Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un petit c.. peut-il faire fermer un blogue ? | Page d'accueil | Automobile électrique, le problème demeure entier... »

dimanche, 13 septembre 2009

La méthode globale encore utilisée !

J'en suis resté pantois : pour moi,  la méthode globale appartenait définitivement aux errements de la fin du XXème siècle, or, j'ai découvert avec effarement qu'il n'en est rien. Consultant le livre de CP d'un de mes neveux, horreur et terreur, que vois-je (ou plutôt : que ne vois-je pas !) ? Pas l'ombre d'une syllabe, pas l'ombre d'un début de méthode syllabique. Non, simplement de bêtes et stupides mots à photographier. Circonstance aggravante, l'enseignante est une jeune promue, ce qui signifie que l'on enseigne encore ces niaiseries dans les fameux (mais souvent fumeux) IUFM.

Il faut dire que le grand ponte de la pédagogolâtrie a encore de l'avenir : les Verts veulent l'enrôler comme tête de liste en Rhône-Alpes et Cohn-Bendit l'aurait rencontré en personne.

Rien que ça, ça en dit long sur les sornettes et autres billevisées encore en vigueur dans les programmes éducatifs des Verts. Si la méthode globale n'est pas à elle seule la cause de l'affaiblissement généralisé dans la maîtrise de la langue (la diminution du temps qui lui est consacré au fil des ans me semble la cause première), elle a largement contribué à aggraver le phénomène. Une bonne raison pour ne vraiment JAMAIS porter les Verts au pouvoir...

Une méthode mixte, encore passe, parce que généralement, cela revient à utiliser la méthode syllabique pour apprendre à lire, avec l'apprentissage visuel (donc global) de quelques mots de liaison, mais utiliser la méthode globale encore aujourd'hui après tous les dégâts que cela a occasionné sur toute une génération...

Le mieux me paraît de mettre les points sur les i dans un premier temps avec l'enseignante, entre quatre yeux. Et puis après, si elle persiste, en dépit de la réprobation générale des parents, et surtout, du désintérêt à peu près général de ses élèves pour la lecture, un courrier dûment signé et recommandé de la part des parents à l'inspecteur du coin devrait lui permettre de se nettoyer les méninges de toute nouvelle forme de pédagogolâtrie...

Commentaires

Bonjour,
C'est marrant, j'ai eu exactement le même discours hier à propos de la méthode globale. L'enseignante ?? je vous laisse juge ... Mais si vous réussissez à obtenir quelque chose via l'inspection, faites nous en part s'il vous plaît. Et tout ça aujourd'hui ne me parait plus rien comparé aux abbhérations des cycles secondaires. A mon grand regret, j'appartiens désormais à ceux qui financent des cours avec des enseignants choisis. Ca fait vraiment mal !
Bonne journée

Écrit par : Miss | dimanche, 13 septembre 2009

Que penser aussi de la méthode des "Alphas" lancée contre l'illétrisme ?! La Savoie a voulu suivre la Suisse et on en voit le résultat maintenant: pas fameux.

Écrit par : Fanal Safran | dimanche, 13 septembre 2009

@ Fanal
Qu'est-ce que c'est, la méthode des Alphas ?

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 13 septembre 2009

La méthode des Alphas est en schématisant une nouvelle mouture de la méthode syllabique sous une forme plus ludique, elle raconte l'histoire des lettres.
Elle est très en vogue chez les ortophonistes.
Il y a eu les "Ratus" aussi.

Écrit par : Martine | dimanche, 13 septembre 2009

La méthode globale fonctionne pour certains élèves. On s'en est servi comme d'un épouvantail pour exorciser le naufrage de l'apprentissage du français. Si cela a pu avoir un effet, j'ai toujours eu un doute sur sa réelle portée. Je l'ai subie avec tous mes amis, cela ne nous a pas empêché de devenir des lecteurs assidus. Inversement, je connais des lycéens passés par la méthode syllabique qui ont du mal à segmenter les mots.

Par contre, ce qui me surprend, c'est votre goût pour vous instituer juges des méthodes d'un enseignant certifié, avec force lettre à l'inspection (et autres joyeusetés...). Les PE sont largement surveillés par les IEN. Si ce professeur utilise cette méthode devant sa classe, elle peut avoir des raisons valables (et l'accord de sa hiérarchie). Vous ne connaissez pas ses élèves. De plus, avoir un manuel ne signifie pas suivre aveuglément tout ce qui s'y trouve. Les enseignants sont autre chose que des répétiteurs de manuels. Enfin, peut-être que ce professeur récupère un jeu de manuels qu'elle n'a pas choisi (surtout si elle vient d'arriver dans cette école).

