Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Une torpille de la Corée du Nord ? | Page d'accueil | Dépend-il de nous d'être heureux ? (sujet de philo 2010) »

mercredi, 16 juin 2010

Retraites, un premier pas...

Le gouvernement de François Fillon a enfin accompli une réforme d'envergure. Il vient de rendre sa copie sur les retraites. Oh, bien sûr, le compte n'y est pas, il faut encore trouver 19 milliards d'euros, mais enfin, ne faisons pas la fine bouche, c'est un début.

On trouve toujours à gauche des individus pour fantasmer sur les milliards des riches ou encore des flux financiers. Cette réforme des retraites a un mérite : elle montre la réalité crue. Les hauts salaires, les stock-options, en dépit du déluge de délires que l'on a entendu dans toute la classe politique, même taxés, sont bien loin de fournir le financement de nos retraites. Ils n'y contribuent que marginalement. Un report jusqu'à 62 ans était inévitable, et, à mon avis, ce n'est pas fini. Aligner les cotisations des fonctionnaires sur celles du privé également. Bon choix que d'avoir choisi de l'étaler sur dix années.

En dépit du volontarisme du gouvernement, la question de l'emploi des seniors demeure en suspens. Je crains hélas qu'il n'y ait un vrai problème de société derrière, qui tient à notre représentation des âges de la vie et à la pénibilité du travail en général.

On ne pouvait faire une réforme radical compte-tenu de l'ampleur de la tache, mais j'escompte bien, du coup, que cette réforme ne soit qu'une étape. Une fois les comptes équilibrés, ce qui est le premier objectif, il faudra envisager des modes de calcul plus cohérents, et je pense évidemment au système à points et aux comptes notionnels. C'est ce qui manque à cette réforme : c'est une cautère, mais ce n'est pas une réforme systémique. Gageons que nous finirons bien par y venir, mais peut-être pas avec ce gouvernement-là.

Je ne vais pas taper sur le gouvernement sur une réforme de cette ampleur, parce que ce n'est pas facile, parce qu'il en prend déjà plein la poire, et parce qu'il est le premier gouvernement à attaquer de front le problème depuis un moment. Reconnaissons à Fillon le mérite de ne pas faiblir sur des choses de ce genre. Il y a un concert de glapissements côté socialiste, mais je donne ma main à couper aux lecteurs que s'ils arrivent au pouvoir, ils ne reviendront pas dessus, bien contents que quelqu'un ait fait le sale boulot à leur place.

Je suis en revanche hostile au report de l'âge sans décote, tout comme Robert Rochefort et plus généralement le MoDem, de 65 à 67 ans. 67 ans, cela commence à faire beaucoup, même si l'espérance de vie s'allonge.

Après, il faut habiller cette réforme de justice sociale, parce que cette dernière est une condition sine qua non d'une réforme acceptée par le peuple. Cela suppose de légiférer sur les retraites des parlementaires. Tiens, au fait, dénonçons la démagogie qui consiste à attaquer les retraites-chapeau. Les retraites-chapeau sont provisionnées entièrement sur fonds privés par les entreprises privées. Si les entreprises privées veulent mettre de côté des sous pour payer des retraites à leurs cadres dirigeants c'est leur droit. Dès lors que l'État n'y est pas de sa poche. Sur ce dernier point, j'ai cru comprendre que les primes versées étaient déductibles de l'impôt sur les sociétés. Il serait donc légitime de revenir sur cette niche fiscale. Nos impôts n'ont pas à financer ces retraites qui devraient être laissées à la libre capitalisation des entreprises mais en aucun cas impliquer les pouvoirs publics. En effet, financer les retraites des cadres dirigeants ne relève pas d'une particulière opération de salubrité publique. Cela ne nous concerne donc pas.

Pour finir, c'est amusant de voir des responsables politiques faire les marxistes de service. Marine Le pen, par exemple, mais aussi Corine Lepage, qui ne parle plus que de taxer les revenus du capital, par exemple...

