Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Asia, impure et infidèle... | Page d'accueil | Catastrophe au Secours Populaire ! »

mardi, 28 décembre 2010

Aciérie en danger, que peut faire Jean Lassalle ?

Le député MoDem Jean Lassalle, qu'on sait très sensible au sort de l'industrie dans sa région, escompte faire des pieds et des mains pour sauver une aciérie pyrénéenne. Filiale du groupe Théis France, l'entreprise Laprade, spécialisée dans le laminage à froid de l'acier, a déposé son bilan en décembre 2008. Depuis, les salariés multiplient les efforts pour tenter de sauver leur usine. Au nombre de 13, ils ont engagé chacun 10 000 euros sur le montant de leurs indemnités de licenciement et se sont échinés à trouver des partenaires avec l'aide de leur député, du département et du Conseil Régional. Les choses semblaient avancées, un partenaire solide, le groupe Acier Coste, avait apporté des garanties en avril dernier, mais le liquidataire en a jugé autrement et a repoussé le plan de sauvetage.

En 2008, l'activité de laminage de l'entreprise est passée de 700 tonnes d'acier mensuelles à 400 tonnes seulement. Ce qui me semble dommage, c'est que dans le même temps, un groupe italien investit des sommes conséquentes pour implanter un laminoir dans les Landes. D'Arudy à Tarnos, la distance ne me semble pas si grande. Je ne suis pas un expert en métallurgie, mais peut-être un rapprochement peut-il être envisagé ? 

La situation des salariés de Laprade va devenir bientôt critique : à l'issue du premier trimestre 2011, ils cesseront de toucher l'assurance-chômage, et comme ils ont tout investi dans leur entreprise, ils n'auront alors plus rien.

Le Groupe Theis dont Laprade était une filiale, déclare encore cette entreprise comme une filiale sur son site. Sauf que le lien est brisé...Comme celui de Gorcy la Roche l'est aussi, faut-il en déduire que Théis réduit sa présent en France ?

A vrai dire, il n'est pas certain que le groupe Théis joue franc-jeu dans cette histoire : il y avait en 2009 encore des commandes en provenance d'Espagne, or, le groupe a refusé de financer l'achat d'acier nécessaire à la confection des pièces laminées. Essaie-t-il de pratiquer une politique de la terre brûlée ? Cédée à un concurrent, en effet, l'entreprise pourrait redevenir un fleuron susceptible de menacer les positions commerciales du groupe.

La difficulté, c'est que Théis envoyait des pièces d'Allemagne pour les faire revenir ensuite sur place. Dans le même temps, EADS, autrefois client de Laprade et de Theis a réduit ses coûts et, je le subodore, est allé commander de l'acier laminé à froid ailleurs. 

Je ne doute pas de la bonne volonté de Jean Lassalle, mais que pourra-t-il faire ?

Je ne sais pas si cela pourrait contribuer à favoriser une reprise, mais à l'heure où l'on s'informe beaucoup sur la Toile, entreprises françaises, j'ai eu toutes les peines du monde à rassembler de l'information sur l'activité exacte du laminoir. Outre qu'elles étaient parcellaires et disséminées sur des pages en cache, dans des discussions de forums et cetera, elles n'étaient bien évidemment pas en anglais.

Si un dossier technique et commercial pouvait figurer quelque part sur Internet et être facilement identifiable, je tends à penser que cela contribuerait à faciliter les diverses négociations. J'ai passé deux heures à faire des recherches sur le laminoir, et j'ai du mal à identifier clairement son activité. Une entreprise devrait ne pas avoir à y passer plus de dix minutes. Un blogue est créé en une minute, un nom de domaine, pour 10 euros par an, acheté en aussi peu de temps. Jean Lassalle pourrait aussi l'héberger, le cas échéant, et d'ailleurs, plus généralement, je lui suggère de constituer un dossier sur chaque entreprise qu'il veut sauver. C'est peut-être très modeste comme apport, mais il ne faut rien négliger pour favoriser des opportunités.

