Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'entreprise et le politiquement correct | Page d'accueil | Travail le dimanche ? »

mardi, 03 août 2010

Droite populiste, nationale, mais libérale, certainement pas !

Difficile de laisser passer sans tiquer le dernier appel du réseau LHC, et ce d'autant plus que j'ai participé un temps à ce réseau, considérant mon blogue comme un blogue libéral. C'est au nom du libéralisme que j'ai refusé de suivre LHC dans une dérive qui l'éloignait dangereusement des rivages du libéralisme et le faisait côtoyer plutôt ceux des droites conservatrices et populistes.

Écrire une lettre ouverte à Étienne Mougeotte pour prendre la défense de Geert Wilders, en adoubant l'individu libéral, c'est tout de même fort du collier. Si je m'accorde avec LHC pour juger que Geert Wilders n'appartient pas à l'extrême-droite stricto sensu, il fait encore moins partie de la sphère libérale. Geert Wilders, c'est une droite populiste avant toutes choses.

Geert Wilders appartient à cette catégorie de la classe politique européenne qui croit que le libéralisme économique, c'est baisser les impôts et les taxes et c'est tout. Ces gens-là n'ont pas du tout compris que le coeur de libéralisme, c'est la concurrence libre et non faussée, même si un Jean-Baptiste Say estime que de toutes façons, il y a un intérêt intégral au laissez-faire quand il y a mesures protectionnistes.

Une concurrence non-faussée suppose une information complètement libre, notamment à destination du consommateur. Je ne suis pas un spécialiste de la politique néerlandaise, mais à je ne crois pas avoir un jour entendu la moindre envolée lyrique de Geert Wilders pour promouvoir le droit de la consommation...

Étrange libéral que cet individu qui se mêle de la politique extérieure de la Belgique et propose l'annexion de la Flandre à la Hollande. C'est le même individu qui a plaidé la cause des minorités hongroises pour expliquer par la suite qu'il était favorable à une Grande Hongrie. Comme boute-feu, on ne fait pas mieux...

Ses déclarations à l'emporte-pièce sur l'Islam vont également à rebours de la société ouverte (mais communautaire, à l'inverse du modèle français) qui caractérise généralement les pays anglo-saxons, particulièrement l'Angleterre (mais aussi la Hollande !). Pour envisager d'interdire le Coran au Pays-Bas, il faut être légèrement frappé. Les libéraux sont en principe favorables à une très grande liberté d'expression (peut-être parfois trop).

Le Parti du Peuple et de la Liberté était en effet un parti plutôt libéral à l'origine, mais il a dérivé depuis fort longtemps vers la droite populiste. LHC a raison de refuser l'amalgame de Geert Wilders avec l'extrême-droite, mais tout à fait tort de l'associer au libéralisme. Jean-Pierre Stroobants, du quotidien Le Monde n'avait d'ailleurs pas fait cette erreur et bien qualifié son parti de droite populiste.

Il existe bien deux partis partis libéraux en Hollande, mais ce sont le VVD (parti  populaire libéral-démocrate) et le D66 (un petit parti libéral-social).

C'est peut-être parce que LHC connaît une dérive similaire depuis plus d'un an qu'une telle confusion devient possible au sein de ce réseau originellement libéral...

Commentaires

Hop, je m'abonne aux coms... ;)

Écrit par : Mathieu L. | mardi, 03 août 2010

Evolutions en effet. Ces groupes ajusteraient-ils donc leurs discours ou leurs comportements pour les rendre conformes à cette idée qu'ils se font d'eux et qu'ils "considèrent" comme valorisante et non en fonction du sens de leur politique ?

Écrit par : Dany de Fanal Safran | mardi, 03 août 2010

Sauf que le libéralisme est bien un truc d'extrême droite. En termes socio-économiques, il n’y a aucun doute pour moi que les libéraux sont d’extrême droite. Ils détestent notamment les politiques redistributrices encore plus que le fait le FN, ce qui traduit un égoïsme et ultra-individualisme le tout associer au darwinisme qu'est le libéralisme.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | mardi, 03 août 2010

Est ce qu'il n'est pas égoiste, Front de Gauche, que de continuer à creuser les deficits, c'est a dire compter sur des contribuables toujours plus taxés et ce pour une redistribution qui ne marche pas ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 03 août 2010

« Les libéraux sont d'extrême-droite » : clap, clap, clap ! Un nouveau pas en avant de la connerie sectaire et aveugle.