Je sais que les divers mouvements politiques vont réagir en expliquant que le gouvernement n'attaque pas la principale cause du déficit des retraites : l'emploi. Comme on l'aura constaté, c'est tout de même le domaine où il est le plus difficile d'être efficace, tant on touche là à des problématiques pas uniquement nationales. Juste, mais...un peu facile. S'ils ont des solutions miracles, qu'ils les proposent...

P.S, tiens, au fait, je viens de recevoir en exclusivité la réaction du MoDem. Je la publie sur le Post.

17:00 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : retraites, fillon |  Facebook | | |

Commentaires

la durée de vie augmente, pas au même rythme et dans les mêmes conditions pour tout le monde tout de même (http://www.senioractu.com/Esperance-de-vie-les-ouvriers-vivent-moins-longtemps-que-les-cadres_a8615.html) et comme on va vers une reconnaissance individuelle de la pénibilité autant dire que cette réforme en remet un coup à l'égalité

c'est rigolo ton chapitre sur les revenus du capital, dernièrement j'entendais des gens d'alternative libertaire dire qu'il ne fallait pas taxer ces revenus (bon euh c''était parce qu'ils considéraient que ces revenus devaient être déclarés illégaux :) )

Écrit par : gaël | mercredi, 16 juin 2010

@Gaël
alternative libertaire ou alternative libérale ?
Pour la reconnaissance individuelle, l'idéal serait le compte notionnel. Cette réforme est une cautère, mais c'est mieux que rien dans l'immédiat.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 16 juin 2010

@l'hérétique : i vouloir plus de justice sociale, et demander que le financement de la retraite soit partagé équitablement par tous est un fantasme, alors assurément il me hante. Cette réforme est profondément injuste, et je me battrai jusqu'à mon dernier souffle pour que les gens cmus par la seule cupidité qui sont à l'origine de la crise financière crachent eux aussi au bassinet dans une proportion équitable, c'est à dire davantage qu'un smicard qui doit, par cette réforme, sacrifier deux années minimum de sa vie... là où les gens plus aisés pourront toujours vivre de leurs rentes, de leurs stocks options, de leurs placements;.. Si c'est là ce genre de société que tu défends, alors je te plains, car dans les années qui viennent, tu vas être bien seul.

Écrit par : gauchedecombat | mercredi, 16 juin 2010

.. et je ne sais pas qui tu fréquentes, mais dans la vraie vie, il y a bien davantage de gens écœurés, indignés, révoltés, que de gens satisfaits comme tu l'es... Dans quel monde vis tu ?

Écrit par : gauchedecombat | mercredi, 16 juin 2010

euh j'ai plus de chance de rencontrer des gens d'alternative libertaire que liberale :)

Écrit par : gael | mercredi, 16 juin 2010

Faudrait cesser d'utiliser la terminologie du XIXè! A savoir "ouvrier" ^^^ Qui de nos jours, n'est pas obsolète mais pas loin...!!!
Mouais, cela mériterait un gros coup de pied là ou vous imaginez! :))

Écrit par : Martine | mercredi, 16 juin 2010

Une grande réforme juste aurait également nécessité la mise à plat de tous les régimes de retraites...mais le corporatisme reste actif.

Écrit par : atlantic | mercredi, 16 juin 2010

Je m'étonne que M. Aubry s'étonne de cette réforme. Elle a dit, il n'y a pas si longtemps qu'il faudrait bien peut-être mettre le départ à 62 au lieu de 60 ans.
A présent elle dit le contraire et se cramponne à l'avancée du PS sur la retraite à 60 ans !
Tu parles d'une avance ! Nos partenaires européens l'ont, eux, cette avance. Ils vont pouvoir redresser la tête alors que la France a encore trop de réformes à faire : l'assurance maladie, l'emploi, etc.
D'accord avec vous l'Hérétique, c'est un début mais c'est loin d'être fini....