Commentaires

Que peut faire Lassalle ? ben, il a qu'à nous refaire le coup de la grève de la faim, il est doué pour cela ! Il s'occupe d'acieries en difficulté , cool ! alors qu'il est incapable de répondre à un de ses électeurs (de mes connaissances )dans la mouise qui l'appelle au secours ... cool...
J'aime ce genre de député !

cordialement,

Écrit par : corto74 | mardi, 28 décembre 2010

Je crains aussi qu'il n'ait quelques difficultés dans ce combat... :((
Tarnos est la banlieue nord de Bayonne en fait, avec TGV, autoroute et port aéroport à quelques minutes Biarritz/Parme.
Quand Arudy est sise en vallé d'Ossau éloignée de toutes infrastructures de cet ordre.
Il y a volonté semble-t-il à ce que les "gros" deviennent encore plus "gros" y compris et surtout en ce qui concerne les agglomérations et aménagement du territoire.

Écrit par : Martine | mardi, 28 décembre 2010

@Corto
Je peux en savoir plus ?
@Martine
Vous connaissez la région, Martine ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 28 décembre 2010

Oui, très bien c'est ma région natale mes parents soeurs etc y vivent.

Écrit par : Martine | mardi, 28 décembre 2010

Bien sur que tu peux en savoir plus, j'en avais meme fait un billet dont j'avais envoyé la copie a la permanence de lassalle. Ni moi, ni mon ami avons eu de réponses

http://corto74.unblog.fr/2009/08/09/depute-lassalle-folie-passagere/

cordialement

Écrit par : corto74 | mardi, 28 décembre 2010

@Corto,
Je ne comprends rien à votre lettre, vous lui reprochez d'avoir essayé de sauver xxx emplois dans cette vallée, qui devaient etre délocalisés vers le bassin de lacq...Toyal mais aussi Total je crois de concerné^^^Pi'tre me trompe-je.
Je crois que le député concerné connait parfaitement son terrain, mais votre lettre me parait plus que maladroite, aucun cv, aucun nom, aucune demande claire et puis un élu n'est pas une agence pour l'emploi, avez-vous entendu parler d'emplois fictifs "pistons" et autres outrances et j'en passe...?

Écrit par : Martine | mardi, 28 décembre 2010

@martine: Que vous n'ayez rien compris à ma lettre qui n'en est pas une ne m'étonne guère: je n'ai pas compris grand chose à votre commentaire alambiqué.

Écrit par : corto74 | mardi, 28 décembre 2010

@Corto,
Preum's, dslée ! :o))
Etrange, pas de "tu" ni de "bises". Ah lalalaaaa...

Écrit par : Martine | mardi, 28 décembre 2010

@Corto
Eh bien Martine me semble t'avoir pourtant répondu clairement. Lassalle fait ce qu'il peut, mais il n'a pas de baguette magique. Difficile de pouvoir agir pour une seule personne : que voudrais-tu qu'il fasse exactement ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 28 décembre 2010

Comme toi, l’Hérétique j’ai fait quelques recherches au sujet de cette société…
D’abord j’ai trouvé cette société créée par François Loridan qui « a mis sa connaissance et son professionnalisme au service du Groupe THEIS en tant
que Directeur Commercial et Président Directeur Général de THEIS France. »…
http://lorsteel.com/crbst_7.html

Sinon sur SOCIETE.COM on trouve la situation actuelle qui montre que la liquidation remonte déjà à 2009. On y voit le nom encore des dirigeants et… du liquidateur.
http://www.societe.com/societe/les-usines-laprade-045780384.html

