Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et si Gilles Artigues devenait euro-député ? | Page d'accueil | RASED, la preuve des intentions de DARCOS »

jeudi, 20 novembre 2008

MoDem à Nîmes : très joli score pour Éric Firoud !

Ouf, j'ai enfin réussi à me procurer les résultats de la cantonale partielle de Nîmes. Heureusement qu'il y en a qui suivent dans les autres partis :-)

Résultats du 1er tour du 16 novembre: Inscrits: 21.109 Votants: 4.507 Exprimés: 4.439 Participation: 21,56% Sylvette Fayet (PCF) 697 voix 15,70% Corinne Giacometti (PS) 663 14,94% Marie-Pierre Mercier (PRG) 154 3,47% Elisabeth Piq (Verts) 265 5,97% Eric Firoud (MoDem) 550 12,39% Marie-Chantal Barbusse (UMP) 1.870 42,13% Evelyne Ruty (FN) 240 5,41%.

12.39% ! Ce qui est étonnant, c'est qu'il réédite exactement à la décimale près son score de mars dernier où il avait réalisé également 12.39%. Ce qui est plus dommage, en revanche, c'est qu'avec le taux de participation qui a fondu, il passe de 1446 voix à 550. Les autres candidats subissent évidemment une érosion similaire.

09:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : nîmes, cantonale, firoud, modem |  Facebook | | |

Commentaires

C'est une faiblesse de notre parti : on devrait fidéliser les électeurs. Si on avait gardé les millions de voix de la présidentielle on aurait beaucoup de députés.

Nous sommes humanistes : commençons pour avoir un approche humain aux électeurs!

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 20 novembre 2008

La stabilité du score à travers les vicissitudes de la participation est le phénomène qui justifie le principe des sondages.

Écrit par : Hervé Torchet | jeudi, 20 novembre 2008

Ds toute élection pourquoi commenter le taux de participation ?
Bravo pour le Poulain Modem.

Écrit par : Candide | jeudi, 20 novembre 2008

claudio Pirrone écrit
"C'est une faiblesse de notre parti : on devrait fidéliser les électeurs. Si on avait gardé les millions de voix de la présidentielle on aurait beaucoup de députés."

je dirais que c'est une faiblesse du centre depuis le milieu des années 80 au premier tour des élections. le centre depuis ce temps la ne fait pas mieux que 18,5 à la présidentielle (en pouvant redescendre à 6%); il fait de 10% à 15% aux européennes. Pour les autres élections ça va de scores inférieurs à 5% jusqu'à 40% (suivant les personnalités présentées et les jeux d'alliance).

Comment gérer cette volatilité de l'électorat centriste potentiel qui "s'amuse" au gré des élections à passer de la gauche républicaine au centre puis à la droite républicaine(et vice-versa), ou à s'abstenir de temps en temps?

Écrit par : europium | jeudi, 20 novembre 2008

En parlant clair, en étant systématiquement sur le terrain, en arrêtant ce petit jeu intellectuel de "centre, centre-droit, centre-gauche, centre-centre, centre-mais-pas-trop, centre-moi-le-nœud, centre-deux-chaises, etc. etc. etc."

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 20 novembre 2008

je découvre ce billet via le widget alliance centriste et merci pour l'info. TB commentaire d'Hervé.

Écrit par : LCDM | lundi, 24 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.