Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« [EDIT] Kouchner dit probablement la vérité (olim : Kouchner dit-il la vérité ?) | Page d'accueil | Mais comment la France va payer les promesses de Nicolas Sarkozy »

vendredi, 06 février 2009

L'Europe fera évoluer la structuration du MoDem

Il y a eu un certain nombre de déceptions, au sein de la blogosphère MoDem à la suite de la consultation lancée par le MoDem à propos des Européennes. Je crois surtout qu'il y a eu maldonne avant toutes choses. Le MoDem n'avait pas l'intention de consulter les adhérents sur la constitution des listes de cette manière mais de leur demander leur avis sur un rapport relatif aux élections européennes.

Comme beaucoup s'attendaient à une consultation dans la plus pure tradition de la démocratie directe, un peu à l'Athénienne au Siècle de Périclès, sur la constitution des listes, évidemment, ils ont déchanté.

Cela dit, au delà de ce désenchantement, je me demande s'il était pertinent de perdre du temps, des ressources et de l'énergie à mettre en place une consultation qui se résume finalement à un clic au choix parmi trois boutons.

J'avoue que moi-même, j'ai cru à un bug ou une erreur de programmation de la plate-forme... De mon point de vue, c'est un épiphénomène, mais quelques esprits nettement plus susceptibles et formalistes que moi se sont montrés nettement moins indulgents...

J'ai trouvé une réaction de Quindi sur le blog d'Hervé Torchet que j'ai trouvée intéressante, et j'en donne copie ici. J'ajoute que je suis bien entendu totalement en désaccord avec l'analyse d'Hervé. J'ai trouvé la réponse d'Arnaud pondérée. Je ne suis pas d'accord avec tout, mais un certain nombre de ses observations me paraissent pleines de bon sens.

Je laisse la parole au sage Arnaud, puissent tous les militants démocrates faire preuve de la même réflexion au lieu de trépigner en tapant du pied...

Ne désespérons pas encore totalement. Le changement stratégique est bien réel et les têtes de liste aux européennes le confirment. Le changement structurel est loin d'avoir été réalisé, mais il s'agit avant tout d'une difficulté à identifier les adhérents actifs, leur faire confiance, et savoir prendre des risques sur des évolutions au sein du parti et dans les méthodes électorales (internes et externes). C'est une dérive version centriste de ce qu'est la cinquième république, une façon de donner une confiance aveugle à un seul être, et utiliser la machine structurelle pour calmer les ardeurs de renouvellement et de changement institutionnel, plutôt qu'en tant que force de renouvellement continu (humain, idéologique, programmatique, technique).

Jusqu'à présent, il n'existait pas de réel recours car les autres élus l'étaient par le fait de l'UDF (donc en décalage avec le MoDem et l'élection présidentielle) ou d'une élection municipale assez décevante, et se retrouvaient encensés dans les structures internes par le fait du prince. L'obtention d'un mandat électoral clair, à une autre échelle, sans alliance locale, et au nom du MoDem, change quelque peu la donne (même si c'est encore le prince qui décide de leur droit à la candidature). Ces 8 à 15 élus au Parlement Européen auront un poids déterminant dans la maison, car ils légitimeront une stratégie de parti, plutôt que celle d'un seul homme lors des élections suivantes. Ils auront un poids bien supérieur à leurs homologues dans les autres partis français de par le caractère unique des élus du parti (peu à l'Assemblée Nationale, alliance centristes/radicaux au Sénat, peu d'élus dans des grandes agglomérations). Ils auront aussi une légitimité territoriale du fait électoral, ce qui permettra aux structures internes locales de trouver un recours plus fort (le rôle des colistiers en position non éligible sera déterminant). Finalement, ils tiendront un discours programmatique / vision globale forts de par les enjeux de poids qui seront discutés au Parlement Européen (et contrairement à certains de leurs homologues de l'UMP et du PS qui ne siègeront que par obligation plutôt que par réelle motivation européenne / capacité programmatique). Le décalage entre la structure interne réelle, l'ambition gouvernementale nationale, et les propos sur l'organisation du parti, leur sera plus dur à porter, du moins pour ceux qui ne renouvellent pas leur mandat.

