Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Mélenchon veut débattre avec Bayrou ? Pourquoi pas ? | Page d'accueil | Guéant, tu fais honte à la France »

vendredi, 09 décembre 2011

Mélenchon dans le texte 5% de pouvoir d'achat en moins par an !

L'avantage d'avoir à proximité un blogueur et militant qui a l'habitude de s'informer, c'est que rien n'échappe à sa perspicacité : ainsi, Fred, blogueur MoDem de son état, réagissait aux interpellations de supporters du Front de Gauche et de Mélenchon de la manière suivante, à la suite du dernier billet que j'ai écrit

En revanche, en guise de concret, Jean-Luc Mélenchon propose l'inflation. Il faudrait pour dégonfler la dette entre 5 et 10% d'inflation annuelle pendant une dizaine d'années. "L’inflation ... est ... un allié pour tous ceux qui, comme nous, veulent définanciariser radicalement l’économie", http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/05/23/apprendre-la-... . Faut-il rappeler que 5-10% d'inflation annuelle, cela signifierait jusqu'à 5-10% de pouvoir d'achat en moins, chaque année après l'autre, pour les salariés que le Front de Gauche prétend défendre, en particulier les moins qualifiés ? Car comment convaincrait-il les employeurs d'augmenter les salaires, en plein chômage de masse ?

Le plus beau c'est que Jean-Luc Mélenchon l'admet lui-même, dans la même page : "ce sont à court terme les ménages et les travailleurs qui trinquent avec des hausses de prix non compensées par des hausses de salaires." Sauf si la France connaît la même expansion que la Chine. Non, ce n'est pas de moi, c'est de M. Mélenchon toujours dans la même page : "en Chine,... les salaires progressent très rapidement : le salaire minimum y a augmenté de 20 à 30 % selon les provinces depuis l'été 2010." Un vrai modèle.

Le même Jean-Luc Mélenchon s'indigne, et vous avec lui, quand François Bayrou pense inévitable une hausse de deux points de la TVA, qui causerait, dans le pire des cas, 1% d'inflation 1 seule année.

Et...il en pense quoi, le tovaritch gauche de combat qui faisait le promo d'un article en solde de son patron contre Bayrou, tout récemment ?

Commentaires

bon ça va je ne vais pas faire que ça de te répondre, non plus, deux billets en si peu de temps sur un candidat minoritaire, je pense que cela va suffire, non ? Et puis, j'attends quant à moi une réponse sur notre argument plus essentiel : Bayrou propose un paln d'austérité5 fois supérieur à celui de Sarko... Tu en dis quoi, hein ?

Écrit par : gdec | vendredi, 09 décembre 2011

@gdc
tss tss, tu n'as pas répondu...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 09 décembre 2011

@gdc
Note, ne te sens pas obligé de répondre dans un billet : un simple commentaire ici me suffira amplement !

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 09 décembre 2011

Cher l'Hérétique,

L'inflation n'est pas un problème pour les salariés et les retraités lorsque les salaires et les pensions sont indexés dessus, mesure que prendra le Front de Gauche, telle que c'était jusqu'à la fin des années 80 (abrogation par Rocard il me semble).

Elle n'est pas non plus un problème pour l'épargnant du tout venant puisque les livrets d'épargne cautionnés par l'État (Livrets A, etc.) sont indexés également.

Elle pourrait ne pas l'être non plus pour les détenteurs d'assurance-vie, en tant que personne physique, en leur permettant par la Loi de déplacer leurs avoirs sur des livrets d'épargne collectifs (qu'ils soient d'État ou coopératifs).

Qu'est-ce qui nous reste? Les rentiers et les très riches. Bon je te l'avoue, après qu'ils se gavèrent pendant 30 ans sur le dos des peuples, le Front de Gauche a effectivement l'intention de les faire payer.

Nous avons donc répondu avec mon camarade GdC. C'est à toi maintenant: alors cette austérité de 100 milliards d'euros? Ça fait combien de salaires en moins? -5% ? -10% ?

Bien cordialement.

Écrit par : mcbennn | vendredi, 09 décembre 2011

ou vous voyez qui va faire plus d'austérité que Sarkozy ou que Mélenchon ?

Écrit par : AG59 | vendredi, 09 décembre 2011

@Mcbenn : oui, l'argent pousse sur les arbres, la libre circulation des capitaux n'existe pas, les investisseurs étrangers vont faire confiance aveugle à la France pour financer nos entreprises... C'est vrai que les assurances vie n'est pas l'épargne préférer des classes moyennes et que des riches... C'est vrai que le français à toujours mis ses économies en France comme au Japon...
Ah oui, c'est pour quand la République Populaire Française ?

Écrit par : AG59 | vendredi, 09 décembre 2011

@AG59: dans son programme! Il a annoncé 100 milliards d'euros d'économie!
C'est donc 5 fois plus que ce qu'ont fait Sarkozy et Fillon et leur double plan de rigueur pour un total de 20 milliards.

