Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Choisir un camp ? | Page d'accueil | Au moins, les militants du MoDem ont le sens de l'humour ! »

lundi, 11 juin 2012

Je resterai aux côtés de Bayrou quoi qu'il advienne

Après l'échec cinglant du MoDem, nombreux sont ceux, parmi nos militants, qui posent la question de leur engagement politique à venir.

Je n'ai pour ma part pas changé d'avis. Je regrette également que nombre de mes amis cherchent des causes extérieures à notre défaite. Ce ne sont ni les médias, ni le PS, ni l'UMP, ni les financiers, qui portent la responsabilité de notre échec. Pas même les "traîtres", une cinquième colonne ou les élus qui n'auraient pas fait les mêmes choix que la masse militante ou que l'état-major démocrate. Non, c'est nous-mêmes, tout simplement.

Je prône depuis longtemps un pragmatisme programmatique qui n'exclue pas pour autant l'audace et l'esprit d'initiative.

Souvent, au MoDem, nous adoptons une ligne posturale consistant à distribuer des bons et des mauvais points en commentant la vie politique. Cette posture vaniteuse m'a toujours agacé. Nul doute qu'elle énerve très certainement nos compatriotes.

Il faut cesser de brandir l'étendard largement terni des "valeurs" et il faut s'atteler plutôt à agiter celui des idées. Des idées qui peuvent aider nos concitoyens en agissant concrètement sur leur quotidien.

Je suis convaincu que cette voie existe mais nous ne l'avons jamais empruntée ou si peu...

Bayrou a écrit dans son État d'Urgence que les causes du marasme français n'étaient pas à chercher à l'extérieur mais au contraire en France même. Il me paraît très évident que le raisonnement s'applique parfaitement au MoDem. 

Je suis désolé de le dire, ce n'est pas que les Français ne sont pas mûrs, mais c'est plutôt que le MoDem ne raconte strictement rien d'intéressant depuis les européennes.

Il y a eu un sursaut avec le Made in France, mais pas durable. Quand je compare les forums du MoDem de 2012 et ce qu'apportaient les conventions de l'UDF en 2007, l'ampleur de notre vacuité est éclatante.

Je me suis largement époumonné à le dire et n'ai cessé de dénoncer l'espèce de pseudo-projet prétentieux que nous affublons avec beaucoup d'aplomb de l'épithète "humaniste".

Si moi, militant du MoDem, je me suis ennuyé comme un rat mort toute la fin de la campagne présidentielle et a fortiori pendant les législatives, que croyez-vous qu'aient ressenti des citoyens non-engagés ? Rien, en fait. Ils ne se sont même pas rendus compte de l'existence du MoDem et de ses candidats.

Pour l'heure, nous ferions bien d'essayer de soutenir les candidats qui bénéficient de notre investiture ou de notre soutien :

Gilles Artigues, François Bayrou, Jean Lassalle, Philippe Folliot, Rodolphe Thomas, Thierry Robert et Nassimah Dindar.

Vous savez ce qui serait le plus drôle ? C'est qu'à 1.72% en 2012 nous ayons plus d'élus qu'à 7.84% en 2007. Ce serait même très drôle.

Alors ne lâchons pas l'affaire et offrons nos services au mieux de ce que nous pouvons faire à nos candidats présents au second tour. On réfléchira à une recomposition du centre et à un nouveau programme, bien plus élaboré après.

17:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (48) | Tags : modem, centre, bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

tu écris :
"Bayrou a écrit dans son État d'Urgence que les causes du marasme français n'étaient pas à chercher à l'extérieur mais au contraire en France même. Il me paraît très évident que le raisonnement s'applique parfaitement au MoDem".

C'est marrant car dans toutes les réunions de débiefing des élections, c'est toujours la faute des autres quand on écoute les CADRES nationaux et grand élus du Modem y compris l'échec de la dernière présidentielle. Ne savent pas se remettre en question, beaucoup d'incompétence à tous les niveaux.
En politique comme en sport, on ne peut conserver les équipes qui ont échouées Mais qui osera dire qui nous a foutu dedans depuis 5 ans ????
Je suis bien content d'avoir annoncé ma démission de tous mes mandats au sein du Modem fin janvier : ma boule de cristal avait encore vu juste. Comme je l'ai dis à François Bayrou : on ne peut éclairer ceux qui refusent la lumière.

