Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les contre-feux de Luc Châtel | Page d'accueil | Piketty et la météo »

samedi, 29 janvier 2011

Piketty, Révolution et dékoulakisation...

Il est à la mode Thomas Piketty. Moi, il m'énerve ce gars-là. Je me méfie toujours de ceux qui sont dans la tendance. Sa dernière trouvaille géniale, c'est de taxer plus pour une parité fiscale renouvelée. Polluxe vient d'exposer quelques éléments de sa révolution fiscale. On atteint, là, je le crois, un sommet dans l'hypocrisie et la mauvaise foi. Piketty nous fait un raisonnement à la mord-moi-le-noeud pour nous expliquer que le quotient familial actuel favorise des couples inégalitaires, c'est à dire des couples où l'homme gagne beaucoup et la femme peu. Adieu le quotient familial qui sera remplacé par une exonération forfaitaire selon le nombre d'enfants. Et Piketty de se réjouir : on va ainsi mettre fin à un régime qui favorise l'inégalité. Mon Dieu, si je ne me retenais pas, je crois que les noms d'oiseaux fuseraient tant les bras m'en tombent à contempler le niveau de l'argumentation.

Piketty qui se pare des oripeaux de la justice sociale veut juste taxer plus. Il entend bien faire des économies sur le dos des familles, parce que son raisonnement démago au possible, il aboutit surtout à taxer davantage les familles nombreuses qui disposent d'un certain revenu. Encore de la dékoulakisation.

Piketty fait partie de cette meute qui hurle  sur les riches comme les Marat de 1789 jurant d'avoir la peau de tout ce qui pouvait dépasser (de la guillotine...).

Piketty tord ses raisonnements cheveu par cheveu pour démontrer son propos. Par exemple, il observe que les classes modestes épargnent moins que les plus aisés. Or, considérant le taux de la TVA, il note que les impôts indirects qui s'abattent sur la consommation sont plus importants que ceux qui touchent l'épargne. En somme, plus l'on consomme, plus l'on paie d'impôts. Comme les plus riches mettent plus d'argent de côté que les plus pauvres, parce qu'ils en ont les moyens, une partie conséquente de leurs revenus, celle qui n'est pas dépensée en biens de consommation, est évidemment moins taxée. Et comme il existe des plafonnements, la taxation sur le capital est finalement dégressive au fur et à mesure que celui-ci s'accroît.

Ja, Der Grösss Kapital ! ça y en a être bien pratiken. Kapitalitsky, ça sonne comme salaud de Kapitalist exploiteur du peuple... C'est le truc de la gauche, en ce moment, et même d'une partie des centristes, MoDem et Alliance centriste inclus : opposer le capital et le travail. Comme si dans les produits de l'épargne, il n'existait pas diverses formes de capitaux s'investissant eux-mêmes différemment. Au passage, quand les revenus du capital consomment, ils paient bien la TVA. Donc, le capital, lui-même, à ce moment-là, devient plus taxé que le revenu du travail. En outre, quid de l'accumulation de capital qui sert à différer un achat ? Quand l'achat se réalise, même phénomène : le revenu est à nouveau taxé. Je ne doute pas de la compétence de Piketty, mais son procédé est un peu gros, et je ne doute pas non plus qu'il occulte sciemment cet aspect des choses.

A vouloir la simplification fiscale, on s'ôte finalement la latitude d'ajuster finement la fiscalité. Sans être un laudateur inconditionnel de la multiplication des niches, je demeure attaché à un système fiscal capable de cibler des objectifs précis, ce que ne permettrait pas le gros rouleau compresseur de Piketty.

Piketty a deux buts : a) un objectif technique qui est de faire rentrer le plus de sous possible dans les caisses, et, pour cela, tous les arguments idéologiques bidon sont bons b) un objectif idéologique qui est de sacrifier à la doxa ambiante et de faire du riche le bouc-émissaire de tous les maux de nos sociétés. Sauf que, attention : avec Piketty, on ne parle plus de 1 pour mille des contribuables, mais de 10% qui vont casquer encore plus. Et j'ajoute autre chose : en dehors de la consommation, 50% des foyers français ne paient plus d'impôts sur le revenu. Donc, quand on parle de 10% qui vont casquer, ce sont 20% de ceux qui paient l'impôt direct.