Si à 20 milliards, on parle de rigueur, à 100 milliards là c'est sûr, c'est de l'austérité.

Et ce sont la majorité des citoyens qui ont déjà du mal à boucler leur fin de mois qui vont morfler.

Sans compter ensuite que ça va ralentir l'économie comme en Grèce (moins 5% pour le PIB), donc diminuer les carnets de commande, donc licencier, donc augmentation du chômage, donc moins de consommation, donc ralentissement de l'économie, etc.
*A chaque fois* ça se passe comme ça. Demandez donc à l'Argentine, à la Grêce, à l'Espagne, etc.

Écrit par : mcbennn | vendredi, 09 décembre 2011

c'est vrai que remonter de deux tranches les impôts sur le revenu... ça va toucher le citoyen moyen, c'est vrai que la réindustrilisation ne va pas générer d'emplois et une augmentation de ressource en général... C'est vrai que l'Etat mille feuilles est super optimum dans son fonctionnement et dans ces dépenses...

Je l'accorde cela ne sera pas une partie que de plaisir mais le but est d'équilibrer les comptes de l'Etat pour qu'il n'emprunt plus ou en tout cas plus emprunter pour ses frais de fonctionnement.

Rien remettre en question, c'est ne pas vouloir voir le véritable problème.

Écrit par : AG59 | samedi, 10 décembre 2011

J'ai lu attentivement ce que vous dites et ce que dit Mélenchon. Et je trouve que c'est malhonnête de ne pas citer la phrase de M. Mélenchon en entier : "Mais pour que l’inflation s’installe vraiment et ruine la rente, il faut que s’engage une boucle des prix et des salaires, sinon ce sont à court terme les ménages et les travailleurs qui trinquent avec des hausses de prix non compensées par des hausses de salaires." Je pense qu'il a au moins le mérite d'analyser en profondeur sa proposition et de fournir tous les éléments. Contrairement à M. Bayrou qui reste d'un vague déconcertant, à qui il faut tirer les vers du nez pour arriver à décrocher un élément concret de programme. Aussi, je ne comprend pas, n'est-ce pas une bonne chose qu'un pays voit ses employés être augmentés entre 20 et 30% de leur salaire ?? J'avoue ne pas comprendre votre logique et ce que vous reprochez à M. Mélenchon. Évidemment personne ne peut être d'accord avec la politique général des chinois, et il me semble que Mélenchon condamne le fait qu'un pays puisse avoir des dérives autoritaires. D'ailleurs il est le seul des gros candidats à proposer une VIème République, qui soit parlementaire, si je ne m'abuse. Donc aucun rapport avec une quelconque monarchie élective, oligarchie ou un quelconque autoritarisme. Mais le fait économique qui lie inflation et hausse des salaires n'a rien à voir avec la politique général chinoise, c'est un fait économique. Cela n'a aucun rapport avec la manière qu'ils ont de produire, ou la manière dont il traite leur peuple. C'est juste un fait économique indépendant du modèle général. Je constate donc juste que ce fait économique simple qui consiste à mettre en relief le fait que l'inflation, combinée à une hausse des salaires, permet une sortie de crise par le haut contre la finance, est un fait que vous ne niez pas. Ce qui vous dérange certainement, c'est la notion d'augmentation des salaires, et qu'on touche par ce biais à la finance.

Cdt

Écrit par : aodif | samedi, 10 décembre 2011

annoncer une hausse de 20% et 30 % ne veut rien dire car la base du salaire chinois et Français ne sont pas les mêmes. il serait plus réaliste que vous nous donniez les véritables chiffres et de faire un comparatif avec ce que donnerait en France.

Écrit par : AG59 | samedi, 10 décembre 2011

On raisonne toujours en relatif. Le pourcentage permet de raisonner en relatif. Je ne vois pas comment vous voulez faire un comparatif autrement. J'avoue être stupéfait... Car vous voulez prendre la hausse du SMIC chinois pour l'ajouter au SMIC de base français, alors que les bases de salaire ne sont pas les mêmes (on ne part pas du même point) ?

Écrit par : aodif | samedi, 10 décembre 2011

Visiblement l'auteur de ce blog croit faire le malin sur le programame du FDG, mais à part tronquer des phrases, et faire sa propagande de petite merde, je comprends pas bien ce qu'il compte nous démontrer.

Le programme de Bayrou a été analysé, décortiqué sans utiliser tes méthodes malhonnêtes.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/brochures/bayrou2011.pdf

allez bon courage pour votre campagne !!!

ps : La prestation de Bayrou jeudi soir sur france 2 était édifiante!! Cet homme est juste mauvais (nul, médiocre), libérale (en retard de 30ans) et pratique une langue de bois de haut niveau !