Écrit par : verso | mercredi, 16 juin 2010

@L' hérétique,
Entièrement d'accord, suis très curieuse des propositions réelles et vérifiables, des "castafiores" de service^^^

Écrit par : Martine | mercredi, 16 juin 2010

On va bien rire en 2012 : est-ce que les socialistes vont oser mettre au programme le retour à 60 ans ?

Écrit par : Paul | mercredi, 16 juin 2010

Quitte à en faire bondir certains, je suis personnellement pour le travail le plus long possible. Parce que je pense l’activité ininterrompue seule capable de nous maintenir en forme. (Hors les travaux pénibles naturellement, ceux qui usent les articulations ou encrassent les poumons entre autre…)

Il y a une femme italienne, âgée de plus de 100 ans, puisque née en 1909, Rita Levi-Montalcini, qui a énormément travaillé sur le cerveau et qui a reçu le prix Nobel de médecine en 1986. Voici ce qu’elle dit :
« Mon corps se ride, c’est inévitable, mais pas le cerveau. A condition de le stimuler ; il faut le faire fonctionner pour qu’il ne décline pas. »
« Il n’y a pas que le nombre de neurones qui compte mais aussi leurs connexions. Et celle-ci se forment constamment tout au long de notre vie, y compris dans la vieillesse, d’une manière directement liée à notre degré d’activité intellectuelle… »
« Le système social actuel tend à exalter le profit, la productivité et l’efficacité ; celui qui, comme la personne âgée, n’est pas en état de "produire" devient automatiquement superflu, inutile, un simple poids pour la société elle même. »
« Il existe un antidote à cette création négative : être conscient des formidables ressources cérébrales à notre disposition. L’utilisation continue de ces facultés, à la différence de ce qui se passe pour les autres organes, n’use pas le cerveau. Paradoxalement, elle en renforce et en fait resplendir des qualités qui étaient restées cachées jusque-là et n’avaient pas trouvé encore leur expression dans le tourbillon des activités de la jeunesse. »

Tiens je vous mets un lien vers une interview d’elle que j’ai bien aimé. http://www.courrierinternational.com/article/2009/04/16/un-siecle-d-avenir

Et l’actrice Ginette Garcin est certes décédée d’un cancer mais il n’empêche qu’elle n’a jamais arrêté de travailler et qu’elle est morte quelques jours après le dernier tournage. A 82 ans. http://fr.wikipedia.org/wiki/Ginette_Garcin

Je suis pour la retraite le plus tard possible si, et seulement si, le travail est épanouissant. Sinon, en accord avec les propositions du MoDem bien évidemment. L'essentiel étant de faire un aménagement de chaque carrière. ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 17 juin 2010

Je ne comprends pas pourquoi avoir érigé en principe la retraite obligatoire par répartition.
Après tout, la retraite est simplement un arbitrage entre le présent et le futur que chacun devrait être libre d'effectuer de façon autonome.
Untel souhaitant travailler le plus tard possible, l'autre souhaitant s'arrêter le plus tôt possible quitte à dépenser le minimum, un autre prévoyant l'achat d'un commerce, d'une maison, d'un potager, d'un bar de façon à assurer ses vieux jours...
Les chiffres qui manquent vraiment pour éclairer le débat, c'est le cumul de la somme d'argent versé pour sa retraite par un individu donné.

Écrit par : tzatza | jeudi, 17 juin 2010

franchement rien dans le plan retraite du gouvernement ne peut me satisfaire..

très interessant à lire et à diffuser largement , doc gouvernementale, sur la santé au travail
on ne peut pas dire qu'ils ne savent pas, et donc ils se foutent du monde, en particulier des travailleurs..ils savent très bien que la plupart des travailleurs seront usés avant l'age de la retraite , qu'ils n'en profiteront pas, car ils seront déjà en période de maladie .. donc la retraite façon sarko, ça ressemblera plus à un cercueil qu'à un moment de plénitude sereine..finalement un bon plan pour payer les retraites le moins longtemps possible..