Piketty, avec ses koulakeries fiscales, nous prépare un sacré coup de matraque (pardon, de massue, plutôt) sur la tête. Et ce sont ceux qui sont déjà taxés qui le seront à nouveau...

Commentaires

Vous avez frappé complètement à côté :-)
Il est urgent de lire l'intégralité de son travail. Les seules personnes qui seraient plus taxés seraient le 1er centile, rien à voir avec le top 10% de la population.
Son but est juste de rendre l'impôt facile à prélever (via un prélèvement à la source), facile à lire (suppression du principe de "taux marginal" qui amène toutes les démagogies en terme de débat politique en lieu et place du "taux moyen"), et finalement, pas d'inégalité suivant le mode de vie (célibataire, couple, peu importe), de sorte que l'argent que l'on gagne au titre de la politique familiale est plafonné.
Tout cela permet d'éviter un impôt qui est *régressif* avec le salaire à partir du premier centile.
Je pense qu'avec Piketty, qui n'est pas du tout un gauchiste - il a déjà expliqué l'importance de savoir conserver les cadres à "hauts potentiels" - il ne faut pas caricaturer la pensée.

Écrit par : Fabrice_BLR | samedi, 29 janvier 2011

@Fabrice
Fatalement, les 10% supérieurs seront taxés plus, du moins, tous ceux qui ont une famille, j'aurais du le préciser, il est vrai.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 29 janvier 2011

@Fabrice
1% vous dites ?
ah, et là, c'est toujours 1% ?
http://www.revolution-fiscale.fr/la-reforme-proposee/3-articles/26-un-objectif-de-progressivite

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

@lheretique

dans ce graphe top 3%...

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

Que voulez-vous, l' hérétique, "ils" pèchent des idées sur le web et les mettent à leur mouture, consternant n'est-ce pas?
Sans commentaire autre de ma part, n'en vaut non seulement pas la peine, mais aussi ne veux certainement pas alimenter des "gremlins" à cette heure.

Écrit par : Martine | dimanche, 30 janvier 2011

@lheretique

La vraie révolution proposée par le triumvirat, c'est le prélèvement à la source, permettant une économie incroyable en termes de ressources humaines. Cela permettrait notamment de ré-allouer des personnes sur la fonction de contrôle.

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

Débile, cela existe aux UK, depuis longtemps, est-ce un modèle à suivre?

Écrit par : Martine | dimanche, 30 janvier 2011

J'ajouterai,
Que nos feuilles d'imposition ont déjà été revues dans le sens UK, il n'y a pas si longtemps, alors l'aspect "novateur" du schmilblick m'échappe complètement. :p

Écrit par : Martine | dimanche, 30 janvier 2011

@Martine

Niveau 2 du progrès: plus de feuilles d'impôts :-)

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

N'import nawak, les déclarations d'imposition en ligne existent déjà.
Whatelse?

Écrit par : Martine | dimanche, 30 janvier 2011

@Martine:
Etape suivante:
"Absence de déclarations"

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

Je l'attendais celle-là, complètement surréaliste, pdlol :DDDD.
Mais ne m'étonne pas, trèèès révélateur d'une grande méconnaissance du terrain, mais aussi d'une volonté de nivellement comme pour l'éducation koaa...Pas forcément vers le mieux.

Écrit par : Martine | dimanche, 30 janvier 2011

@Fabrice
ce que je dénonce ce n'est pas l'impôt à la source, c'est l'esprit de la "révolution", comme le dit Piketty.
Pas un hasard, en termes de terminologie, s'il parle de révolution, pas de réforme...
Les Jorion, Piketty et compagnie, moi, ils m'agacent à enfoncer des portes ouvertes.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

Aïe, le hors sujet... Patatra...

Il n'est pas à la mode, Piketty. Il n'a pas attendu que vous lisiez la préface de son bouquin, histoire d'avoir une vague impression, pour proposer des idées et son avis.

Parenthèse: Et c'est justement ça qui lui vaut d'être sous les feux des projecteurs aujourd'hui. D'avis, personne n'en a vraiment puisque d'idée il n'est jamais question. Et encore moins de programme.

Alors je veux bien croire que François, Martine ou Nicolas aient chacun des tonnes de mesures intéressantes ou d'alternatives sociales et économiques à nous proposer, mais seulement faudrait-il alors peut-être nous en parler avant 2012. Ou même pour 2012, je ne suis pas chien.
Fin de la parenthèse...