Écrit par : s0nette | samedi, 10 décembre 2011

C'est intéressant de rappeler qu'en effet avec Mélenchon, ça sera les ménages, classes moyennes et travailleurs qui trinqueront.

Le contraire de réactionnaire parfumé, c'est quoi... ?

Écrit par : falconhill | samedi, 10 décembre 2011

Très honoré par le billet, merci l'hérétique…

@ aodif : tout à fait d'accord avec vous sur le fait que j'ai coupé le raisonnement de J.-L. Mélenchon, mais comme vous le constatez, j'ai mis le lien, et l'hérétique l'a repris. (Le courant démocrate a ses bonnes manières !). Ça permet à chacun de vérifier si cette interprétation du raisonnement de J.-L. Mélenchon tient la route, et à mon humble avis, elle tient la route.

mcbenn donne effectivement, ci-dessus, une réponse qui me manquait (et qui est d'ailleurs peu compatible avec le billet de J.-L. Mélenchon) : l'indexation de toutes les rémunérations sur l'inflation ! Bon sang, mais c'est bien sûr ! Et là, sans rire, le débat progresse, parce que c'est une mesure précise, faisable, et dont les effets sont bien connus.

1) Faire fuir les investisseurs vers des pays où la liberté contractuelle sera plus grande (par ailleurs, les investisseurs préfèrent toujours les pays à monnaie stable), ce qui nous mène droit vers une économie, soit administrée (c'est la réaction de AG59), soit contrôlée "à la russe" par quelques oligarques assis sur des actifs matériels (émirs du pétrole par exemple) qui leur permettront d'absorber ce genre de fantaisies.

2) Faire payer la crise par les petits ;-), mais aussi et surtout les gros épargnants. LÀ-DESSUS je suis d'accord avec le FG, simplement parce que c'est un fait : si notre économie, et celle de la planète, sont moins flambantes que les marchés ne le croyaient en 2006, alors, mécaniquement, les actifs mondiaux (l'épargne mondiale) doivent être valorisés moins qu'en 2006. En français courant, il faut crever la bulle.

CECI DIT, je pense que l'inflation est la pire, et la plus destructrice, des façons d'y parvenir. Plutôt que de couler uniformément la valeur de tout l'argent détenu et de tous les contrats (ce que fait l'inflation), il me semblerait bien préférable de CIBLER les actifs à dégonfler :
* ceux issus de "l'innovation financière" (taxe Tobin, promue par F. Bayrou depuis 2001 contrairement à L. Jospin par exemple…) ;
* ceux issus du prêt irresponsable à des Etats surendettés (déclarer en défaut les Etats endettés au-dessus de 80% du PIB par exemple — ça, c'est mon avis, celui de F. Bayrou diffère) ;
* ceux issus de la vente à la découpe de nos Etats (trouver tous les moyens juridiques de récupérer l'argent parti dans les sociétés d'autoroutes, chez M. Tapie, etc.-
* ceux issus des oligopoles (instaurer les actions collectives, réformer la fixation du prix des médicaments, réformer le contrôle de la concurrence pour pouvoir récupérer les profits indus — contrairement à l'affaire des lessives, où les multinationales s'en tirent pour quelques centaines de millions), etc.

Désolé d'avoir été un peu long — l'intérêt de cette discussion, même si nous sommes en désaccord, c'est d'obliger à préciser !

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 10 décembre 2011

@ s0nette : je viens justement de consacrer à cette brochure du Front de Gauche un petit billet http://demsf.free.fr/index.php?post/2011/12/09/Front-de-Gauche-le-faux-le-vrai (aussi en lien signature).

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 10 décembre 2011

@ mcbenn sur "Nous avons donc répondu avec mon camarade GdC. C'est à toi maintenant: alors cette austérité de 100 milliards d'euros? Ça fait combien de salaires en moins? -5% ? -10% ? Bien cordialement."

Très facile : -0%. François Bayrou a exclus de baisser les salaires.

Vous allez répondre que c'est impossible, alors que tous nos voisins méditerranéens surendettés ONT baissé les salaires ?