Écrit par : Didier Goux | mardi, 03 août 2010

@Front de gauche
confidences pour confidences, l'évolution du Front de gauche et surtout de son leader qui vire de plus en plus duce vous conduisent droit dans les bras de l'extrême-gauche pure de dure, de la pire espèce. Heureusement, vous demeurez pour l'instant minoritaire. Prions pour que n'ayez jamais les moyens d'instaurer un jour la terreur dont vous rêvez.
@Parisien Libéral
vous êtes bien optimiste : il ne rêve pas de taxes mais d'expropriations et de goulags. On voit ce que cela donne en Corée du Nord.

Pour finir, jamais les libéraux ne sont alliés dans leur histoire avec l'extrême-droite. On ne peut pas en dire autant de l'extrême-gauche...

Écrit par : l'hérétique | mardi, 03 août 2010

@Didier Goux
si ce n'était pas aussi pathétique, je me serais bidonné...
C'est avec ce genre de discours qu'on comprend que ces mecs sont dangereux et qu'ils vous enverraient en camp de concentration sans aucune hésitation.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 03 août 2010

Est ce qu'il n'est pas égoiste, Front de Gauche, que de continuer à creuser les deficits, c'est a dire compter sur des contribuables toujours plus taxés et ce pour une redistribution qui ne marche pas ?

:d) Vos amis les riches ne sont pas de plus en plus taxés bien au contraire. Avec notre futur arrivé au pouvoir en 2012, exprimant là le raz le bol des horreurs du capitalisme, chacun contribuera selon ces revenus, s'il faut taxer certains à 90% pour assurer la survit ou même la vie d'autres, il n'y a rien de mal là dedans. Alors oui je sais l'élite néolibéral et le grand capital n'apprécieront pas la fin de la petite sauterie se jouant sur le dos des travailleurs mais c'est un juste retournement des choses.


"confidences pour confidences, l'évolution du Front de gauche et surtout de son leader qui vire de plus en plus duce vous conduisent droit dans les bras de l'extrême-gauche pure de dure, de la pire espèce."


Le front de gauche ne vire pas à l'extrême, il est tout simplement de la vraie gauche, pendant que tout les autres partis eux se déporte chaque jour un peu plus à droite et même sur l'extrême droite. Ce qui fait donc que le libéralisme est belle et bien un truc d'extrémiste.


"vous êtes bien optimiste : il ne rêve pas de taxes mais d'expropriations et de goulags. On voit ce que cela donne en Corée du Nord."

Pure connerie la Corée du Nord ne correspond en rien à ce que je prône, il s'agit là d'un énième capitalisme d'état.


"C'est avec ce genre de discours qu'on comprend que ces mecs sont dangereux et qu'ils vous enverraient en camp de concentration sans aucune hésitation."

Mais qui a peur de nous ? Surement pas les travailleurs, bien au contraire. Quant à votre soit disant envoie en camp de concentration, votre tentative de point godwin est pathétique.



En tout cas je vois que j'ai jeté un pavé dans la mare vu le déferlement de commentaires quasi haineux et diffamatoire.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | mardi, 03 août 2010

mes amis ne sont pas les riches, pour deux raisons
1. les ultra riches n'ont pas d'amis , ils font ce qu'ils veulent, de monaco à Andorre, en passant par l'Elysee.

2. les tres riches, juste en dessous des ultra riches, sont generalement conservateurs de droite (et amis avec Woerth ou Loic Chatel) ou de gauche (et amis avec Fabius ou Besancenot). Pourquoi ? Parce que le liberalisme est pour la concurrence libre et non faussée, et donc contre les monopoles poublics type SNCF ou les oligopoles privés type France Tel. Or une partie des riches existe cqr il y a des rentes de situation ou de l'argent public. Demandez à Emmanueli, ancien de Rothschild, ou à Mathieu Pigasse chez Lazard, ils vous expliqueront.

