Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La Tunisie et la boîte de Pandore | Page d'accueil | Otages du Niger : trop tentant d'essayer de les libérer... »

mardi, 11 janvier 2011

Mélenchon, Cuba et la démocratie

Mélenchon a encore fait parler de lui, ces derniers jours. Le voilà à défendre le régime cubain, l'un des pires de la planète pour la liberté de presse, et pour la liberté tout court. Mélenchon vire mal. Les Caraïbes sont certes une zone pauvre, et Cuba offre les prestations que la plupart des régimes communistes offraient à leur peuple. Cela n'en fait pas une démocratie, loin de là, et le discours que tient le leader du Parti de Gauche en dit long sur la nature de son sentiment démocratique.

J'aurais pu comprendre que l'on renvoie dos à dos les dictatures militaires d'Amérique latine des années 70 et le régime castriste, mais certainement pas ce qu'est devenue l'Amérique du Sud aujourd'hui, zone où la démocratie s'est tout de même largement installée.

Quatremer a bien eu raison de lui renvoyer à la face qu'à Cuba, on rêve avant tout d'économie de marché, celle-là même que vilipende le Che du P.G.

Je me suis toutefois penché sur certaines déclarations de Mélenchon, car si l'on veut qu'une critique porte, il faut rendre justice là où vérité il y a. Mélenchon réclame la libération de cinq Cubains arrêtés pour espionnage et atteinte à la sécurité nationale des USA en 2002. Il estime que ce sont là des individus persécutés. Il y a un pas entre faire acte de résistance dans un régime despotique, et oeuvrer pour un régime de cette nature. L'argument de Mélenchon est donc nul et non recevable. Toutefois, certaines de ses objections ne sont pas tout à fait fausses : les cinq Cubains arrêtés espionnaient les organisations anti-castristes à Miami. Je n'ai aucune sorte d''estime pour ces organisations-là, souvent très proches de l'extrême-droite républicaine américaine, et impliquées, dans les années 70 dans des coups aussi tordus que dégueulasses : assassinat d'Orlando Letelier, ex-ministre Chilien en 1976, explosion d'un avion de ligne cubain la même année, à la suite d'un attentat dont l'origine ne fait guère de doute.

Il convient, néanmoins d'apporter des éléments de réflexion  au discours mélenchoniste : Mélenchon fait comme si nous vivions encore dans les années 70. Les anti-castristes, en 40 ans, ont évolué, et les générations se sont succédées, différentes les unes des autres. Mélenchon brouille volontairement les cartes chronologiques pour donner un semblant de crédibilité à son argumentation. Certes, les USA maintiennent un blocus autour de Cuba, mais il a été allégé à plus d'une reprise, et, dans tous les cas de figure, cela ne peut s'apparenter à du terrorisme.

En réalité, les USA sont le premier pays fournisseurs de denrées à Cuba et leur embargo ne concerne ni les médicaments ni les produits alimentaires. Mélenchon oublie également que les USA ont fait en également des propositions en 2002 et 2006 pour mettre fin à l'embargo en échange d'une transition démocratique. En avril 2009, Obama a mis fin aux restrictions sur les voyages d'Américano-Cubains et à la circulation d'argent d'un continent à l'autre sauf quand elle concernait des personnels de l'armée ou de la police.

Pour tous les démocrates et républicains clairement à gauche, mais sincères, qui envisageaient de voter pour Mélenchon, il est encore possible, d'ici 2012 de se reporter sur d'autres candidatures aux principes éthiques et démocratiques clairs et fiables. Les déclarations de Mélenchon sont significatives des entorses au droit qu'il est susceptible d'admettre. Cela donne froid dans le dos...

Commentaires

Pianissimo murmure et file et sème en courant le trait empoisonné ....
Calomniez .....Il en restera toujours quelque chose !

Vous aurez beau faire, Mélenchon monte inexorablement dans les sondages et c'est tant mieux car il est un vrai démocrate.