A mon avis, c'est parfaitement possible. De Gaulle a réussi en 1958 à rétablir les finances publiques de 5 points de PIB (l'équivalent de 100 milliards aujourd'hui) par le plan Pinay-Rueff, sans toucher aux salaires http://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2001-4-page-102.htm . Le même plan ne marcherait pas aujourd'hui, l'économie informatisée est profondément différente de l'économie industrielle de 1958, en plein exode rural. Certains commentateurs (Olivier Delamarche…) estiment impossible de réitérer un tel exploit. Je pense qu'ils se trompent.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 10 décembre 2011

en tous cas, faire dialoguer des sympathisants du FdeG et des libéraux, chapeau l'Hérétique ! ça, ça l'ai vraiment... hérétique, de nos jours ! Pour répondre à ta question, j'ai déjà dit dans mon dernier billet sur Bayrou que sa sortie sur le gel des salaires en s'appuayant sur le fait que ça se fait partout ailleurs est n mensonge, que tu te gardes bien de relever puisque 75 000 salariés de la sidérurgie allemande ont vu leur salaire relevé de 3.5 % à compter de ce mois ci... En outre, tu ne me sembles pas répondre non plus à l'argument de l'hyper austérité que propose Bayrou.Sur l'argument de la réindustrialsiation, à mes yeux c'est du pipeau (je en dis aps qu'il ne faut pas le faire, attention) car c'est un travail de longue haleine, sur plusieurs dizaines d'années(au moins la même durée qu'il a fallu pour opérer des délocalisations...) et un travail dont tout le monde a conscience qu'il est nécessaire. Simplement, il dépend étroitement également, en plus de la volonté, de la politique de recherche. Et en France, celle-ci laisse un peu à désirer... Tant que l'on considérera que c'est un luxe qu'on ne peut se permettre (CF. austérité), on ne fera pas l'investissement nécessaire à cette revitalisation industrielle. Enfin, pour ton histoire de 5 %, comme l'a dit mac benn, 100 milliards d'euros d"économies feront bien plus de mal aux plus modestes que 5 % d'inflation, argument auquel réponds d’ailleurs bien plus précisément que je ne saurait le faire Lordon; moi, je ne suis pas économiste, mais spécialiste des affaires sociales. chacun son job.

Écrit par : GdeC | samedi, 10 décembre 2011

Mr Mélenchon parle beaucoup d'indexation.
L'indexation serait le remède à tout.
Mais les lois de la nature ont la vie dure.

L'indexation suppose la croissance, or nous vivons dans un écosystème fermé.

Et à moins qu'on m'explique précisément comment créer le mouvement perpétuel et comment arriver à la génération spontanée, dans un écosystème fermé la croissance infinie n'est pas possible, c'est contraire aux lois de la thermodynamique.

Ainsi tout système basé sur la croissance finit par s'effondrer sous son propre coût à terme.

Cacher cette vérité mathématique est abuser les électeurs, en remettant toujours à demain (aux générations futures) le soin de payer notre confort d'hui.

Ainsi, les propositions de Mr Mélenchon peuvent être ... mises à l'index !

Écrit par : Curieux | samedi, 10 décembre 2011

@ GdeC sur "ça se fait partout ailleurs est n mensonge, que tu te gardes bien de relever puisque 75 000 salariés de la sidérurgie allemande ont vu leur salaire relevé de 3.5 % à compter de ce mois ci..."

François Bayrou constate que la modération salariale A EU LIEU en Allemagne (avec l'agenda Schröder) ; demandez aux Alsaciens frontaliers, ils vous le confirmeront : travailler en Allemagne est devenu moins intéressant financièrement qu'il y a 20 ans. Mais une fois la compétitivité rétablie, l'Allemagne est en mesure de ré-augmenter les salaires !

Et François Bayrou estime que les pays qui n'ont pas eu cette vision d'avenir il y a 5 ou 10 ans, et qui ont continué à multiplier les expédients (dont la France est l'exemple hélas éminent) vont être obligés d'y venir.

Cela ne me semble pas incohérent ;-)

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 10 décembre 2011

ça y est j'ai trouvé son point de vue.. "sortir du traité de Lisbonne".. ben voyons..en fait il voudrait exempter la France de certaines clauses.. ou alors que tout le monde renonce au Traité de Lisbonne..

http://www.placeaupeuple2012.fr/sortir-du-traite-de-lisbonne-pourquoi-comment/


voilà..ça suffit pour mettre en l'air l'ensemble de ses prétendues solutions, puisqu'il n'ose pas dire, sortons de l'Euro, sortons de l'Europe..
comment ça? soit on demande des clauses particulières.. et on se retrouve sur la touche, car, on ne peut être dehors et dedans, avoir les avantages et pas les inconvénients.. les subventions ,les aides, et pas les règles.. faut pas pousser..
secondo en dehors d'un vote à la majorité qualifiée maintenant, nul ne peut modifier le Traité de Lisbonne, en tout cas, actuellement personne n'est majoritairement pour le modifier dans le sens de Mélenchon..autrement dit, vu le contexte, inutile de prétendre que ça se fera si Mélenchon est élu..faire croire que certains pays dont la France pourraient mener une fronde contre les autres, pour arriver à leurs fins, est une attitude normale.? et avec qui les PIIGS, ceux qui tendent la main pour finir leur fin de mois ? j'en ris d'avance!LOL!
il fait le matamore, remue de l'air, mais au fond, il sait pertinemment que tout ce qu'il dit n'a aucune chance d'arriver..

c'est juste une posture électorale, pour couillonner le pigeon..agrémentée dune posture agressive de petites phrases pour éviter de rentrer dans le fond du sujet, vu l'incohérence..il est rusé, intelligent, il a une petite boutique à faire tourner, qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l"ivresse..mais imposture complète..