Eh oui, chez les liberaux, pas de siege dans un quartier à 12000 euros le metre carré (PS, rue de Solferino), pas de chateau (de Presles, comme Lutte Ouvriere), pas de subventions publiques (L'Huma), ou de milliers de metres carrés de bureau dans le XIXeme (PCF). L'argent il est chez vous, Parti de GOooOoOche !

Écrit par : Le Parisien Liberal | mardi, 03 août 2010

Y'a aucun intérêt pour le prolo de voter pour un parti bourgeois, encore plus un qui se vante de soutenir à fond actionnaire et spéculateurs.

D'ailleurs, il est temps pour vous de vous réveiller c'est votre système qui coule ( et vous sacrifier en premier le prolétariat). Il est donc temps de réfléchir à quelque chose de crédible pour remplacer cette horreur, et nous sommes là.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | mardi, 03 août 2010

@ front de gauche

Sûr que le communisme est un système qui marche.
Vive la Corée du Nord qui a envoyé son sélectionneur en camp de travail. Faisons le pour Domenech. :-)

Oui, le communisme, qui s'est écroulé, est l'avenir de l'humanité.
L'URSS est un exemple, le bloc communiste est encore fièrement debout.

Et la chine communiste est sans aucun doute ...
L'un des pires systèmes capitalistes.

Le peuple de Corée du Nord est tellement heureux de ses dirigeants :-) .

Écrit par : Phil | mercredi, 04 août 2010

Bon, plus sérieusement, ni un système capitaliste, ni un système communiste ne marche.

Un système communiste ne marche pas. Par ailleurs, il faut arrêter avec les 200 riches franco-français qui exploite le peuple. Aujourd'hui, les "200 salaud de riche" sont mondiaux et ils passent de pays en pays. Les barrières sont tombés et la mondialisation se fera, au moins à cause d'internet. D'un autre coté, il n'y a pas que des inconvénients. L'information et la connaissance circulent plus facilement. On a wikipédia.

Un système purement de gauche ne fonctionne pas. L'URSS et la Corée du Nord en sont un exemple.
Un système communiste ne peut fonctionner que si il est imposé par la force.

Mais un système de droite, ultra libéral, ne marche pas non plus, sauf si il est lui aussi imposé par la force. C'est ce qu'explique entre autre Naomi Klein.

Au fond, quel système marche?
Je pense que seule un capitalisme régulé marche. Le capitalisme est le type d'organisation de la société la "moins pire". Ce qui se pose est donc la question des règles du jeux. Elle doivent être assez strictes pour éviter les abus et pas trop strictes pour permettre à l'individu de s'épanouir.

Jean Peyrelevade, dans un débat, expliquait que tous système non régulé, à cause de la naïveté et/ou l'avidité se cassait la gueule.
Il ajoutait que dans un système capitaliste, on prenait des risques. La régulation du capitalisme passe par l'évaluation de ces risques et de savoir qui les prend.

Mais qu'en est-il de l'individu?
Une approche d'une gauche moderne serait de se dire que le monde est capitaliste et ça, je ne peux rien y faire. Peut-être que dans 50 ans, quelqu'un aura une idée géniale pour organiser la société. Mais ce n'est pas le cas.
L'approche intelligente est de dire que l'idée est de permettre à l'individu d'avoir l'instruction nécessaire pour avoir les cartes en main, ou au pire d'avoir sa chance.
Or, ce n'est pas le cas aujourd'hui. On a inventé les ghettos sociaux qui se doublent de ghettos scolaires (les ZEP).
Sur ce point, la gauche n'a pas changé son logiciel...

Écrit par : Phil | mercredi, 04 août 2010

En quoi la Corée du Nord ou l'URSS furent des exemples de socialisme ou de communisme ? En rien, tout deux sont des régimes de capitalisme d'état.


Si vous voulez du socialisme, Cuba est un pays qui a connu de grands succès, notamment en terme de santé et d'éducation, ce qui est exceptionnel pour un pays qui est parti de loin, il n'y a qu'à voir la situation des autres pays de la zone caraïbe avec leur démocratie capitaliste pour comprendre la supériorité du socialisme.