Bref l'évolution naturelle veut qu'il y ait une multiplication des centres de pouvoir au sein même du MoDem, ainsi que dans sa direction, mais elle est lente, bien trop lente... Elle correspond à un rapport de force et non à une volonté réelle de modernité et d'audace structurelle. Dans la citation de Ledru Rolin "il faut bien que je les suive, puisque je suis leur chef", nous en sommes encore à la phase 5ème république (faire face aux crises et mécontentements populaires), pas à la phase de dépassement par le biais du parti (intégrer les méthodes modernes de campagne électorale, de militantisme et d'écoute de la société civile, devancer les attentes par la systématisation de l'innovation programmatique fait maison et grâce à des think tanks / personnalités sympathisantes / associations, valorisation à outrance des figures médiatiques, militants hyper-actifs, spécialistes techniques parmi les militants et sympathisants, mouvement permanent des idées et des personnes). Le maintien d'une pression militante / sympathisante sur ces sujets envers la structure, couplé au renouvellement des cadres (même s'ils ne sont pas tout jeunes), peut, in fine, faire évoluer la structure (ce n'est pas garanti pour autant).

Patience et persévérance.

Commentaires

en ce qui me concerne, rien ne me choque dans la façon de désigner les têtes de listes et l'approbation de tout cela.

il est nécessaire de faire confiance à ceux qui nous dirigent. le choix des têtes de listes est pertinent, du moins c'est mon avis.

deuxièmement je ne suis pas partisan de plus de démocratie directe ou participative car "trop de démocratie tue la démocratie" car il est difficile de trouver dans ce genre d'approche des solutions qui satisfassent le plus grand nombre de cette façon aussi. il n'y a qu'à voir "le bordel organisé" chez les verts et au PS

une autre méthode de désignation aurait sans doute créé autant de déception et engendrer autant de critiques. un système démocratique parfait n'existe pas. de plus "l'adhérent de base" a-t-il toutes les clés pour élire en conscience les meilleures têtes de listes? actuellement je ne le pense pas.... peut-être faudrait-il travailler en sens dans les fédérations c'est à dire former les adhérents à prendre position non pas en fonction de ce qu'ils ressentent( problème d'affinité) mais choisir en fonction de critères objectifs..

de plus il n'y a pas de place pour tout le monde et il faut l'accepter. si on ne l'accepte pas la frustration engendre la critique et les querelles.

le modem est de plus un parti jeune et lui faudra du temps pour fonctionner dans le sens que veulent ceux qui actuellement montent au créneau. il est difficile de passer d'une méthode à un autre.

En outre la blogosphère( pas toute heureusement) devrait se méfier. Plus elle monte au créneau moins les cadres dirigeants seront enclins à partager le pouvoir au sein du modem, il est nécessaire à un moment donné d'être raisonnable!!!!

Écrit par : europium | samedi, 07 février 2009

Merci pour la reprise ;-)

Écrit par : ArnaudH | samedi, 07 février 2009

Afin que les lecteurs disposent d'avis contradictoires, je me permets de les renvoyer également sur le blog de notre ami BGR http://bgr.hautetfort.com/
D'ailleurs, notre hôte et europium ont posté hier sur ce blog.
En complément, il me faut cependant réagir à l'argumentation développée par "europium" dont la finalité essentielle semble de vouloir endormir (opium?) les esprits.
Certes, et c'est un point avec lequel je suis d'accord avec lui, "il faut faire confiance à nos dirigeants" : mais la confiance, cela se gagne, notamment en rassemblant l'ensemble des adhérents, en leur donnant les informations et les explications auxquelles ils ont légitiment droit, en créant le débat. C'est aussi en mettant en place des processus à la fois efficaces et fiables, qui ne "buggent" pas à chaque fois (je m'abstiens de développer pour éviter d'inutiles polémiques).
Comme lui, également, je ne suis pas pour une démocratie directe, impossible à mettre efficacement en oeuvre, et c'est la raison pour laquelle je prèfère des "votes de confiance" prenant appui sur des informations, explications et argumentations solides (comme cela aurait dû être fait, par exemple, lors des municipales!).
Mais, dans un processus de construction de notre Mouvement (et d'élaboration d'un programme de Société répondant aux besoins et attentes de nos concitoyens), on ne peut pas, comme nous y invite Europium à "toujours remettre au lendemain", et en trouvant de fausses excuses pour justifier l'injustifiable. N'oublions pas que notre Mouvement a maintenant près de deux ans, ce qui nous a déjà donné beaucoup de temps pour "construire).... même si les puristes (ou formalistes) datent sa naissance au 1.12.07.
Mais j'arrête là afin de ne pas lasser les lecteurs, sans cependant leur laisser quelques raisons d'espérer encore. A voir ce qui semble se passer dans certains départements "47", "11", "12" (et certainement quelques autres), l'ensemble des adhérents, quelque soit leur statut, ont pu s'y rassembler afin d'y travailler en toute confiance. Des exemples à mon sens à suivre (certains appelleront cela de la "fertilisation croisée")
Cordialement