Par contre sur le KOMPASS il est dit que la société est supprimée, en tout cas elle n’y figure plus. Alors qu’il y est encore inscrit le « savoir-faire » de l’entreprise ! C'est-à-dire une petite fiche signalétique.
http://fr.kompass.com/live/fr/FR1002326/les-usines-laprade.html
« Savoir-faire :
Filiale de Groupe Theis France. - Types de produits : . Feuillard laminés à chaud refendus à l’état régularisés, régularisés recuit et/ou coupés en barre d’épaisseur 2,00 à 14,00 mm. . Feuillards laminés à froid refendus à l’état écrouis, recuits skin passé en rouleaux ou en barre d’épaisseur 0,8 à 10,00 mm. Qualités : aciers au carbone, aciers faiblement alliés, haute limite élastique. Feuillards d’aciers laminés à froid. Spécialiste des fortes épaisseurs. Feuillards destinés aux découpages fins et conventionnels (de 2 à 12mm). Secteurs : constructeur automobile, équipementier, sous-traitant, armement. AGREMENTS : EAQF et ISO 9002 (Référentiels 94) - Travail en ADR et EAQF avec l’automobile. »

Quelques explications et interrogations pour décoder :
- Une entreprise est dite ISO 9002 (terme qualité, ISO pour Organisation Internationale de Normalisation) lorsqu’elle fait de la production ; ce qui est le cas. Il se peut que le groupe ait voulu qu’il s’y fasse de la conception mais que l’ISO 9001 n’ait pas été accordé vu le peu d’effectifs ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/ISO_9002
- EAQF c’est l’Evaluation d’Aptitude à la Qualité pour les fournisseurs décernée par l’AFAQ. Il semblerait en tout cas que la certification était bien donnée pour les clients automobiles.
http://www.afaq.org/web/afaqinstit.nsf/0/BFF73D32737B33AEC12568C100602916?opendocument
- Par contre, tu parlais du transport des matières premières puis des pièces laminées et c’est peut-être un changement dans l’application de l'ADR (Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route) justement en 2011 qui expliquerait le changement de décision du liquidateur ?
http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr_f.html
http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2011/11ContentsF.html
- Il est bien plus probable que le manque de clients potentiels soit juste l’explication finale. C’est sans doute là-dessus que Jean Lassalle va plancher.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 29 décembre 2010

@Francoise,
Te suggère sérieusement d'aller dormir!!!

Écrit par : Martine | mercredi, 29 décembre 2010

Tu n'es pas loin de Capbreton ou il y a un centre de remise en forme mais aussi des traces du passé avec une maison en centre ville ou a séjourné Henri IV, c'est dingue n'est-ce pas? Pd Lol

Écrit par : Martine | mercredi, 29 décembre 2010

Merci Martine ! ;-)
"La jalousie des autres peintres a toujours été le thermomètre de mon succès."
Salvador Dali

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 29 décembre 2010

Merci Francoise, ;-)
Dali m'a toujours amusée, mais ma belle mère pour avoir croisé le phénomène en question "Ouh lalalaa"^^^ Bon, resterai :x sur ce sujet familialement sensible.

Écrit par : Martine | mercredi, 29 décembre 2010

Et puis...Sérieusement, moi jalouse de toi? C'est koaa cette blague à la "c"?
:DDDDDD
Allez bon courage ma poule! Oups, canard sorry I've forgotten!!!! :o)))

Écrit par : Martine | mercredi, 29 décembre 2010

bravo pour le post intelligent, qui compense les actions farfelues (et fatiguantes) de Lassalle.

Cela dit je te signale que

- les acieristes enchainent les profit warning http://www.swedishwire.com/business/7670-finnish-steel-maker-issued-a-profit-warning
- il y a surcapacité en Europe http://www.investir.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/arcelor-cotera-sa-division-acier-inoxydable-au-t1-2011-303899.php
- la production auto en Espagne et en Aquitaine est plutot mal orientée ...

Écrit par : Le Parisien Liberal | mercredi, 29 décembre 2010

A Parisien Libéral
Vous dites : "la production auto en Espagne et en Aquitaine est plutot mal orientée ..."
Pourriez-vous argumenter votre commentaire sur cette orientation espagnole ?

