Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Atlantico, c'est parti ! | Page d'accueil | 60% de défection à un concours d'enseignant »

mardi, 01 mars 2011

Damnation : plus de di-antalvic !

Le principe de précaution devient délirant, poussé à ses extrémités. Mon médecin généraliste m'avait donné, il y a deux mois, la véritable raison de l'interdiction de vente du di-antalvic en France : le taux élevé de suicides avec ce médicament en Suède et en Angleterre.

Le raisonnement des agences de sécurité est délirant : si je compte le nombre de médicaments susceptibles de provoquer la mort par ingestion massive, je crois bien que l'on doit pouvoir supprimer 90% de la pharmacopée française...

Résultat des courses, il n'existe pas d'antalgique aussi pratique et comparable à l'heure actuelle sur le marché.

Il existe trois niveaux de douleur quand il s'agit d'administrer des antalgiques. Le di-antalvic appartient au niveau II.

L'agence française de sécurité sanitaire a produit une note de synthèse pour pallier (c'est le cas de le dire) le retrait du di-antalvic. Si j'en crois aussi ce que disent de grands docteurs, la solution serait en somme de réévaluer la douleur...Explication de textes ?

- Docteur j'ai mal !

- mais non, vous n'avez pas mal, allons, allons ne faites pas l'enfant, ce n'est rien. Anna, passez-moi le scalpel et la paire de tenailles à molaires, ce grand fou fait l'enfant. L'anesthésique ? Inutile, voyons, Anna, quand il crie, c'est juste nerveux, c'est la peur...

Bon, il paraît qu'il y a un rapport de la Food and Drugs Administration américaine sur le sujet. Il daterait de novembre 2010 et dirait que le di-antalvic favorise les accidents cardio-vasculaires et les troubles rénaux. Bien sûr, un médicament n'est pas neutre, et il s'agit toujours de peser d'un côté ce qu'il apporte, de l'autre les inconvénients et même les risques qu'il génère. Faut-il se passer pour autant d'un médicament dont la vocation première est de n'être utilisé que pour un temps limité ?

Ils vont donner quoi, les dentistes, maintenant, après les extractions de dent ?

Commentaires

Réévaluer la douleur dentaire ?
Comme disait Yvan Delporte, il ne faut pas confondre "extraction douloureuse" et "tragédie de Racine"...

Oui, bon, je sors.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 01 mars 2011

L'un de tes liens aboutit à une page d'erreur... N'est-ce pas cela plutôt ?
http://www.destinationsante.com/Contre-la-douleur-par-quoi-remplacer-le-Di-Antalvic-R.html

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 01 mars 2011

@Ch.Romain
Pas mal, pas mal...vous avez une dent contre Racine ? Ou c'est de l'humour mordant ?
@Françoise
ah, zut, merci, je vais corriger

Écrit par : l'hérétique | mardi, 01 mars 2011

Hop, deux petites citations sympas pour remplacer le di-antalvic : et moi je ne sors pas ! ;-)

« Quand on a une dent contre quelqu’un, il est inutile de mâcher ses mots. »
Pierre Perret

« Les gens qui ont le menton en galoche et dont les dents se déchaussent y mettent vraiment de la mauvaise volonté. »
Pierre Dac

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 01 mars 2011

Tout ça n'a RIEN à voir avec le principe de précaution.

Quant aux mésusages de médicaments, si on commençait par supprimer toute vente libre et subordonner la consommation à des prescriptions médicales & validations pharmaceutiques rigoureuses, hein...

Écrit par : florent | mercredi, 02 mars 2011

Oui, Florent, ici c'est le principe de prévention ! Je me souviens que tu as fait un billet qui a bien expliqué la différence entre les deux... ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 02 mars 2011

@florent
ah oui, exact : je nage un peu dans une confusion des termes...je vais corriger

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 02 mars 2011

"Réévaluer la douleur" vous avez vu juste semble-t-il, l'hérétique.
http://www.europe1.fr/France/Quels-substituts-pour-le-Di-Antalvic-435387/
Sinon, un truc de "grand-mère" l'association paracétamol/café fonctionne assez bien. ;)
La codéine (en substitut) fait partie de certains produits indésirables dans quelques secteurs professionnels la détection de sa présence peut engendrer une suspension.
@+

Écrit par : Martine | mercredi, 02 mars 2011

@martine
avec du café ???????

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 02 mars 2011

Oui, le café est aussi un vasodilatateur, me semble-t-il, enfin bon bref comme en toute chose ne pas abuser non plus.

Écrit par : Martine | mercredi, 02 mars 2011

Les commentaires sont fermés.