Il est donc de notre devoir de mettre fin à la société bourgeoise.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | mercredi, 04 août 2010

En quoi la Corée du Nord ou l'URSS furent des exemples de socialisme ou de communisme ? En rien, tout deux sont des régimes de capitalisme d'état.


Si vous voulez du socialisme, Cuba est un pays qui a connu de grands succès, notamment en terme de santé et d'éducation, ce qui est exceptionnel pour un pays qui est parti de loin, il n'y a qu'à voir la situation des autres pays de la zone caraïbe avec leur démocratie capitaliste pour comprendre la supériorité du socialisme.

Il est donc de notre devoir de mettre fin à la société bourgeoise.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | mercredi, 04 août 2010

"Pour envisager d'interdire le Coran au Pays-Bas, il faut être légèrement frappé."

Pour revenir à Geert Wilders et sa proposition d'interdiction de la vente du Coran "frappé", je rappelle que Mein Kampf est interdit à la vente aux Pays-Bas.

Je suis pour une liberté d'expression complète et totale, sans "mais".
Je comprends cependant que certaines personnes préfèrent en exclure les appels à la haine.

Si Geert Wilders ne parle pas de libéralisme économique, c'est peut-être parce qu'il considère que le 1er des combats au Pays-Bas ne se trouve pas là?

Pour revenir au Libéralisme, il est par essence face à une contradiction qu'Hayek avait esquissée. Pour assurer la compétition libre et juste, il faut un état de droit, donc une nation, donc séparer les hommes en entités qui détiennent la capacité de violence maximale, ce qui in fine n'est pas libéral. Il parfois difficile d'empêcher le Léviathan de se réveiller.

En réalité c'est tout sauf un problème, puisqu'aucune théorie de l'organisation collective des hommes n'est complète. Il y a alors une dialectique qui s'opère entre ces théories(entre les humains, et/ou à l'intérieur d'eux-mêmes), et de cette manière on arrive très rarement à leur finalité. Sauf dans le cas de la Corée du Nord.

Conclusion, on peut être libéral dans certains domaines et pas dans d'autres, que c'est sûrement contradictoire, mais qu'on s'en branle tant qu'on vit plutôt librement avec notre famille élargie et notre communauté.
Bref, Geert Wilders est sûrement libérale comme vous et moi; de temps en temps.

@Front de Gauche
Ce qui est très drôle avec vous Front de Gauche, c'est que vous êtes réellement archétypale. Votre raisonnement se limite à "je suis de gauche, si je pense que quelque chose est méchant, alors c'est d'extrême droite". Le Mal à gauche n'existe tout simplement pas. C'est génial!

Et vous n'avez pas peur des contradictions à l'emporte pièce:
"s'il faut taxer certains à 90% pour assurer la survit ou même la vie d'autres, il n'y a rien de mal là dedans"
mélangé à
"Quant à votre soit disant envoie en camp de concentration, votre tentative de point godwin est pathétique. " est absolument tordant. Et que ferez de ceux qui diront non au fait d'être réduit en esclavage? Au Goulag! Au Goulag! les ennemis du Vrai Peuple!
Parce que travailler 9 heures sur 10 pour quelqu'un d'autre, jusqu'à nouvel ordre c'est de l'esclavage. Même si on est 10 fois plus productif qu'eux. (Je me pose d'ailleurs la même question pour 50%...)
A moins que votre idée soit d'interdire la liberté de propriété? Je vous rappelle que cela a déjà été essayé en différents points du Globe avec le succès que l'on connait.
Vous ne vous en rendez sûrement pas compte, mais vous êtes un Khmer rouge.

Encore la preuve qu'on ne discute pas avec les végétariens et les communistes.

Écrit par : Marc | jeudi, 05 août 2010

@Marc
Oui, je vous suis : bien sûr le libéralisme n'est pas un et indivisible. Mais ce n'est pas pour autant le penchant principal de Wilders...alors le classer comme libéral...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 05 août 2010

Les commentaires sont fermés.