« Le bio entre bilan carbone et Made in France... | Page d'accueil | Adieu, blogowars, sniff... »

mercredi, 09 novembre 2011

Les autistes plus fûtés que les autres ?

Les facultés étonnantes des autistes ont souvent étonné les scientifiques, notamment par la capacité de certains d'entre eux à manipuler avec aisance abstractions à idées pures, ou encore par leur puissance de mémorisation. Or, une étude approfondie vient de mettre en évidence que les enfants autistes disposent de 67% de neurones en plus que leurs homologues ordinaires. En moyenne, les petits autistes ont 1,94 milliards de neurones dans le cortex préfrontal, contre 1,16 milliards chez les enfants à développement normal.

On a toujours vu l'autisme comme un handicap, jusqu'ici. Et si c'était exactement l'inverse ? Et si les autistes étaient au contraire des êtres à l'intellect surpuissant, peut-être encombrés, en revanche, dans les méandres de la multiplicité de leurs réseaux neuronnaux ?

Nos sociétés modernent assimilent souvent, par exemple, la mélancolie à la folie. Pourtant, le philosophe Aristote par une analyse brillante démontre dans son Problème XXX qu'elle est au contraire la marque du génie.

Gageons que l'autisme et ses avatars, à leur tour, finiront par nous étonner.

19:36 Publié dans Insolite, Science | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : autisme, génie | |  Facebook | | | |

Commentaires

Bonsoir,
J'ai lu cette étude et je l'ai seulement envoyé à un cercle restreint, sans la diffuser largement, car elle ne porte "que" sur 13 sujets autopsiés.

Mais elle est très intéressante.

Il est vrai que l'on me demande souvent si Wolfgang est un surdoué, surtout les gens qui l'entendent parler la 1ère fois. Je ne le pense pourtant pas. Il est intelligent, certes, mais son langage très élaboré est un des signes de son syndrome d'Asperger.

En fait, à cause de son syndrome qui entraîne des problèmes de comportements et relationnels, son QI n'a jamais pu être testé convenablement.

Il a d'autres dons aussi, comme une excellente mémoire, son papa qui est atteint du même syndrome a aussi une mémoire photographique et un sens inné des chiffres. Mais il est difficile d'en tirer des conclusions car nous ne sommes pas encore assez avancés. Cette étude fera-t-elle progresser ? à suivre.

Écrit par : Isabelle | mercredi, 09 novembre 2011

Puis tiens, une fois n'est pas coutume, je vais faire un peu de "pub" pour le livre à paraître de mon grand ami (co-auteur), le Pr Magerotte :

http://www.dunod.com/sciences-sociales-humaines/action-sociale-et-medico-sociale/enfants-et-adolescents/scolariser-des-eleves-avec-autisme-et

Écrit par : Isabelle | mercredi, 09 novembre 2011

Un autre lien qui va t'intéresser. Cependant, en tant qu'associative et maman, je mets en garde contre le risque de généralisation.

http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-de-la-sante/20111107-lintelligence-des-autistes-au-service-de-la-science.html?mid=524

Nous avons d'énormes différences dans le spectre autistique, et certaines personnes peuvent présenter une déficience intellectuelle importante.

Écrit par : Isabelle | mercredi, 09 novembre 2011

Tiens au fait, sur ton propre blog, il y a souvent un commentateur brillant, avec un sens inouï du détail et de la déduction, une mémoire éléphantesque.

Il dit les choses comme il les pense, et assène la vérité qu'il perçoit sans précaution, et s'étonne sincèrement que ses interlocuteurs se vexent parfois puisqu'il démontre par le raisonnement qu'il dit simplement la vérité.

Il ne s'encombre pas de langue de bois ou de précautions pour ménager la susceptibilité d'autrui, il trouve sans doute cela superflu, insincère et ne songe peut-être même pas à employer de ces artifices.

Bref, tout cela me fait fort penser qu'il puisse être aussi un "Aspie" comme on dit...

Je parie qu'il se reconnaîtra s'il me lit...