Écrit par : orange sanguine | lundi, 11 juin 2012

Très bon article, que je partage (sauf le soutien aux députés moi j'ai choisi différemment dans ma circo).

Écrit par : luciolebrune | lundi, 11 juin 2012

+1 Pour le pluralisme et un Centre libre de ses idées. On peut le faire.

Écrit par : DanielleThérèse | lundi, 11 juin 2012

Tout à fait en harmonie avec ce billet, l'héré, mais vous le savez déjà...

Écrit par : Martine | lundi, 11 juin 2012

Bientôt la disparition de François Bayrou et du
MoDem.

Écrit par : christophehumbert | lundi, 11 juin 2012

@christophehumbert,
Z'avez oublié et de l'europe et de ses "pépettes".

Écrit par : Martine | lundi, 11 juin 2012

Artigues a fait barrage aux centristes dans sa circo (et mon département) après s'être vendu à l'UMP... Le voilà qui drague à présent le FN pour sauver les meubles au second tour. C'est "ça" que vous voulez soutenir ????

Écrit par : centriste forézien | lundi, 11 juin 2012

@centriste forezien
Ce n'est pas ce genre d'anathèmes qui m'émeut plus que ça. J'ai beaucoup d'estime pour Artigues, et de longue date. Je l'ai d'ailleurs déjà rencontré et, bien sûr, je le soutiens.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 juin 2012

@Christophe Humbert
Dites, vous n'étiez pas un groupie de feu le Chevalier Orange ou j'ai de faux souvenirs ? Je vous suggère d'aller cracher votre fiel ailleurs.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 juin 2012

Artigues a fait beaucoup pour St-Etienne, (ma belle-fille y habite), Saint-Etienne, non reconnaissante a élu un socialiste.

J'espère de tout mon coeur, qu'il sera réélu, il le mérite.

Écrit par : Aristochat | lundi, 11 juin 2012

Billet courageux : chapeau.

Écrit par : Didier Goux | lundi, 11 juin 2012

Comme le disait François Bayrou pour diagnostiquer ce qui n'allait pas en France, "les problèmes ne viennent pas de l'extérieur ; ils viennent de l'intérieur".

Écrit par : Okan Germiyan | lundi, 11 juin 2012

Oui et oui, les problèmes viennent principalement de l'intérieur. Pour autant cela n'exclut pas d'autres causes et ce n'est pas le fait de refuser de les considérer qui les fera disparaître... et il ne faudra pas négliger de les prendre en compte le moment venu - ne serait-ce que pour maximiser les chances de succès. Enfin bon, on n'en est pas là... Tenez-nous au courant de vos projets (notamment associatifs).

Écrit par : florent | lundi, 11 juin 2012

Bon billet.
Moi, je jette définitivement l'éponge. Au delà des valeurs, l'indépendance n'a jamais été un programme politique. Je pense en ce moment aux 400 félés qui sont allés au casse pipe au nom d'un député qui ne pense qu'à son propre combat envers et contre tous. Qui n'a pas compris que le PS se fout totalement du Centre. Et qu'il n'y a, en France, de centre qu'allié avec la Droite.
C'est dire si au siège on y croyait, quand on voit que les bennamiasse, rochefort, madrolles, fesneau, wehrling etc n'ont même pas daigné entrer dans l'arène !!!
Bref, le centre est plus que jamais un champ de ruines. Jusqu'à dimanche, je pensais qu'il fallait féliciter Bayrou pour avoir eu le courage de préserver un vrai parti centriste. Je commence à croire désormais que c'est les députés du nouveau centre qui avaient raison.
Franchement c'est d'une tristesse...

Écrit par : centriste en vadrouille | lundi, 11 juin 2012

C'est "Centristes en quenouille" (pardon pour le jeu (de maux)que m'a inspiré le pseudonyme du commentateur précédent.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 11 juin 2012

Je donne mon point de vue dans un billet, qui complète le votre.
http://philippegibault.wordpress.com/2012/06/11/comment-en-est-on-arrive-la/

Écrit par : Phil | lundi, 11 juin 2012

Tiens, il respire encore le centriste en vadrouille? Rhooo...N'a rien à envier au soutien du chevalier "orange" ou de la défunte "Baronne" de meme couleur.

