Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Certification européenne environnementale et sociale | Page d'accueil | Bayrou propose des unités de logement pour les SDF »

jeudi, 27 novembre 2008

Le langage de la démocratie

Poursuivant ma lecture de "De la Démocratie en Amérique", j'en suis arrivé au chapitre XVI de la première partie dans le Tome II. Et je suis tombé sur une très intéressante réflexion de Tocqueville sur les rapports entre langage et démocratie.

Tocquville essaie d'analyser le rapport de la démocratie aux lettres et aux arts. Il voit dans l'égalité entre les individus la source d'un traitement spécifique des lettres et des arts par la démocratie ; le langage est également touché par la nature de la démocratie.

Il écrit ainsi :

Les nations démocratiques aiment d'ailleurs le mouvement pour lui-même. Cela se voit dans la langue aussi bien que dans la politique. Alors qu'elles n'ont pas le besoin de changer les mots, elles en sentent quelquefois le désir. Le génie des peuples démocratiques ne se manifeste pas seulement dans le grand nombre de nouveaux mots qu'ils mettent en usage, mais encore dans la nature des idées que ces mots nouveaux représentent.

Comme l'avait noté Tocqueville, la Démocratie est un régime propice à l'innovation, ce qui ne peut qu'atteindre la langue elle-même.

Chez ces peuples, c'est la majorité qui fait la loi en matière de langue, ainsi qu'en tout le reste. Son esprit se révèle là comme ailleurs. Or, la majorité est plus occupée d'affaires que d'études, d'intérêts politiques et commerciaux que de spéculations phi­lo­­so­phiques ou de belles-lettres. La plupart des mots créés ou admis par elle porteront l'empreinte de ces habitudes; ils serviront principalement à exprimer les besoins de l'industrie, les passions des partis ou les détails de l'administration publique. C'est de ce côté-là que la langue s'étendra sans cesse, tandis qu'au contraire elle abandonnera peu à peu le terrain de la métaphysique et de la théologie.

Cet aspect peut se discuter, parce que la métaphysique concernera aussi un plus grand nombre d'individus dans une démocratie, mais, le fait est que dans les démocraties marchandes comme les nôtres, le langage porte en effet l'empreinte de nos intérêts. De fait, les créations récentes concernent en effet des biens de consommation pour l'essentiel.

Mais c'est principalement dans leur propre langue que les peuples démocratiques cherchent les moyens d'innover. Ils reprennent de temps en temps, dans leur voca­bulaire, des expressions oubliées qu'ils remettent en lumière, ou bien ils retirent à une classe particulière de citoyens un terme qui lui est propre, pour le faire entrer avec un sens figuré dans le langage habituel; une multitude d'expressions qui n'avaient d'abord appartenu qu'à la langue spéciale d'un parti ou d'une profession, se trouvent ainsi entraînées dans la circulation générale.

L'expédient le plus ordinaire qu'emploient les peuples démocratiques pour innover en fait de langage consiste à donner à une expression déjà en usage un sens inusité. Cette méthode-là est très simple, très prompte et très commode. Il ne faut pas de scien­ce pour s'en bien servir, et l'ignorance même en facilite l'emploi. Mais elle fait courir de grands périls à la langue. Les peuples démocratiques, en doublant ainsi le sens d'un mot, rendent quelquefois douteux celui qu'ils lui laissent et celui qu'ils lui donnent.

C'est vrai. Et il y a un danger, à mon sens, parce que la confusion des mots finit par entraîner celle des genres, et, à terme, la distorsion du sens avec tout ce que cela peut engendrer comme faux-semblants. Quand les mots ne disent plus ce qu'ils sont sensés dire, on entre alors dans l'ère de la méfiance. Je suis, sur ce travers de la démocratie, bien plus pessimiste que Tocqueville. En revanche, il n'est pas suffisant de dire que c'est là le travers du seul peuple démocratique. Vaclav Havel, dans un discours célèbre devant le Bundestag de la RFA avait dénoncé cette propension à détourner les mots dans les régimes communistes, qui se voulaient justement démocratiques et populaires.

