Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Borloo et Bayrou pourraient s'allier, mais... | Page d'accueil | Qu'est-ce que le kung-fu ? »

lundi, 29 août 2011

Les promesses ont un coût Martine...

Martine Aubry multiplie les interventions pour assurer à qui voudra l'entendre le rétablissement des moyens dans les divers corps de la fonction publique : culture, enseignement, et maintenant police et gendarmerie.

Oh, en soi, je n'ai pas d'objections à ce que l'on rétablisse les postes supprimés par Sarkozy pour la police et la gendarmerie. Évidemment, ça me fait rire quand j'entends un socialiste assurer qu'il/elle sera la président/la présidente de la sécurité en France. Leur laxisme dans ce domaine est si consubstantiel que je n'y crois pas un seul instant. Toutefois, on ne saura faire pire que Sarkozy qui confond moulinets de bras et politique de répression.

Pour revenir à Martine Aubry, il y a autre chose qu'elle ne semble pas avoir percuté : nous disposerons pour les prochaines années de moyens limités. Je l'entends tous les jours faire des promesses alors qu'il faudrait faire des choix. 

Je suis d'accord pour donner plus à la police, mais on prend où les moyens ? Et quand je parle de prendre, c'est d'un budget de la fonction publique qu'il s'agit.

C'est comme la culture : c'est quoi la culture ? Moi aussi je peux être une association culturelle demain et devenir une vraie sangsue de fonds publics. J'ai déjà dit que bien des associations ne prospéraient que par la dépense publique. Il vaudrait mieux une politique qui préparerait un terrain favorable à une privatisation partielle. Regardez le Musée Rodin, par exemple : il prévoit d'ores et déjà des manifestations privées dans ses locaux et espaces. Il y a donc une politique d'ouverture au privé possible dans les musées. On peut imaginer des fondations (cela marche très bien à Jersey) à condition évidemment de leur proposer une fiscalité attractive.

Cela dit, les musées, c'est certainement ce que je protégerais le plus, à titre personnel, comme candidat à la Présidence de la République. En revanche, continuer à dépenser des monceaux de fric pour France 2 et compagnie, ça fait un peu mal au coeur. On devrait avoir une chaîne publique ainsi que ses extensions régionales (France 3 c'est très bien), une seconde à la rigieur, et le reste, hop, au privé.

Revenons à la police : augmenter les effectifs, c'est bien, mais il faut aussi que le marériel soit adapté, que les prisons soient étendues et que les juges disposent de véritables moyens (notamment pour le suivi judiciaire) ; et pour assurer la cohérence du tout, il faut évidemment une vraie volonté politique.

Mais bon, là encore, ce sont des choix budgétaires. On sait que la délinquance coûte des dizaines de milliards d'euros au bas mot chaque année. Se donner les moyens de pratiquer une vraie politique de répression, cela suppose une volonté qui sorte de la doxa ordinaire de la classe politique...

19:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : aubry, délinquance, culture |  Facebook | | |

Commentaires

"Il suffit que vous vous prononciez pour le protectionnisme.Bien sur, l'idée du protectionnisme national est dépassée.Il suffira pour lui rendre sa force de proposer le protectionnisme européen."
Je pense encore aujourd'hui qu'Emmanuel Todd m'avait offert ce jour-là une vraie stratégie électorale...Pas plus loin évidemment.Et c'est pourquoi je ne l'ai pas suivi.
Non par idéologie.Je me méfie de toutes les idéologies.Elles sont accrochées à leur système et cela les empèchent de voir le monde...Je n'ai pas suivi cette voie au nom d'une certitude: c'est que cette promesse aurait été sans le moindre doute démentie par la réalité.Elle se serait fracassée sur le mur du réel.

Extrait d'Etat d'urgence de FB

Écrit par : Martine | lundi, 29 août 2011

"Le socialisme est par définition national. On ne peut pas vivre dans un pays qui a un salaire minimum, un RMi et des HLM en situation de libre circulation des personnes. Soit on libère les mouvements mais dans ce cas on accepte le prix mondial des choses, dont le travail fait partie (ajusté de sa productivité), soit on ferme les frontières. Le gouvernement actuel, de droite mais pas foncièrement anti socialisme, n'a pas choisi. Chez les libéraux, le choix est fait " http://www.lesliberaux.fr/category/nos-idees/.

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 30 août 2011

@Le Parisien Libéral
Le choix se résume à quoi : plus de SMIC, plus de RMI, plus de HLM , et puis en finale on accepte le prix mondial des choses : 2€ par personne et par jour; ils en sont loin nos grands patrons. Ce monde là je n'en veux pas !

Écrit par : Jacques Berthe | jeudi, 01 septembre 2011

@Nico,
Le gros frisé que j'aime bien, z'etes prié de garder vos "trolls" chez vous, merci. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 01 septembre 2011

a propos du PS : "Leur laxisme dans ce domaine est si consubstantiel que je n'y crois pas un seul instant."

Ayant vecu a Lyon plusieurs annees, je n'ai pas souvenir d'un laxisme particulier sur les questions de securite chez les elus de la majorite locale.

Écrit par : professeurtournesol | mardi, 06 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.