Écrit par : Isabelle | mercredi, 09 novembre 2011

@Isabelle
Si je pense bien à la même personne que toi, cela me paraît plus que fort peu probable => engagement politique + études commerciales + enseignement + blog cela fait beaucoup de communication. Peu compatible avec Asperger.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 09 novembre 2011

Mon mari fait tout cela, sauf le blog mais très présent sur les sites 2.0. Et pourtant, la délétion de la parkine dans son chromosome 6 prouve son trouble autistique...
On parle de situation de compensation, plus le niveau intellectuel est élevé. Personnellement, je suis dyslexique mais ayant appris à me relire 3 fois j'avais 20/20 à mes dictées. C'est le même principe. aujourd'hui je fais des fautes car je ne fais plus 3 dictées par semaine et que sur le net, je ne me relis pas 3 fois : l'écriture instantanée est trop rapide pour cela.

Écrit par : Isabelle | jeudi, 10 novembre 2011

http://lci.tf1.fr/science/sante/certains-garcons-autistes-ont-un-cerveau-plus-gros-6847863.html?mid=53

Écrit par : Isabelle | mardi, 29 novembre 2011

T'tit plaisir pour les adeptes de catharsis webesque, un compte rendu de certains fonctionnements fort heureusement du domaine du passé du "Mooodem".
Inscrite de fort longue date à certaines commissions, sans jamais avoir été contactée, condamnée à n'intervenir que via web ou instruments internes au bénéfice que d'une 'tite clique, vous laisse deviner laquelle...
Suite à certaines rénovations, les anciens fichiers furent retrouvés et des contacts ont pu etre renoués en direct.
Voila, sur ce, bonne soirée. :)
@L'héré,
Etonnante et très belle jeune femme (sa mère itou) elles sont très bien passées à l'antenne toutes deux.

Écrit par : Martine | mardi, 29 novembre 2011

Bonjour,

Ayant assisté jeudi à une conférence du SUSA (Service Universitaire Spécialisé pour personnes avec Autisme), j'y ai appris, entre autres, que cette étude ne venait en fait que confirmer ce que les scientifiques savaient déjà.

Les mesures du périmètre cranien du bébé dans le ventre de la mère sont plus petites pour les enfants dont on a su plus tard qu'ils étaient autistes. Par contre, dès l'accouchement, le périmètre crânien devient plus important au fur et à mesure de la croissance chez l'enfant avec autisme.

Ceci vérifié sur énormément d'enfants, ce qui rend cette étude dont tu parles dans l'article tout à fait valide. Les neurones ne se détruisant pas, cela empêche leur spécialisation, et le problème se pose ensuite dans le secteur de la communication, qui est altéré chez les autistes.

Je dois dire qu'aux mesures prises pendant la grossesse, les médecins pensaient que j'aurais un petit bébé. Né toutefois à plus de 42 semaines révolues, d'un accouchement provoqué parce rien ne se déclenchait et qu'il était là depuis trop longtemps, j'ai eu la surprise d'avoir un bébé de 3kg860 et avec déjà un gros périmètre crânien... était-ce parce qu'il aurait dû naître plus tôt ?

Le site du SUSA : www.susa.be

Écrit par : Isabelle | dimanche, 15 janvier 2012

Ce sujet-là, Isabelle, me fait penser aussi à une petite étude qui aurait été faite sur la corrélation éventuelle entre la myopie et l'intelligence. Et qui expliquerait d'ailleurs que spontanément on assimile les intellectuels aux porteurs de lunettes (je crois que la myopie est plus répandue que les autres anomalies visuelles), au point d'en faire une caricature...

En fait, il semblerait que les myopes (leurs yeux sont "plus longs") fabriqueraient plus de myéline. La myéline est cette gaine qui entoure les nerfs et qui permet de transporter l'influx nerveux.
Il est possible que les myopes n'aient pas "plus de neurones" mais tout simplement plus de facilité à établir des connexions entre tous leurs neurones.
Puisque l'intelligence n'est que le résultat du traitement sans cesse croisé de toutes les connexions entre elles. Nous sommes en quelque sorte des ordinateurs dont le seul "moteur" est la fuite de la souffrance.

Normalement chacun d'entre nous a quelque chose comme 100 milliards de neurones ! De quoi s'occuper avec soi-même.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurone

Écrit par : Françoise Boulanger | dimanche, 15 janvier 2012

il est aussi à signaler, chère Françoise, que cette étude a été réalisé seulement sur l'autisme, peut-être qu'on pourrait aussi expliquer en partie d'autres handicaps.

Écrit par : Isabelle | dimanche, 15 janvier 2012

Écrire un commentaire