Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bébé né sous X confié à ses grand-parents biologiques, chapeau bas, messieurs les juges ! | Page d'accueil | fdesouche et wikio, pas de fatwa »

jeudi, 27 janvier 2011

L'entrée fracassante de twitter et de Facebook dans les révolutions politiques

Je me demande si les réseaux sociaux ne sont pas en train de se constituer comme un réel 5ème pouvoir. J'avais déjà été fort frappé de l'impact de twitter dans la révolte de la jeunesse en Iran. Mais pour la Tunisie, on peut dire que twitter et facebook ont été l'arme de la population pour renverser le régime. Un monde nouveau semble surgir sur les décombres des despotismes, prenant son élan grâce à l'essor irrésistible d'Internet.

Cela fait maintenant près de 10 ans qu'Internet se propage massivement dans les populations, et pas seulement les populations occidentales. La combinaison imparable de ce pouvoir électronique avec la multiplication des mobiles est en train de faire exploser l'ancien monde.

Bien sûr, pour que ces nouveaux médias puissent faire leur oeuvre, une société un minimum ouverte est nécessaire. Je crains, hélas, que twitter ou facebook ne puissent rien pour les malheureux Nord-coréens. 

En ce qui concerne la Tunisie, l'impact des blogues a également été conséquent en servant de points de ralliements. Toutefois, c'est la possibilité d'échanger de l'information par micro-réseaux qui paraît déterminante, me semble-t-il, dans des circonstances de révolte populaire.

Fabrice Epelboim a analysé en profondeur la genèse de la révolte sur Internet, en Tunisie. Facebook a en fait superposé une structure sociale sur la structure sociale existante, bien plus rigide.

Les réseaux sociaux pourraient devenir les cauchemar des dictatures. A moins de maintenir les peuples dans la misère et l'ignorance la plus totale, il ne sera pas possible de les empêcher de s'emparer de ces nouveaux biens. 

Mark Zuckerberg s'est-il avisé que son immense réseau constituait désormais l'un des chaînons géo-stratégiques des relations internationales ?

Commentaires

Le rôle des réseaux sociaux est incontestable ici. Il ne doit cependant pas faire oublier les travers de ces mêmes outils.

Et j'aimerais, lorsque l'on tente d'expliquer la révolution tunisienne, qu'on rappelle à chaque fois le niveau général d'éducation du peuple tunisien. A mes yeux c'est la condition sine qua non de cette révolution et de la démocratie à venir en Tunisie.

Et ça nous rappelle à nous français, aujourd'hui révolutionnaires de salons, qu'une révolution ne prend forme que quand le peuple sait où il veut aller.

Écrit par : Aurélien | jeudi, 27 janvier 2011

@Aurélien
Oui, c'est exactement ce que dit Epelboim.
En effet, l'éducation des Tunisiens a été un facteur déterminant. Je suis impressionné par ce qu'il se passe dans ce pays.
C'est stupéfiant. Attendons toutefois de voir les premières élections pour se faire une idée plus claire.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 27 janvier 2011

On peut critiquer les réseaux sociaux pour plein de choses (perte de productivité, temps rogné avec le vrai monde autour...) mais si ça devient le cauchemar des dictatures, ça vaut tout l'or du monde, pouvoir enfin savoir ce qui se passe réellement dans certains pays, oui.

Écrit par : Aude nectar | jeudi, 27 janvier 2011

@Aude
Attendons de voir la suite, mais en effet, cela donne un pouvoir inattendu aux citoyens.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 27 janvier 2011

Et aujourd'hui, France Télécom s'est laissée contraindre par le Pharao de fermer son réseau en Egypte.... LA HONTE!!!!!

Écrit par : pastel | vendredi, 28 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.