Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Non, l'immigration n'est pas la seule solution à la dénatalité ! | Page d'accueil | Correction : Bayrou gagne 0.5% »

jeudi, 21 octobre 2010

Requiesce In Pace...

Curieuse chaîne que celle qu'a initié Mirabelle : il s'agit d'écrire sur ce que chacun ferait s'il apprenait qu'il vivait ses derniers jours. Isabelle a d'ailleurs répondu. Je serai donc le troisième blogue de l'Échiquier à m'exprimer sur ce sujet.

Sur la crainte de la mort, des individus bien plus admirables que moi ont écrit ou parlé, je pense à Socrate, Épictète, Épicure ou encore Sénèque. Je n'ai donc pas de choses à ajouter à ce qui peut avoir déjà été dit.

S'il me restait quelques jours à vivre, ma principale inquiétude, au moins dans un premier temps, ce serait mes très proches, c'est à dire mes enfants et ma compagne. Je m'empresserais de me marier avec cette dernière pour la protéger juridiquement et qu'elle puisse user de mes biens sans devoir attendre la majorité de mes enfants ni être taxée jusqu'à la moëlle de l'os, comme c'est d'usage dans l'État français.

La seconde dimension de mes préoccupations serait psychologique. Marie-Laure Picat, qui s'est éteinte le 09 août de l'année 2009, est à mes yeux un modèle exemplaire. Elle a organisé complètement l'après afin que ses enfants aient la vie la meilleure possible. J'aurais pour ma part le souci de disparaître de la manière la moins traumatisante possible pour mes enfants. C'est une chose difficile.

Chose difficile, parce qu'il s'y ajoute la crainte de la mort alors même que je suis un agnostique qui tend vers le matérialisme. Difficile de dire à ses enfants qu'on va continuer à les regarder d'en haut dans ces conditions. J'envie ces chrétiens qui ont la foi.

Quant à la disparition physique, je n'aimerais pas l'attendre, ajoutant ainsi l'angoisse à l'angoisse, mais qu'un jour, on me donne une surdose de morphine, que je m'éteigne en dormant. Idéalement, mais l'idéal n'est jamais possible, ou alors il se confond avec le délire de la dernière agonie, perdu dans le lit glauque d'un hôpital sale et déprimant, j'aimerais finir en un lieu où j'ai éprouvé une grande sérénité.

med-campo-di-palio-a-sienne-visoterra-20199.jpgSur le campo de Sienne, par exemple ; s'il y a un endroit qui doit être parcouru par des forces telluriques, c'est bien celui-là. Je m'y suis rendu à deux reprises et y ait trouvé à chaque fois un repos extraordinaire, écoutant le bruissement des voix qui s'écoulent comme par une fenêtre au bord d'une rue passante mais tranquille.

Ce pourrait être, à défaut, dans un jardin, comme le Jardin des Poètes qui jouxte les Serres d'Auteuil, ou bien ces serres elles-mêmes, aujourd'hui menacée par la compromission de hauts responsables politiques avec le sport business.

In fine, je dis ça mais je suis bien vivant. Qui peut vraiment savoir comment il réagirait face à sa propre mort à venir ?

Je n'en tague pas moins quelques blogueurs sur le sujet, à commencer par le Coucou de Claviers puisqu'il se dit que c'est un écrivain de talent, et que j'aimerais avoir le point de vue d'un écrivain. Il me plairait également d'entendre Ferocias, tout imprégné qu'il est du pessimisme religieux aztèque. Ensuite, c'est Christelle (qui ne me répond jamais quand je la tague...) dont j'aimerais connaître l'avis, car je sais quelle est sa foi, et que la réponse d'une catholique m'éclairerait. Polluxe a déjà été taguée par Mirabelle, mais j'insiste et en ajoute une couche supplémentaire...

15:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : mort, foi |  Facebook | | |

Commentaires

@L' hérétique,
Vous pourriez l'aider aussi au travers de cette oeuvre, comme l'a fait un prètre pour moi,en expliquant qu'à présent mes mains devront etre ainsi:

http://peintres.celebres.free.fr/REMBRANDT/index-65.php
Pour mes enfants.

Et puis ce texte d'un de mes poètes préférés:

"Il y a des grillons dans l'herbe de la nuit
et en moi il y a tes yeux
et dans la terre il y a ta vie
qui frémit contre moi
En plein milieu du ciel
une cloche tinte
une étoile tombe à la verticale
Tandis que deux etres dansent
dans les rochers jaunes de la lune.
Mon amour mon amour
je t'ai recherchée dans l'immensité
du monde
et dans les autres,
Je te devinais derrière les étoiles
et à un moment
j'ai cru sentir ta vie.
Il y a des étincelles dans le ruisseau de l'aube
et dans le ciel il y a tes mains chaudes
et en moi il y a ta vie
qui remue et qui crie."

Serge Bec, poème extrait de son dernier ouvrage " Femna mon amor"
@+

Écrit par : Martine | jeudi, 21 octobre 2010

@L' hérétique,
Pour vous qui etes si attaché à l'éducation, il y a aussi cette citation d' Angelo Patri:
"Dans un sens, il n'y a pas de mort.
La vie de l'ame sur terre dure au-delà de son départ.
Vous sentirez toujours cette vie au contact de la votre, cette voie vous parlant. Elle continue à vivre dans votre vie et dans les vies de tous les autres qui l'ont connu."