Écrit par : Martine | lundi, 11 juin 2012

CQFD.... Nous sommes le problème ! Argent (beaucoup) et énergie perdus pour ces legislatives dans la Vienne 86, pour faire comprendre un Centre pour la France au côté d'un MoDem, pour expliquer nos choix au nom des valeurs, pour agiter nos grandes idees sous le nez de nos concitoyens . Au final nous sommes devenus les "ennemis" de tous et les "amis" de personne ! Quel crève esprit ! Attendons donc une semaine et avisons...

Écrit par : Brouard | lundi, 11 juin 2012

D'accord également avec l'ensemble de ce billet.
Le faux sens sur l'"humanisme" m'agace moi aussi et les "centristes" de l'UMP ou les radicaux qui l'ont repris à leur compte me dégoûtent.

Écrit par : Pierre67 | lundi, 11 juin 2012

Que de défaitisme! S'il vous plaît, un peu de ressort! Les causes de nos défaites seraient à chercher en nous seulement? Eh bien non, justement, je n'en suis pas sûre du tout. Marine Le Pen a fait un très bon score dans le Pas-de-Calais. Est-ce à dire que son programme était sensé? Non les gagnants n'ont pas toujours raison et les perdants pas toujours tort. Les hommes politiques les plus solides que nous ayons eus dans le passé n'ont réussi qu'à la faveur de circonstances qui se prêtaient à leur réussite. On peut dire la vérité et ne pas être entendu, mentir, voler, et remporter cependant des suffrages...
En ce sens-là, moi aussi, je semble pessimiste, mais non, j'essaie d'être lucide, il faut regarder les choses en face et continuer de se battre.

Écrit par : Monique | mardi, 12 juin 2012

@Monique : que le programme de MLP soit lucide ou pas, elle avait un programme, ELLE, ce qui fait toute la différence. Et je ne vais pas faire la pub d'un parti d'extrême-droite, mais elle n'était pas en déconnexion avec la souffrance des Français car elle a proposé des choses très concrètes, même si beaucoup sont empreintes de xénophobie et que celles qui ne le sont pas ne sont que vernis artificiel.

Quand le scandale à propos de la prise en charge de l'autisme a éclaté, elle a immédiatement changé son programme d'exclusion pour caresser les familles dans le sens du poil, malheureusement pour elle, j'avais conservé son ancien programme avec lequel j'ai bien démontré le tour de passe-passe aux familles et associations avec lesquelles je suis régulièrement en contact, la plupart n'étaient pas dupes d'ailleurs.

Tous les partis se sont exprimés à ce sujet, sauf... le MoDem, dont pourtant les associations avaient personnellement contacté le leader.

Vous allez me dire "mais ce n'est qu'un exemple" c'est sûr. Mais 650 000 personnes autistes en France, vous multipliez par le nombre de proches touchés, ça vous fait quelques millions de Français, d'électeurs.
Sans parler des 12 millions de Français en situation de handicap.

Alors, évidemment, continuez à voir la faute dans les autres si vous voulez.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 12 juin 2012

@l'hérétique: Vous dîtes que le MODEM ne propose rien d'intéressant depuis les européennes.
J'ai souvenir des interventions lors de l'université de rentrée de 2010, sur le thème "De l'espoir, des valeurs". Étaient présents des intervenants reconnus sur différents thèmes (réforme des retraites, justice, production, laïcité...). Certes, il ne s'agit pas de la dynamique d'une campagne. Mais cela a contribué au programme de 2012. Pendant ce temps, à la Rochelle,on se faisait des politesses devant les caméras et la Grande Motte, Hervé Morin jouait au foot.

Écrit par : pierre | mardi, 12 juin 2012

@ martine
Je ne comprends pas votre intervention.. je ne suis le soutien de personne, j'interviens régulièrement sur ce blog que je trouve de qualité, voila tout...

Écrit par : centriste en vadrouille | mardi, 12 juin 2012

@Centriste : ne vous inquiétez pas, personne ne comprend les interventions de Martine

Écrit par : luciolebrune | mardi, 12 juin 2012

D'accord avec Monique ET avec l'Hérétique. Regarder en face c'est essayer de voir quelles sont les causes externes ET internes. Bien sûr c'est humain de tout rejeter sur le système ou le manque de maturité des électeurs OU BIEN de se dire qu'on a été nul.

C'est encore plus humain, dans un autre sens que je vous propose, de tout considérer.

Et si l'état-major du Modem ne fait pas une démarche lucide de ce type, je le regretterai beaucoup. Pas d'excuse à cette heure : c'est le moment ou jamais de se poser et d'y voir clair.

