« Libye : résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l'ONU !!! | Page d'accueil | Marine Le pen comme Chavez et la Corée du Nord »

vendredi, 18 mars 2011

Quelle issue en Libye ?

Le clan Kadhafi a compris, je le crois, que l'offensive qui se prépare n'est pas le seul fait des Français et des Anglais, mais que nombreux sont les pays prêts à participer à l'opération :

France et Angleterre, bien sûr, mais aussi Espagne, Belgique, Norvège, Danmark et  Qatar. Tous ces pays fourniront des avions de combat et des bases.

Du coup, le clan Kadhafi a annoncé que les opérations militaires cessaient complètement sur le territoire libyen. Il s'agit de vérifier avec précision si c'est réellement le cas.

S'il s'avère que Kadhafi n'a pas menti, il convient, dans ce cas, de lui laisser une porte de sortie honorable, et de passer à une phase de négocations avec les insurgés afin d'organiser des élections libres et démocratiques sous contrôle international. Acculer Kadhafi serait à mon avis une erreur. Seif, son fils, prend évidemment parti pour son père, mais avant la révolte, il passait pour relativement "libéral", au regard du pouvoir en place. On pourrait donc imaginer sa réintroduction dans le jeu démocratique dès lors que sa famille et son clan acceptent le compromis.

Certains vont être partisans de passer outre pour se débarasser de Kadhafi. Ce n'est à mon avis pas un bon signal, même si l'opposition libyenne rêve d'en découdre. L'objectif est de permettre aux Libyens de vivre en paix. Les guerres civiles sont donc à proscrire, autant que faire se peut, et l'usage de la force doit être ramené à sa juste nécessité.

14:13 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : libye, kadhafi, opposition, résolution, onu | |  Facebook | | | |

Commentaires

Euh Seif el-Islam Kadhafi un libéral ? celui qui a organisé la répression et parler de faire des "ennemis" de la Libye une rivière de sang ?

Écrit par : Orange Verte | vendredi, 18 mars 2011

Quelle issue pour la Libye? Visiblement, celle d'un cloaque immonde tant que Khadafi n'en aura pas été chassé. Il ne peut pas avoir d'issue honorable avec un tel personnage. Outre l'erreur de ne pas être intervenu plus tôt, le retard pris depuis le vote de l'ONU conduit à une impasse dramatique. A la minute où l'encre était sèche, les premières bombes auraient du tomber. Maintenant, Khadafi a repris la main (http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/Kadhafi-joue-la-carte-du-cessez-le-feu_a176.html) et joue gagnant dans le domaine de la communication. Quand le vin est tiré, il faut le boire sinon on va voir sur la rive sud de la Méditerranée un nouveau couloir de Danztig qui s'appellera Bengahzi. Qui est prêt à mourir pour Benghazi parmi tous les donneurs de leçon?
Quant au rêve européen, il vient d'exploser en plein vol avec les prises de positions courageuses de nos amis allemands (et de certains autres pays). Bon, il ne faut pas trop rouspéter, ce sont eux qui font bouillir la marmite et qui assurent nos fins de mois (de plus en plus difficiles). J'ai l'impression de voir Goudurix (Astérix et les normands) en action. Comme le dit Aymeric Pontier sur son blog (http://aymericpontier.blogspot.com/2011/03/mourir-pour-les-autres-ou-les-laisser.html): "...il y a nous les européens, qui avons déjà tout. Nous, les égoïstes déshumanisés. Les monstres aux beaux discours. Nous qui avons peur.Nous sommes terrorisés par les vagues de réfugiés qui auraient le mauvais goût de croire qu'ils sont les bienvenus chez nous, et par nos centrales nucléaires qui pourraient être impactées par des vagues géantes imaginaires. Nous n'avons pas envoyé de soldats en Libye, nous avons rapatrié nos civils, parce que ce sont les seuls qui comptent. Nous n'avons pas cherché à aider les japonais, nous discutons de l'opportunité de délocaliser certaines activités du Japon vers des cieux plus propices et de quitter le nucléaire...". La gueule de l'Europe!!! Les pays émergents ont raison de nous mépriser. J'y aurais cru pendant une vingtaine d'année. C'est déjà çà.

Écrit par : H. | vendredi, 18 mars 2011

Écrire un commentaire