Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ça colle pas, la glu. | Page d'accueil | MoDem, je ne sais plus où j'en suis... »

mercredi, 02 décembre 2009

Que s'est-il dit chez les Gracques ?

Il y avait, samedi dernier, un débat sur les relations entre État et marché, organisé par les Gracques. Malheureusement, pas grand chose n'en a filtré. Marielle de Sarnez s'est exprimé sur les retraites, un sujet qui la préoccupe en avertissant que l'on ne pourrait pas promettre n'importe quoi. J'ai lu un compte-rendu chez Stimulus, le seul que j'ai trouvé de cette journée. J'ai apprécié le second tenant de l'alternative qu'il propose en conclusion : à défaut de trouver un nouveau logiciel idéologoque pour la social-démocratie, il faudra que la politique se niche dans les détails, se fasse humble et précise. Cela coïncide tout à fait avec le pragmatisme que je revendique, et que, de mon côté, je souhaite voir attaché au libéralisme. A mon avis, l'un des rôles principaux de l'État, c'est de s'assurer que l'information circule correctement et qu'elle n'est pas faussée ou tronquée intentionnellement, et ce, afin de garantir une concurrence sur les marchés non faussée. Ensuite, il doit préserver les biens supérieurs qui ne sauraient résister aux tempêtes qui traversent les marchés, parce qu'ils ne procèdent pas de la même logique. Enfin, il doit être impérativement le garant des équilibres budgétaires et se contraindre à une obligation de transparence et de vérité dans ce domaine.

En somme, un mélange de solutions authentiquement libérales et de pragmatisme. Des solutions authentiquement libérales, ce n'est pas tout privatiser pour moi : le première mission d'un libéral devrait être d'assurer les conditions de la transparence, sans laquelle, les mécanismes de marché ne peuvent fonctionner correctement. Il y a ensuite un devoir de solidarité, dès lors qu'il ne se transforme pas en assistanat. Et pour moi, la limite est très claire : la solidarité doit s'arrêter là où la responsabilité personnelle est engagée.

12:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : libéralisme, état, marché |  Facebook | | |

Commentaires

C'est pas avec un programme pareil que tu vas susciter l'enthousiasme indispensable pour remporter une élection majeure... Me semble t'il.

Pas en France en tout cas.

Écrit par : raphael | mercredi, 02 décembre 2009

J'ai été me faire voir chez les Gracques .Débat jubilatoire avec Marielle de Sarnez et Manuel Valls . Quel duo ! De véritables bulldozers de l'alternance , ils appellent à l'urgence de la mobilisation . Valls est déjà dans la "post gauche" . Il veut anticiper pour gouverner ensemble . Marielle propose un deal,: si nous pensons qu'il faut une alternative , alors il faut se rassembler .Anne Hidalgo ne semble pas d'accord elle veut revenir sur le passé. Marielle rappelle le chemin qu'elle a accompli qu'importe les peurs de certains socialistes, les deux tribuns refusent les arguties déjà entendues 100 fois.

Écrit par : juste milieu | mercredi, 02 décembre 2009

Tu vois, en 2032 je serai président et toi premier ministre. la vision et le pragmatisme.

et on mettra nicolas (de pma, pas l'autre) à la cnil ...

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 03 décembre 2009

@Euh...La parité n'est pas respectée
Gaf, je vais me faaacher!!! :D
Et puis pas très équitable tout cha...

Écrit par : Martine | jeudi, 03 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.