Écrit par : daniel testard | samedi, 07 février 2009

Je m'interroge sur l'origine des 'fuites' dans la presse, et leur médiatisation.
@Daniel, je vous rejoins sur le processus souhaitable à suivre pour les votes de confiance. Les instances intermédiaires peuvent tenir un role en ce sens, elles sont sensées faire le lien, me semble-t-il. Dans ce cas précis, défaut de coordination et court-circuit du à la presse.
Pour le reste, je ne suis pas favorable à un système de primaire, je trouve cela souvent sources de conflits fratricides et puis ce n'est pas toujours le plus apte qui émerge.
J'ai aimé l'intervention d'Arnaud, cela n'étonnera personne, je pense.

Écrit par : Martine | samedi, 07 février 2009

Le scénario évoqué par Arnaud est parfaitement logique. Cependant, on ne doit pas oublier l'histoire. On a déjà eu un important élu, notamment un député, élu avec les voix de la gauche contre l'UMP : Thierry Benoit. Son éléction "indépendante" ne la pas empêché de quitter le MoDem. On en avait 4, on est resté à trois.

Donc, si le scénario évoqué est possible et même probable, cela ne sera pas automatique.

Écrit par : Claudio Pirrone | samedi, 07 février 2009

@Claudio,
Ah, les 'aquas altas' et leurs infiltrations...Si seulement la politique pouvait etre une science exacte! "Etre et Avoir". :)

Écrit par : Martine | samedi, 07 février 2009

Les seuls changements qui aient une réalité sont ceux qui montent de la base : bottom-up.

Écrit par : Hervé Torchet | samedi, 07 février 2009

@Hervé,
Mais, je n'ai rien contre cela, mes contributions pour les statuts allaient plutot en ce sens.

Écrit par : Martine | samedi, 07 février 2009

@ l'auteur et à ArnaudH:
J'ai clique sur lien "au sage Arnaud". je tombe sur Quindi (que je connaissais. blog très fourni), mais je n'ai pas "trouvé la parole d'Arnaud" pour ce contexte précis

@ tous :

Je partage l'avis de Daniel Testard
Comme celui-ci le dit, il n'a pas voulu mettre un CMT trop long.
- j'ai lu votre texte. J'ai de nombreuses interrogations à son sujet
- j'habite un département dont le Pdt exerce par ailleurs de très nombreuses fonctions ..
- par contre, nous n'avons + de site internet local vraiment opérationnel.
- Pour s'informer, émettre des idées etc.. c'est une réunion mensuelle ( à laquelle je suis allé très souvent )
- Après les différents "épisodes bizarres" (le dernier étant les Elec Départementales), j'ai été -bref- ocupé par ailleurs

J'en avais déduit qu'au lieu de continuer à agir dans le MD, il valait mieux : se présenter à " Questions pour 1 Champion" ( sérieux !)
- car au sein du MD, il y a trop de "cumul" quand on prend en compte BUREX-CCC-CN-Conseils Départementaux..
- Quand on cumule plusieurs fonctions, comment fait on à fond ses différentes attributions ???
- Le MD n'existe que depuis 21 mois.. mais y a toute "l'expérience de UDF et CAP 21 "
- réfléchir/décider//agir/réfléchirdécider//agir : c'est ce que la vie apprend à chacun de nous
CDLT

Écrit par : Alain61(dit Goethe) | samedi, 07 février 2009

@ Claudio: en effet, mais les parcours des nouvelles têtes me semblent plus cohérents avec les valeurs du MoDem ;-)

@ Alain61: en fait ce commentaire avait été laissé sur le blog d'Hervé. L'auteur de ces lignes, à partir de "ne désespérons pas" c'est bien moi, de même que je suis l'auteur de Quindi ( http://www.quindiblog.eu/about.html ). Sur les affaires internes du MoDem je m'exprime généralement en commentaires sur les blogs des spécialistes (qui ont un public plus adapté que celui de mon blog, plus orienté RI) ;-)

Écrit par : ArnaudH | samedi, 07 février 2009

@ Arnaud H : merci. j'avais vu votre CMT. J'ai mis aussi CMT sur blog d'Hervé, de BGR, d'hypos t de Françoise Blanche notamment.
- en effet vous Relations internationales.
ça me rappelle le temps où je Vendais des Produits fabriqués dans des pays très variés ! bref !