Je connais assez bien le directeur de la plus grande usine Citroën au monde (j'ai travaillé pour lui en Lorraine), qui se trouve être à Vigo en Espagne et depuis qu'il a repris l'entreprise de quelques 9700 salariés (et malgré le changement de direction à la tête de PSA l'an dernier) pratiquement aucun licenciement n'est à déplorer. A moins que ce soit récent ou bien dissimulé. Je n'ai pas eu le temps d'aller voir, mais je le ferai ce soir.
Si vous avez des éléments sur ce sujet précis de l'automobile, je suis intéressée. Pour l'Aquitaine, je suppose que vous pensez évidemment à First/Ford dont on parle pas mal. Nous avons un conseiller régional, Joan Taris qui suit le dossier depuis longtemps...

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 29 décembre 2010

@Parisien Libéral
Mais est-ce que l'activité de laminage peut être affectée par cette surproduction ?
Pour Lassalle, songez que ce gars est un berger, pas un entrepreneur. Il fait ce qu'il peut avec les moyens du bord, et pour ma part, je trouve touchante l'énergie qu'il déploie.
Pour l'Espagne, j'ai plutôt un doute, moi aussi.
En ce qui concerne la présence sur le web, je crois que c'est une des principales fragilités des pme françaises par rapport à leurs concurrentes. Elles n'ont toujours pas compris l'intérêt d'un site dynamique.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 29 décembre 2010

Et BAYROU ; on ne le voit pas sur ce terrain du SUD OUEST ????

Écrit par : picnov | mercredi, 29 décembre 2010

@Picnov
euh, sa circonscription est plus haut, non ?

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 29 décembre 2010

Qu'aurais-je voulu qu'il fasse ? Le recevoir et étudier son cas, ni plus ni moins.

Écrit par : corto74 | mercredi, 29 décembre 2010

"Pour Lassalle, songez que ce gars est un berger, pas un entrepreneur. Il fait ce qu'il peut avec les moyens du bord, et pour ma part, je trouve touchante l'énergie qu'il déploie."

Je crois que tu te trompes l'hérétique. ;-)
Jean Lassalle a été élu maire à 21 ans mais il a travaillé une vingtaine d'année à son compte avec son cousin Philippe (et un autre cousin, Frédéric) à qui il a laissé l'entreprise en 2002. Il était ingénieur-conseil et son cabinet a embauché 10 salariés dans des études rurales et agricoles (lignes électriques, lacs collinaires, retenues d'eau, assainissement etc.). Il a arrêté une fois député mais il connait très bien le monde de l'entreprise.
Si tu l'avais entendu répondre à ses interlocuteurs en meetings lors des régionales, tu te serais rendu compte de son intelligence et de son expérience qui n'est pas celle d'un simple berger !
D'ailleurs, dans son livre (je croyais que tu l'avais lu ?!) il parle de médiation et d'ingénierie anticipative. Tiens je l'avais écrit dans un billet :
pages 310-311
« … Nous manquons aujourd’hui d’une ingénierie anticipative, capable d’aider à la réalisation des grands projets d’aménagement d’équipement. (…) Toutes les grandes infrastructures soulèvent les mêmes questions. (…) Pour apaiser les esprits et trouver les solutions acceptables pour tous, il faut donc lancer le débat avant que les ingénieurs ne se mettent au travail, puis attendre que les débats soient clos pour construire les projets. Car une fois que ceux-ci sont lancés, la consultation citoyenne est pipée. (…) La guerre civile s’installe, au détriment à la fois des intérêts de la région et d’un progrès harmonieux.
L’ingénierie anticipative et de participation telle que ej la conçois prendrait au contraire les choses en amont et travailleraient de concert avec les gens. Elle se donnerait du temps pour que chacun puisse exprimer son point de vue et entendre celui des autres. Sans doute le dossier apparaîtrait-il alors d’une grande complexité, mais qui, en dehors des technocrates, pourrait en douer ? et quelle personne de bonne foi ne comprendra pas qu’à problème compliqué, solution elle-même compliquée à mettre en œuvre ? D’où la nécessité de médiateurs capables de dégager des arbitrages. Je suis convaincu que les citoyens, parce qu’ils n’auraient pas seulement été informés mais visiblement consultés et associés, les accepteraient dans leur immense majorité.
Il faudra à ces médiateurs bien du savoir-faire, des connaissances techniques mais aussi des connaissances d’ordre sociologiques et géographique autant qu’économique. Il leur faudra surtout beaucoup d’intuition et de respect des autres afin de parvenir à dégager un plan d’action élaboré en commun, parce qu’il doit précisément s’inscrire dans le bien commun. Au lieu de construire des projets perçus comme destructeurs, on pourra alors élaborer des solutions utiles et adaptées. Et on réunira ainsi deux systèmes de valeurs trop souvent opposées. Celles qui regardent vers l’avenir et le progrès, et au nom desquelles il faut toujours aller de l’avant, chercher sans relâche ce qui va développer de nouvelles activités et permettre aux jeunes de vivre avec leur temps. Et celles qui appartiennent à un passé commun et perpétuent ce qui a enflammé nos pères. Alors le présent pourra tenir le passé d’une main et de l’autre empoigner le futur. Le bien commun deviendra à la fois transmission raisonnée du patrimoine et projection intelligente vers l’avenir. (…) Je sais que cette approche qui n’en est pourtant qu’à ses balbutiements peut fonctionner et apporter des résultats étonnants. »