Question programme : mon humble intuition est que ça ne compte pas beaucoup. Pendant les présidentielles, je n'ai personnellement perçu aucun vrai programme d'action, sinon au Modem. Par contre, partout, il y a des postures, des manières de réagir, qui plaisent ou pas. En plus des contraintes de notre système électoral et son paysage actuel, compliqué pour un centre indépendant, j'aurais donc plus une lecture des choses de type critique théâtrale, pour comprendre ce qui fait que le cœur des électeurs va pencher pour tel ou tel candidat.

Écrit par : ZigHug | mardi, 12 juin 2012

Je suis adhérent MoDem, je ne me reconnais plus du tout dans mon parti. Le modem est devenu en 5 ans une caricature de lui même, il ne faut donc pas s'étonner des résultats décevants. L'étiquette Modem fait perdre énormément de voix! Par contre j'accorde toujours ma pleine confiance à François Bayrou que je continu de soutenir.

Écrit par : titivivi | mardi, 12 juin 2012

EXCELLENT BILLET !
Mon avis exactement, et de bout en bout.

Écrit par : raphael | mardi, 12 juin 2012

Rien à redire, c'est tout fait exact, je partage le même sentiment et la même analyse...
Je resterai au Modem en espérant qu'une prise de conscience s'opérera.

Écrit par : Patricia Dureau | mardi, 12 juin 2012

je crois que la scission du Modem est acté car certains veulent un rattachement au PS et d'autres revenir au centre droit et ceux qui veulent rester dans la position extrême centre (qui seront les grands perdant dans l'histoire et qui risquent de se retirer de la vie politique pour grossir les rangs de l'abstention ou de papillonner entre droite et gauche suivant leurs humeurs.

Écrit par : AG59 | mardi, 12 juin 2012

@Centriste en vadrouille,
En tant que prétendu "troll", me dois de conserver cette image, sans avoir pour autant les prétentions de la reine (bah nan, ne fut jamais moi), mais très intéressant pour éclairer certain positionnement d'intervenants à la très courte mémoire, facilement insultants quand la réponse est directe, ou préférant parfois ne rien vouloir comprendre:
http://lareinedestrolls.hautetfort.com/
N'ai jamais été fan des Walkiries ou autres Harpies.
Ainsi va la vie...

Écrit par : Martine | mardi, 12 juin 2012

"Si moi, militant du MoDem, je me suis ennuyé comme un rat mort toute la fin de la campagne présidentielle et a fortiori pendant les législatives, que croyez-vous qu'aient ressenti des citoyens non-engagés ? Rien, en fait. Ils ne se sont même pas rendus compte de l'existence du MoDem et de ses candidats."

Cette phrase est terrible de lucidité...

Écrit par : benoitb | mercredi, 13 juin 2012

+ 1

Je partage entièrement cet analyse et les conclusions qui en découlent. Je soutiens aussi, bien entendu, la totalité des candidats MoDem encore présents et trouverais moi aussi "amusant" que l'on ait plus de député en 2012 qu'en 2007.

Bonne continuation

Jean-Claude MATHON

Écrit par : Jean-Claude MATHON | mercredi, 13 juin 2012

Joli pladoyer.

Mais j'avoue être toujours en proie au doute.

Lors de la création du MoDem, j'avais pris un engagement moral à rester actif au sein du Mouvement Démocrate jusqu'en 2012. Ma mission, confiée par le conseil départemental du MoDem 91, à savoir correspondant Europe, se termine en octobre de cette année.

Je continerais ce boulot jusqu'à cette date. Car du boulot il y en a !! ( je regrette l'UDF au niveau de l'engagement Européen).

Mais aprés ......

Écrit par : Teo Toriatte | mercredi, 13 juin 2012

on ne parle plus d'Europe depuis que le Modem a été créé. C'est à mon avis la plus grave erreur stratégique de Bayrou !

Écrit par : centriste en vadrouille | mercredi, 13 juin 2012

... même pas pendant les Européennes, d'ailleurs...

