plus violente que ça finit par transparaitre dans chaque création de l'esprit et pas l'inverse.
D'ailleurs pour le coup les FPS sont franchement un mauvais exemple : quand ils ne retranscrivent pas des conflits bien réels on peut aisément voir les sources d'inspirations.

Moi je vais prendre en exemple les hippies : paix, amour (et drogues un peu aussi). C'est ce qu'on peut retrouver dans les œuvres des artistes de ce mouvement.

Les chiffres des ventes soulignent mon propos. Pour reprendre Coluche "suffirait que les gens arrêtent d'acheter pour que ça arrête de se vendre". Mais la violence est dans nos goûts, surtout quand elle est virtuelle/symbolique, bref sans risques.

Écrit par : skunker | mercredi, 27 juin 2012

dans le jeu vidéo, le joueur est davantage impliqué que dans le visionnage d'un film par exemple : il choisit ses armes, il choisit sa cible, il choisit son moment, il tire (certains dispositifs étant d'ailleurs conçus pour reproduire autant que possible la sensation d'appuyer sur une détente), il contemple le résultat de son "action" et en ressent une satisfaction narcissique et émotionnelle avant d'en recevoir une récompense dans le cadre même du jeu. L'expérience est plus directe, plus immédiate et - je le répète - plus impliquante que celle qui consiste à assister à un spectacle, fût-ce avec des acteurs de chair et de sang.

Que les sources d'inspiration des FPS violents soient de vrais conflits (comme certains COD) ou non (GTA) ne fait, à mon avis, pas grand chose à l'affaire. Que veux-tu dire en pointant cet aspect des choses ?

D'accord sur le fait de dire que montée de la violence en général et montée des jeux violents sont des phénomènes concommitants. Mais doit-on exclure l'idée qu'elles se renforcent peut-être mutuellement ?

Je n'ai pas compris ce que tu voulais dire avec les hippies, ni avec la phrase "les chiffres de vente soulignent mon propos". Peux-tu préciser ?

Cordialement,

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

@ Ch Romain :

J'ai bien sentit que j'avais du mal à développer mon propos x).

Ce que je veux dire c'est qu'on retrouve souvent dans les créations artistiques ce qui caractérisait l'époque où on vécut leurs auteurs. Les jeux vidéos comme les autres formes de créations de l'esprit sont à notre image.


C'est parce que notre société est violente qu'elle inspire des loisirs comme GTA. C'est en ça que les hippies sont un bon exemple, ils prônaient la paix, et les œuvres disons trashs, bien qu'elles existent certainement sont marginales et n'ont pas rencontré de succès à l'époque.

"les chiffres de vente soulignent mon propos"
Tous les jeux ne sont pas violent, pourquoi est-ce qu'on ne retrouve aucun mario, aucun jeux de gestion ... dans le classement que tu cites ?

J'ajouterais qu'il faut relativiser.
La durée moyenne d'un jeux (le scénario) doit tourner autour de 20/25h, comment imaginer que ça puisse suffire pour rendre quelqu'un violent ?
Après il y a le multijoueur qui sur la durée peut représenter des milliers d'heures passées devant l'écran, mais c'est toujours payant donc l'âge des joueurs augmentent nettement (requiert paiement par carte via internet).

"Que les sources d'inspiration des FPS violents soient de vrais conflits (comme certains COD) ou non (GTA) ne fait, à mon avis, pas grand chose à l'affaire. Que veux-tu dire en pointant cet aspect des choses ?"

Ca montre juste un peu plus que c'est bien la société qui inspire le jeux vidéo et pas l'inverse quand le scénario est tiré de fais réels.

Et si un joueur maladif de COD descendait demain dans la rue pour tuer tout ce qui lui semble un peu maghrébin, ce serait la faute de COD ou de sa source d'inspiration ? le jeux ou la réalité ?
La catharsis n'existe pas lorsqu'il s'agit de représenter l'actualité ou ce qui continu à avoir un impacte sur nos esprits (nazis).

Écrit par : skunker | mercredi, 27 juin 2012

@ Skunker

Sur les rapports violence dans la société/violence des jeux vidéo, j'ai donc déjà répondu.