PARCOURS PROFESSIONNELS ET ÉTAT DE SANTÉ

http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/Janvier_2010-001.pdf

page 3
Les indicateurs de santé selon les dimensions de l'itinéraire professionnel

page 7
Caractéristiques des types d'itinéraires professionnels


§ Espérance de vie en bonne santé
http://www.insee.fr/fr/themes...


§ Fréquence des déficiences selon la catégorie socioprofessionnelle
http://www.insee.fr/fr/themes...

Écrit par : juju41 | jeudi, 17 juin 2010

@l'Héétique : par ailleurs, si pour toi le fait que le financement des retraites pèse à 90 % sur les salariés et suelment 10 % sur les hauts revenus et le capital, dans ce cas, tu es perdu pour l'humanité...

Écrit par : gauchedecombat | jeudi, 17 juin 2010

@Gauche de combat,
Sérieusement, faites-vous soigner^^Et bien d'autres^^Encore...
@L' hérétique,
J'aurai essayé...Pfff, du grand n'import nawak dans ce que je lis, que de l'opposition non argumentée qui ne propose RIEN, sauf le MoDem.
@Juju,
Pas faux, il existe des maladies professionnelles non reconnues comme telles, donc parcours solitaire^^^ET en termes de couts pour l'état et les entreprises, un parcours individualisé est irréaliste, pour solutionner le schmilblick,
la raison principale à certains régimes spéciaux à l'origine, sauf que par souci d'égalitarisme étendus à des catégories professionnelles non concernées, dans de "grosses entreprises" mais majoritairement représentées au niveau syndical. ^^^
Bah voui, je n'entends dans les médias que les "grosses syndicales" ;ppp

Écrit par : Martine | jeudi, 17 juin 2010

J'ai lu ca ailleurs, donc je copie/colle:
http://www.jourdan.ens.fr/piketty/fichiers/public/978-2-7288-0413-9.pdf

Écrit par : Martine | samedi, 19 juin 2010

Péché chez ^^^Donc pas vraiment lu...Simplement pour info de ce qui se passe sur le web.
@+

Écrit par : Martine | samedi, 19 juin 2010

Travailler jusqu'à l'âge de 60 ans est pour moi absurde et abérant, si la société était bien faite, dès l'âge de 50 ans il faudrait s'arrêter de bosser.

Pourquoi ? parce que nous ne sommes pas des fourmis qui ont comme but de travailler jusqu'à épuisement puis mourir quelques année après.
Il faut profiter un maximum de la vie en s'amusant, en passant de bon moment et donc en travaillant le moins possible.

Par conséquent il faudrait abaisser la retraite de 60 a 50 ans et de ne pas dépasser 30 ans de cotisation. Il faudrait évidemment changé complètement le système de retraite afin de trouver un nouveau système de financement.

Évidemment ce sujet va vous faire rire mais c'est parce que vous avez toujours été habitué depuis votre naissance a travailler jusqu'à 60 ans voir plus pour les pays les plus tarés : mais c'est une erreur !!, une erreur commise dans tous les pays du monde.

La but de la vie ne doit pas être le travail, le problème des hauts dirigeants et qu'ils ne résonnent pas comme il faut.

Alors évidemment ce que j'ai cité au dessus ça serai ce que moi je voudrai, maintenant pour être malheureusement plus réaliste :

le gouvernement fait pitié en voulant augmenter l'âge des retraites et donc abaisser celle de la mort uniquement pour régler des problèmes d'argents : NON ! on NE TOUCHE PAS a la vie des citoyens quelque soit la situation financière de leur système, si ils ont fait un mauvais système alors soit il le change soit il trouve d'autre moyens de financement qui ne touche pas a notre santé.

Dommage, les français comme ceux de ce blog, sont des vaux qui suivent la masse et qui accepte tout ce que le gouvernement fait, c'est dommage cela veux dire que rien ne changera.

Écrit par : arena1sfr | samedi, 26 juin 2010

Les commentaires sont fermés.