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 13 juin 2012

Après une campagne présidentielle difficile, le premier tour des élections législatives a démontré combien l’éparpillement de notre famille politique était délétère. A tel point que les média parlent maintenant ouvertement de notre disparition de l’échiquier politique. Et pourtant, notre électorat demeure bien présent. Sociologiquement, il représente toujours entre 10 et 20 pourcents du corps électoral. Mais faute de pouvoir voter pour un parti clairement identifié, qui puisse peser et défendre ses valeurs, ces électeurs orphelins se retrouvent contraints de voter par défaut pour les candidats des partis voisins. Car qui veut voter pour un candidat qui fera moins de 5% des voix, n’aura aucune influence, et se retrouve même le plus souvent confronté à d’autres candidats rivaux aux idées identiques dans une même élection ?
Ces guerres picrocholines meurtrières doivent cesser. Tous, nous défendons les mêmes valeurs, le même engagement, la même vision de la société. Tous, nous sommes des démocrates, des humanistes, des défenseurs des libertés individuelles et des solidarités. Tous, nous croyons à l‘avenir de l’Europe, au rôle de l’école comme creuset de l’égalité et outil d’intégration, à l’entreprenariat, à l’esprit d’initiative, à la décentralisation. Tous, nous voulons des comptes de l’État et des comptes sociaux équilibrés, de la justice fiscale, et un développement soutenable, qui prenne en compte la préservation de notre environnement et de nos ressources. Et tous nous voulons un juste équilibre entre prévention et répression, une justice égale pour tous, le rayonnement de notre pays à l’extérieur par sa culture, son innovation et sa recherche, la défense de notre modèle laïque et social.
Il est temps de redonner à notre famille politique la visibilité et l’organisation qu’elle mérite, afin de pouvoir défendre pleinement nos valeurs, et de redonner espoir à nos électeurs envers lesquels nous avons un devoir d’efficacité.

Pour cela, les responsables centristes doivent engager sur quelques éléments simples :

• Un positionnement politique clair.
Un mouvement politique ne peut pas dériver au gré des évènements. Dans notre système républicain, un mouvement politique se situe dans la majorité ou dans l’opposition. Et cette appartenance à la majorité ou à l’opposition, quelque soit l’échelon, de la commune au gouvernement, se détermine par le vote du budget. Positif, ce vote signifie appartenance à la majorité. Négatif, à l’opposition. Une appartenance à une majorité peut être critique et sous conditions, une opposition peut être constructive, mais il faut un choix clair. Les centristes, y compris Bayrou, considèrent le budget proposé par la gauche actuellement au gouvernement comme intenable et néfaste pour le pays; logiquement, le seul choix logique est d’être dans l’opposition à ce gouvernement.

• Une étiquette unique.
Morcelée, cette famille politique est invisible et inaudible. Elle doit proposer aux électeurs un vote clair et transparent, et donc une étiquette politique unique, sous laquelle se retrouveront tous les candidats qui se retrouvent dans ses valeurs. Par exemple, une Union Démocratique du Centre (UDC). Comme pour tout grand mouvement politique, cela n’empêche pas l’existence de courants et sensibilités politiques diverses, qui peuvent coexister au sein de cette Union, mais il faut proposer aux électeurs un choix lisible, et prendre au sein du paysage politique toute sa place afin de pouvoir défendre le plus efficacement possible ses valeurs vis-à-vis des alliés comme des concurrents.

• Une organisation efficace.
Pour défendre ses valeurs, et celles de ses électeurs, il faut des élus, une stratégie politique, et des propositions concrètes. Il serait logique que, dans un premier temps, les différents mouvements du centre instaurent des directions collégiales, au niveau national et départemental, rassemblant les responsables des différentes composantes de la famille centriste, afin de prendre date de ses forces actuelles et préparer les scrutins futurs, et la fusion des différents groupes de réflexion thématiques au sein d’une même structure, afin d’alimenter en analyses et propositions les élus et futurs candidats de ce mouvement.

François Bayrou a eu le mérite de poser des diagnostiques justes, et de porposer des solutions à la fois innnovantes et réalistes. Mais sa gestion politique a été dramatique, entre intolérance, despotisme et naïveté. Face à cet irréalisme politique, le MoDem s'est progressivement refermé sur lui-même, et sur un petit groupe de militants totalement aveugles à la réalité. Bayrou a commis non seulement des erreurs, mais une faute poitique lourde en sacrifiant la base de ses élus, qui constitue la condition essentielle d'une influence politique (c'est cette base qui a permis au PS de gagner le pouvoir alors que la gauche est sociologiquement minoritaire en France), et en refusant toute idée d'accord politique. Alors qu'il était le seul avec la dimension nécessaire pour rassembler la famille centriste, il l'a abandonné pour poursuivre des chimères. Hélas, les autres dirigeants centristes actuels n'ont guère de carrure. Mais par chance, le paysage politique acuel est propice à sa réémergence, en raison de la droitisation de l'UMP.

