Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Comme un parfum d'ennui... | Page d'accueil | A vouloir faire du zèle... »

lundi, 05 mars 2012

Semaine de l'Industrie et coup de poker de Lemon Way

Pendant que l'on discute de tout et de rien (surtout de rien, à vrai dire) dans notre campagne présidentielle, il se déroule sur notre territoire national un évènement qui gagnerait à davantage attirer l'attention des médias : la semaine de l'Industrie. Les entreprises industrielles et les centres de formation organisent un peu partout en France des évènements. On trouve sur le site de gouvernement une série d'outils instructifs, pédagogiques et amusants. Par exemple un jeu d'aventures dans lequel le joueur expérimentera la pertinence de ses intuitions en terme de conception, production, vente et gestion de biens industriels. J'ai testé, et...je crois que j'ai raté ma vocation ! :-)

Qui le sait ? L'industrie française est la 5ème exportatrice mondiale, tient le deuxième rang en Europe, regroupe 150 000 entreprises, assure trois millions d'emplois directs et en génère 4 à 9 millions d'indirects. Pas mal, non ? Alors le produire en France de Bayrou, crédible, non ?

En île de France, il y en a vraiment pour tous les goûts. Tout (ou presque) est intéressant, mais j'aime particulièrement le concept imaginé par la société Lemon Way et l'IUT de la Plaine à Saint-Denis. Jugez-donc vous-même l'idée : 

L'IUT de la Plaine, dépendant de l'université Paris XIII, et la société Lemon Way organisent, avec 50 étudiants en provenance de 6 pays Européens sélectionnés pour leur motivation et leur capacité à challenger, une semaine de think tank. Le challenge en question : le lancement d'une marque culte française dans toute l'Europe, qui va révolutionner le monde high-tech et celui du paiement au quotidien, en résorbant une partie des problématiques actuelles de la banque, dans un contexte de crise.

C'est audacieux, et il fallait y penser. J'espère qu'il en sortira quelque chose.

Bien vu aussi le café-contact organisé par la CCI de l'Essone pour mettre en contact les demandeurs d'emploi et les industries qui recrutent.

J'avais signalé il y a quelque temps, à la suite d'une conférence du MoDem et de l'Alliance centriste le projet d'emmener une classe au coeur d'une usine. Une entreprise de Meudon a bouclé le projet pour des collégiens.

Notez que je me suis polarisé sur l'île de France parce que j'y habite, mais toutes les régions de France sont concernées.

23:26 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : industrie | |  Facebook | | | |

Commentaires

@L' héré,
Les deux derniers liens ne fonctionnent pas.
En ce qui concerne lemon way un rapport avec une certaine campagne de pub actuelle?

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

Tes deux derniers liens aboutissent sur un message d'erreur... :-)
J'ai trouvé ceci sur la CCI de l'Essonne :
http://www.recrutement-essonne.com/sites/portail/

Et peut-être voulais-tu parler de cette visite-ci pour la visite d'une usine par des collégiens ? ;-)
http://www.lereseau.asso.fr/03_actualite/agenda_visu.jsp?a=2012&link_id=36636730318592&m=3&process=2
En tout cas, si ce n'était pas à ça que tu faisais allusion, étant parisien, tu pourrais toujours aller la visiter pour ta satisfaction de gourmand ! (Je crois me souvenir que tu as révélé "bien aimer" cette boisson...)

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 06 mars 2012

@L' hérétique,
Repasse pour déposer un lien susceptible d'aider les enseignants pour les orientations, il existe depuis fort longtemps mais semble méconnu:
http://www.airemploi.org/
Cet organisme intervient sur demande me semble-t-il en milieu scolaire mais aussi de facon plus personnalisée.

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

"50 étudiants en provenance de 6 pays Européens sélectionnés pour [...] le lancement d'une marque culte française"

Superbe ! L'idéal européen est donc passé à la trappe??? L'assistance remplace, la solidarité? Les marques nationales remplacent les nations? Franchement c'est le genre d'inepties que je ne veux pas entendre en Europe...

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

Cela dit j'ai rien contre la semaine de l'industrie en tant que telle, la citation est par contre symptomatique et caricature le retournement de veste de Bayrou...

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

@Pas convaincu,
Quel retournement de veste de Bayrou?
Les tauliers de blogs ne représentent que leur propre personne et point de vue au Modem , sauf quelques rares.
Aussi, certains propos de l'héré n'engagent que lui.

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

Son retournement de veste? le made in France (ou "fait en France" pour les extrémistes de la langue) aux antipodes de ses premiers engagements européens. Il est ici opportuniste, comme d'autres, soit.
Je n'ai pas dit pas dit que la citation était de Bayrou (ni même de l'hérétique), mais c'était trop que pour ne pas faire le rapport entre cela, les engagements passés de Bayrou, et ses propos actuels...

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

N'importe quoi, il s'agit d'un label indiquant au consommateur le pourcentage réellement fait ou fabriqué en france, il n'y a rien d'anti-européen dans l'histoire ou alors il faut vraiment etre de mauvaise foi.

Écrit par : Martine | mardi, 06 mars 2012

L'Europe, conçue (partiellement) par les américains comme rempart le plus à l'est possible, fut l'occasion de créer quelque chose. La CECA, comme Schumann le dit, c'est un contrôle : si on ne peut empêcher le redressement de l'Allemagne, il s'agit de le contrôler, le cadenasser et d'en profiter.

D'autres étaient impliqués qui dans l’internationalisme, qui dans le fédéralisme intégral, qui dans la pure et simple lutte pragmatique contre le communisme.
Mais certains avait je pensais conservé et renouvelé (vœux pieu) l'idée d'Europe comme troisième force, non plus entre communisme et capitalisme, non pas entre capitalisme à la chinoise et capitalisme à l'américaine, une voie qui est la seule, et non capitaliste (non que je ne reconnaisse pas les apports du capitalisme), qui demande du temps et du courage. Une voie qui passe par la diminution de la consommation, et de la production.

Ouais la question de départ : nationalisme fait difficilement bon ménage avec Europe.

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 06 mars 2012

Écrire un commentaire