Écrit par : Gilbert | mardi, 11 janvier 2011

Il faudrait arrêter de délirer et de déformer ce qui a été dit et tenté (car avec la presse aux ordres ce n'est pas bien facile) d'être démontré, que si un pays souffre d'un embargo (dans le cas de Cuba ça dépasse quand même l'entendement ...!) terrible, il est par conséquent difficile de gérer l'approvisionnement et beaucoup d'autres choses.
Du temps de Battista (orthographe peut-être erroné, j'en demande pardon aux censeurs) il y avait quoi à Cuba ? Une démocratie ?
On va s'offusquer sur des choses insignifiantes. A ce que je sache, Castro ne tire pas sur la foule parce qu'ils veulent un changement (comme en Tunisie) et les droits de l'hommistes à géométrie variable j'aimerai bien aussi les entendre sur ce qui s'est passé au Honduras avec les élections bidouillées pour déboulonner Manuel Zelaya ... là c'est une démocratie, comme les capitalistes l'aiment, mais Cuba ! La pire des dictatures ! Drôle de façon de voir les choses.
Pourquoi tant de haine ?

Écrit par : pierre | mardi, 11 janvier 2011

Sauf que vous omettez volontairement que lorsque Mélenchon a dit a la radio que le régime Cubain n'était pas une dictature comme on l'entendait, il a bien précisé qu'il ne s'agit pas d'une dictature.

Arrêtez de faire semblant de ne pas l'avoir entendu, vous déformez ces propos car vous vous rendez compte que son message aujourd'hui porte !

Écrit par : tognolli | mardi, 11 janvier 2011

Je voulais dire qu'il avait bien précisé qu'il ne s'agissait pas d'une DEMOCRATIE

Écrit par : Tognolli | mardi, 11 janvier 2011

Pour avoir visionné certaines interventions du sieur, merci bien^^^;
J'exècre sa gestuelle, mais aussi certainement les "postillons" qui vont avec.

Écrit par : Martine | mardi, 11 janvier 2011

Votre article use des même procédés binaires que les journalistes pourris que Mélenchon fustige.

Mélenchon n'a jamais soutenu Cuba, il a insisté sur la focalisation des médias sur ce régime alors que des dictatures il y en a au Mexique ou au Honduras par exemple. Mais Cuba bizarrement ça arrange beaucoup les USA que l'on se focalise dessus...

Donc faisons preuve d'un peu de NUANCE stp... Et arrêtons de distribuer les rôles gentils/méchants...
Vous croyez qu'on est pas des dictateurs nous quand on tolère depuis 50 ans les violations du droit international perpétrées par les dirigeants d'Israël sur Gaza ?

De la NUANCE !

Écrit par : zaltmann | mardi, 11 janvier 2011

" Les journalistes pourris que M fustige" Lesquels exactement? Ceux qui lui opposent un miroir dont le reflet ne lui convient pas? Style blanche-neige? Pd lol.

Écrit par : Martine | mardi, 11 janvier 2011

Je suis pas fan de Cuba mais comparons ce qui est comparable: Aucun régime dans les caraïbes n'amène une vraie prospérité. Le plus pauvre d'entre eux est capitaliste:Haiti. Le seul qui rayonne internationalement:Cuba.

Après la liberté d'expression telle qu'elle est pratiquée en Europe n'existe pas c'est clair, la valeur allant d'abord à un Etat plus porté vers le partage de richesses que vers le débat, pas plus que la tolérance de l'Etat vis à vis de l'homosexualité (sur ce dernier point les régimes caraibéens sont en général peu open). On ne peut pas non plus décider librement du chef de l'Etat.

Cuba n'est pas le diable. Mais c'est aussi et surtout un régime qui n'est pas démocratique.

Écrit par : romain blachier | mercredi, 12 janvier 2011

Précisions: Pour Haiti son niveau le plus bas ne date pas des intempéries. Par ailleurs d'autres républiques du coin comme la Jamaique, capitaliste également, sont eux aussi d'une pauvreté incroyable.

Écrit par : romain blachier | mercredi, 12 janvier 2011

"Selon Le Livre noir du communisme, plus de 100 000 Cubains ont connu depuis 1959 les camps et les prisons en raison de leurs opinions, et de 15 000 à 17 000 personnes ont été fusillées."

Evidemment, on peut dire que "ce n'est pas une démocratie" et que "la valeur (va) d'abord à un Etat plus porté vers le partage de richesses que vers le débat", ou mettre en cause le blocus.