Quant à Piketty, je ne me permettrai pas d'essayer de résumer son propos, ou de me lancer dans le jeu des statistiques et des pourcentages. J'aurai trop peur d'étaler mes limites mathématiques. Le système qu'il propose a un intérêt majeur qui est celui de la simplicité. On n'arrivera pas à changer les hypothèses de départ qui sont que les pauvres sont plus nombreux et donc seuls capables de fournir l'impôt...

Enfin bref...
Lisez le bouquin!!!

Écrit par : Mécanique Orange | dimanche, 30 janvier 2011

"je crois que les noms d'oiseaux fuseraient tant les bras m'en tombent" : on dirait du Gustave Labarbe, maire de Champignac !

Sinon, d'accord avec ton billet :) - j'ai aussi émis quelques autres remarques : http://h16free.com/2011/01/29/6705-la-tarte-aux-pommes-fiscale

Écrit par : h16 | dimanche, 30 janvier 2011

Comparez une évolution fiscale à la collectivisation stalinienne, n'est-ce pas un peu fort ?

Écrit par : VonMeisten | dimanche, 30 janvier 2011

@VonMeinstein
J'aime bien les outrances :-)

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

Je ne me prononce pas sur le fond. Je n'y connais rien. Par contre, je dois dire que cette espèce de faux russe qui sert à faire peur au bourgeois en identifiant superficiellement un propos (ici celui de Piketty) à celui des bolcheviks est particulièrement horripilant. Ce n'est pas mieux que CRS=SS ou que le brassard nazi de Plantu sur le bras de Mélanchon et de l'héritière Le Pen. Dékoulakisation ? M. Piketty propose de laisser mourir de faim une bonne partie de la France comme Staline laissa mourir de faim les Ukrainiens en 1933 ? La comparaison est aussi honteuse que celle assimilant les expulsions de Roms de cet été à la déportation des Juifs dans les camps de la mort. Et puisque que j'ai parlé de faux russe, sachez que le nom en russe est капиталист (pluriel капиталисты) et l'adjectif капиталистический (kapitalistitcheskiï). Le mot "Kapitalitsky" (qui s'écrirait капиталицкы) n'existe pas. Il est d'autant moins russe qu'il ne peut pas y avoir de ы (transcrit y) après un к !

Écrit par : Keredern | dimanche, 30 janvier 2011

@Keredern
Moi, j'adore le procédé. Pour le reste, rien de comparable avec le nazisme et cetera...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

Il faut baisser les impots, c'est le préalable, DONC la dépense publique avant toute chose. A Alternative Libérale (AL), on sait quelles dépenses on coupera. Simplement, il faut des élus libéraux pour cela. Soutenez les candidats d'AL pour les échéances de 2011 et 2012 en adhérant à Alternative Libérale http://www.alternative-liberale.fr/index.php/index.php/adherer.html car les moyens déployés en face par l'UMPS sont gigantesques.

Écrit par : Le Parisien Liberal | dimanche, 30 janvier 2011

Sérieusement, elle est où la révolution fiscale, en dehors d'accroître encore davantage la pression sous prétexte de faire le grand redistributeur en chef ?

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

@lheretique

Seulement garantir que l'impôt soit donné équitablement par tous.
Sinon, on peut être encore plus caricatural dans l'inégalité de contribution des uns et des autres en proposant non plus un impôt mais un abonnement état dont la somme serait fixe (environ 1000€ par an par citoyen français). Et là vous obtenez, avec peine, un nouveau système d'impôt sur le revenu qui contribue à peu près autant qu'avant (de l'ordre de 50 milliards d'euros) en étant archi-inégalitaire.
Si vous calculez l'indice de Gini d'un tel système en rapport à la répartition des revenus, vous obtiendriez presque le même niveau d'inégalité à vue de nez...

Ce qui ne me plaît pas dans l'approche de Piketty: le livre rouge (toujours très connoté), l'idée d'une "révolution" (alors qu'il ne s'agit que d'une réforme), l'aspect un peu sentencieux (seule ma réforme est bonne).

Ce qui est plaisant dans leur travail: avec très peu de temps on peut avoir une idée de l'impact d'une réforme fiscale, les paramètres sont nombreux (beaucoup de curseurs), et finalement ils proposent une réforme *financée* ce qui est assez rare, etc...