Peut-être est-ce dû à vos formulations à l'emporte-pièce, mais, dans ce billet, vous incarnez le parent d'élève qui se prend pour un inspecteur et pour qui les enseignants ne sont jamais légitimes dans leur choix (je vous épargne toute la légende noire sur les enseignants français).

Dans ma ville, on a eu le cas l'an passé d'une pétition de parents d'élèves contre une enseignante qui donnait trop de lecture à sa classe. Ce n'est pas le même reproche, mais c'est la même logique.

Écrit par : Fulrad | dimanche, 13 septembre 2009

Après avoir donné ton opinion sur la manière dont les enseignants doivent enseigner, j'espère que tu nous communiqueras la liste de la bonne équipe de France selon toi, puis la bonne date pour ouvrir et fermer la chasse.

D'autre part, je te rassure tout de suite : les IUFM ferment l'an prochain et tu auras le plaisir d'avoir des enseignants non-formés. J'espère que tu es satisfait, parce que les universitaires vont nous en dire, des conneries.

Pourquoi ne pas voir plutôt si l'enfant s'en sort ? Reparlons-en à la fin de l'année.

J'aimerais bien que l'on me sorte une étude sérieuse qui démontre l'échec de cette méthode et les succès de la syllabique.

D'autre part, je viens de lire dans un commentaire une chose qui m'étonne. Les orthophonistes sont des professionnels médicaux. Ils soignent des pathologies. Ils ne sont pas censés apprendre à lire à des enfants, mais corriger des processus mal construits par le cerveau. Bizarre...

Écrit par : Mathieu L. | dimanche, 13 septembre 2009

@Mathieu,
N'est-ce pas? Bizarre, bizarre avez-vous dit bizarre.
Ceci étant, j'ai pu observer d'excellents résultats obtenus par une enseignante utilisant trois méthodes à la fois: la globale, la syllabique et la langue des signes.
Voui, elle partait du constat que nous n'étions pas tous fabriqués à l'identique.
@+

Écrit par : Martine | dimanche, 13 septembre 2009

@ Martine : tout à fait d'accord avec toi pour la langue des signes.

C'est en tant que parent que j'ai parlé de la méthode des Alphas, il y a un grand problème c'est que tous les enseignants d'une même école ne l'utilisent pas et que du coup les élèves passent d'une année à l'autre d'une méthode à une autre. De plus dans une fratrie, ce sont les enfants qui y ont eu droit qui ne savent pas lire même à 9 ans alors que ce sont des enfants d'un niveau très convenable. C'est du vécu ce que je vous dis ici, pas du tout un com pour polémique, j'ai trop de respect pour les enseignants de la maternelle à.... .

Écrit par : Fanal Safran | dimanche, 13 septembre 2009

Eh oui l'hérétique, le démarrage global est toujours la règle dans bien des endroits mais la tendance est probablement à la baisse. Il faut laisser le temps...

Pour ce qui est de l'aspect politique, Meirieu sur une liste verte en Rhone-Alpes et Brighelli sur une liste Modem en PACA ça risque quand même de ne pas faire très sérieux en cas d'alliance...

Écrit par : Oaz | dimanche, 13 septembre 2009

Merci pour cette précieuse information.

Écrit par : SOS Éducation | dimanche, 13 septembre 2009

@ Oaz
J'ai entendu que Brighelli avait de la sympathie pour Bayrou, mais...sur une liste MoDem ? D'où tiens-tu une telle info ?
Oui, l'alliance deviendra impossible, c'est sûr !
@ Fulrad et Mathieu
Il est un peu tard ce soir, mais je développe demain mon propos.
Dans cette école, les enseignants choisissent leur manuel, ce n'est donc pas un problème de matériel, et il n'y a pas de consignes de l'équipe ou de la direction, puisque la maîtresse de la soeur aînés du petit auquel je pense (ils ont un an et demi de différence) a suivi une méthode syllabique avec un autre manuel. C'est donc bien un choix délibéré de la nouvelle arrivante...