Écrit par : juju41 | samedi, 10 décembre 2011

@FredericLN
D'abord, je rend à ta recherche du débat et à l'étayage de tes propos.

Petit rappel pour ceux qui n'aurait pas compris l'essence du programme du Front de Gauche qui dit bien son: L'Humain d'abord!
Oui oui, l'humain, les citoyens, les gens quoi. Ça c'est notre but. Notre moyen? Une meilleure répartition des richesses produites par notre nation!

Concernant l'inflation, j'ai déjà donné mon explication principale concernant l'indexation des revenus (salaires et capital) pour les personnes physiques. Mais ce n'est évidemment qu'une partie du projet d'ensemble, son amont. Il s'agira aussi d'augmenter les salaires: +25% pour le SMIC, comme en 1936 et en 1968 et dans les années 70. Ça c'est donc fait, et l'apocalypse que nous avait annoncer les patrons ne s'est jamais produite. En aval, nous recourrons à l'impôts sur _tous les revenus_ en tant que meilleur outil de redistribution des richesses. Exemple: une imposition identique entre les revenus du travail et les revenus du capital.

Concernant vos contre-arguments:
« 1) Faire fuir les investisseurs »
D'une part, notons que la France malgré tous les reproches qui lui font la droite en général, et donc vous, concernant le carcan dont il faudrait la libérer est déjà le premier pays qui reçoit des investissements étrangers. Non, ce n'est pas l'Allemagne, pourtant première économie de l'Europe, ni le Royaume-Uni paradis européen du Néolibéralisme, ni l'Espagne et la main d’œuvre moins chère. Pourquoi? Car la France a des services publics! Et ces services publics, réseau routier et autoroutier de grand qualité, système de santé et scolaire de qualité, et système d'amortisseurs sociaux, font de notre pays un terreau fertile au développement économique, "c'est bon pour le business"!
En outre, nous sommes la deuxième population européenne. 65 millions de consommateurs, les capitalistes ne cracheront jamais dessus.
Et donc tout ça, ça restera même avec des impôts plus importants, donc je ne crois pas à une si grande fuite des capitaux. Si c'était si vrai, le Luxembourg et l'Irlande auraient déjà englouti tous les investissements européens, ce n'est pas le cas.

Mais ne vous inquiétez pas, si jamais ça devait se produire, nous aurons toujours deux outils à utiliser:
- La Loi, qui imposera à ceux qui veulent vendre leur produit en France, d'investir en France; il faudra bien sûr préciser les modalités exacts. Mais c'est ce procédé qu'utilisent le Brésil (7% de croissance depuis 10 ans..)
- La Loi, qui, comme ce que fait les États-Unis, ces fameux communistes, imposera à nos concitoyens Français qui seraient partis à l'étranger de payer le différentiel d'impôts entre celui de leur pays hôte et la France.

« 2) Faire payer la crise [...] aussi et surtout les gros épargnants. LÀ-DESSUS je suis d'accord avec le FG.»

Voilà, on progresse.

Ensuite, vous proposez un certain nombre d'actions pour « CIBLER les actifs à dégonfler ». Voyons ça:

« * ceux issus de "l'innovation financière" (taxe Tobin, promue par F. Bayrou depuis 2001 contrairement à L. Jospin par exemple…) ;»

Le FDG aussi: CDS, vente à découvert et tout le toutim. Sauf que bizarrement, j'ai plus confiance dans le FDG pour le faire _vraiment_.

Car, d'abord, Bayrou n'a évoqué que la Taxe Tobin, mais ne s'est jamais prononcé contre tous les procédés en œuvre. Je dirais même pire, au parlement européen vos amis Libéraux-Démocrates ont voté pour toutes les lois de déréglementation financière.

Donc pour l'instant ce ne sont que des intentions qui ne sont pas suivis d'effets quand vos parlementaires en ont l'occasion.

« * ceux issus du prêt irresponsable à des Etats surendettés (déclarer en défaut les Etats endettés au-dessus de 80% du PIB par exemple — ça, c'est mon avis, celui de F. Bayrou diffère) ; »

Le Front de Gauche aussi. En plus de l'intervention directe de la BCE, nous avons l'intention, notamment pour les dettes de la France, de procéder à un grand audit des créances en cours, en évaluant leur légitimité. Mais effectivement, tout ne sera pas remboursé. Et vous verrez, à l'occasion de cette grande négociation, tous les banquiers préféreront être remboursé de 80% à 1% par an, plutôt que 0% à 20%...

