Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« RFI menacée ! | Page d'accueil | En direct du congrès du PDE »

vendredi, 05 décembre 2008

Sans le latin, sans le latin, la messe nous emm...

Tiens, un coup d'oeil sur CoZop, ce matin, et que vois-je en chapitre culture, un billet sur le latin de mario.g. Comme il se référait à un article du Figaro, je suis allé voir l'écrit originel. J'y ai trouvé un commentaire excellent de Gérard Oberlé, l'auteur d'Itinéraires spriritueux qui m'a bien fait rigoler. Je le copie ici :

« Dans ma jeunesse,  après des années de latin et de grec chez les révérends pères, je fus un temps professeur de latin. Ça n'a pas duré, mais c'est après mon départ de l'enseignement seulement que j'ai compris à quel point mes études classiques me seraient précieuses. On ne voit pas le monde de la même façon quand on a lu Ovide, Horace et Cicéron. Mon petit bagage humaniste m'a bien plus servi, dans ma vie professionnelle, amoureuse, sociale et asociale, que mes diplômes. Un Européen qui n'a pas étudié les auteurs anciens est un inculte. Voilà une raison suffisante pour étudier le latin. Mais j'en connais une beaucoup plus valable : le plaisir, le plaisir de l'étude et de la fréquentation de MM. Tityre, Énée, des héros et des dieux. Et aussi le plaisir de toiser ceux qui ne connaissent que des langues vulgaires, prétendues vivantes. »

Plutôt pas mal. Et puis manifestement, l'étude de cette langue (et/ou du grec) favorise la réussite scolaire. L'article évoque aussi un universitaire allemand, Wilfried Stroh, qui a décidé d'animer une émission TV entièrement en latin. Bon, pourquoi pas. J'aime bien , en tout cas, l'image qu'il utilise pour définir le latin : une langue pleine de sortilèges. Voilà qui n'est pas pour déplaire à un hérétique qualifié :-) .

Le croiez-vous ? Il y a 30 000 latinophones, rien que cela, de par le vaste monde.  Et encore, ne sont sans doute pas comptés ceux qui ne disent rien mais pensent en latin :-) Il faudra que j'en parle à un bon copain à moi (mon assistant de rédaction favori) pour lui demander son avis...

11:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : latin, europe, langue |  Facebook | | |

Commentaires

Le grec, je n'ai pas eu l'occasion de l'étudier. Le latin oui. Pendant 5 petites années de ma vie.

J'en garde un souvenir très bon, tout comme je garde un souvenir assez mauvais de mes enseignants ...

Écrit par : Claudio Pirrone | vendredi, 05 décembre 2008

"l'étude de cette langue (et/ou du grec) favorise la réussite scolaire" : en général, on retrouve dans les cours d'option latin des élèves plutôt déjà en situation de réussite.

Mais si cette langue a un réel effet bénéfique, ce que je veux bien croire (j'y ai eu droit même en fac!), autant la rendre obligatoire pendant un an ou deux... ?

Écrit par : Nelly | vendredi, 05 décembre 2008

@ Nelly

Apparemment, d'après l'étude en lien, cela a un impact à niveaux égaux.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 05 décembre 2008

Entre autres, je l'enseigne à la fac pour ceux qui justement n'en ont pas fait au collège/lycée et pour qui c'est obligatoire (lettres modernes) ou facultatif (historiens, juristes...).
C'est épouvantable. j'ai commencé en 1997 avant la réforme de cet enseignement que l'on doit à X Darcos (qui au demeurant était professeur de français et latin en prépa juste avant de partir au cabinet de Bayrou, entre 1990 et 1992). depuis c'est de pire en pire.
ceux qui n'en ont pas fait souffrent car c'est difficile d'apprendre une langue étrangère adulte, surtout quand elle transmet des valeurs éloignées dans l'espace et le temps (essayez de faire apprécier à un post-ado de 18-22 ans actuel la hiérarchie des besoins naturels et nécessaires ou non, le stoicisme ou l'ataraxie épicurienne ! ) Ceux qui en ont déjà fait n'ont jamais traduit une ligne car l'enseignement secondaire est axé sur "'la civilisation", (synonyme pour l'education nationale de récits de bataille).
bref, des combats perdus d'avance. sauf pour les juristes qui veulent présenter le latin dans leurs concours au lieu de l'anglais et qui, discriminant oblige, vont avoir de super notes qui vont les faire progresser dans les classements car ce sont des concours et pas des examens.
quant à l'idée que l'on trouve dans les cours de latin du secondaire des éleves déjà en situation de réussite, c'est prendre le problème à l'envers: comme quand nous étions en 6ème et qu'on disait qu'il fallait faire allemand. si on dit aux bons éleves de faire allemand-latin, en effet ces classes seront bonnes. j'ai personnellement fait anglais, latin-grec, parce que c'était possible, mais en ne faisant pas de LV2 car interdit (j'ai la chance d'être bilingue) et, comme Claudio, ai un mauvais souvenir de mes professeurs de l'époque, qui ne voyaient pas ces langues comme étrangères mais comme l'on dit "mortes" ( meme pas "anciennes"). comment dégoûter des ados mieux que çà?
alors en effet c'est en prépa que l'on m'a fait voir les choses différemment.
cela dit, être cultivé dans les humanités ne veut pas dire "faire les choses en humaniste": meilleur exemple X Darcos ;-)
quant aux 300 000 latinophones, il y en a beaucoup en Hongrie par exemple: lors d'un colloque à Budapest j'ai été suprise d'entendre des collègues s'exprimer en latin (non pas lire un texte qu'ils auraient écrit avant) comme en allemand ou en russe, juste une langue à déclinaison normale.

