Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Voies sur berges, position officielle du MoDem parisien | Page d'accueil | Trois blogues centristes et démocrates au Top du Post ! »

jeudi, 22 avril 2010

L'ambigüe libéralisation de l'électricité

Jean-Louis Borloo a présenté le 14 avril dernier, un projet de libéralisation de la distribution d'électricité en France. L'objectif est d'ouvrir à la concurrence l'énergie comme le demande la Commission Européenne depuis près de 15 années désormais. Je crois avoir à peu près compris le projet, après une lecture, parfois en diagonale, je le reconnais, de la totalité du dossier. Pour être succinct, d'un côté, EDF, et donc la France, a intérêt à cette libéralisation qui a, je le précise, une dimension européenne, parce qu'elle permet à EDF de se comporter comme un acteur privé sur le marché européen et donc de grossir en achetant et investissant. Mais de l'autre côté, sur le marché français, ça la dessert, et cela ne nous apporte rien du tout, à nous autres Français. Nos politiques ne sont pas fous, et ils l'ont bien compris. Ils freinent donc des quatre fers, et je ne leur donne pas tort, pour tenter de préserver l'organisation qui prévaut actuellement en France. Le projet de loi a en fait un seul objectif véritable : servir de faire-valoir aux yeux de la Commission afin de ne pas se faire taper sur les doigts et accuser de concurrence illicite (pas libre et faussée, en somme). L'inconvénient, avec un principe, c'est qu'il ne se comporte jamais comme on voudrait qu'il se comportât. Dans la théorie, je suis favorable à la concurrence libre et non faussée. Dans la pratique, au moins sur le cas précis d'EDF, je pense que cela ne nous rapporte, à nous, Français, strictement rien de plus. La production d'énergie ne s'est pas organisée sur cette base en France. L'idée, si j'ai bien compris, c'est de faire en sorte qu'une partie de la production d'EDF (un quart, en fait) soit vendue à prix coûtant à ses concurrents sur le marché français, afin de leur laisser le temps de développer leurs propres unités de production. Vis-à-vis des particuliers, objectivement, EDF est plus que compétitive. Elle garantit des tarifs régulés. Cela ne sera jamais le cas avec un secteur concurrentiel. Vis-à-vis des industries et des entreprises, il se peut, en effet, que la compétition leur apporte un plus ; je n'en suis pas certain. Si EDF donne son électricité à ses concurrents, il serait légitime non seulement de leur faire supporter le coût du recyclage et de la modernisation, mais également des les lier contractuellement face aux dépenses imprévues qui pourraient survenir du fait d'aléas technologiques. C'est objectivement bancal, mais cela me paraît une sécurité nécessaire, car il ne faudrait pas se contenter de mutualiser la production ; les coûts de la production, y compris imprévus, doivent l'être également.

Ce qui est gênant, il faut l'admettre, c'est qu'il y a collusion, généralement, entre les intérêts des États et ceux des grandes entreprises de l'énergie. Le principe ne m'en paraît pas bon, même si apparemment, les Français n'ont pas encore eu trop à en souffrir : Proglio, bien que patron d'EDF et Président du Conseil d'Administration de Veolia semble s'être objectivement battu pour le premier, pas pour le second, puisque les concurrents d'EDF voulaient un prix de vente à la source du kw/h de 34 centimes d'euros  et que le gouvernement va finalement trancher à 42 centimes.

Je comprends évidemment que les choses pourraient se passer autrement, compte-tenu du fonctionnement d'EDF, mais, à l'heure actuelle, le fait est que je ne vois pas du tout ce que la concurrence va bien pouvoir apporter à la distribution d'énergie, mis à part pomper une partie de la production d'EDF. Je sais bien que le projet de loi précise que les entreprises bénéficiaires de cet accord doivent avoir réalisé des investissements dans des unités de production, mais objectivement, qui aura les reins assez solides pour tenter la chose ?