« * ceux issus de la vente à la découpe de nos Etats (trouver tous les moyens juridiques de récupérer l'argent parti dans les sociétés d'autoroutes, chez M. Tapie, etc.- »

Le Front de Gauche aussi. Faites attention, parce que tout ça, Bayrou ne le ferait jamais. Il ferait même l'inverse: privatiser à gogo pour remplir les caisses officiellement, s'acheter les faveurs des grands groupes capitalistes et maintenir l'oligarchie en cours (qui a dit Poutine?)

« * ceux issus des oligopoles (instaurer les actions collectives, réformer la fixation du prix des médicaments, réformer le contrôle de la concurrence pour pouvoir récupérer les profits indus — contrairement à l'affaire des lessives, où les multinationales s'en tirent pour quelques centaines de millions), etc. »

Au Front de Gauche, nous préférons un bon monopole (d'état, géré par les usagers, les politiques, les syndicats) qu'un très mauvais oligopole (qui a dit téléphonie mobile ? ou même de plus en plus l'ADSL..)

Je constate donc que tu es d'accord avec beaucoup de chose du Front de Gauche, et des choses en désaccord avec la ligne du MODEM. Il n'est pas trop tard pour nous rejoindre!

« Très facile : -0%. François Bayrou a exclus de baisser les salaires.
Vous allez répondre que c'est impossible, alors que tous nos voisins méditerranéens surendettés ONT baissé les salaires ? »

Non, moi je te réponds que c'est de l'arnaque! Parce que 0% d'augmentation de salaires avec 2% d'inflation, et même plutôt 3% en ce moment, les français vont prendre cher.
En plus, dans le genre super motivant, de quoi redonner de l'élan à la France.. Pas voir sa feuille de paye augmenter pendant 10ans !
Sans compter que c'est déjà plus ou moins le cas depuis 10 ans, les salaires n'ont jamais aussi peu augmenter et il n'y a jamais eu autant de smicard dans notre pays, les patrons ne s'emmerdent même plus: "si tu veux pas de mon smic, vas-t-en, y en a 10 derrière toi qui attendent.."

Vous rajoutez:
« François Bayrou constate que la modération salariale A EU LIEU en Allemagne (avec l'agenda Schröder) »

Le mythe du modèle allemand. C'est ça que vous voulez? Vraiment ? Vous savez de quoi on parle là?
1) Un pays exportateur, certes, mais à 70% avec les autres pays européen et qui se paye sur notre dos. En économie, c'est le modèle du "passager clandestin". (cf. Wikipedia). En gros, déloyal.
2) Les réformes Schroder: c'est 20% de pauvreté ! (en France nous n'en sommes "qu'" à 13%, et c'est beaucoup trop).

Donc non merci!

@Curieux
« Mr Mélenchon parle beaucoup d'indexation.
L'indexation serait le remède à tout.
Mais les lois de la nature ont la vie dure.»

L'indexation des salaires avec l'inflation a peu avoir avec la croissance, et encore moins l'écologie, je crois que vous vous méprenez.

Mais je suis d'accord avec le reste du raisonnement, ainsi que le Front de Gauche. Nous mettrons en oeuvre la planification écologique, où il s'agira de planifier sur la durée (10, 20, 30 ans) nos besoins énergétiques, en matières premières et où nous poserons également la définition d'une autre croissance, et donc de la production de biens matériels.


@juju41
À propos de la sortie du traité de Lisbonne.
« soit on demande des clauses particulières.. et on se retrouve sur la touche, car, on ne peut être dehors et dedans, avoir les avantages et pas les inconvénients.. les subventions ,les aides, et pas les règles.. faut pas pousser..»

Au préalable, il s'agit de désobéir à _certaines_ dispositions _antisociales_. Est-ce possible ? Oui. Oui. Et encore oui. Une preuve? Tous les pays ont désobéi régulièrement depuis 15 ans avec les critères de stabilité de Maastricht. Nous ferons de même sur les critères antisociaux.

Ensuite, renégociation. Nous trouverons des partenaires. Car nous sommes la deuxième puissance européenne. Et si nous proposons un plan de sortie de crise autre que l'austérité franco-allemande nous serons suivi par certains pays, et nous aurons donc un rapport de force plus favorable pour les négociations.

Concernant les exceptions c'est tout à fait possible car ça existe déjà, c'est l'opt-out. Les Anglais en disposent concernant la réglementation sur la durée légale maximale du travail par exemple.

Je passe sur vos propos à l'emporte-pièce, notamment très condescendant à l’égard de nos concitoyens européens du Portugal, de l'Irlande, de l'Italie et de la Grèce. Et à part ça, vous vous vantez d'être "profondément européen". Et nous, les tenants du non de gauche au TCE, nous étions xénophobes et anti-européen?

Comme quoi, entre les discours de façade, et les attitudes réelles, il y a de grands écarts.

