Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J'ai grillé la Belle et ses princes presque charmants ! | Page d'accueil | Je vais soutenir une candidate UDF ! »

jeudi, 17 mai 2012

Et m...Docteur Vincent et Monsieur Peillon à l'Éducation...

Ben tiens, Le Mosco, il a parfois de l'humour. J'aime bien, moi, son Docteur Vincent et Monsieur Peilllon. J'espérais encore que Martine Aubry accepterait de chapeauter un grand ministère de l'Éducation. Pas de pot, la France a hérité du Serpent.

Encore un p....ain d'agrégé de philosophie au Ministère. Le précédent, c'était Luc Ferry, et il a battu le record absolu de nullité rue de Grenelle. Même Nonos Châtel était meilleur.

Avec Peillon, je fais le pari que les enseignants ne tarderont pas à regretter Sarkozy. L'ami des rythmes scolaires, le grand copain des profs qui les aime au point qu'il pense qu'ils doivent travailler gratis (véridique !) puisque l'appât du gain ne les motive pas.

Son grand dada, c'est de réduire les vacances scolaires d'été. J'attends avec gourmandise ses premières annonces effectives en ce sens.

Une tentative de ce type dans l'Académie de Lille a mis littéralement le feu dans les lycées il y a un peu plus d'un an. Au point que le recteur, (le grand manitou local) a dû faire une annonce pour assurer qu'il n'était aucunement question de toucher aux vacances des élèves (hou, le gros menteur!).

Même Hollande, sur la fin de sa campagne, en a rabattu un coup, du Peillon, en assurant dans le Parisien qu'il ne toucherait pas aux vacances des élèves.

A vrai dire il était devenu plus prudent, récemment, le Peillon : il mettait l'accent sur le primaire et sur la semaine de 4 jours de la droite.

En dehors de vouloir "redéfinir" les tâches des enseignants, comme il le dit pudiquement, Peillon n'a aucune forme d'idée dans le domaine pédagogique autre que celles que lui soufflent les commissions pétries d'idélogie du Parti Socialiste ou encore quelques gens du sérail aux incisives affûtées...

Son blabla sur le respect dû aux enseignants, mouaarff : ils le sortent tous. Avec un effet très exactement nul.

Bon. Attendons de voir. Je n'ai pas une bonne opinion a priori de Vincent Peillon mais je peux être amené à changer d'avis à la pratique si je vois qu'il amende le projet socialiste et s'il parvient à rassembler la communauté éducative alors qu'elle est en proie aux dissensions et aux conflits depuis près de 15 ans, maintenant, en grande partie à cause de l'ex gros pécari de Grenelle, j'ai nommé Claude Allègre.

01:58 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : peillon |  Facebook | | |

Commentaires

Je fais le rêve fou qu'un jour un président trouve normal d'imposer à tout ministre (de l'éducation comme de l'économie) une période d'évaluation de plusieurs semaines sur le terrain.

Trois mois à l'essai, un trimestre quoi, c'est bien le tarif normal des cadres ?!

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 17 mai 2012

Dommage, la France va encore perdre 5 ans voire plus, pour cause de persistance criminelle dans l'éducation NATIONALE et dans l'élitisme républicain.

Écrit par : Le Parisien Liberal | jeudi, 17 mai 2012

@ l'hérétique :

"Son grand dada, c'est de réduire les vacances scolaires d'été. J'attends avec gourmandise ses premières annonces effectives en ce sens."

C'est le pouvoir comique du grand-guignolesque : la claque à beau être programmé longtemps à l'avance ça reste drôle quand même.

Écrit par : skunker | jeudi, 17 mai 2012

C'est parti pour la semaine de cinq jours à l'école primaire.
On ne saît toujours pas si cela va permettre à tous les enfants de savoir lire à l'entrée de la sixième.

Écrit par : pierre | jeudi, 17 mai 2012

@ pierre :

au bout d'un moment ma génération savait lire en fin de cp avec une semaine de 4 jours. faudrait m'expliquer ce qui a changé.

Écrit par : skunker | jeudi, 17 mai 2012

"Persistance criminelle dans l'éducation nationale et l'élitisme républicain".

Le libéralisme fou, je sais pourquoi je n'en veux pas !

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 17 mai 2012

Lorsque les enfants avaient classe le mercredi matin et le samedi matin, ils savaient tous lire en CP... à Pâques ! (Sauf problèmes particuliers bien sûr, qui seraient ici facilement résolus par des classes inclusives...)
Un enfant heureux à l'école est de toute façon avide d'apprendre, est donc beaucoup plus performant et ne demande qu'à y retourner.

Personnellement ayant oeuvré en tant que parent d'élève pendant plus de vingt ans, je suis pour le retour à l'école le mercredi matin. De toute façon, les enfants se lèvent tôt pour la plupart, puisque les parents travaillent. C'est vrai qu'il y a de plus en plus de familles monoparentales ou recomposées mais on ne pourra hélas jamais proposer une solution idéale.

Il me semble que rétablir seulement le mercredi matin pourrait permettre à l'enfant des activités hors scolaires avec d'autres enfants l'après-midi ; ce qui est très important pour son apprentissage de la société. Il faudrait conserver le WE entier pour la famille.
La semaine à 4 jours 1/2 serait à mon avis préférable.

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 17 mai 2012

@L' héré,
Voui, attendons de le voir à l'oeuvre, si l'inspiration lui fait défaut il pourra toujours aller glaner dans le programme de FBayrou ;o))
Skunker, savez-vous ce qui ne va pas? La principale raison est qu'à chaque changement de gouvernement les ministres imposent leur touche personnelle et s'appliquent à détricoter ce qui a été fait de mesurettes en mesurettes, plongeant ainsi les enseignants enfants et parents mais aussi, en élargissant le cercle l'ensemble de la société dans la plus grande instabilité.

Écrit par : Martine | jeudi, 17 mai 2012

Les commentaires sont fermés.