Le classement que je cite ne fait pas apparaître de "Mario" ni de jeu de gestion parce qu'il n'y a pas de "Mario" ni de jeu de gestion parmi les jeux les plus vendus au cours des 15 dernières années aux USA, en tout cas pas dans les 8 premiers. Que veux-tu que je te dise d'autre ? C'est un classement fait par le journal américain "Forbes" en 2008 et qui porte sur quinze années de ventes de jeux vidéo aux USA. Je n'ai pas de raison particulière de le mettre en doute. Les faits sont les faits.

Qu'un jeu soit ou non inspiré de la réalité ne change pas grand chose, à mon avis, à la question. Il me semble que la question tient plus à trois choses : le réalisme de la représentation, l'aspect positif du massacre (dans tous ces jeux, on est gratifié et récompensé lorsqu'on tue) et le degré de stress et d'adrénaline généré par l'implication dans le jeu. Pour faire court, le plaisir et l'émotion narcissique sont associés au fait de se montrer violent et de laisser libre cours à ses pulsions violentes.

Si un joueur de COD descendait demain dans la rue pour tuer tout ce qui pourrait lui sembler un peu maghrébin, on commencerait par regarder ce que seraient ses opinions politiques. Ce serait beaucoup plus politiquement correct que de se demander s'il joue à COD. Après seulement, si on découvrait que le type est un militant d'EELV ou du PS, voire du FDG, on se poserait la question de ses loisirs. Mais bon, c'est une hypothèse d'école.

Quant à savoir si un jeu comme "Wolfenstein 3D", par exemple, qui met en scène des soldats nazis, a ou non une vertu cathartique, je te laisse en discuter avec Melianos... ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 27 juin 2012

@ Ch. Romain :

On peut aussi objecter à ton raisonnement que la plupart du temps on incarne un héros avec des objectifs plus ou moins nobles.
La violence pénètrerait l'esprit mais pas la raison pour laquelle on l'utilise ?

Le fait qu'on s'inspire de faits réels peut faciliter l'identification aux personnages. On reproduira plus facilement les actes d'un soldat américain que d'un mec capable de voler ou d'envoyer des rayons avec ses yeux. Pour moi sa rentre dans ce que tu appels "le réalisme de la représentation", quand tu sais que tel bunker existe vraiment, que telle ruine à été reproduite à partir de photos, tout prend une autre dimension.

Que penser alors des reconstitutions historiques ? Difficile de faire plus concret comme représentation.

Ce que je penses en fait, c'est qu'une personne "normal" ne deviendra pas violente en jouant, mais qu'au contraire une personne violente pourra reproduire ce qu'elle a vu. Réutiliser quelque chose qui a paru efficace.

Tu trouves philosophique de dire que ce n'est qu'un geste malheureux aux conséquences tragiques, moi pas du tout.
J'ai un petit frère, et à l'âge de ses deux jeunes des clés de bras sur le cou on s'en est fait des dizaines sans jamais avoir vraiment l'intention de se faire du mal, et je me dit que ça aurait pu avoir les même conséquences à chaque fois.
Comment imaginer qu'un jeune de 16 ans puisse vouloir la mort d'un autre de 13 ans alors qu'ils ne se connaissaient pas.
Pour moi c'est juste un immense gâchis. Un gamin mort et l'autre qui va aller moisir en prison, deux vies fichues à peine commencées pour une porte ouverte trop vite ...

Écrit par : skunker | jeudi, 28 juin 2012

@ Skunker

Dans "GTA", on incarne une petite frappe qui vole des voitures, pille des banques et assassine pour remplir une mission qui lui a été confiée par un patron de la pègre. Je ne crois pas que ce soit ce que tu appelles des objectifs nobles. Du reste, tu évoques là le débat classique de la fin et des moyens. Pour ma part, je crois que l'attrait de jeux comme COD ou GTA tient à la complexité des armes utilisées et des situations affrontées, donc en dernière analyse à l'habileté et à la violence requises pour triompher, plus que dans la nature du but proposé.

D'après ce que tu dis, le fait qu'un jeu soit fondé sur une réalité le rend encore plus impliquant et donc, en somme, augmente encore l'effet psychologique que je souligne. C'est peut-être vrai, je ne sais pas.

Je pense que la pratique intensive de ce genre de jeu modifie le rapport à la violence et autorise graduellement, dans l'esprit du joueur, des comportements sociaux d'intolérance ou de brutalité égocentrique.