Cordialement.

Écrit par : mcbennn | samedi, 10 décembre 2011

@mcbennn
M'étonne pas que vous trouviez des points de convergence avec Fred, il est plutôt sur l'aile gauche du MoDem et moi sur l'aile droite :-)
Sinon, en voyant ce que vous avez écrit sur les monopoles d'État, mon coeur a failli lâcher :-) Non, non, non, pas de monopoles, sauf quand il s'agit de services publics prioritaires évidemment (éducation, santé, certains aspects de l'énergie, certaines infrastructures)

Écrit par : l'hérétique | samedi, 10 décembre 2011

@gdc
euh, il y a quelques libéraux au MoDem, mais ce n'est vraiment pas la majorité.
Moi-même, j'ai une tendance libérale, mais je ne suis pas un libéral pur sucre, loin de là...
Tant mieux s'il y a un espace de débat qui se crée : puissent les autres forces politiques s'y joindre...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 10 décembre 2011

@lheretique
N'ayez crainte sur les monopoles!
Car les monopoles publics que le Front de Gauche mettra en place concernent justement « des services publics prioritaires évidemment »: Éducation, Santé, Énergie, Transports.
Rajoutons un pôle publique bancaire, qui ne sera pas forcément un monopole d'ailleurs.

Écrit par : mcbennn | samedi, 10 décembre 2011

Éducation, Santé, c'est déjà le cas.
Énergie, je suis partagé : c'est surtout sur le nucléaire, à cause de la sûreté, que je suis très méfiant. Il faut des instances de contrôle indépendantes.
Transports, ça dépend quoi : chemins de fer, quoi qu'en pensent mes amis libéraux, ce serait plutôt oui, mais le problème, c'est que nos voisins européens ne seront pas d'accord. En fait, si on nationalise le transport et l'énergie, on se condamne à ne plus pouvoir exporter, très logiquement...puisque les règles de concurrence ne seront plus assurées chez nous !

Écrit par : l'hérétique | samedi, 10 décembre 2011

j'ai l'impression de ne pas vivre dans le même monde que ceux qui sont au FG ^^ mais bref, ce n'est que mon opinion

Écrit par : AG59 | samedi, 10 décembre 2011

Je pense que vous faites juste une fixation sur l'inflation. Le programme de Jean-Luc Mélenchon n'est pas de créer de l'inflation, en tout cas son programme ne peut pas se résumer pas à cela je pense. A contrario, le programme de Bayrou peut se résumer à la baisse du déficit (oui et "acheter français !" aussi c'est vrai...). A la fin de sa note, M. Mélenchon expose simplement les deux solutions actuelles pour sortir de la crise en Europe, c'est la raison pour laquelle il parle de l'inflation au préalable :

"Pour résoudre le problème de la dette, les Etats et les banques centrales sont face à un choix. Soit laisser filer l'inflation pour dévaluer la dette et ainsi alléger le poids des intérêts à verser. Soit contracter la demande, les dépenses publiques et l'investissement pour dégager de l'épargne supplémentaire pour financer la dette. Les marchés pèsent de tout leur poids pour que la deuxième solution s'impose. Dans la zone euro c’est donc le branle-bas de combat contre l'inflation. Alors qu'elle est encore très limitée en Europe avec 2,8 %, la BCE a sorti en avril l'arme lourde du relèvement des taux d'intérêt. Là où la Réserve fédérale américaine et la Banque d'Angleterre font au contraire le choix du maintien de taux très bas, alors même que l'inflation est plus forte dans ces pays. Eux font donc pour l'instant le choix de financer la dette par l'inflation. Dans la zone euro à l'inverse, la crispation anti-inflation ne se cantonne pas à la BCE. Elle contamine toutes les politiques mises en œuvre. Une des priorités explicitement annoncées du fameux Pacte Euro-Plus n'est elle pas d'éviter des hausses de salaires ? Une telle politique enchaînée aux préoccupations des marchés expose l'Europe à un regain de chômage et de pauvreté. L'économiste Patrick Artus le résume sans détour dans une note de la banque Natixis : "il va falloir que la BCE déprime profondément l'activité pour que son objectif d'inflation soit respecté. … Le coût en activité et en emploi de la désinflation dans la zone euro sera aujourd'hui très important." Chers lecteurs, vous êtes prévenus."

Voilà pourquoi Mélenchon doit faire son choix et préfère l'inflation à l'austérité. Mais l'inflation seule n'est évidemment pas la solution.