J'ai montré précédemment que les peuples démocratiques avaient le goût et souvent la passion des idées générales ; cela tient à des qualités et à des défauts qui leur sont propres. Cet amour des idées générales se manifeste, dans les langues démocratiques, par le continuel usage des termes génériques et des mots abs­traits, et par la manière dont on les emploie. C'est là le grand mérite et la grande faiblesse de ces langues. Les peuples démocratiques aiment passionnément les termes génériques et les mots abstraits, parce que ces expressions agrandissent la pensée et, permettant de renfermer en peu d'espace beaucoup d'objets, aident le travail de l'intelligence.

C'est là, à mon avis, le passage le plus intéressant de ce chapitre. C'est intéressant, parce que je me suis demandé s'il ne fallait pas relier cet avis exprimé par Tocqueville avec l'évolution de l'art et de la littérature dans les sociétés démocratiques, qui ont pris de plus en plus des formes abstraites. Par ailleurs, si l'on a pu retrouver des phénomènes identiques dans les régimes communistes, c'est que Tocqueville relie ces phénomènes à l'égalité dans la démocratie, qui lui semble la substance même de la démocratie. Or, on retrouvait cette caractéristique dans les régimes communistes qui se voulaient des démocraties populaires, bien qu'elles n'eussent pas grand chose de populaire à vrai dire... Il faudrait une étude lexicographique certainement très précise pour voir si la prégnance de mots de ces catégories se vérifie ou non dans les langues française et anglaise depuis 150 ans, par exemple, et, mieux encore, comparer leurs évolutions avec les langues de pays demeurés en régime despotique.

Les hommes qui habitent les pays démocratiques ont donc souvent des pensées vacillantes; il leur faut des expressions très larges pour les renfermer. Comme ils ne savent jamais si l'idée qu'ils expriment aujourd'hui conviendra à la situation nouvelle demain, ils conçoivent naturellement le goût des termes abstraits. Un mot abstrait est comme une boîte à double fond : on y met les idées que l'on désire, et on les en retire sans que personne le voie.

J'aime beaucoup cette définition du mot abstrait :-) heureusement qu'Aristote a précédé Tocqueville pour concevoir les catégories et la logique sans lesquelles nous serions bien en peine. L'inconvénient, dans nos sociétés démocratiques, c'est qu'il y a bien usage à volonté de ces abstractions, mais, parallèlement, méconnaissance crasse de leurs catégories. C'est à mon avis sur cette ignorance que se fondent les discours les plus démagogiques...

Chez tous les peuples, les termes génériques et abstraits forment le fond du langage; je ne prétends donc point qu'on ne rencontre ces mots que dans les langues démocratiques; je dis seulement que la tendance des hommes, dans les temps d'égalité , est d'augmenter particulièrement le nombre des mots de cette espèce; de les prendre toujours isolément dans leur acception la plus abstraite, et d'en faire usage à tout propos, lors même que le besoin du discours ne le requiert point.

Oui, et comme le disait Tocqueville, la pensée des habitants des pays démocratiques est en effet facilement vacillante. On se demande par quel miracle la démocratie tient quand on la voit si facilement abusée. Le discours démagogique et réducteur use et abuse des mots génériques et de déterminants de la même classe. Plutôt que de citer un homme politique par sa fonction, on dit "les politiques" voire "les politiciens" par exemple. "politique", voilà un mot qui a changé de catégorie grammaticale pour mieux se disperser. Tout comme lorsque l'on oppose "la France d'en haut" et la "France d'en bas". Bref, on pourrait multiplier les exemples. Quelle pertinence, ce Tocqueville ! Comment a-t-il fait pour pressentir tout cela si tôt ?!

Commentaires

Or, la majorité est plus occupée d'affaires que d'études, d'intérêts politiques et commerciaux que de spéculations phi lo so phiques ou de belles-lettres.

Pour moi c'est le vrai point de faiblesse des démocraties...
et qui explique que l'économique ait pris le pas sur le politique.

Écrit par : Rosa | jeudi, 27 novembre 2008

Que de clichés et de poncifs...il faut se désintoxiquer de la pensée unique un peu bébète...

Écrit par : Alex | jeudi, 27 novembre 2008

@ Rosa
Eh bien tu partages l'avis de Tocqueville, alors :-)

@ Alex
Gnnnii ? De quoi parlez-vous ?

Écrit par : L'hérétique | jeudi, 27 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.