Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Où l'on reparle du RASED | Page d'accueil | Jean-Marie Beaupuy écrit à Nicolas Sarkozy »

mardi, 07 octobre 2008

Le joli coup de la BNP

La BNP est une banque décidément étonnante : même en situation de crise, elle parvient à flairer les bons coups et à saisir les opportunités. La BNP a récupéré 100% des activités bancaires de Fortis en Belgique et les 2/3 au Luxembourg. Elle récupère également les 3/4 de l'activité assurance de Fortis en Belgique.

Pour ce faire, la BNP offre 11,7% de sob capital à l'Etat Belge et 1.1% au Luxembourg. C'est teès bien joué ! La BNP ne dépense pas de liquidités pour acquérir Fortis, elle profite du renflouement de ce groupe par les états néerlandais et belges, et elle en prend le contrôle au moment où le cours de l'action est à son plus bas. Mais, bien mieux encore, elle se trouve deux actionnaires extrêmement fiables et stables ! Ces états ne se comportent nullement comme des fonds spéculatifs mouvant. Avec 12% de son capital entre les mains de deux états très fiables, la BNP s'offre une garantie de stabilité pour une bonne part de ses actions.

De plus, l'opération de rachat bénéficie du total soutien des deux états. On n'est absolument pas dans un contexte de lutte féroce pour la primauté, mais au contraire de coopération maximale avec les acteurs. Mieux encore : les actifs à risque (un peu plus de 10 milliards d'euros) sont transférés dans une holding détenue essentiellement par le Luxembourg et la Belgique ; la BNP ne détient elle-même que 10% de la holding. Bref, elle rechète sans coup férir, et quasiment sans actifs pourris un bon gros groupe à prix cassé et avec de sérieuses garanties...

Elle devient enfin la première banque européenne par le montant des dépôts, et son crédit de confiance a de bonnes chances de rassurer les déposants. Oui, vraiment, bien vu. Chapeau bas.

NDLR : je n'ai pas d'actions dans la BNP, je n'y travaille pas non plus, je suis simplement semi-fasciné, semi-amusé par sa stratégie souvent gagnante, quelles que soient les circonstances. Bon, cela dit, elle subit comme toutes les autres banques un effet sectoriel, si bien que son cours a baissé, même s'il avait grimpé fort haut la semaine dernière. On va voir comment les acteurs du marché réagiront au rachat de Fortis...

08:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : bnp, banque, fortis |  Facebook | | |

Commentaires

Bon, l'Hérétique, nous voilà clients de la même banque (moi je suis chez Fortis feu "Générale de Banque" depuis plus de 10 ans :-(((( ).

Votre fascination avouée pour cette banque me rassure. Car je garde un TRES mauvais souvenir du secteur banquier français, de l'époque où j'étais client de la Société Générale: frais max pour un service min, je m'en souviendrai. Et lorsqu'au Benelux on utilisait déjà partout les cartes EC à puce pour payer, en France pendant 10 ans encore les gens sortaient leur chéquier de la Poste ou autre à la caisse du supermarché. Le PC banking à domicile, l'a-t-on introduit en France (demande sérieuse, je l'ignore), ici depuis qq années je fais quasiment toutes mes opérations à domicile.

C'est triste qu'une des plus grandes banques du Benelux finisse ainsi vendue au rabais. Ca me dégoûte.

Écrit par : pastel | mardi, 07 octobre 2008

Je ne partage pas votre enthousiasme. Je dirais que c'est un très joli coup de l'Etat belge.

Écrit par : Claudio Pirrone | mardi, 07 octobre 2008

De toute facon chronique annoncée depuis le mois dernier au tout début de la crise. Aussi fallait-il garder confiance en la BNP.

Écrit par : Léa | mardi, 07 octobre 2008

Pébereau, le patron de la BNP, est un pote de Sarkoseille.

Écrit par : hervé torchet | mardi, 07 octobre 2008

A Pastel,

J'en profite ici pour dire ici que je ne suis pas d'accord quand tu dis qu'il faut taper sur les actionnaires (l'article et le commentaire sont trop loin).

Il y a des millions de gens "moyens" qui ont des PEA (Plan Epargne en Action, actions Françaises sans impôt sur le + Values ou l'on peut injecter mais retirer "qu'une seule fois").

Pour presque tous c'est un placement comme un autre, ils ont déjà les chocottes,
leur argent est évidemment à portée de main
pour le prendre c'est ça l'avantage pour essayer de résoudre une crise. C'est vrai
qu'ils ont été bien bêtes de n'avoir pas tout gelé depuis longtemps ... Mais si
justement il l'avait fait on serait dans
uns crise bien plus catastrophique.

Ainsi Tape si tu veux sur les Actionnaires qui sont riches et qui quoiqu'il arrive sont peinards. Mais comment les distinguer des autres ?

Écrit par : Luc | mardi, 07 octobre 2008

@ Claudio

Ce n'est pas une mauvaise affaire non plus pour lui dans ces circonstances. Les deux parties y trouvent bien sûr des avantages.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 07 octobre 2008

A Pastel (suite)

J'ai du mal à m'exprimer, j'essaye :

1) Le Français moyen a des placements en
actions bien loin d'être négligeables,
- dont il s'occupe peu (en moyenne) -

2) Dire que l'on va faire une politique
pour sauvegarder les liquidités et
tant pis pour les actions c'est idiot
puique n'importe qui peut geler ses
actions en 1 h et les transformer en
liquidités.

3) C'est donc une solution qui compte
sur le laxisme et la négligence des
gens.

4) c'est injuste et de plus si les gens
deviennent moins négligents (ou moins
citoyens), et se mettent à geler leurs
actions et à les mettent en liquidité
"en force", c'est la grosse catastrophe
assurée.(c'est donc une méthode
d'Apprenti Sorcier).

5) La solution bonne à long terme est donc
que si il y a des efforts à faire,
qu'ils soient le mieux partagé possible
entre "les différents placements".
Evidemment plus il y a de confiance et
plus c'est possible.

Voilà CQFD,
(j'espère ne pas avoir été enuyeux, mais
saute qui veut!!)

Écrit par : Luc | mardi, 07 octobre 2008

à luc: je ne souhaite "taper" ni sur les actionnaires ni même sur les riches, penses-tu! Je disais que priorité devait être donnée à l'épargne concernant les éventuelles garanties de l'Etat. Je regrette, il y a placement et placement. Moi je n'ai jamais voulu me fier aux actions, ignorant que je suis.

De toute façon à quoi bon, actionnaires ou épargnants, tout le monde a la trouille maintenant. Il faudrait quand-même appeler au civisme des gens. Retirer son argent de la banque maintenant, c'est faire que ce qu'on craint devient une réalité.

Du calme, bon sang!

Écrit par : pastel | mercredi, 08 octobre 2008

A Pastel

Tu as bien eu raison d'être ignorant ... et
de le savoir.

Calme ? grrr...!!! oui ...!!! gr...!!
Bien sûr ... gr ...!! ... pourquoi ?

Écrit par : Luc | mercredi, 08 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.