Écrit par : aodif | dimanche, 11 décembre 2011

@mcbennn
Toujours amusant de constater que les arguments pris en démonstration vont à contre-courant de ce que l'on veut démontrer. Vous dites qu'il n'y a jamais eu tant de smicards en France et vous voulez augmenter le SMIC à 1700€. Moi je vous le dis sans équivoque, le nombre de smicards va exploser avec cette proposition. Je doute que la petite dizaine de smicards supplémentaire va applaudir des deux mains. Finalement pour éviter cette colère on indexera leur salaire et ainsi de suite.
Pourquoi ne pas proposer un SMIC à 17000 €


Un deuxième point qui me fait sourire c'est d'exprimer ouvertement le peu de différence qu'il y a entre les idées du Front de Gauche et FredericLN.
Je cite : "Je constate donc que tu es d'accord avec beaucoup de chose du Front de Gauche, et des choses en désaccord avec la ligne du MODEM. Il n'est pas trop tard pour nous rejoindre!"
Je ne connais pas Fred et je ne parlerai pas en son nom mais je constate que vous le classer dans le MoDem c'est une preuve indéniable que ce parti offre une palette assez large d'idées que n'offre pas le Front de Gauche.

Je terminerai par une attaque contre Mélenchon qui me semble d'autant plus justifiée qu'elle démontre la démagogie dont fait preuve cet homme qui néanmoins à de bonnes idées.
Je vous invite à regarder cette vidéo.
http://www.youtube.com/watch?v=fOCpD8nDy1k

A Partir de la seconde 29 : "Chaque candidat doit-être traité avec le respect qui lui est dû"
A la seconde 59 "François Bayrou c'est un politicien roublard"

On peut dire que Jean-luc Mélenchon à une certaine définition du respect qui me dépasse et qui est bien loin de l'humanisme de Bayrou.
Dire une chose et faire son contraire dans moins d'une minute ce n'est pas correct et démontre le personnage opportuniste très mais alors très populiste. Comme d'autre personne dans la partie opposée de l’échiquier politique: même méthode!

Écrit par : Jacques Berthe | dimanche, 11 décembre 2011

En quoi dire que Bayrou est futé est irrespecteux ?

Écrit par : aodif | dimanche, 11 décembre 2011

@aodif
Faites un effort ! Regardez dans n'importe quel dictionnaire la définition des mots futé et roublard.
Finalement Bayrou a vraiment raison. Un effort substantiel est à faire dans l'éducation.

Écrit par : Jacques Berthe | dimanche, 11 décembre 2011

@Jacques Berthe
"Regardez dans n'importe quel dictionnaire la définition des mots futé et roublard."

L'avez-vous fait?
Allez, je vous aide:
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/roublard/
On y lit:
Sens 1: Futé [Familier]. Synonyme: rusé

A moins que vous ayez une autre définition que je vous invite à donner, je conclue : Tel est pris qui croyait prendre.

Écrit par : mcbennn | dimanche, 11 décembre 2011

Moi je ne vous aide pas, je vous instruit
Définition roublard
http://www.cnrtl.fr/definition/roublard
Fam., péj. Qui est astucieux et rusé.
Péj signifie péjoratif
Ne soyez pas trop ridicule dans vos explications; Je reconnais l'intelligence de Mélenchon sans aucun problème.Si il avait voulu dire futé il l'aurait dit.
Désolé mais roublard est un terme péjoratif
Mélenchon à fait volontairement cet amalgame. C'est sa manière de s'exprimer, il flatte pour mettre tout le monde au même niveau et il tape pour abaisser ses adversaires. Il ne se bat pas contre des idées, il dénigre ses adversaires politiques. C'est une méthode qui marche très bien. Elle est connue par beaucoup de démocrate mais rarement mis en exergue par ceux-ci et évidemment interdite déontologiquement.
Vous n'êtes pas les premiers à tomber dans ce piège. D'autres avant vous ont fait la même erreur.
Je crois que je vais m'évertuer à le rappeler.

Écrit par : Jacques Berthe | lundi, 12 décembre 2011

Si la bande des nantis touchant entre 30 et 50000 € par mois voir plus, et se prétendants proches du peuple consentaient a refuser un 2è ou 3è mandat, ou demandaient (mais il ne faut pas rèver) une réduction de leurs salaires par solidarité envers nos misérables chômeurs ou smicards, ...la France se porterait mieux et serait un exemple sans précédant.
Il est honteux de dire " on va se serrer la ceinture pour relancer notre pays" et ne pas commencer par ceux qui en ont les moyens, pas par les smicards!

Écrit par : Bric | lundi, 12 décembre 2011

C'est peut-être péjoratif mais ce n'est pas irrespectueux. C'est peut-être tout simplement la vérité, et il n'y a que la vérité qui fâche.
D'autant plus que vous ne pouvez pas dire qu'il ne s'attaque pas au fond du programme de Bayrou. Il n'y a que lui qui le critique sérieusement sur ça. Il le fait d'ailleurs avec n'importe quel autre candidat ou personnalité politique. C'est le seul qui est prêt à débattre avec tout le monde du contenu des programmes.

Écrit par : aodif | mercredi, 14 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.