Le renouveau de cette famille passe par son union, la mise à la retraite de responsables immergés dans leurs querelles politiques et incapables de s'entendre sur l'essentiel, mais aussi le réalisme politique. Le centre doit avoir des alliés pour survivre d'abord, reconquérir ensuite. Or la gauche ne veut pas du centre... et la droite a besoin de lui...

La solution est limpide: le centre doit de reconstituer autour d'un corpus idéologique commun et s'allier avec une droite en mettant bien sûr des limites à ces accords. Les élections intermédiaires seront défavorables à la gauche en 2014-2015, en raison de l'aggravation de la situation économique et de l'emploi. Un centre reconstitué pourra peser et disputer à l'UMP le leadership de l'opposition, un centre divisé est mort.

Écrit par : Voltaire | vendredi, 15 juin 2012

Vous avez oublié le programme, Voltaire... Comme le MoDem...

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 15 juin 2012

@luciolebrune: relisez dans le paragraphe "une organisation efficace"...

Le MoDem a démontré ce qu'était un parti avec un programme (du moins au début) et sans élus: inaudible;
Le Nouveau Centre a démontré ce qu'était un parti avec des élus et sans programme: inaudible;

Il faut les deux...

Écrit par : Voltaire | vendredi, 15 juin 2012

@Voltaire:

Il faut aussi des adhérents et des militants , savoir les retenir et cesser de n'en tenir compte qu'au moment de coller des affiches;;;
Paul

Écrit par : paulo40 | vendredi, 15 juin 2012

@paulo40: élus locaux et militants sont indissociables; ils constituent l'indispensable conatct avec la réalité pour les parlementaires et membres des exécutifs, et le relais des idées de la famille politique qu'ils défendent. Mais attention à ne pas tout confondre: un parti défend un projet de société et les citoyens, pas les intérêts des militants (ou des élus d'ailleurs). Le MoDem a démontré (comme chez les Verts d'ailleurs) le décalage qu'il peut parfois y avoir entre militants et électeurs... et un parti doit être avant tout efficace pour défendre ses idées.

Écrit par : Voltaire | vendredi, 15 juin 2012

@Voltaire : En effet, j'avais un peu zappé le passage dans la longueur du com, veuillez m'en excuser.

De toute façon, nous parlons dans le vide : le MoDem est mort et enterré.

Sous une autre dénomination, il a fait campagne pour les législatives avec X partenaires : juste des bonnes "gagneuses", comme on aurait pu l'entendre dans un film de Pagnol, afin de ramener le + possible de financement public. C'est une honte pour un parti qui était censé incarner la 3e voie d'avoir trompé ainsi et les électeurs et même les candidats.

Vous ferez mieux d'essayer de déterrer Arlette Laguillier. Elle ferait encore mieux que votre "champion".

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 15 juin 2012

@luciolebrune

Je partage votre diagnostique: le MoDem est mort. Le NC est moribond, le PR en mauvais état... J'aimerais que tout ne s'arrête pas avec ce constat... d'où mon post.
Et je n'ai pas de champion... je pense qu'il faut tourner une page et qu'un(e) nouveau leader émergera naturellement une fois cette famille politique remise sur des rails cohérents.

Écrit par : Voltaire | vendredi, 15 juin 2012

Oui ! il faut un nouveau leader. Ou une.

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 15 juin 2012

Alternative Libérale + Modem + Nouveau Centre + Parti Libéral Démocrate + Les Réformateurs + Gauche Moderne + Parti des Libertés + Parti Radical : ensemble pour la nouvelle UDF, fière de ses valeurs libérales, démocrates et fédéralistes !

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 15 juin 2012

Alternative Libérale + Modem + Nouveau Centre + Parti Libéral Démocrate + Les Réformateurs + Gauche Moderne + Parti des Libertés + Parti Radical : ensemble pour la nouvelle UDF, fière de ses valeurs libérales, démocrates et fédéralistes !

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 15 juin 2012

Salut Parisien Libéral
Beaucoup d'eau va couler sous les ponts avant qu'on réussisse à rassembler tout ce monde-là...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

Faire tenir des grenouilles dans une brouette

Écrit par : Teo Toriatte | samedi, 16 juin 2012

Ce soir, fete à Lourdios :)

Écrit par : Martine | dimanche, 17 juin 2012

Les commentaires sont fermés.