Même si ce n'est pas son domaine de prédilection, à mon avis s'il se lance dans la défense d'un dossier tel que celui de ce billet, c'est qu'il sait pouvoir parvenir à quelque chose.

Et s'il n'a pas répondu à la requête de l'ami de Corto74 c'est que son équipe est débordée. En tout cas je ne pense pas possible que ce soit du dédain.
Dans les situations personnelles critiques on a intérêt je crois à s'adresser d'abord à une assistante sociale, puis plutôt à son maire qu'à son député.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 29 décembre 2010

JEAN LASSALE

Technicien agricole spécialisé dans l’hydraulique et l’aménagement du territoire, il fondera un cabinet conseil qui emploie aujourd’hui une dizaine de salariés.

Écrit par : ARCHIMEDE DULEVIER | mercredi, 29 décembre 2010

@tous
Bon, au temps pour moi. J'ai pourtant lu la parole donnée, mais je n'ai retenu que le berger, désolé.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 30 décembre 2010

Eh voui l' hérétique, de berger son père et un frère.
Pour le reste, ambiance cirque du père mayou? :DDD

@Corto vous avez aussi l'option d'adresser votre courrier à sa mairie. ;)

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

@Corto,
A mon avis mieux^^^
@+

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

@Francoise,
Aurais-tu déménagé? Te croyais Dacquoise et non point Oloronaise ou Aspoise.
Sinon, effectivement pour les situations critiques mieux de se tourner vers une assistante sociale, ce qui est généralement la démarche de la plupart des élus ou vers des conseillers selon les cas... :o))) Mieux vaut éviter certains mélanges de genre cf mes différents coms à ce sujet.

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

"Toute jalousie est sans profit, car en cherchant ce qui peut nuire à autrui, elle perd de vue son propre intérêt."
Démocrite

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 30 décembre 2010

@Francoise,

Tu te méprends ne suis pas jalouse, pour la simple et bonne raison que c'est moi qui ais fait et tu le sais fort bien...Yep en grève prolongée, pour la suite de mes projets,j'attends le signal du réveil!

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

"La jalousie est pour la raison et le cœur ce que le cancer est pour le corps."
Emmanuelle Arsan

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 30 décembre 2010

C'est ton problème, pas le mien !
Bonne journée à toi

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

http://lecanardalorangedeslandes.over-blog.com/article-28020796-6.html#anchorComment

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 30 décembre 2010

Extrait d'une lettre recue:
" J'ai lu avec beaucoup d'intéret ton travail. C'est vraiment très intéresant et très positif.
Merci pour nous tous
Je t'embrasse

JL "
Alors Francoise tu peux insinuer ou raconter ce que bon te semble, ce courrier est un baume à toutes les insinuations et insultes de la planète.