A tous ceux qui prétendent faire diminuer la dépense publique super vite et facilement. Je vous invite à plus de modestie: cela fait longtemps que c'est tenté, et en pratique la seule vrai réforme est celle de la fin du GVT. J'attends de voir un gouvernement mettre en place ça, et on en reparlera.
Regardons par exemple ce qui est fait par l'actuel pouvoir en place. Beaucoup de suppression de postes, et pourtant aucune économie réalisée. Pour la simple et bonne raison que la création d'une agence gouvernementale n'a jamais coûté moins cher qu'une administration, bien au contraire (exemple: la SACEM, l'AMF où les managements se servent des salaires bien plus élevés que ceux de la fonction publique, et donc aucune économie réalisée...). Ainsi les deux vraies révolutions en matière de dépenses publiques sont 1) la suppression de l'avancement à l'âge (GVT) et 2) la suppression de nos lois (pour faire diminuer le besoin d'administration).
Ok, je paie pour voir.
(cc @Le Parisien Liberal)

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

Merci pour cet éclairage sur la TVa, car le raisonnement de Piketty sur ce point n'est pas évident à saisir...

Écrit par : polluxe | dimanche, 30 janvier 2011

Merci pour cet éclairage sur la TVA, car le raisonnement de Piketty sur ce point n'est pas évident à saisir...

Écrit par : polluxe | dimanche, 30 janvier 2011

@polluxe

Le raisonnement de @lheretique n'est pas tout à fait correct.
Car il faut concevoir que l'épargne pure défiscalisée (genre assurance-vie ou autre) n'est pas taxée ni productive... Pour autant une petite partie de la population thésaurise à vive allure, compte tenu de l'environnement macro-économique actuel (=faible inflation et explosion récente des inégalités salariales).
Contester ce phénomène relève plus de la religion et de l'idéologie que de l'économie, me semble-t-il.

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

@Fabrice
je suis d'accord, mais il faut bien concevoir que cette épargne ne saurait à elle seule constituer tout le capital, et qu'en plus, elle sert parfois à réaliser de gros achats et revient donc dans le circuit des impôts indirects.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 30 janvier 2011

@lheretique

le vrai problème est que cette épargne ne revient pas dans le circuit de l'investissement. C'est même une des vertus de l'ISF (quel nom débile par ailleurs, sauf à assimiler "Fortune" et "Patrimoine"), à savoir inciter une personne à allouer ses actifs de sorte que l'activité soit la plus grande possible.

Écrit par : Fabrice_BLR | dimanche, 30 janvier 2011

http://www.liberation.fr/societe/0101555971-thomas-piketty-en-garde-a-vue-pour-violences-conjugales

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 31 janvier 2011

Piketty c'est le symbole même de l'économiste collectiviste savant fou.

Aucune réflexion morale à part un horizon indépassable qui est l'égalité réelle (pourquoi ?) et une masse de richesse qu'un Etat Dieu doit répartir selon son bon vouloir.

Il n'est manifestement pas entrer dans la tête de Piketty, que le droit de propriété est un droit de l'homme et que la société n'est pas une terre glaise que son génie peut manipuler.
La société ce sont des individus différents et inégaux qui ne sont pas à la disposition de Piketty et qui ne lui doivent rien.

Écrit par : Le libéralisme pour les débutants | lundi, 31 janvier 2011

@le parisien libéral
Et ?

@Le libéralisme pour les débutants
Quel système fiscal voulez-vous ?
Il parle juste de rendre flat le pourcentage de prélèvements obligatoires :-)
C'est probablement le truc le plus libéral possible... Ou alors on supprime l'IR (pourquoi pas d'ailleurs), car à l'heure actuelle, CSG+IR, c'est plutôt redistributif vers les plus aisés :-)