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 13 septembre 2009

@ tous
le problème n'est pas d'aborder globalement un mot par reconnaissance visuelle, mais bien de baser un apprentissage exclusivement sur cette approche, alors que dans l'esprit de l'enfant, elle devrait se combiner avec le déchiffrage syllabique.
Je ne suis pas contre son usage quand elle s'adapte à des enfants qui ont des difficultés avec la syllabique. Mais ce n'est pas du tout le cas dans l'exemple que je cite.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 13 septembre 2009

Le docteur Wettstein Badour :

« Est global tout apprentissage qui aboutit à la compréhension en partant d’un ensemble (mots, groupes de mots, phrases). Les méthodes globales (ou mixtes), après un temps plus ou moins long d’approche globale, isolent des graphèmes dans les mots pour faciliter l’apprentissage du code qui les compose. Pour les défenseurs de ces pédagogies, les mots sont considérés comme des images. Ils sont « reconnus » par leur forme quand ils ont déjà été vus et l’enfant accède à leur sens « en faisant l’économie du décodage ». Or les travaux des chercheurs de ces vingt dernières années montrent que cette hypothèse est totalement erronée.

Nous savons désormais que le cerveau est dans l’incapacité d’assimiler les mots aux images. L’accès direct au sens n’existe pas plus chez le lecteur confirmé que chez le débutant. L’image est traitée par l’hémisphère droit de manière analogique alors que les mots, comme des idéogrammes, sont pris en charge par l’hémisphère gauche, qui opère par une succession d’analyses et de synthèses. Quelle que soit la méthode proposée, le cerveau doit impérativement connaître le code de correspondance entre les sons et les graphismes qui les représentent pour accéder au sens de l’écrit. On conçoit sans peine qu’il est plus simple d’assimiler le code quand on en fournit les éléments de base et les règles de combinaisons à l’élève que lorsqu’il lui faut les découvrir tout seul, avec tous les risques d’erreurs que cet exercice complexe génère. En effet, les enfants victimes de discrimination des sons, de reconnaissance ou d’orientation des formes commettront de nombreuses confusions qui les priveront de l’accès au sens du texte et du plaisir de lire. Ils entreront alors dans la spirale de l’échec avec son cortège de perturbations qui vont des dysorthographies aux anomalies de comportement. Affirmer que les méthodes mixtes présentent moins de danger que les méthodes globales, est une grossière erreur car, les graphèmes isolés étant mêlés à des graphèmes inconnus, les risques de confusions sont identiques à ceux des pédagogies globales pour les enfants qui présentent les anomalies citées précédemment. »

Écrit par : Géraldine | lundi, 14 septembre 2009

@l'hérétique,
Je tiens l'info de Brighelli lui-même dans les commentaires de l'un de ses billets.
J'en ai parlé dans mes compte-rendus sur l'UR 2009 : http://barrejadis.azeau.com/post/2009/09/11/Les-bonnes-surprises-de-l-universit%C3%A9-de-rentr%C3%A9e-du-Modem

Un message en passant : je viens de te taguer. Une histoire de cartes postales

Écrit par : Oaz | lundi, 14 septembre 2009

@ Géraldine
Merci pour ces références. CQFD.
@ Oaz
Ce serait super !
Pour les cartes postales...euh...j'en écris rarissimement :-( J'en reçois de temps en temps, mais ça me gêne d'afficher des trucs perso sur mon blog. Je serais preneur plutôt pour un autre tag, moins personnel, si tu n'y vois pas d'inconvénient.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 14 septembre 2009

Mes deux ainés (35 et 33 ans) ont appris à l'époque avec la méthode dite du "sablier". C'est à dire qu'ils font connaissance avec quelques mots "reconnus" globalement mais très vite chaque syllable est analysée et recomposée. Toujours est-il qu'à Pâques ils savaient définitivement lire et n'ont jamais fait de fautes d'orthographe plus que la normale. Mon petit dernier lui était (est) dyslexique. L'approche a dû être vue complètement différemment.
A ce sujet, bien qu'ayant fait partie de l'association Apedys, j'aimerais savoir si tu connais, l'Hérétique, une méthode efficace pour aider des adultes ?

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 15 septembre 2009

@ Françoise
les adultes qui sont dyslexiques ?

Écrit par : L'hérétique | mardi, 15 septembre 2009

Ben oui, les dyslexiques le restent toutes leur vie, tu ne le savais pas ?! ;-)
On peut être dysgraphique, dyscalculique, dysorthographique etc.
J'avais juste l'impression que tu pouvais éventuellement connaître le sujet. Je n'ai pas eu le temps ces dernières années de voir les progrès qui auraient été fait dans ce domaine. Il faudra que je m'y replonge. Du coup je reviendrai t'en parler...

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 15 septembre 2009

ce que je cherchais, merci

Écrit par : Nina_Tool | dimanche, 20 septembre 2009

tiens un spam qui a réussi à passer...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 20 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.