Écrit par : Alain61(dit Goethe) | samedi, 07 février 2009

Mon commentaire ne s'adressait pas à Martine, c'était plutôt une réponse à l'argument d'Arnaud. Je ne crois pas que ces élus feront pencher la balance, c'est d'en bas que ces évolutions viennent.

Écrit par : Hervé Torchet | samedi, 07 février 2009

@ Hervé: in fine nous sommes d'accord, mais pour que le bottom-up fonctionne, il est nécessaire d'avoir une structure faite de cadres intermédiaires et cadres dirigeants multiples qui rendent un parti politique cohérent.

Par rapport à l'image des commandos, je préfère de loin celle des cercles concentriques d'experts, spécialisés en problématiques locales, thématiques, techniques, faisant émerger les cadres intermédiaires.

Pour les cadres dirigeants, difficile de les faire émerger de cadres intermédiaires inexistants ou insuffisants (à l'heure actuelle) ou de dépendre d'une structure ancienne qui a toujours eu du mal à faire confiance. D'où l'importance de cette élection européenne pour ce qui est de la structuration des cadres dirigeants nouveaux (sans entrer dans les considérations stratégiques). Ce n'est pas parfait, loin de là, mais c'est un pas dans la bonne direction (les personnes pas la méthodologie). L'espoir c'est que ces nouveaux cadres dirigeants soient mieux disposés à effectuer le bottom-up dans le cadre de leur campagne puis de leur réseaux internes, structurent un peu mieux le "top" et fassent le lien avec le "bottom" / "down" usant de leur nouvelle légitimité stratégique (MoDem) / électorale / territoriale / thématique-programmatique de haut niveau à l'échelle européenne.

Écrit par : ArnaudH | samedi, 07 février 2009

@Arnaud,
Vous rejoignez tout à fait une partie de mes contributions, ou je souhaitais voir émerger les compétences REELLES du sein de groupes thématiques à chaque niveau intermédiaire.
En accord avec la fin de votre commentaire.

Écrit par : Martine | samedi, 07 février 2009

Pour la remise en question des personnes à l'intérieur du Modem, Grosse Méfiance des Mesquineries et du Désordre : je pense que les interventions de la Base doivent prédéterminées, ponctuelles et plutôt espacées.

Pour tout le reste je suis partisan de la meilleure organisation possible pour que la base puisse s'exprimer et ce le plus possible.

Les dirigeants la sous-estime. La base des sympathisants et adhérents n'a pas d'intérêt personnel à défendre, ni l'esprit occupé et influencé par des aigreurs de rivalités. On aurait vraiment tort de ne pas envisager de la consulter et ce de la manière la plus pratique et efficace possible, et le plus souvent possible.

Je pense qu'en dehors du fait qu'ils doivent évidemment pas prêcher pour une autre chapelle que la leur (F. Bayrou et le Modem) les blogs ne doivent surtout se méfier de rien (sauf de la bêtise et de la méchanceté).

Je voudrais dire aussi que ce serait merveilleux si pouvait émerger un "Quindi Economique" qui pourrait répondre aux questions de base sur l'Economie.

Pour les Européennes, j'aime bien l'Equipe
(qui va se compléter) et n'ai pas d'idée sur le mode de sélection et le rapport.

Écrit par : Chui Kalm | samedi, 07 février 2009

La véritable question est de savoir comment nous au MoDem allons nous proposer une offre de nouvelle tete représentative de la FRANCE dans sa diversité: jeunesse, csp, culturelle, géographique, age.

Une chose est certaine c'est au moment où seront complétés les listes que nous serons si notre parti peut renouveller les visages.

C'est à la direction de mener la reflexion.

Écrit par : Raphaël | dimanche, 08 février 2009

Le plus important, à mes yeux, c'est la compétence et l'engagement européen, mais là, je crois que nous sommes servis !

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 08 février 2009

@ l'hérétique

"Ces 8 à 15 élus au Parlement Européen auront un poids déterminant dans la maison, car ils légitimeront une stratégie de parti, plutôt que celle d'un seul homme lors des élections suivantes."