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

A ma grande honte, l'Hérétique, je ne m'étais pas aperçue jusqu'à ce jour que tu avais adressé un commentaire à Jean Lassalle sur son blog au sujet de cette entreprise...
http://www.jeanlassalle.fr/index.php/marianne-dor-2010/comment-page-1/#comment-103

As-tu eu une réponse de sa part ou de celle d'un de ses collaborateurs ? Faute de temps pour eux, probablement pas.

Parce que ce que j'ai enfin compris du fonctionnement de notre ami, c'est qu'il délègue absolument tout. Je n'ai appris que dernièrement, de sa propre bouche d'ailleurs, qu'au contraire de François Bayrou, il ne lit jamais les blogs ! Il fait entièrement confiance à ses collaborateurs pour tout.

Je l'ai moi-même expérimenté. Bien qu'habitant Dax, il se trouve que je l'ai souvent rencontré et j'ai donc pas mal discuté avec lui. Y compris au téléphone. Entre autre, ce que je peux dire c'est qu'à une rencontre MoDem à Mt de Marsan, il a pris le temps de voir tout ce que j'avais déjà réalisé. C'était très gratifiant. Aussi lorsque j'ai démarré ma préparation de projet innovant en centre-ville, j'ai estimé normal de solliciter son aide, ou tout au moins ses conseils. Il m'a orientée vers un de ses collaborateurs. Qui m'a effectivement reçue à Oloron. Il n'y a eu aucune suite à ce RDV, car la personne n'était pas forcément "adaptée" à ce poste de conseiller économique à mon avis, vues les réponses étonnantes qui m'ont été faites.
Pourtant je peux te garantir que les personnes à l'accueil téléphonique et celles qui assurent le suivi des dossiers, sont tout à fait aimables et serviables. Cela n'a donc rien à voir avec une volonté de travailler le moins possible, bien au contraire !

La question -je la pose clairement- est donc de savoir si l'on doit tout déléguer sans contrôle, sous prétexte de confiance automatique (et pourtant je serais spontanément pour cette attitude) ; ou si l'on ne devrait pas, comme le fait François Bayrou il me semble, vérifier que son équipe ne trahit pas (même sans le vouloir) l'esprit d'un travail ou d'un projet en cours.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 30 mai 2011

Ceci dit, Jean Lassalle et son équipe ont réellement travaillé le dossier ! Jean Lassalle ayant bel et bien fait une intervention mi janvier dernier.
http://www.sudouest.fr/2011/01/20/laprade-a-arudy-64-un-espoir-de-reprise-295583-3980.php

Malgré le délai d’un mois qui leur avait été donné, le projet a été définitivement abandonné d’après l’article du mois de mars. En fait l’expertise de remise en état du matériel était de 300 000 euros, soit le double de la première estimation. Prohibitif donc d’après l’éventuel repreneur.
http://www.sudouest.fr/2011/03/08/laprade-le-repreneur-potentiel-jette-l-eponge-336012-643.php

Comme tu l’as dit dans ton billet, je pense qu’il s’agissait d’une récupération par un autre groupe industriel, soutenu par le président du conseil général des Landes... Déviation politique donc, c’est presque sûr.
http://www.sudouest.fr/2010/12/21/un-laminoir-pour-galvaniser-l-economie-272864-640.php

Dommage de devoir licencier d’un côté pour créer de l’autre. Il aurait été plus simple de garder les savoir-faire existants et de les développer sur un site supplémentaire si nécessaire. Même au-delà d'un autre département. Même avec une autre entreprise. Bien au contraire, c'était une ouverture vers l'entraide régionale.
Oui, vraiment dommage de s'obliger à écraser les autres pour exister. C'est stupide.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 30 mai 2011

Le réveil a sonné. ;)

Écrit par : Martine | mardi, 31 mai 2011

Oups, :o))

Écrit par : Martine | mardi, 31 mai 2011

nos experts du Gramef ont connu Laprade pendant des années, et peuvent expliquer sa déroute, qui peut dissuader un repreneur: on n'achète pas un musée des techniques...

Écrit par : gramef | vendredi, 05 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.