Écrit par : Martine | jeudi, 21 octobre 2010

J'aime beaucoup les liens pour faire suivre...;)

Écrit par : Martine | jeudi, 21 octobre 2010

Aïe ! Pourvu que je vive assez pour répondre à ce tag qui m'inquiète —preuve de son intérêt. Ce n'est pas que je sois si vieux, mais ce n'est pas non plus que la mort soit très loin… On verra bien, merci.

Écrit par : le coucou | jeudi, 21 octobre 2010

héhé ... toi aussi, l'Italie ... :) !

Écrit par : Mirabelle | jeudi, 21 octobre 2010

@Mira,
Très franchement, je n'en ai strictement rien à foot de ton Italie...Les memes saveurs se retrouvent en Provence, d'ailleurs le poète que j'ai évoqué est provencal, dans la lignée Mistralienne, et certains de ses enfants vivent au pays basque.

Écrit par : Martine | jeudi, 21 octobre 2010

Mira, ta chaîne survivra à la mort que l'on lui avait -trop vite- prédite.

Toute cette pudeur venue du recul des blogueurs, recul pour parfois mieux sauter, en dit presque aussi long que leur réponse. Je remarque qu'après toi, seul César a osé taguer quelqu'un sur ce sujet, ni moi, ni JF ne l'avons fait ou pu nous résoudre à le faire.

César a écrit ici un article magistral, un de ceux qui nous enseignent à vivre, comme le tien.

Je suis fascinée par la mort, pas en elle-même, mais plutôt par le désir de soulager la souffrance des proches. De ce que j'en ressens, pour l'avoir si souvent éprouvée moi-même. Métier noble que celui des thanatopracteurs et toutes les professions liées à accompagner le processus de deuil.

Elevée dans la religion catholique, j'ai perdu la foi, je ne suis pas devenue agnostique pour autant car je suis certaine que l'âme survit à la mort terrestre, ce n'est pas quelque chose que je me contente de soupçonner. Je pense que l'athéisme se rapproche le plus de cette définition de sans-Dieu.

Quelles réponses apporter à ceux qu'on aime et qu'on sait qu'on va abandonner ?

J'ai vu que cela arrivait parfois très brusquement et, comme l'aurait dit le grand Georges, la camarde me frôle de proches en proches. Cherche-t-elle à se rapprocher de sa cible ? Je ne le crois pas, je pense que je vivrai très vieille, mais, au cas où...

On peut toujours préparer le matériel, mais ce n'est rien à côté de léguer la passion. C'est cela. Essayez de l'insuffler de votre vivant, chaque jour. Ça peut être contagieux. Et ça peut donner une raison de supporter toutes les tempêtes. Tous les deuils.

Écrit par : luciolebrune | jeudi, 21 octobre 2010

@Luciole,
Chercheriez-vous un coup de pied au "c" vous aussi?
Y a qu'à demander...à vot' service! :o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 21 octobre 2010

Merci César et Luciole pour vos magnifiques articles, Merci Martine pour tes réactions à vif qui démontrent qu'on peut effectivement aborder le sujet de façon apaisée pour les uns et que pour d'autres, tout un travail d'apprivoisement, de dépassement doit être insufflé par ceux qui ont trouvé des réponses à ceux qui souffrent et ne supportent pas l'idée...
comme l'a relevé JF, s'il y a une chose qui nous rend égaux, c'est bien la mort, et c'est justement pourquoi il faudrait cesser de l'imaginer comme une sanction suprême, mais au contraire un passage obligé vers un ailleurs ...

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 22 octobre 2010

Merci Mira de reconnaitre que mes contributions peuvent aider ceux qui souffrent.
Bonne journée

Écrit par : Martine | vendredi, 22 octobre 2010

Martine, l'ennui naquit de l'uniformité ... toute contribution a sa raison d'être et apporte quelque chose

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 22 octobre 2010

Mouais...
Tu cherches à créer une nouvelle religion ou koaaa? :DDDDDD

Écrit par : Martine | vendredi, 22 octobre 2010

lol !!!! heu ... non, pas folle !!!
je ne fais que répéter ce que me disais mon époux, médecin et un peu psy sur les bords ... je me rends compte en vous observant tous et avec le temps, à quel point il avait raison !

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 22 octobre 2010

Ouf ! Me vla rassurée.
Belle journée Mira, heureuse d'avoir su te faire rire,
sur un thème pas drole du tout.
Le registre émotionnel fut-il complet? ;)
@+

Écrit par : Martine | vendredi, 22 octobre 2010

Mourir? Plutôt crever!
Je vais répondre à cette invitation (la tienne, pas celle de la faucheuse)!

Écrit par : Ferocias | samedi, 23 octobre 2010

Même s'il est toujours difficile de faire ce genre de supposition j'essayerai de répondre au double tag...

Écrit par : polluxe | lundi, 25 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.