Écrit par : FB | vendredi, 05 décembre 2008

"Un Européen qui n'a pas étudié les auteurs anciens est un inculte"

Quelle horreur de lire cela, même si j'ai fait du latin, bon élève que j'étais...

Écrit par : europium | vendredi, 05 décembre 2008

@ europium

C'est clair que c'est excessif, mais le gars est rigolo, et j'aime bien les provocateurs :-)

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 05 décembre 2008

J'ai toujours eu la matière Latin parmi tant
d'autres dans le secondaire, et 2 ans de grec.
Je ne le regrette pas, car cela "à l'usure"
donne quelques points de repères sur l'Histoire Antique.
Surtout le Latin et le Grec ont laissé leur
trace sur le Français notamment sur les mots.
2 ans de Latin permettrait peut-être d'apprendre mieux et plus vite le Français,
(et d'autres langues Européennes ?).

Écrit par : Chui Kalm | vendredi, 05 décembre 2008

@ Chui Kalm

Ce serait une très bonne idée, à mon avis.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 05 décembre 2008

@ L'hérétique

je veux bien concéder que c'est une provocation, mais c'est un peu limite quand même.

par contre je ne suis pas convaincu que faire du latin ou du grec soit une aide à mieux apprendre les autres langues. c'est un argument que l'on m'a toujours vendu....

j'aurais préféré apprendre le chinois,le japonais, l'arabe, ou une autre langue vivante ça m'aurait plus été plus utile. désolé d'être un pragmatique.....

Écrit par : europium | samedi, 06 décembre 2008

@ europium

Pas d'accord : il y a une rationnalité sous-jacente en latin qui construit le raisonnement et forge l'intellect. Et puis pour comprendre les mots, c'est un atout inappréciable, d'autant qu'on prend aussi conscience de l'évolution du sens, ce qui est très intéressant aussi.

Écrit par : L'hérétique | samedi, 06 décembre 2008

le latin reste une langue de matheux, comme l'allemand d'ailleurs.

Écrit par : florian_germany | samedi, 06 décembre 2008

florian_germany a écrit
"le latin reste une langue de matheux, comme l'allemand d'ailleurs."

parfaitement exact.

Existe-t-il d'autres langues vivantes du même style? On y intègrera sûrement pas l'anglais, l'espagnol et le français.....

comme le dit FB une approche du style "si on dit aux bons éleves de faire allemand-latin, en effet ces classes seront bonnes" n'est pas normal car on rentre dans une logique élitiste... est-ce que l'apprentissage des langues est un moyen de sélection? je ne le pense pas, c'est comme dans de nombreux cursus ou la sélection se fait par les math alors que dans le milieu professionnel et dans le cycle d'étude ça n'apparait pas comme se justifier.

Écrit par : europium | samedi, 06 décembre 2008

@Europium

Pour moi c'est plus simple que cela.

Le Latin et Le Grec, ce sont dans une
très large mesure l'Histoire du Français.

Et donc en connaitre quelques fondements
ne peut être qu'avantageux pour la langue
Française (et d'autres).

C'est peut-être un peu comme pour la Politique. Prétendre Bien Appréhender l'Actualité sans avoir des bases en Histoire me parait une erreur.

A ce propos avez vous remarqué que les Hommes Politiques estimés et reconnus
connaissaient ou connaissent bien l'Histoire.

Alors que les hommes politiques ayant
cotoyé l'Histoire sérieusement avec seulement, des magazines, des discussions syndicales ou la vision restreinte des techniques de communication ont presque tous fait beaucoup plus de tort que de bien.

(Encore quelque chose qui, à mon sens,
n'augure pas bien de l'avenir jusqu'en
2012 !!).

Écrit par : Chui Kalm | samedi, 06 décembre 2008

@Chui Kalm,

Assez en accord, mais l'histoire ne débute pas avec les Grecs ou les Romains, eh oui...! Je me sens l'ame d'une 'révolutionnaire' :)
Et si l'on se réfère en termes institutionnels à leurs apports, je ne me sens pas en harmonie.
Ref d'un blog pour aider les parents qui vont subir de plein fouet les REFORMES:
http://conseilsdeclasse.letudiant.fr

Écrit par : Martine | samedi, 06 décembre 2008

@ FB

Vous enseignez où, au fait ? (vous pouvez me répondre - ou ne pas me répondre, d'ailleurs - par courriel privé si vous préférez ne pas diffuser publiquement d'informations à votre sujet).

@ Chui Kalm
D'accord avec votre dernière observation.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 07 décembre 2008

@tous: pas du tout une langue de "matheux" mais une langue étrangère à déclinaison, basta. comme le russe, l'allemand (tous les petits allemands sont matheux?).
le grec c'est encore autre chose, pas de systéme, plus subtil et plus complexe pour nos esprits français/latins/romains, mais moins pour ceux habitués aux langues germaniques (dont l'anglais, réputé facile) et aux "aspects".
@l'Hérétique, en MP en effet

Écrit par : FB | dimanche, 07 décembre 2008

l'hérétique comme il le dit lui même aime bien les provocateurs....

les allemands sont certainement plus matheux que nous ....

+130 milliards au niveau de leur balance commerciale... la france c'est au alentours de - 35

leur budget est en équilibre, nous on n'ose même plus compter l'ampleur du déficit qui grimpe à vue d'oeil....nous n'arrivons jamais a corrélé la colonne de + avec celle de -...

la logique de l'euro fort a été calqué sur celle du mark fort.... sinon combien dévaluations aurions subies?

comme quoi il peut y avoir une corrélation entre la rigueur mathématique d'une langue et une rigueur économique....

bien-sûr ceci est une démonstration totalement absurde...

Écrit par : europium | dimanche, 07 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.