Ma mention d'un "beau détachement philosophique" était évidemment ironique. Je pensais que vous l'auriez compris. La formule "C'est triste mais c'est la vie" que vous avez employée m'a semblé manifester à la fois une indifférence malvenue pour l'aspect humain de l'affaire, et un manque de réflexion sur ses causes. Vous écrivez à présent : "Comment imaginer qu'un jeune de 16 ans puisse vouloir la mort d'un autre de 13 ans alors qu'ils ne se connaissaient pas". Mais c'est justement toute la question. Si c'est une bagarre qui a mal tourné, OK. Mais si c'est autre chose ?

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

Je ne sais pas trop par où commencer. CoD et autres FPS sont aussi présents sur smartphone, et quand on regarde la masse des jeux vidéos qui sortent et sont vendus, les FPS (pan pan boum boum) sont le dessus de l'iceberg (il y a d'autres exemples de jeux dans les liens que j'avais fournis). Donc la comparaison à Angry Birds me paraît être malgré tout valable.

Ensuite, dans le jeux vidéo même, une étude de 2008 est un peu obsolète aujourd'hui, c'est un marché en pleine expansion et modification (en partie grâce aux tablettes et smartphones).

Les critiques sur la "violence" des jeux vidéos datent de l'époque où ceux ci existaient en mode texte uniquement, aujourd'hui on a une ébauche de détails, mais la critique n'a pas bougé (maintenant c'est sur la base des graphismes et plus uniquement de l'action). Peut-être que vous ne critiquiez pas à l'époque, mais l'impression que j'en ai c'est juste celle d'un disque qui tourne en boucle.

Comme c'était noté à la fin de starcraft (jeu de stratégie de 1998) "aucun pixel n'a été blessé lors de la conception de ce jeu". Comme quoi, les polémiques existaient déjà à l'époque, alors qu'il n'y avait pas la performance graphique d'aujourd'hui.

Bref, pour l'instant, toute supposée implication des jeux vidéos dans la violence ambiante est un point de vue hautement subjectif.

Écrit par : melianos | jeudi, 28 juin 2012

De mon point de vue, comparer les jeux vidéo qui représentent 25 à 30 h de jeu et sont vendus à la Fnac avec les jeux de smartphone, c'est un peu comme comparer un film en salle ou en DVD avec une vidéo amateur sur YouTube ou DailyMotion. Pas le même prix, pas le même usage, pas le même niveau d'implication.

En 2008, les jeux "pan-pan-boum-boum" ont représenté le plus gros des ventes sur les quinze années écoulées (1993-2008, donc), sur le marché US. C'est un fait. Encore une fois, si vous avez une étude plus récente, je suis preneur (j'ai trouvé quelques chiffres, mais pas d'autres enquêtes sur plusieurs années). Mais en l'absence de chiffres, évitons les affirmations non étayées.

Je ne vois pas en quoi le fait qu'une critique soit déjà ancienne la rend pour autant irrecevable ? Et je ne vois pas en quoi les progrès faits par les jeux vidéo en termes de réalisme dans la violence ou de violence accrue du point de vue visuel (sans même parler du point de vue narratif, comme dans GTA) rendraient cette critique moins pertinente.

Si vous pouvez me donner l'exemple d'un "point de vue" qui ne soit pas "subjectif", ça m'intéresse. Un point de vue est subjectif par définition. Par contre, il peut être plus ou moins argumenté et étayé par des faits. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

Le temps de jeu des CoD et autres FPS n'est pas 25-30H, vu que la majeure partie du temps passé dessus est en multijoueur, et se compte plutôt en centaines d'heures.

Des chiffres vous en aviez là :
http://www.afjv.com/news.php?id=280&title=etude_jeu_video_france
120 millions d'exemplaires de Mario depuis 30 ans.

Cette critique est ancienne, et est toujours appuyée sur rien qu'un point de vue subjectif. Il y a des études décriées qui annoncent que les jeux vidéos rendent violents, d'autres (tout aussi décriées) qui annoncent le contraire, ou que les jeux vidéos n'ont pas d'effet.

Votre point de vue, si je suis bien, c'est "y a de la violence dans les jeux vidéos, de la violence dans la rue, coïncidence ? Je ne crois pas" mais c'est tout.

Écrit par : melianos | jeudi, 28 juin 2012

Vous vous répétez : j'ai déjà vu votre lien et je vous ai dit qu'on y agglutine des jeux de façon à mon avis indue : "Angry Birds" et "COD", par exemple. De plus, le chiffre que vous citez n'est pas pertinent : 120 millions de SuperMario depuis trente ans, toutes catégories confondues (PC, console, Smartphone...) et dans le monde entier. Désolé, mais l'étude Forbes que j'ai citée me semble plus précise.