Écrit par : Fabrice_BLR | lundi, 31 janvier 2011

Je suis un peu déçu du contenu de cet article, ayant lu le livre, je dois dire (étudiant en fisca) qu'il y a une idée absolument nécéssaire quand il veut faire de l'assiette de la CSG l'assiette de ce nouvel l'impôt sur le(s) revenu(s). Je pense que vous devriez lire le livre, il est beaucoup moins anti-riche que vous le pensez, d'ailleurs les auteurs ont pensé à vous ils prennent le soin de rappeler souvent qu'il ne s'agit pas de faire des riches le bouc-émissaire et que taxer par démagogie est crétin.
A mon grand étonnement beaucoup de blogueurs comme vous se sont jetés sur piketty et dans les commentaires on le compare à un collectiviste. C'est très exagéré et très représentatif de la façon dont fonctionne cette société médiatique (on se contente de commenter superficiellement pour pouvoir être le premier à lâcher un article et engranger les visites).
Ce livre demande très peu de notions en fiscalité mais se révèle être une opinion intéressante. Les auteurs précisent bien qu'ils proposent une évolution modérée (le titre est peut être le fait de l'éditeur) plus qu'une révolution et qu'il faut vraiment être à côté de la réalité fiscale du pays pour défendre l'IRPP tel qu'il est aujourd'hui.
Pour votre ctitique de l'opposition capital travail, ça n'a rien d'une opposition simpliste, une dividende ce n'est pas du travail, une plus-value, ce n'est pas du travail. Alors peut-être n'insiste t-il pas assez sur les revenus "mixtes", mais bon, franchement, je trouve les commentaires autour du livre assez pauvres (qu'ils soient élogieux ou critiques comme le votre). On s'attaque à la forme et pas tellement au fond...

PS:
"a) un objectif technique qui est de faire rentrer le plus de sous possible dans les caisses, et, pour cela, tous les arguments idéologiques bidon sont bons"

Totalement faux, sérieusement lisez le livre, sa réforme est très modérée, vraiment. Au mieux on gagne quelques milliards. C'est peu.

Quant à votre b), c'est juste la preuve que vous n'avez pas lu le livre puisque les taux effectifs et l'assiette plus large permettraient justement de faire payer l'IR à plus de citoyens, ce qui idéologiquement tient la route et ne fait pas des riches les boucs émissaires...enfin son barême de base "version zéro" comme il le nomme, n'est pas à prendre au pied de la lettre, chaque gouvernement applique les taux effectifs qu'il souhaite.

L'objectif est de moderniser et simplifier un impôt monstrueux, l'IRPP, par des évolutions: à la fois que l'assiette de la CSG (très large) soit l'assiette de ce nouvel impôt et que le taux marginal se transforme en taux effectif. Deux idées, certes simples, mais pas simplistes.

L'analyse du quotient familial (en réalité il ne s'attaque qu'au quotient conjugal mais bon) est une partie très restreinte du livre mais très médiatisée. C'est peut-être la partie la plus faible du raisonnement, disons la plus discutable. Personnellement l'idée de supprimer purement et simplement le quotient conjugal ne me paraît pas forcément une bonne.C'est la partie la plus idéologiquement marquée avec peut-être des prises de positions peu universitaires...mais encore une fois, le livre est quand même intéressant et ne peut se résumer à cela.
Article injuste.

Écrit par : Thibault | lundi, 31 janvier 2011

Dslée,
J'ai deux amours d'économistes dans ma vie, dont un "petit", en qui j'ai confiance seulement.
@+

Écrit par : Martine | lundi, 31 janvier 2011

@Thibault
Je me suis appuyé sur les documents disponibles sur le web.
Pour le reste, je vais vous répondre en détail. Merci pour le commentaire.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 31 janvier 2011

tout le monde doit payer l'irpp, dès le 1er euro gagné.

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 02 février 2011

Oui, c'est vrai les plus riches paient aussi de la TVA quand ils achètent des biens de consommation de luxe (pas toujours en France d'ailleurs)mais une grosse partie de leurs revenus est thésaurisée et ne profitent pas à la collectivité nationale.

Écrit par : Maminova | mercredi, 02 février 2011

c'est qui cette collectivité nationale dont vous n'arretez pas de parler ???

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 02 février 2011

@Le Parisien Libéral

"tout le monde doit payer l'irpp, dès le 1er euro gagné."

C'est exactement ce que propose Piketty !
Avec prélèvement à la source pour économiser des sous dans la récolte de l'impôt grâce à son automatisation.
Encore une fois, peu de gens ont lu en profondeur ses propositions... Et au final, tous ont répondu par la provocation à la provocation du titre+couleur.

Écrit par : Fabrice_BLR | jeudi, 03 février 2011

155 milliards de déficit, tant de palabres et rien de bien convainquant, sauf que le point Godwin est arrivé bien vite...

Écrit par : Eddie Constantine | samedi, 20 août 2011

Les commentaires sont fermés.