C'est cela, oui...

Écrit par : FrédéricLN | mercredi, 12 janvier 2011

Je voudrais rectifier quelques erreurs dans l'article et les commentaires...

1- "l'embargo a été sensiblement allégé" (sic), c'est faux il a plutôt eu tendance à se renforcer en 1993 par la loi Helms Burton, puis par Georges Bush... Depuis Obama et juste revenu sur les réformes Bush donc situation des années 90 pire que dans les années 80 ou 70 !
2- Autorise l'importation d'aliments et de médicaments. Oui mais pas tout à fait. Par exemple il est vrai que les cubains peuvent recevoir ces denrées mais le matériel médical en est parfois exclu. Pour preuve en 2009 un appareil IRM a été refusé à Cuba. De plus, je rappelle que si Cuba peut importer, l'île ne peut exporter.
3- On peut qualifier l'attitude des Etats-unis de terroriste puisqu'ils hébergent toujours des terroristes cubains sans les condamner comme juan posada Carriles qui fit jadis, en 1976, un avion de ligne cubain tuant des civils et deux italiens.
3- "Selon le livre noir 100 000 personnes sont passés dans les camps ou les prisons à Cuba pour opinion politique" Je serai tenté de rire, si ce n'était pas écrit dans un livre: à mon avis dans ce chiffre on devrait enlever : a) Au début des années 60 il y eu énormément de prisonniers de conscience car il y avait une guerre civile (playa giron, contre révolutionnaire de l'Escambray...) qui furent ensuite envoyés aux Etats-unis.Il s'agit plutôt de prisonnier de guerre.
b)Les anciens membres du BRAC qui furent en prison pour la torture qu'ils avaient pratiqué et non leurs opinions...
c) Les personnes liées à l'opération Peter Pan (les Etats unis enlevaient les enfants cubains pour les amener aux Etats-unis)
d) Ceux envoyés en camps de travail agricole car c'était un moyen pour ceux qui étaient inaptes au service militaire de faire un service civil.

Bref lorsque l'on enlève tout cela il reste environ 1000 personnes incarcérés en 50 ans réellement pour des convictions politiques... A titre de comparaison c'est le chiffre de personnes tuées en colombie pour conviction politique par les par ou les militaires colombiens à chaque mandat présidentiel.

Il est certes dommageable qu'il y ait ne serait-ce qu'une personne en prison pour ses convictions mais de grâce, il faut aussi comprendre pourquoi Cuba tient depuis 50 ans et arrêter de fantasmer dans un sens comme dans l'autre sur Cuba.

Ce n'est ni la pire des dictatures, ni la meilleure des démocraties, il s'agit juste d'un pays qui a tenté de s'émanciper d'une tutelle nord américaine pesante et qui dans le contexte de la guerre froide a été obligé de se tourner vers l'URSS et développer un modèle social meilleur que dans le reste des pays pauvres...

Écrit par : quelques erreurs... | mercredi, 12 janvier 2011

Il est toujours hilarant de constater que dès qu'un article sur Cuba, Fidel, le Vénézuela ou Chavez paraît, bing, systématiquement, on trouve un anonyme qui débarque pour venir faire sa petite propagande sur le mode "Chavez/Fidel n'est pas un mauvais bougre" / "Cuba/Le Vénézuela, c'est plutôt chouette".