Si les jeux que je mentionne (COD ou autres) se jouent pendant des centaines d'heures, mon distingo n'en est que plus pertinent. Merci donc de cette précision, qui apporte de l'eau à mon moulin.

Encore une fois, une critique ancienne n'en est pas moins pertinente pour autant. A mon avis, l'homme de Néandertal devait déjà recommander à ses enfants de ne pas jouer avec le feu. Depuis, on a inventé les allumettes et le briquet, mais le conseil n'en reste pas moins valable.

Vous avez parfaitement compris et résumé mon point de vue.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

L'homme de Néandertal recommandait probablement à ses enfants de ne pas jouer avec le feu car il savait que le feu ça brûle.
Le lien entre jeux vidéos et violence reste encore à démontrer.

Écrit par : melianos | jeudi, 28 juin 2012

C'est votre point de vue. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

Que le lien entre jeux vidéos et violence reste encore à démontrer ?

Écrit par : melianos | jeudi, 28 juin 2012

@Luciole,
T'es déjà dit que tu perdais ton temps et que tu ne sauras rien de rien.
Ou ai-je dit que cousinage? J'attends les liens pour prouver tes assertions!
Tes interventions ne m'intéressent plus du tout du tout.

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

"j'attends les liens" mdr... tu parles trop, tu sais ??? Tout le monde se fiche de toi à propos du cousinage dont tu te vantes partout... Pourquoi, les liens ? tu crois que les gens sérieux te poursuivent avec un magnéto à la main pour enregistrer tes délires et les diffuser en podcast ?

"Tu ne sauras rien de rien" Seigneur, qu'est-ce que je vais manquer ! La pensée de Martine ! Je ne m'en remettrai pas ! Dire que j'ai raté la transmission de Sa science à cause de mon impertinence ! Le monde pour moi est désormais sans Léonard de Vinci, sans Jules Ferry, sans Charlemagne, sans Gutenberg, sans Victor Hugo (dans le désordre, comme la pensée que je ne recevrai jamais...)

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 28 juin 2012

Bien ce que je disais...Aucun lien^^^Pour étayer tes propos.
Tu fais pitié, tu ne seras jamais moi (jalouse toi-meme), d'ailleurs te laisse bien volontiers la place, z'aurons tout loisir d'observer qui tu es et ce que tu as vraiment dans tes trip-pe()s.

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

@ Melianos

Non : qu'il n'y en a aucun. C'est au pire votre point de vue, si j'ai bien compris. Et au mieux, comme vous invoquez une vertu cathartique, il faut croire que pour vous ces jeux contribuent à ralentir la montée de la violence. Au pire, ils ne font pas de mal, au mieux, ils font du bien. C'est bien là votre position ?

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

@Martine : bouoouoouh je ne m'en remettrai pas... Je le reconnais, tu es la meilleure, ô grande pédagogue, d'ailleurs je ne viendrai plus ici : je suis morte de honte misérable vermisseau que je suis à côté de cette déesse.
Non, sans rire, ce blog fait peine à voir, depuis que Martine l'amartinocadiz y a répandu sa logorrhée noire...

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 28 juin 2012

Vous fatiguez pas Luciole : la voilà la jolie cousine. Enfin, comme je vous l'ai expliqué elle porte bien le même nom, le seul hic c'est que son "cousin" ne la connaît pas :
http://94horizondemocrate.hautetfort.com/list/ils-soutiennent/martine-lassalle-wulleputte.html

Écrit par : HéliosIII | jeudi, 28 juin 2012

Logorrhée noire, moi?
Vous laisse à vos chemises brunes...

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

@Hélios,
Vouaip, mais bon ceux que j'ai aidé, s'imaginaient "arriver" sans efforts, et puis, ai toujours refusé d'etre à l'origine de querelles de "chefs".
Je ne regrette rien du tout, j'aurai essayé d'aider vraiment, de toutes mes forces.
Sinon, référence au clown de Joinville et sa photo? Rhooo...:o)
Sinon, seuls ceux présents à Orthez peuvent savoir...
A présent, me "casse" et vous souhaite bons courage et chance à tous, vous m'avez plus que fatiguée, et la vie n'ayant pas été tendre du tout avec moi ces dernières années, avec aucun regret.