La seule logique économique qui serait pertinente, ce serait une solution du type Hypérion, dont j'avais déjà parlé, c'est à dire une révolution dans la distribution d'énergie : des sociétés capables de fabriquer de petites unités de production, nucléaires ou non, à proximité des centres urbanisés, même moyens, et exploitant, pour s'implanter, la possibilité de se fournir auprès d'EDF. Il me semble que l'actuel projet de loi devrait permettre cela, a priori, mais un expert doit certainement pouvoir me donner son avis.

Il y a enfin un sac de noeuds politique que nous ne pouvons éviter : difficile de dire oui à la concurrence sur les marchés de nos voisins européens tout en la limitant sur notre propre marché : ils risquent de beugler, à raison, comme des verrats qu'on égorge...

L'Assemblée Nationale a ouvert en ligne une étude d'impact où l'on peut déposer une contribution. Je ne sais pas quoi encore écrire. Je crois que je vais plutôt poser une question et leur demander si une société comme Hypérion, avec ce projet de loi, pourrait s'implanter en France.

00:25 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : edf, énergie, libéralisation |  Facebook | | |

Commentaires

Cette idée est idiote, quel intérêt avons nous à privatiser la distribution d'électricité ?

C'est le genre de points où je suis opposé à la commission. C'est une libéralisation dogmatique, qui n'apporte rien, le privé ne sera probablement pas plus efficace pour distribuer l'électricité. En cas de panne, vous croyez vraiment que des entreprises privées vont se bouger comme le fait EDF ? Regardez comment ça se passe quand vous avez une panne de téléphone actuellement.

Bref la seule chose que ça apportera, c'est un peu moins d'argent dans les caisses de l'état.

Quand aux autres pays, si ils ont la bêtise de privatiser, je ne vois pas pourquoi on se priverait, ils n'ont qu'à aller râler à la commission.

Écrit par : vincent15 | jeudi, 22 avril 2010

Concernant la concurrence libre et non faussée la difficulté est l'espace entre le principe est sa mise en pratique : dans le cas précis d'EDF, connaissant les habitudes de la maison je suis persuadé qu'il y a des gains de productivité enormes à y faire, qui dans le principe devraient profiter aux consommateurs... mais leur position monopolistique leur a conféré une culture d'entreprise qui ne va pas faciliter une telle transition.

Je trouve aussi l'approche de type grille (cf. votre exemple américain - et dans les petites unités de production il n'y a pas que du nucléaire, bien sur) très intéressante, non seulement du point de vue de l'ouverture à la concurrence mais aussi du point de vue de la tolérance aux pannes... cela dit, il faut aussi prendre en compte les criteres environnementaux (et de rendement).

ps: petit rectificatif, les tarifs sont à lire en centimes et non en euros...

Écrit par : Nicolas Mauduit | jeudi, 22 avril 2010

Bonjour Nicolas

Oups, merci, je vais corriger. Oui le maillage est une piste. J'attends de voir comment cela va se développer et la rentabilité de la chose.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 22 avril 2010

L'ouverture de GDF devait permettre la concurrence et ainsi éviter une hausse des prix, on a vu le résultat ce mois ci avec l'augmentation des tarifs de 10 %. Voulons nous la même chose pour EDF ?

Nous ne pouvons qu'encourager la proposition socialiste de créer un grand service public de l'énergie.

Écrit par : pazmany | jeudi, 22 avril 2010

@pazmany
c'est une proposition du Front de Gauche, à ma connaissance, pas des Socialistes.
Pour le reste, tout dépend du degré auquel on ouvre à la concurrence le secteur.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 22 avril 2010

voici deux documents pdf sur ce sujet, assez intéressants.

http://www.cfe-energies.com/arbre.php?id=5006482

http://www.sauvonsleclimat.org/new/spip/spip.php?article274

Écrit par : td | jeudi, 22 avril 2010

Les commentaires sont fermés.