Écrit par : h16 | mercredi, 12 janvier 2011

Jean Luc MELANCHON est l'homme politique le plus sérieux de France à l'heure actuelle, qu'on le veuille ou non. Il fait partie d'une génération de français décomplexés. Il a seulement le malheur de faire de la politique dans un pays où l'idéologie d'Etat qui encadre la société reste réactionnaire. Ceci explique aussi pourquoi il est victime d'une campagne de diabolisation de la part de médias capitalistes. Le peuple n'est pas dupe, il le sait.
Lorsqu'on est journaliste, payé par la criminelle CIA, pour débiter des inepties sur CUBA, il faudra s'abstenir de critiquer les dirigeants de ce pays qui a fait plus que les dirigeants racistes des puissances capitalistes.
Fidel Castro a éliminer le colonialisme portugais en Afrique (Angola, Guinée-Bissau, Mozambique), malgré le soutien de la France, des Etats Unis et des autres puissances impérialistes, membres de l'OTAN, alliés du Portugal fasciste.
Fidel Castro a largement contribué à l'indépendance de la Namibie en 1990. La libération de Nelson Mandela la même année et à la liquidation de l'Apartheid en Afrique du sud. Tout ceci, après l'écrasement de l'armée raciste sud-africaine à Kuito Kuanavale (de septembre 1987 à janvier 1988) qui a vu la participation des forces armées angolaises, les combattants de la SWAPO (South West African People's Organization) et 55 000 internationalistes cubains.
Aujourd'hui encore, le gouvernement cubain est celui qui exprime le plus de solidarité envers le peuple haïtien avec l'envoi se 1 200 médecins, infirmiers, personnel médical qualifié, etc. pour faire face au séisme et à l'épidémie de choléra.

Écrit par : Zito | mercredi, 12 janvier 2011

il faut soutenir Melenchon car il represente 100% des idées de gauche, en toute transparence.
Il ne s'agit pas d'un social démocrate qui retournera sa veste une fois au pouvoir mais un type qu prévient vraiment de ce qu il va faire !

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 12 janvier 2011

par contre, Zito, Melenchon "victime d'une campagne de diabolisation de la part de médias capitalistes" ?

je REVE du jour où France 2 sera une chaine capitaliste (c'est a dire rendue profitable et cotée en bourse, ou fermée pour cause de faillite). En attendant NOUS payons des impots pour que Melenchon passe sur NOTRE chaine TV.

Melenchon diabolisé ? Comparez le temps de passage TV du président du Parti de Gauche (fondé en févier 2009, pas d'historique d'élections sous le seul nom du PG) à celui de Louis Marie Bachelot (président d'Alternative Libérale, fondé en 2006) ou de Francois Bayrou (18% aux Présidentielles) ou à celui d'Hervé Morin (président du Nouveau Centre, ancien ministre de la DEFENSE). Confirmez ensuite où est la diabolisation.

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 12 janvier 2011

Depuis quelques semaines, mon admiration pour Mélenchon a disparu ! Après avoir vu tout son parcours de vie, je le trouvais au départ intéressant et même parfois touchant. Je le crois plutôt préocupé de sa propre personne, prêt pour se faire entendre et se faire connaître à dire des contradictions flagrantes comme le démontre ici L'hérétique.
Je lui préfère de beaucoup André Chassaigne, d'une réelle simplicité et d'une grande générosité. Ce député communiste, extrêmement intelligent, est en accord avec le peuple dont il se préoccupe sincèrement... lui ! J'espère que le Front de Gauche saura percevoir son authenticité et le portera à sa tête.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 12 janvier 2011

Mélenchon est avant tout un "Frère des Hommes". Certains s'en souviennent, membres de cette ONG sur laquelle il avait tenté une OPA discrète. Grand démocrate laïque, il préfère Fidel au Dalaï Lama, "clérical obscurantiste" bien connu. Enfin, il a inventé le "plombier polonais" et se demande "si quelqu'un a jamais rencontré un Lituanien". Bien entendu, il sait que Cuba est une dictature féroce. Mais il a besoin de séduire au moins une partie des communistes historiques pour être désigné candidat du Front de Gauche. On a ci-dessus la preuve que ça marche.

