Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« A quand la première Class Action contre facebook ? | Page d'accueil | Didier Goux mieux que wikio et twitter ! »

lundi, 31 mai 2010

Bayrou juge les Métropoles : small is beautiful...

Intéressantes réflexions de Bayrou sur les métropoles prévues par le projet de loi de l'actuel gouvernement...

L’introduction des métropoles va créer un désordre gravement dommageable à l’organisation des collectivités locales en France. Combien seront-elles, ces métropoles ? Peut-être une quinzaine, car je ne crois pas une seconde que le seuil des 450 000 habitants ne résistera. Vous êtes partis de 700 000, puis on est passé à 600 000, nous en sommes à 450 000… Expliquez-moi la différence qu’il y a entre Strasbourg et Montpellier en terme de rôle, de place ! 

Pourquoi ne pas descendre jusqu’à Belfort, dans le du Territoire du même nom, si vous me permettez cette parenthèse souriante ? 

Pour commencer, vous donnez aux métropoles toutes les compétences des communes qui les forment. Il n’est jusqu’aux cimetières et aux abattoirs que vous ne leur ayez confiés…Qui plus est, vous transférez aux métropoles la totalité – ce sera possible – des compétences des départements et des régions. 

Monsieur le secrétaire d’État, nous ne sommes pas seulement des législateurs pour 2010 ; nous sommes les héritiers d’un très long temps, deux cents ans. Expliquez-moi ce qu’il restera du département de la Gironde ou du département de la Haute-Garonne lorsque vous leur aurez enlevé Bordeaux ou Toulouse ? Que reste-t-il de l’Alsace sans Strasbourg ? 

Que restera-t-il de la réalité du département, et même de la réalité des régions, lorsque vous aurez transféré la totalité des compétences touchant à l’économie, au social, aux lycées et aux collèges, y compris en termes de communication autour de l’image de la collectivité, de la région à l’extérieur et à l’étranger ? Que restera-t-il ? 

En vérité, c’est à la démolition du département et d’un bon nombre de régions françaises que vous êtes en train de procéder. C’est regrettable et cela va semer un grand désordre, d’autant que personne ne vous le demandait – si ce n’est les maires de grandes villes de tous bords, de droite comme de gauche, tous unis pour prendre les compétences des départements et des régions. 

À cette exception près, bien aisée à comprendre, je suis persuadé que personne dans l’opinion publique française n’était disposé à ce que l’on aille dans ce sens. Je crois que l’on se trompe, je crois que c’est une erreur. 

Dernière observation, qui n’a pas été faite jusqu’à présent. Vous allez vous trouver dans la situation où les métropoles ayant extrait leurs compétences des départements et des régions, ces départements et ces régions n’en seront pas moins gérés par les élus de ces métropoles… Leur poids sera déterminant. Je m’interroge sur la constitutionnalité de la situation dans laquelle des élus très nombreux pèsent un poids déterminant sur le conseil d’une assemblée sans que cette assemblée n’ait la moindre compétence réelle sur le territoire qu’ils représentent ! Il y a là quelque chose d’extrêmement curieux, et à mes yeux très déstabilisant au regard de l’idée que les citoyens devraient avoir de la simplicité et de la lisibilité de leurs collectivités locales. 

Pour conclure, bon nombre de dispositions dans ce texte me semblent procéder d’une idéologie que je crois fausse, celle du big is beautiful. Je sais que la pensée technocratique va souvent dans ce sens : plus c’est gros, mieux c’est ; plus c’est fusionné, plus c’est rapproché, plus on donne la compétence à des fonctionnaires plutôt qu’à des élus de terrain, mieux c’est. Je crois le contraire : l’histoire de la France montre aussi que small is beautiful. Il y a dans la proximité, dans les territoires, fussent-ils exigus, dans les élus réputés petits et que je crois pour ma part tout à fait essentiels, quelque chose d’intime dans l’histoire de notre pays. On a tort de choisir l’idéologie qui consiste à constamment les effacer : c’est une partie de notre histoire que l’on effacerait.

11:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : métropole, bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

sur ta dernière observation, une solution : la limitation au mandat unique :)

Écrit par : gaël | lundi, 31 mai 2010

"Mandat unique" serait curieuse de connaitre l'argumentation qui va avec...
@l' hérétique,
Yep, small is beautiful, la preuve: suis very very small mais aussi awfully beautiful :)
J'espère que la copie pour cette réforme va etre revue et corrigée, suis de "méchante humeur" en ce moment...
Vive le "think big" et Natura machin truc!! @@@@

Écrit par : Martine | lundi, 31 mai 2010

Tsss...Serais, ahlala vraiment de mauvaise humeur. :)

Écrit par : Martine | lundi, 31 mai 2010

tout ça juste pour virer ceux qui nous piquent notre fric, afin de le mettre dans d'autres poches!

nous, là dedans, c'est peanuts!

Écrit par : do | lundi, 31 mai 2010

Cette vision centralisatrice, motivée par nos envies de pouvoirs, est très exactement ce qui nous conduit au désastre économique. Elle existe partout, de la banque aux politiques en passant par les grands groupes industriels. La centralisation produit des monstres bureaucratiques où les décisions sont totalement décorrélées de la réalité. Autant vouloir manœuvrer un supertanker dans les méandres de la Seine. Notre économie devient petit à petit aussi productive que celle des anciens pays communistes, nous conduisant au même désastre.
Aujourd'hui, les technologies de l'information permettraient à de petites entités en réseau d'échanger des informations avec le même niveau de qualité et de précisions que pourraient le faire des équipes placées sous le même chef, mais avec une capacité d'adaptation et une réactivité bien meilleure. Alors même que la chine et l'Inde essaient de copier notre modèle centralisé, nous pourrions prendre une longueur d'avance sur la productivité et éviter cette spirale qui nous conduit à un alignement vers le bas.

Écrit par : Pascall | lundi, 31 mai 2010

Bonjour Pascall

Pays communistes, vous y allez fort, mais en effet, le côté big is beautiful est vraiment une négation des particularismes et aboutit à l'effacement progressif de toute forme d'initiatives individuelles.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 31 mai 2010

@ L'Hérétique,

Il semblerait qu'à l'intérieur d'une configuration bipartite à la française,on veuille faire en sorte que l'esprit de géométrie l'emporte à nouveau sur l'esprit de finesse... C'est bien regrettable. Is Big really Beautifull ? Of course not ! Il est intéressant de noter au passage les progrès de la pensée anglo-saxonne sur nos conceptions et nos modes de gestion des territoires; le père de la géographie urbaine enseignée comme discipline universitaire était un Français, Jean Gottmann; ses réflexions sont des modèles de perception des territoires urbains depuis la publication de sa monumentale Megalopolis parue dans les années 50. Qu'un géographe français ait été le pionnier d'une investigation en la matière n'a rien de trop surprenant pour ceux qui gardent encore à l'esprit une certaine idée de la France. Qu'un Français ait le premier analysé la gigantesque conurbation nord-américain appartient à ce qu'il est désormais convenu d'appeler une histoire révolue. L'UMP y va cette fois ci un peu fort en voulant supprimer les départements. De là à faire du "cartiérisme" ("vous bradez l'Empire", disaient les vieux centristes d'autrefois) dans la gestion de nos territoires ubains, il n'y a qu'un pas qui est à nouveau vite franchi. On préférerait ainsi la gestion des grosses trames urbaines à l'anglo-saxonne au dépens de nos finages et terroirs ruraux ? Quel singulier renversement de perspective, lorsque l'on songe à la richesse de notre patrimoine intellectuel de naguère dans les sciences administratives, le droit, la gestion publique .... Quelle époque !

Écrit par : Jourdan | lundi, 31 mai 2010

C'est un extrait de l'intervention de Bayrou. Il manque la première partie où François Bayrou soutient le caractère anticonstitutionnel de ce projet.Texte complet sur : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-intervention-reforme-collectivite-parlement-270510.html

Écrit par : bv | mardi, 01 juin 2010

Les commentaires sont fermés.