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

@Ch. Romain
C'est bien ma position à un détail prêt. Sans vouloir parler de catharsis, je veux bien admettre que le jeu vidéo est un défouloir. Ensuite, si on a besoin d'une session de défouloir régulière sous peine de devenir violent, il y a clairement un problème quelque part.

Mais de manière générale, le jeu vidéo est un hobby.

Un jeu vidéo, ça ressemble aussi à ça
http://www.youtube.com/watch?v=RUC2tpY5gb4

Écrit par : melianos | jeudi, 28 juin 2012

@ Melianos

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : il y a évidemment des jeux vidéo qui ne sont pas violents, ou dans lesquels la violence est fortement distanciée par l'humour (je pense à "Worms", par exemple).


@ Luciole

Mon Dieu ! Si la photo est VRAIMENT celle de la foldingue, c'est encore plus effrayant que tout ce que j'ai pu craindre de pire !

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

@ Luciole

Faut avouer qu'elle a raison : en la gratifiant d'une pareille tronche ET d'un pareil patronyme, la vie n'a vraiment pas été tendre du tout avec elle !

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

Je comptais ne plus venir, mais un tel coup de théâtre mérite des rappels.

En effet, je comprends maintenant pourquoi elle a disjoncté...

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 28 juin 2012

Bon, c'est pas un peu fini de vous chamailler sur mon blogue, là ?

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 28 juin 2012

Chamailleries ? Pas du tout : nous discutons d'un passionnant cas clinique avec ma confrère belge. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 28 juin 2012

@L' héré,
Vous m'avez croisée, comme d'autres aussi savez-vous que je ne ressemble en rien à la dite photo. ;)
Pour le reste, ne retire rien, laisse à Mme Luciolebrune ses chemises.
N'escomptez aucune réconciliation avec ses deux deux là. Ils me donnent envie de "gerber".

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

Oups, depuis longtemps, trop longtemps, p'tre...

Écrit par : Martine | jeudi, 28 juin 2012

Mort de rire ! La foldingue qui essaie d'échapper à son destin, maintenant ! Elle va bientôt nous raconter que le photographe avait bu ! Et comme son érotomanie la reprend, elle en appelle au témoignage de notre malheureux webmaster, dont le pull à manche courtes et les lunettes de soleil lui ont chamboulé les hormones, un triste jour d'université estivale...

Quel naufrage, mon Dieu, quel naufrage.

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 29 juin 2012

Vous n'etes pas intéressant Christian R...Vos contradicteurs sachant, seraient plus qu'avisés de ne plus vous alimenter, désormais.
Vos insultes glissent sur moi, elles ne me blessent plus depuis longtemps, si vous saviez^^^.

Écrit par : Martine | vendredi, 29 juin 2012

Non seulement, vous ne me connaissez pas du tout, mais vous vous nourrissez de fantasmes du style:
"essaie d'échapper à son destin, maintenant !"
La "foldingue" vous répond: bah, bah bah...Ou blabla bla que votre dernière dia.....-tribe! Oups! :o)))

Écrit par : Martine | vendredi, 29 juin 2012

Cher Confrère, hélas nous ne pouvons que constater que les thérapies de nos collègues ont échoué. Le résultat du "ravage" de certaines écoles de pensée dont on sait qu'elles sont aujourd'hui largement dépassées...

Ont-ils seulement posé le bon diagnostic ? Je pense qu'il faudrait peut-être songer à une thérapie cognitivo-comportementale... Naturellement, les dégâts sont trop profonds pour espérer une guérison, mais nous pouvons raisonnablement envisager une amélioration et surtout un allègement de la pénibilité (pour le sujet et surtout son entourage, y compris les lecteurs de ce blog).

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 29 juin 2012

Oh, je crois que c'est cuit, hélas. Les seules TCC envisageables seraient un maintien quotidien et prolongé devant un miroir et un sevrage d'avec toute forme de blog et de texte à visée politique. Le mieux est de laisser la pauvre chose accomplir son triste destin et d'espérer pour elle qu'il y a quelque vérité dans les croyances à la réincarnation : pour cette vie-là, il n'y a plus rien à faire pour elle.

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 29 juin 2012

Ce n'est plus un diagnostic, c'est pratiquement un épitaphe... :))

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 29 juin 2012

Écrire un commentaire