Écrit par : haltla | mercredi, 12 janvier 2011

Cuba = régime autoritaire qui bafoue la liberté d'aller et venir hors du pays et la liberté d'expression, mais qui protège mieux ses citoyens en matière de santé et d'éducation que les États-Unis, et qui respecte davantage la parité que la France, selon les chiffres d'Amnesty International, qui accueille plus de 2 millions de touristes par an, et qui a fourni le plus d'aide médicale à Haïti l'an dernier ! C'est donc une drôle de dictature, qu'on ne peut certainement pas comparé à l'image traditionnelle de la dictature, ce régime atroce qui œuvre contre l'intérêt général au profit d'une élite, et qui rime avec sous-développement (ex : Chili de Pinochet, Corée du Nord, etc.). Ne vous a-t-on pas enseigné au lycée le paradoxe cubain ? Un PIB par habitant extrêmement bas, et pourtant un taux de mortalité infantile plus bas qu'aux États-Unis, une espérance de vie à peu près égale à celle des États-Unis, et un taux d'alphabétisation de 99,8 % ! Allez voir sur Amnesty International. C'est donc un pays bizarre, dont le non-respect des droits de l'homme est lié à sa situation géopolitique et à l'embargo maintenu par les États-Unis, condamnés par l'ONU et 10 Prix Nobel. Le problème est le suivant : si les autorités cubaines cèdent devant l'énorme pression exercée par les États-Unis depuis des années sur leur pays, le haut niveau de développement de Cuba va-t-il chuter ou non ? Peut-être pas, ou peut-être bien que oui. Dans le reste des Caraïbes, le niveau de développement est moyen, voire catastrophique (ex : Haïti).

En tout cas, heureusement qu'il existe encore des hommes politiques français aussi cultivés et compétents que Mélenchon. Devait-il dire que Cuba n'était pas une dictature ? Il a bien dit que ce n'était "certainement pas une démocratie", et c'était "tout à fait certain". Voilà ce qu'il refuse : être du côté de ceux qui mettent Cuba dans le même sac que les dictatures "traditionnelles", qui s'accompagnent inévitablement de sous-développement. Mélenchon est souvent brillant, manque parfois de prudence et se fait parfois coincer par des journalistes, tout simplement parce qu'il est souvent impossible de résumer une réalité complexe en deux phrases, à l'improviste. Au moins, il a le mérite de connaître la situation géopolitique et sociale de Cuba, et de ne pas oublier les crimes des États-Unis, contrairement à ceux qui l'attaquent.

Écrit par : Sophie | mercredi, 12 janvier 2011

@Sophie,
Lui qui a abordé le sujet je crois, donc il se "d" avec ses multiples langages, assez logique qu'il soit épinglé...

Écrit par : Martine | mercredi, 12 janvier 2011

@ h16 : pas mieux.

Mais quand le régime tombera et que le peuple cubain pourra "choisir la liberté", on verra ces mêmes anonymes proclamer qu'ils ont toujours combattu la dictature.

Tiens, comme la gauche française indignée contre l'horrible socialisme tunisien qu'elle a toujours dénoncé !

Enfin, est-ce que ce seront les mêmes anonymes, ou d'autres ? Difficile à dire ;-)

Écrit par : FrédéricLN | jeudi, 13 janvier 2011

J'ai entendu Mélenchon sur FI ce matin-là : il n'a pas explicitement défendu le régime cubain. Il a relativisé le contexte politique cubain et sa mythologie dans les médias par rapport à l'embargo imbécile poursuivi par Obama.
Cuba est l'un des pires régimes concernant la liberté de la presse ? Et alors ? Si la liberté de la presse consiste à bourrer le crâne des enfants avec de la publicité pour la World Company, ce n'est pas forcément mieux.
Liberté...

Écrit par : Erasmus Tharnaby | vendredi, 14 janvier 2011

J'ai entendu Mélenchon sur FI ce matin-là : il n'a pas explicitement défendu le régime cubain. Il a relativisé le contexte politique cubain et sa mythologie dans les médias par rapport à l'embargo imbécile poursuivi par Obama.
Cuba est l'un des pires régimes concernant la liberté de la presse ? Et alors ? Si la liberté de la presse consiste à bourrer le crâne des enfants avec de la publicité pour la World Company, ce n'est pas forcément mieux.
Liberté...

Écrit par : Erasmus Tharnaby | vendredi, 14 janvier 2011

J'ai entendu Mélenchon sur FI ce matin-là : il n'a pas explicitement défendu le régime cubain. Il a relativisé le contexte politique cubain et sa mythologie dans les médias par rapport à l'embargo imbécile poursuivi par Obama.
Cuba est l'un des pires régimes concernant la liberté de la presse ? Et alors ? Si la liberté de la presse consiste à bourrer le crâne des enfants avec de la publicité pour la World Company, ce n'est pas forcément mieux.
Liberté...

Écrit par : Erasmus Tharnaby | vendredi, 14 janvier 2011

Erasmus, attention au relativisme.