Au parlement européen, si les candidats Modem ont pour intention de: légitimer la stratégie de parti illustrée par la manière dont ils ont été imposés sur les listes, je doute que les citoyens soient nombreux, dans l'isoloir, à être suffisament séduits par cette stratégie pour glisser un bulletin orange dans l'urne.

@ europium


"il n'y a pas de place pour tout le monde et il faut l'accepter. si on ne l'accepte pas la frustration engendre la critique et les querelles."

La politique a toujours été un affrontement entre la droite et la gauche. Il n'y a pas de place pour tout le monde.

La frustration engendre l'opposition

Et on peut faire autrement. C'est ce que voudrait bien proposer Bayrou.
Il ne le peut pas, il ne sait pas faire. Pour preuve, il veut que son parti remplace le parti d'opposition.

D'autres savent comment ça peut marcher

Il faut aussi accepter qu'ils l'expriment, même si c'est pisser dans un violon ou passer pour
un empecheur de democratiser pour soi en rond

Écrit par : passage | lundi, 09 février 2009

@ Passage
Vous êtes dans une logique d'appareil, c'est pour cela que vous raisonnez ainsi.
Leur légitimé apparaîtra de facto, et non par un choix de tactique interne. Le mouvement sera naturel, et on aura enfin un parti qui ne sera pas exclusivement monocéphale.

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 09 février 2009

@ l'Hérétique

Le mouvement est naturel, déjà, et il est temps de prendre le train en marche.

Je trouve dommage, justement, de rentrer dans une logique d'appareil qui vise à ratisser les électeurs, alors qu'il aurait suffi de construire un parti plus adapté aux besoins de tous les Français.

Et on cherche à remplacer le PS... en se réduisant au "meilleur parti d'opposition"
Croyez-vous que les Français choisiront le Modem parce qu'il est un parti d'opposition ?

Dommage qu'on ne sache pas encore leur démontrer qu'on est plus que ça.

J'ai le sentiment qu'ils vont droit au mur aux présidentielles pour cette seule raison.

Bah, heureusement que je suis seule à le voir comme ça. Souhaitons que les électeurs soient plus éclairés que moi...

Écrit par : passage | mardi, 10 février 2009

ratisser ? pourquoi ratisser ?

Écrit par : L'hérétique | mardi, 10 février 2009

Je modulerais à la fois la réalité et l'intérêt de l'association entre élections européennes et évolution de la structure du MoDem.
Le fait que les futurs parlementaires européens MoDem n'aient pas de mandat national leur permettra sans doute d'être plus efficaces, c'est une bonne chose en soi mais, en ce qui concerne la vie du parti, leur activité européenne les fera-t-elle pour autant reconnaître en France ? D'autre part, pour aller jusqu'au bout dans votre raisonnement, il serait important à mon avis que les candidats éligibles qui exercent actuellement un mandat national s'engagent d'ores et déjà à s'en démettre effectivement s'ils sont élus, au-delà même de l'obligation a minima imposée par l'Europe.
Quant au rôle des co-listiers non élus (et à une légitimité territoriale induite), je doute fort que cela soit déterminant une fois l'élection européenne passée... On a vu ce qu'il en était les autres fois.
Enfin, j'espère vivement, pour leur tranquillité d'esprit comme pour leur efficacité au parlement européen, que nos élus ne se préoccuperont pas des embrouilles entre structure interne réelle, irréelle, officielle et surréelle, ils auront un combat plus important à mener.
Non que je néglige l'organisation et ses défaillances, auxquelles il devient urgent de remédier, mais
1) nos élus le seront par bien d'autres électeurs que les adhérents MoDem, et seront élus par rapport au discours européen des candidats, non par rapport à la vie du MoDem,
2) le décalage entre nombre d'adhérents et la réalité de la vie politique en général, européenne en particulier, est un gouffre hélas visiblement infranchissable pour beaucoup, cela dit sans mépris, et même si je dois m'attirer les foudres des blogueurs.
Multiplions les courroies de formation, c'est aussi le rôle d'un parti que de former ses militants et de faire évoluer les perceptions, mais ne chargeons pas les élus et les candidats au parlement européen d'une mission qui n'est pas la leur.
Un effet positif indiscutable malgré tout me semble-t-il pour le MoDem, il a l'occasion de faire avancer concrètement et réellement la conscience européenne des Français et de réaffirmer dans leur esprit le lien Modem-Europe

Écrit par : Christine | mardi, 10 février 2009

@ Christine
intéressant point de vue.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 10 février 2009

Les commentaires sont fermés.