Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Semaine de l'Industrie et coup de poker de Lemon Way | Page d'accueil | Endives : l'entente est peut-être illégale, mais est-elle illégitime ? »

mardi, 06 mars 2012

A vouloir faire du zèle...

L'affaire Betty Coton va faire couler de l'encre. Un crétin a voulu faire du zèle en lisant un ouvrage sur l'esclavage à des enfants de 9-10 ans (CM1). Sauf que l'ouvrage choisi comporte des scènes très violentes à caractère sexuel (viol, mutilations, tortures).

L'instituteur s'est défendu en mettant en avant le caractère pédagogique de l'ouvrage. Il se fout de la g... de qui ? Moi, je trouve très suspect de lire des scènes de ce type devant des enfants. On peut parler d'esclavage sans parler de relations sexuelles, me semble-t-il, a fortiori en face de jeunes enfants.

Pas le genre de type auquel j'envisagerais de confier à nouveau mes enfants ensuite.

Cela dit, l'Éducation Nationale ferait mieux de balayer devant sa porte : l'ouvrage a été réédité sous le nom de Noir coton. Or, en faisant une petite recherche, que vois-je ? Une recommandation du comité de lecture du CRDP de Paris (Centre de Recherches Documentaires et Pédagogiques) pour un public d'élèves de 5ème et 4ème, c'est à dire 12-13 ans en moyenne. Et c'est récent, mai 2011, seulement. Compte-tenu des extraits dont j'ai pris connaissance, je verrais d'un sale oeil que le professeur d'un de mes enfants lui fasse étudier ce genre d'ouvrages en classe au collège.

L'auteur, Corinne Albaut, évoque un âge de 13-14 ans. Trop jeune à mon sens. Je ne vois pas l'intérêt d'une description minutieuse d'une scène de viol à des enfants de cet âge, quand bien même l'ouvrage recèlerait une mine de renseignements précieux sur la traite des esclaves.

Il y a dans l'Éducation Nationale, un goût immodéré pour le béni-oui-ouisme surtout quand il ne s'agit que d'enfoncer des portes largement ouvertes : la repentance sous toutes ses formes est à la mode, personne ne la conteste. C'est donc pédagogique de parler de l'esclavage parce que personne n'y voit d'objections. On forme ainsi des citoyens.

Et puis avec le goût pour l'image-choc, l'évènement, on ne sait plus marquer autrement qu'en heurtant. Si telle était bien l'intention de cet instituteur, parce qu'une nouvelle fois, son choix me paraît des plus bizarres.

N'est-ce pas pourtant pensable d'expliquer avec des mots doux et simples l'esclavage, en évoquant les cendres de Victor Hugo, de Victor Schoelcher ou encore de Montesquieu qui s'élevèrent tous contre le mal fait aux Africains ?

15:29 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : betty coton |  Facebook | | |

Commentaires

Tout à fait d'accord pour les scènes de viols, de tortures et autres actes immondes. A quoi pouvait bien penser ce crétin ( pour pas polit ) quand il a décidé de leur lire ça ?
Je ne pense pas de toute façon qu'il soit en âge de comprendre correctement ce qu'est un viol ...

Par contre là où je ne te suis pas c'est quand tu élargis au sexe en général.
Ce n'est pas quelque chose de sale ou de laid et à l'ère d'internet et de l’hyper-sexualisation des femmes je préfères savoir qu'on leur apprend ce que veux dire faire l'amour avant qu'il tombe sur du porno trash made in rocco.
11 ans c'est assez pour pouvoir commencer à aborder le sujet, en gardant une certaine pudeur bien sûr, pas besoin de leur lire des scènes aussi explicite ...

Écrit par : skunker | mardi, 06 mars 2012

pour pas être malpoli*
qu'ils soient en âge*

sérieusement comment ça a put lui échapper que c'était choquant ?

Écrit par : skunker | mardi, 06 mars 2012

En même temps, ce bouquin est publié dans une collection qui s'appelle "Actes Sud Junior". Junior. Ça commence et ça s'arrête où, ça, "Junior", dans l'esprit des gens de Actes Sud ?

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 06 mars 2012

@Ch.Romain ?
Junior ? Ils ne sont pas un peu frappés sur les bords ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 06 mars 2012

J'ai bien sur vécu en termes d'enseignement l'esclavagisme sur une de ses terres, ne me souviens pas d'en avoir été "traumatisée" moi la "z'oreilleé"! Pourtant bien plus jeune...
Victor Hugo et Montesquieu...Mouarf! :o))

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

@L'héré,
Très franchement, le premier lien affiche en bannière très clairement: de la pub pour des oeuvres commercantes...Bouhouhouh, les affreueheuheuh profs! Viendez donc chez nous!
Donnez-nous des sous-sous, monnayant pépettes que vous avez ou pas, mais croyons intimmement que l'état vous aidera...Voui, sommes joueurs, adorons les coups de "poker", tant pis si l'état impécunier vous prive de vos allocs, qui aide à nourrir vos enfants et re- distribue en chèques en veux-tu en voilà, parce que tu es capable d' accepter pour que tes enfants accèdent à un monde meilleur que le tien!
Y en a marre...Ras laaa!!!

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

Ce livre me semble totalement accessible, sous encadrement approprié, à des enfants de 12-14 ans. Juniors... Et j'aurais tendance à dire que ce type d'ouvrage est nécessaire, mais c'est un point de vue personnel.

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

Dslée l' héré, la magie c'est fini.
Ainsi va la vie.

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

...tendance à dire qu'il est nécessaire quand des mômes de 12 à 14 ans commettent des viols. Oui la magie c'est fini... a-t-elle existé?

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

Les commentaires sont fermés.