En RDA avant 89, en Bielorussie, à Cuba, en Coree du Nord, il y a UNE et UNE SEULE chaine TV, UN journal etc.
En France, on a le choix entre TF1 gratuit contre temps de cerveau dispo et Mediapart payant pas de pub, entre Metro/20mn et Le Canard Enchainé, entre France Pipo ou Nova.

L'Occident, sur ce plan, c'est MIEUX.

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 14 janvier 2011

@Erasmus et Parisien libéral
Voilà, pas mieux que le Parisien.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 14 janvier 2011

En France, on peut aussi tenir un blog gratuitement et laisser s'exprimer tout le monde. Chacun peut même critiquer tout le monde. Sous pseudo ou pas. Certains osent même y dire fièrement des bêtises !

A ma connaissance personne n'est emprisonné ou tué pour cela.
Ni puni. Sauf s'il y a pousse au crime.
Essayez donc ailleurs ?!!

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 14 janvier 2011

Mouais, en termes de betises...

Écrit par : Martine | vendredi, 14 janvier 2011

Oups, ai oublié, je corrige :
" En termes de bétises et de manipulation"
Voili, voila, voilou^^^.
@L' hérétique,
Ils/elles ne détiennent aucune clef, leur suggère d'aller faire leur pub ailleurs, ils/elles me saoulent sans avoir bu.

Écrit par : Martine | vendredi, 14 janvier 2011

Monsieur, où Madame (désolé je n'ai pas vu votre signature),
tout d'abord j'ai apprécié votre style d'écriture, construit mais limpide, ensuite j'apprécie les personnes modérées qui savent retranscrire au delà de leurs opinions une réalité où tout n'est ni noir ni blanc mais plus nuancé.
Cependant je me désolidarise de certain de vos propos ou vous rentrez dans une critique de Cuba en la comparant à des caraïbes ou la démocratie a gagné du terrain, pas pour le Mexique ou elle régresse tandisqu'augmentent les groupes paramilitaires, pas au Honduras, pas en équateur etc. Cuba reste un modèle pour de nombreux latino américains qui n'ont pas accès à l'éducation universelle, les soins gratuits, ou bien une liberté d'expression encore plus bafouée. Comme le Venezuela mais aussi comme dans des plus conformes à notre vision de la démocratie comme le Chili ou le Brésil ou là les progrès sont réels. Par contre vous vous trompez l'économie de marché n'est pas le rêve de l’Amérique latine, quelques cubains dupés par leur famille de Miami arrivant les bras chargés de cadeaux, de nombreux jeunes y aspirent mais car l'illusion est entretenue,personne ne dit que ce sont des choses achetées à crédit, personne pour expliquer les dérives de la consommation, des crédits, des subprimes... D'autre part deux choses sont fausses dans votre article : primo l'embargo ne s'est aps constamment assoupli : Bush l'a rigidifié durement et ce jour Obama vient de l'assouplir à un niveau équivalent à celui de 2001. Secundo l'embargo empêche énormément de médicaments de parvenir jusqu'à l'île déclenchant de graves pénuries depuis 40 ans. Les assouplissements concernent les familles cubaines mais aussi les secteurs stratégiques économiquement pour les USA ce qui est loin d'être une politique humaniste... Croyez bien que j'ouvre ces pistes, non pour contredire tous vos propos, mais cordialement pour aider à connaître une vérité complexe.

Dùme

Écrit par : Dùme di Corsica | samedi, 15 janvier 2011

" quelques cubains dupés par leur famille de Miami"

Dume di Corsica va certainement nous indiquer les statistiques de retour massif de ces Cubains vers leur île, une fois qu'ils ont découvert l'horrible vérité sur l'enfer de Floride.

C'est d'ailleurs la même chose qu'en Europe : heureusement que la démocratie populaire socialiste avait érigé un mur et un rideau de fer pour empêcher l'immigration massive des victimes du capitalisme.

On l'a échappé belle.

Écrit par : FrédéricLN | jeudi, 20 janvier 2011

Ca faisait longtemps mais bon billet!

Écrit par : romain blachier | lundi, 27 février 2012

Les commentaires sont fermés.